Interactions entre Spiroplasma citri et son insecte vecteur Circulifer haematoceps : la phosphoglycérate kinase de S. citri : une « actin-binding protein » impliquée dans la transmission du spiroplasme par la cicadelle, Interactions between Spiroplasma citri and its insect vector Circulifer haematoceps : s .citri phosphoglycerate kinase : an actin-binding protein involved in the spiroplasma transmission by leafhoppers.

De
Publié par

Sous la direction de Colette Saillard
Thèse soutenue le 20 décembre 2010: Bordeaux 2
Spiroplasma citri est un mollicute phytopathogène transmis de plante à plante par des cicadelles du genre Circulifer selon un mode persistant circulant-multipliant. Les franchissements de l’épithélium intestinal et des glandes salivaires sont basés sur un mécanisme d’endocytose/exocytose. Ce processus d’invasion met en jeu, au sein de complexes protéiques, des protéines bactériennes spécifiques qui reconnaissent des motifs déterminés présents à la surface des cellules eucaryotes. La recherche de protéines de l’insecte vecteur interagissant avec S. citri a notamment conduit à l’identification de l’actine. Cette interaction a pu être confirmée à la fois in vitro et in vivo. L’interaction de l’actine avec son partenaire chez S. citri, qui s’est avéré être la phosphoglycérate kinase (PGK), est impliquée dans l’internalisation du spiroplasme dans les cellules de l’insecte. La région minimale de liaison à l’actine de la PGK a également été déterminée.La réalisation d’un mutant de S. citri dépourvu de PGK a été entreprise avec le plasmide navette pGOT mais n’a pas permis la sélection de spiroplasmes mutés dans ce gène essentiel. Néanmoins, la recherche de l’évènement de recombinaison chez les clones obtenus a permis de mettre en évidence la mutation de deux gènes chez ces derniers.L'ensemble des protéines impliquées dans la transmission du spiroplasme, identifiées au préalable chez ce dernier, n’étant pas essentielle au cours de ce processus, une étude préliminaire des complexes multi-protéiques contenant plusieurs de ces protéines a été réalisée. L’identification de complexes impliquant à la fois la PGK, la P32 et les ScARPs pourrait permettre de mieux comprendre les mécanismes régissant la vection de S. citri par son insecte.
-Mollicute phytopathogène
-Spiroplasma citri
-Transmission
-Insecte vecteur
-Actine
-Phosphoglycérate kinase
-Interactions protéine-protéine
Spiroplasma citri is a phytopathogenic mollicute transmitted from plant to plant by leafhoppers of the genus Circulifer in a persistent and propagative manner on condition to cross the intestinal and salivary glands barriers of the insect. These crossings are based on a endocytosis/exocytosis mechanism which involves bacterial protein complexes in order to recognize specific patterns on the surface of eukaryotic cells.Specific molecular interactions between S. citri proteins and those of C. haematoceps were investigated using far Western technology and had notably led to the identification of actin. This interaction has been confirmed both in vitro and in vivo. The interaction of actin with his partner in S. citri, which has been identified as the phosphoglycerate kinase (PGK), is involved in the internalization of spiroplasma into the insect cells. The minimal actin-binding region of PGK was also determined.The realization of a S. citri PGK mutant was carried out using the shuttle plasmid pGOT but the selection of spiroplasmas mutated in this essential gene failed. Nevertheless, findings in the localization of recombination events in S. citri chromosome, allowed us to identify mutations in two genes that could be tested in our experimental transmission system.The set of proteins involved in the spiroplasmal transmission, previously identified as non essential proteins in the invasion process, prompted us to study the role of multi-protein complexes containing several of these proteins. Identification of complexes involving both the PGK, the P32 and ScARPs should enable us to better understand mechanisms governing the transmission of S. citri by its insect.
-Phytopathogenic mollicute
-Spiroplasma citri
-Transmission
-Insect vector
-Actin
-Phosphoglycerate kinase
-Protein-protein interactions
Source: http://www.theses.fr/2010BOR21733/document
Publié le : lundi 31 octobre 2011
Lecture(s) : 140
Nombre de pages : 362
Voir plus Voir moins

Université Victor Segalen Bordeaux 2


Année 2010

Thèse n°

THÈSE

pour le

DOCTORAT DE L’UNIVERSITÉ BORDEAUX 2

Mention : Sciences Biologiques et Médicales

Option : Biologie-Santé


Présentée et soutenue publiquement

Le 20 Décembre 2010

Par Fabien LABROUSSAA

Né le 15 Mars 1984 à Pau (Pyrénées-Atlantiques)



INTERACTIONS ENTRE SPIROPLASMA CITRI
ET SON INSECTE VECTEUR CIRCULIFER HAEMATOCEPS

La phosphoglycérate kinase de S. citri : une « actin-binding protein »
impliquée dans la transmission du spiroplasme par la cicadelle



Membres du Jury


M. BONNEU M., Professeur à l’IPB ENSTBB de Bordeaux ............................ Président
Mme. BRAULT V., Directrice de Recherche à l’INRA de Colmar ................... Rapporteur
M. HEDDI A., Professeur à l’INSA de Lyon ..................................................... Rapporteur
Mme. MARZACHI C., Chercheur à l’Institut de Virologie Végétale de Turin . Examinateur
M. LANDRY M., Professeur à l’Université de Bordeaux 2............................... Examinateur
Mme. SAILLARD C., Maître de Conférence à l’Université de Bordeaux 2 Directrice de thèse
THÈSE

pour le

DOCTORAT DE L’UNIVERSITÉ BORDEAUX 2

Mention : Sciences Biologiques et Médicales

Option : Biologie-Santé


Présentée et soutenue publiquement

Le 20 Décembre 2010

Par Fabien LABROUSSAA

Né le 15 Mars 1984 à Pau (Pyrénées-Atlantiques)




INTERACTIONS ENTRE SPIROPLASMA CITRI
ET SON INSECTE VECTEUR CIRCULIFER HAEMATOCEPS



La phosphoglycérate kinase de S. citri : une « actin-binding protein »
impliquée dans la transmission du spiroplasme par la cicadelle
















A mon père Remerciements


Ce travail a été réalisé dans le laboratoire de l’Unité Mixte de Recherche 1090 Génomique et Diversité
du Pouvoir Pathogène (Institut National de la Recherche Agronomique et Université Victor Ségalen Bordeaux
2), dirigé par Mr Alain Blanchard, sous la direction de Mme Colette Saillard.

Je tiens tout d’abord à remercier Mr Blanchard pour m’avoir permis de réaliser ma thèse, ainsi que mes
précédents stages de Master 1 et 2, dans son laboratoire.

Je souhaite également remercier Mr Bonneu de me faire l’honneur de présider ce jury.

Je tiens à adresser mes plus sincères remerciements à Mme V. Brault et Mr A. Heddi d’avoir accepté
d’examiner et de juger ce manuscrit.

Je remercie également Mme C. Marzachi et Mr M. Landry d’avoir accepté de participer à ce jury de
thèse.

Un grand merci à Colette pour m’avoir accompagné pendant ces quatre dernières années. Merci pour
son encadrement de chaque instant, pour m’avoir laissé la liberté de m’exprimer pleinement dans mon travail.
Merci également pour les nombreuses heures passées à la correction de ce manuscrit et aussi lors de chacune de
mes présentations orales. Si ces années de thèse ont été un réel plaisir pour moi, c’est en grande partie grâce à
elle. J’espère que si j’avais à être le dernier thésard de ta carrière, j’aurais été à la hauteur de mes prédécesseurs.

J’adresse aussi un grand merci à Joël et Sybille pour leur encadrement pendant mon stage de M1. Merci
à Joël pour toutes les discussions scientifiques ou non, très utiles tout au long de ces années. Merci à Sybille
pour son encadrement et sa rigueur qui m’ont apporté toutes les bases indispensables au travail de laboratoire.
Merci à vous deux pour votre soutien.

Je tiens à remercier Marie-Pierre pour sa formidable gentillesse et sa disponibilité sans failles. Merci
pour m’avoir formé à toutes les techniques de Protéomique. Merci aussi pour m’avoir épargné de nombreuses
taches chronophages (commandes, micro-injections des insectes, solutions, etc…).

J’adresse un grand merci à Nathalie, ma nouvelle voisine de bureau, pour tout ce temps consacré aux
manips de microscopie confocale. Merci aussi pour les cellules de Circulifer haematoceps. Mon travail n’aurait
pas été le même sans le tien. Promis ! A la fin de ma thèse, je te donne mon bureau que tu jalouses depuis ces
derniers mois !

Je remercie énormément Laure, une des rares personnes au monde à se battre pour faire des tests
statistiques ! Merçi d’avoir consacrer du temps à l’éveil d’un néo-biochimiste. Je remercie ici une source
intarissable d’idées, de conseils et de connaissances dans de nombreux domaines scientifiques.

Je tiens également à remercier Michel Castroviejo pour avoir accepté de me prêter pour quelques heures
tous ses appareils de chromato mais aussi pour sa gentillesse au cours de chacune de mes visites.

Un grand Merci collectif et sincère à tout le labo « Molli ».
Aux « IPPistes », Pascal SP, Claire et Guillaume et pour le travail sur Mycoplasma mycoïdes.
A toute l’équipe « Phyto » au sens large : Xavier, Sylvie, Delphine, Anne, Gulnara, Sandrine, Christophe, Jam,
Pascal S et Jean-Luc.
A Jacqueline pour ces conseils et pour tous les autoclavages réalisés en « urgence ».
3 Aux « serristes », Kaelig et Denis, pour s’occuper de toutes nos bizarreries, pour leurs connaissances pour le
secours et le dépannage d’appareils défectueux, sans oublier leurs talents pour le barbecue ! Vous êtes dignes de
votre illustre prédécesseur, Patrick, que je remercie également sincèrement pour son travail et sa personnalité.
Aux secrétaires, Evelyne et Isa, pour leurs disponibilités et leurs sourires. Peut-être que j’arriverais un jour à
vous pardonner pour les pérégrinations italiennes….

Merci aussi à Marc, Laure, Clothilde et Cédric pour les moments « détente » : pause-café, Sodexo et quelques
soirées. Je me souviendrais encore longtemps des discussions non-scientifiques improbables et variées qui
animaient ces moments-là. Merci à Marc pour m’avoir enseigné tous les secrets du « Bob Whitcomb Award » !
J’ai une pleine bacholle de souvenirs, y’en aura de reste !

Je tiens à remercier Suzann pour avoir mis à ma disposition ses indéniables talents artistiques pour le
dessin de Circulifer haematoceps. J’espère arriver à le mettre aussi bien en valeur que ce qu’il le mérite. Toutes
les brèves discussions de fin d’après-midi étaient un réel plaisir.

Je remercie également Lise et Laura pour leur travail au cours de leurs stages de M1. Bonne chance à
vous pour la suite.

Anne, Claire et Jam, compagnons de thèse, une pensée spéciale pour vous. Bonne chance pour la suite et
j’espère qu’on aura la chance de se revoir plus tard dans quelques congrès sur quelques îles paradisiaques….

En résumé, un grand merci à vous tous qui m’avait permis d’évoluer dans un cadre agréable et propice
au travail et fait de ma thèse une superbe expérience et un tremplin pour ma carrière.

Assez parlé travail !
Je remercie, du fond du cœur, mes parents qui m’ont toujours permis d’étudier en toute sérénité. Merci
pour l’intérêt que vous avez toujours porté à mes études. Je vous en serais éternellement reconnaissant.

Je remercie toute ma « famille ». Merci de votre soutien pendant toutes ces années et de m’avoir permis
de m’échapper du monde de la Recherche à chaque fois. Yves, Marie-Lucienne, Ben, Carole, Arnaud (compagnon
de galère…Courage !) et Poys, merci de m’avoir accueilli dans votre tribu et fait partager de si bons moments.

Un grand merci à tous mes amis et plus particulièrement Flo, Céc, David, Camille et Lio. Que ce soit à
Paris, Brive, Seignosse ou Pau, il y avait toujours une bonne excuse pour fêter quelque chose ! Bonne nouvelle,
voilà une nouvelle raison de faire la fête !

Même si mes recherches restent relativement floues et obscures pour beaucoup d’entre vous, je n’aurais
rien réussi sans vous !

Une dernière pensée toute particulière pour Marie qui m’a supporté avant la thèse, pendant ma thèse
(miracle !) et qui, j’espère, me supportera encore de longues années après.
4

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi