Les apports de la clinique du travail à l'analyse de la présentation de soi chez le dirigeant d'entreprise

De
Publié par

Sous la direction de Christophe Déjours
Thèse soutenue le 19 février 2010: CNAM
LES APPORTS DE LA CLINIQUE DU TRAVAIL À L’ANALYSE DE LA « PRÉSENTATION DE SOI » CHEZ LE DIRIGEANT D’ENTREPRISE Cette recherche se propose d’explorer ce qui, dans la rencontre entre la subjectivité du dirigeant d’entreprise et son travail, permet de mieux comprendre ses conduites souvent jugées irrationnelles. A l’issue d’une lecture critique des travaux de psychologie et de psychosociologie des organisations portant sur le dirigeant et des travaux de gestion portant sur son activité, la psychodynamique du travail s’impose comme la référence théorique de cette recherche et ce, bien qu’elle n’ait jamais investigué le terrain des directions d’entreprise. Nourrie de connaissances de gestion et de concepts issus de la psychodynamique du travail, cette recherche propose une approche clinique du travail du dirigeant, soit une clinique du décalage entre son travail prescrit et son travail réel. Source de connaissance du travail prescrit du dirigeant, les textes de management mettent en avant la « présentation de soi » comme l’une des composantes de ce travail. Dès lors, le cadre de cette recherche se centre sur l’analyse de cette « présentation de soi » dont les entretiens menés avec quinze dirigeants et dirigeantes révèleront la triple dimension : agir expressif et moyen de faire face aux exigences de la prescription de maîtrise, forme d’accès à la reconnaissance et enfin, stratégie de défense contre la souffrance au travail révélant la rationalité subjective de leurs conduites. Enjeux théoriques et méthodologiques pour la psychodynamique du travail, apport aux sciences de gestion et éthique managériale sont alors discutés, ouvrant la voie d’une réflexion pour définir une méthodologie d’intervention auprès de cette population.
-Psychodynamique du travail
-Travail
-Direction d’entreprise
-Présentation de soi
-Clinique du travail
THE CONTRIBUTION OF THE CLINICAL APPROACH TO WORK AS APPLIED TO THE ANALYSIS OF THE CEO’S “SELF-PRESENTATION” The purpose of this research is to explore what it is that, in the cross between CEO subjectivity and his work, allows to better understand behaviors that are often considered irrational. Following a critical review of the literature of organizational behavior and psycho-sociology that deals with the CEO, as well as of the management literature relating to his activity, the field of work-psychodynamics establishes itself as the theoretical reference for this research, despite never actually having penetrated the field of top management. With its grounding in an understanding of management as well as in concepts drawn from the field of work-psychodynamics, this research proposes a clinical approach to the work of the CEO, in other words a clinical study of the gap between prescribed work and actual work. As a source of knowledge of the prescribed tasks of the CEO, management literature tends to point to “self-presentation” as one aspect of that work. Consequently, the scope of this research focuses on the analysis of this “self-presentation”, whose triple dimension is revealed in interviews conducted with fifteen male and female CEOs: firstly, a means of expressive action and a way of coping with the constraints of prescribed mastery, secondly, a means of achieving recognition and finally, a strategy of defense against suffering at work, thus revealing the subjective rationality of their behaviors. We then discuss the theoretical and methodological implications on work-psychodynamics, the contribution to management science, as well as implications on managerial ethics, thereby opening the way to defining a methodology of intervention for this specific population.
-Work-psychodynamics
-Top management
-Self-presentation
-Clinical approach to work
Source: http://www.theses.fr/2010CNAM0685/document
Publié le : vendredi 28 octobre 2011
Lecture(s) : 92
Tags :
Nombre de pages : 308
Voir plus Voir moins

CONSERVATOIRE NATIONAL DES ARTS ET METIERS
Ecole doctorale Entreprise, Travail, Emploi
Centre de Recherche sur le Travail et le Développement (C.R.T.D.)
Equipe « Psychodynamique du Travail et de l’Action »

THÈSE
présentée en vue de l’obtention du
DOCTORAT DE PSYCHOLOGIE
LES APPORTS DE LA CLINIQUE DU TRAVAIL
À L’ANALYSE DE LA « PRÉSENTATION DE SOI »
CHEZ LE DIRIGEANT D’ENTREPRISE
Marisa WOLF-RIDGWAY

Thèse dirigée par Christophe DEJOURS, Professeur de Psychologie
Soutenue publiquement le 19 février 2010

Membres du Jury :
Mme la Professeure Dominique LHUILIER (CNAM)
M. le Professeur Christophe DEJOURS (CNAM), Directeur de thèse
M. le Jean-François CHANLAT (Université Paris IX), Rapporteur
M. le Professeur François HUBAULT (Université Paris I), Rapporteur
M. le Laerte SZNELWAR (Escola Politecnica da Universidade Sao Paulo)
tel-00516368, version 1 - 9 Sep 2010

















LES APPORTS DE LA CLINIQUE DU TRAVAIL À L’ANALYSE DE LA
« PRÉSENTATION DE SOI » CHEZ LE DIRIGEANT D’ENTREPRISE

tel-00516368, version 1 - 9 Sep 2010



À mon époux Angus,
A mes enfants Elisabeth et William,












































tel-00516368, version 1 - 9 Sep 2010Remerciements


Je tiens à remercier tout d’abord le Professeur Christophe Dejours pour la confiance
qu’il m’a accordée en acceptant d’encadrer ce travail, pour la qualité de son
accompagnement, pour son écoute attentive à chacune des étapes de mon cheminement,
pour ses contributions et ses conseils précieux comme pour son soutien indéfectible tout
au long de cette recherche.
Je remercie chaleureusement les Professeurs Jean-François Chanlat, François Hubault,
Dominique Lhuilier et Laerte Sznelwar, d’avoir accepté de participer à mon jury de
soutenance.
Mes remerciements vont aussi au Professeur Alain Bloch, pour m’avoir encouragée à
soumettre un premier projet de recherche dans le cadre du DEA de psychologie du
travail et des transitions du CNAM, projet qui a abouti à l’écriture de cette thèse de
doctorat. Le Professeur Alain Bloch m’a également proposé un premier terrain
d’enquête auprès de dirigeants propriétaires. Qu’il en soit très vivement remercié.
Mes remerciements s’adressent aussi aux membres de l’équipe « Psychodynamique du
Travail et de l’Action » et, plus particulièrement, à Christian Aucante, Jean-Claude
ýValette , Elisabeth Klein, Eric Hamraoui et Isabelle Gernet, pour leur soutien, pour
leurs encouragements nombreux et leur témoignage de sympathie lorsque trop de
doutes venaient freiner la progression de mon travail. Ils s’adressent aussi à Xavier
Gautier, conseiller en gouvernance d’entreprise, pour ses encouragements et sa
sollicitude à mon égard.
Mes remerciements s’adressent, bien entendu, aux dirigeants qui ont répondu
favorablement à ma demande et ont accepté de participer aux entretiens de recherche.
Sans leur contribution, cette recherche n’aurait jamais pu être conduite. J’espère très
sincèrement qu’ils trouveront un intérêt dans la lecture des pages qui suivent.
Je remercie aussi les dirigeants que j’ai accompagnés durant plusieurs années dans la
préparation de la succession de leur groupe familial. En acceptant que des éléments
recueillis au cours de nos très nombreux entretiens individuels et collectifs soient
rapportés dans ce travail académique, ils ont très largement contribué à sa progression.
Je remercie aussi Martine Tarapani, mon amie d’enfance, correctrice d’orthographe
acharnée, pour son amitié sans faille et sa relecture assidue.
Enfin, qu’il me soit permis d’exprimer ici à mon mari toute ma gratitude. Inspirateur,
sans toujours le savoir, de bien des questions soulevées dans cette recherche et à
l’origine de bien des hypothèses et pistes de réponses, il a toujours tout mis en œuvre
pour m’assurer les conditions de travail les plus favorables.
Merci aussi à Elisabeth et à William, mes enfants, qui se souviendront peut-être d’avoir
eu, pendant bien longtemps, une maman préoccupée par quelque chose d’assez abstrait
pour eux mais ô combien important pour moi : cette thèse.
3

tel-00516368, version 1 - 9 Sep 2010LES APPORTS DE LA CLINIQUE DU TRAVAIL À L’ANALYSE DE LA
« PRÉSENTATION DE SOI » CHEZ LE DIRIGEANT D’ENTREPRISE
Cette recherche se propose d’explorer ce qui, dans la rencontre entre la subjectivité du dirigeant
d’entreprise et son travail, permet de mieux comprendre ses conduites souvent jugées
irrationnelles. A l’issue d’une lecture critique des travaux de psychologie et de
psychosociologie des organisations portant sur le dirigeant et des travaux de gestion portant sur
son activité, la psychodynamique du travail s’impose comme la référence théorique de cette
recherche et ce, bien qu’elle n’ait jamais investigué le terrain des directions d’entreprise.
Nourrie de connaissances de gestion et de concepts issus de la psychodynamique du travail,
cette recherche propose une approche clinique du travail du dirigeant, soit une clinique du
décalage entre son travail prescrit et son travail réel. Source de connaissance du travail prescrit
du dirigeant, les textes de management mettent en avant la « présentation de soi » comme l’une
des composantes de ce travail. Dès lors, le cadre de cette recherche se centre sur l’analyse de
cette « présentation de soi » dont les entretiens menés avec quinze dirigeants et dirigeantes
révèleront la triple dimension : agir expressif et moyen de faire face aux exigences de la
prescription de maîtrise, forme d’accès à la reconnaissance et enfin, stratégie de défense contre
la souffrance au travail révélant la rationalité subjective de leurs conduites. Enjeux théoriques et
méthodologiques pour la psychodynamique du travail, apport aux sciences de gestion et éthique
managériale sont alors discutés, ouvrant la voie d’une réflexion pour définir une méthodologie
d’intervention auprès de cette population.
Mots-clés : psychodynamique du travail, direction d’entreprise, travail, présentation de soi,
clinique du travail.

THE CONTRIBUTION OF THE CLINICAL APPROACH TO WORK AS APPLIED
TO THE ANALYSIS OF THE CEO’S “SELF-PRESENTATION”
The purpose of this research is to explore what it is that, in the cross between CEO subjectivity
and his work, allows to better understand behaviors that are often considered irrational.
Following a critical review of the literature of organizational behavior and psycho-sociology
that deals with the CEO, as well as of the management literature relating to his activity, the field
of work-psychodynamics establishes itself as the theoretical reference for this research, despite
never actually having penetrated the field of top management. With its grounding in an
understanding of management as well as in concepts drawn from the field of work-
psychodynamics, this research proposes a clinical approach to the work of the CEO, in other
words a clinical study of the gap between prescribed work and actual work. As a source of
knowledge of the prescribed tasks of the CEO, management literature tends to point to “self-
presentation” as one aspect of that work. Consequently, the scope of this research focuses on
the analysis of this “self-presentation”, whose triple dimension is revealed in interviews
conducted with fifteen male and female CEOs: firstly, a means of expressive action and a way
of coping with the constraints of prescribed mastery, secondly, a means of achieving
recognition and finally, a strategy of defense against suffering at work, thus revealing the
subjective rationality of their behaviors. We then discuss the theoretical and methodological
implications on work-psychodynamics, the contribution to management science, as well as
implications on managerial ethics, thereby opening the way to defining a methodology of
intervention for this specific population.
Keywords : work-psychodynamics, top management, work, self-presentation, clinical approach
to work.


Centre de Recherche sur le Travail et le Développement
Equipe « Psychodynamique du Travail et de l’Action », dirigée par Christophe Dejours
C.N.A.M. 41 rue Gay-Lussac 75005 PARIS
4

tel-00516368, version 1 - 9 Sep 2010Table des matières
TABLE DES MATIERES

AVANT-PROPOS .......................................................................................................... 17
INTRODUCTION .......... 20
PREMIERE PARTIE : Comment traiter le rapport entre subjectivité et travail du
dirigeant ? ................................................................................................................. 24
Introduction .......... 25
I - Des analyses de psychologie individuelle sans référence au travail ................ 26
A - Des portraits psychopathologiques du dirigeant d’entreprise .......................... 26
1) Une analyse des comportements des dirigeants d’entreprise ........................ 27
2) Une classification taxinomique des dirigeants suivant leur structure
psychique…………………………………………………………………....27
3) L’influence de la structure psychique du dirigeant sur l’entreprise dirigée ... 28
4) L’influence de la « pathologie » de l’entreprise et du statut sur le
fonctionnement psychique du dirigeant ....................................................... 29
B - La nature des liens entre le dirigeant et l’organisation .................................... 30
1) Les interprétations psychanalytiques du pouvoir .......... 30
2) La place des dirigeants dans le système « managinaire » ............................. 31
3) Les liens entre types psychiques de dirigeants et formes d’organisation ....... 33
C - L’évacuation de la question du travail ............................................................ 35
1) Le travail est ignoré ..................................................... 35
2) Un travail caché qui n’en porterait pas le nom ? .......................................... 36
3) Les conséquences sur l’action ...................................... 37
II - Des analyses de l’activité du dirigeant d’entreprise sans référence à sa
subjectivité ............................................................................. 38
A - L’exercice héroïque du leadership ................................. 38
B - La prise de décision cognitive ........ 41
C - Les rôles et les missions du dirigeant d’entreprise .......................................... 42
III - L’analyse du rapport entre subjectivité et travail sans référence au
dirigeant ................................................................................ 43
A - La prise en compte de la subjectivité ............................................................. 44
B - La centralité du travail ................... 44
1) Le travail et la subjectivité ........................................................................... 45
La souffrance créatrice et le plaisir au travail ..... 46
La souffrance pathogène .................................... 47
2) Le travail, médiateur entre subjectivité et champ social ............................... 47
5

tel-00516368, version 1 - 9 Sep 2010Table des matières
La coopération et la dynamique de la reconnaissance ......................................................... 48
Les stratégies collectives de défense contre la souffrance au travail .................................... 49
3) Le travail dans l’articulation entre sphère sociale et sphère privée ............... 51
Les effets de miroir et les situations de déchirement identitaire ........... 52
La résonance du travail dans l’espace privé ........................................................................ 52
La contamination des relations avec les enfants par le travail.............. 53
C - L’analyse étiologique des nouvelles pathologies liées au travail ..................... 54
D - Le dirigeant, oublié par la psychodynamique du travail ................................. 55
IV - Le dirigeant est un sujet de recherche risqué ............... 56
A - Manager, actionnaire, capitaliste : de qui parle-t-on ? .... 56
1) Manager ? ................................................................................................... 57
2) Actionnaire ? ............................... 58
3) « Capitaliste » ? ........................... 58
4) Cadres dirigeants ? ...................................................................................... 59
5) Dirigeants ? ................................. 59
B - Le dirigeant d’entreprise est-il un produit de l’imaginaire social ? ................. 60
1) Un personnage réputé héroïque et tout-puissant ........................................... 61
2) Un être réputé maléfique ............................................. 61
V - Une nouvelle voie à inventer dans l’entre-deux ............. 66
A - Le dirigeant des sciences de gestion .............................................................. 66
B - Le cadre conceptuel de la psychodynamique du travail .................................. 67
1) Rejet des autres alternatives théoriques ........................ 67
2) Des fondements théoriques cohérents et adaptés .......... 69
La perspective contingente d’un dirigeant, acteur ............................................................... 69
Le travail, l’engagement du corps et la centralité du travail ................ 69
La rationalité subjective, pathique ...................................................... 70
La normalité et le déploiement de stratégies de défense contre la souffrance ....................... 71
La dimension collective du travail ..................................................... 71
Le travail et les rapports sociaux de domination ................................. 72
C - Une approche ad hoc ..................................................................................... 72
1) Des questions habitées par la psychodynamique du travail .......................... 72
2) Une méthode à définir dans l’entre-deux ..................... 72
3) Un dialogue critique maintenu avec la psychodynamique du travail ............ 74
4) Des enjeux mixtes de connaissance et d’action ............................................ 74
Conclusion ............................................................................. 75


6

tel-00516368, version 1 - 9 Sep 2010Table des matières
DEUXIEME PARTIE : Le travail du dirigeant dans les textes ...................................... 78
Introduction .......................................................................... 79
I - Ce que fait le dirigeant d’entreprise : est-ce un travail ? 79
A - Action, gestion, leadership sont des notions antinomiques du travail ............. 79
1) L’action n’est pas un travail ........................................................................ 79
2) La gestion est le contraire du travail ............................ 80
3) Le leadership est la face glorieuse du management laborieux....................... 82
B - Une rhétorique dominante qui exclut toute allusion à un travail ..................... 83
II - Ce que fait le dirigeant d’entreprise : une première lecture ......................... 84
A - Les apports à la connaissance des fonctions, des rôles et des activités
quotidiennes du dirigeant............................................................................... 85
1) Les fonctions et les rôles ............. 85
2) Les activités quotidiennes ............ 88
3) L’incidence du poste occupé et de la taille de l’entreprise ............................ 89
Le niveau hiérarchique ...................................................................................................... 89
La taille de l’entreprise ...... 90
4) Des modalités particulières de rapport au temps .......................................... 91
Des tâches fragmentées et discontinues .............................................. 91
Des cycles longs ................................................ 91
De longues heures de travail .............................................................................................. 92
B - L’exposé des compétences et des traits de personnalité requis ....................... 92
1) Les compétences requises ............................................ 92
2) Les traits de personnalité communs ............................................................. 93
C - La présentation des prescriptions, des contraintes et de quelques compromis
identifiés ....................................................................... 94
1) Le travail du dirigeant, entre « demandes » et « contraintes » ...................... 94
2) Des prescriptions inexistantes et des attentes floues et/ou contradictoires .... 94
3) L’impossible maîtrise .................................................................................. 95
4) L’exposition aux conflits éthiques ............................... 96
5) Les compromis identifiés............. 96
L’affichage de la toute-puissance et l’invulnérabilité .......................................................... 96
Un travail excessif ............................................................................. 96
Le déni de la réalité, l’illusion et l’affichage de certitudes .................. 97
D - Une synthèse de la première lecture ............................... 98
1) Des descriptions trop peu spécifiques .......................................................... 99
2) Un système social édulcoré ou inexistant ..................... 99
3) Une visée prescriptive marquée ................................. 100
7

tel-00516368, version 1 - 9 Sep 2010Table des matières
4) L’importance des activités de décision et de communication ..................... 102
III - Ce que fait le dirigeant : une lecture complémentaire ............................... 102
A - Le décideur ................................................................................................. 103
B - Le visionnaire .............................. 105
C - Le communicateur ....................................................................................... 106
1) Le donneur de sens .................... 109
2) Le symbole................................ 110
3) Le gestionnaire des impressions ................................ 111
4) Une « communication » particulière .......................... 111
Une communication stratégique ....................................................... 112
« Communication » ou séduction ? .................................................. 113
Théâtre, dramaturgie et art de la mise en scène ................................. 114
Le cas particulier des autobiographies .............. 115
IV - Ce que fait le dirigeant d’entreprise : une autre lecture des textes ........... 116
A - Un « travail » particulier .............................................................................. 117
1) L’engagement du corps ............. 117
2) La souffrance au travail et les défenses contre la souffrance ...................... 118
3) La dimension collective ............................................................................. 118
4) L’originalité du couple prescrit/réel ........................... 119
5) Une explication de l’élusion du travail....................................................... 120
B - Un travail de maintenance du pouvoir .......................... 121
1) Décision, vision et « communication » sont des prérogatives du pouvoir ... 121
2) Le dirigeant est un agent de maintenance du pouvoir ................................. 123
C - Un travail d’action sur l’action des autres .................................................... 124
D - La place de la « présentation de soi » ........................... 125
Conclusion ........................................................................................................... 127
TROISIEME PARTIE : Une méthode d’accès à la « présentation de soi » du
dirigeant d’entreprise .............................................................................................. 130
Introduction ........................................ 131
I - Les contraintes du terrain .............................................. 132
A - Une population difficile d’accès .. 132
1) La « domination symbolique » inversée ..................................................... 132
2) Le culte du secret et la méfiance à l’égard des milieux de recherche .......... 133
3) L’habitude des interviews .......................................................................... 134
4) L’auto-limitation des chercheurs ............................... 134

8

tel-00516368, version 1 - 9 Sep 2010Table des matières
B - Un travail qui se dérobe ............................................................................... 134
C - Une « présentation de soi » qui s’impose ..................... 135
II - Les limites des méthodes existantes .............................................................. 136
A - La méthode expérimentale : un recours inadapté.......................................... 136
B - Les questionnaires : un empêchement d’accès à l’inédit ............................... 137
C - L’observation : un empêchement d’accès à l’invisible . 138
D - L’entretien : un accès trop souvent repoussé ................................................ 140
III - A la recherche d’une méthode d’accès à la « présentation de soi » du
dirigeant d’entreprise .................................................. 140
A - Réflexions autour de la méthode clinique .................................................... 141
1) Le travail invisible..................... 141
2) La méthode clinique ................................................. 142
L’accès à l’invisible ........................................................................ 142
La réhabilitation de la subjectivité et de l’intersubjectivité................ 143
3) La clinique du travail ................................................. 143
B - Réflexions autour de la méthodologie d’enquête en psychodynamique du
travail .......................................................................... 145
1) L’absence de demande .............................................. 145
2) Le collectif en question ............. 146
3) Un chercheur isolé..................................................... 147
4) Le matériel de l’enquête ............................................ 148
5) La restitution et la validation ..................................... 148
6) La visée de compréhension pour l’action ................... 149
C - Le « bricolage » d’un dispositif de recherche ad hoc .................................... 150
1) Les sujets et la singularité des cas .............................................................. 151
Les sujets de la recherche : des dirigeants d’entreprise ..................... 151
- Des dirigeants d’entreprises grandes, petites et moyennes .............. 151
- Des dirigeants salariés et des dirigeants propriétaires ................................ 152
- Des dirigeants en poste et des dirigeants sans emploi ..................... 152
- Des hommes et des femmes ........................................................... 152
La représentativité des sujets : des cas singuliers à valeur didactique ................................ 153
La juxtaposition de cas singuliers .................................................... 154
2) L’approche « rusée » pour contourner l’absence de demande 155
Le choix opportuniste des sujets ...................................................... 155
L’importance du premier contact ..................................................... 156
Homophilie, crédibilité et « présentation de soi » du chercheur......... 157
Un principe d’échanges « donnant-donnant » ................................................................... 157
La préservation du sujet non demandeur .......... 157
L’encouragement d’une demande ultérieure ..... 158
3) La conduite d’entretiens individuels en l’absence de collectif .................... 158
9

tel-00516368, version 1 - 9 Sep 2010

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi