Les rébellions touarègues du Niger : combattants, mobilisations et culture politique, The Tuareg Rebellions in Niger : combatants, Mobilizations and Political Culture

De
Publié par

Sous la direction de Christian Coulon
Thèse soutenue le 12 janvier 2011: Bordeaux 4
Cette thèse a pour but de comprendre pourquoi et comment les rébellions touarègues du Niger se forment, se pérennisent et réapparaissent malgré une efficacité marginale dans l’accomplissement de leurs buts politiques. L’analyse des mobilisations est fondée sur une approche sociohistorique qui en montre les tendances longues et permet de resituer les facteurs de déclenchement des mouvements récents. On voit apparaître une porosité entre les temps de guerre et de paix qui permet au rebelle de conserver un statut et à la rébellion d’évoluer sous l’effet conjugué des influences extérieures et de la créativité politique de ses acteurs. Au-delà de la temporalité du conflit s’est développé un répertoire culturel qu’on peut définir comme une culture politique rebelle. On montre d’abord qu’il existe depuis les premières rencontres avec la France une histoire de résistance qui s’inscrit dans un cadre politique plus complexe que généralement décrit et installe durablement une représentation du combattant. On voit ensuite que ces processus se réalisent dans la rébellion des années 1990, qui a mobilisé des combattants aux parcours sociologiques divers favorisant l’émergence de son influence après les accords de paix. Enfin, la rébellion et les rebelles en tant qu’acteurs politiques se pérennisent dans une culture politique, qui est renforcée par la voix de la diaspora et enfin par le monde occidental, dans un jeu de miroir constant et éminemment productif. Ce travail privilégie une « approche par le bas » qui situe les rebelles au centre des analyses. Au-delà du cas nigérien, cette approche critique les analyses unidimensionnelles des conflits dominantes dans le monde académique et les institutions du développement.
-Mobilisations
-Combattants
-Culture politique
-Conflits
-Études africaines
-Touaregs
-Niger
This work aims at understanding why and how Tuareg rebellions in Niger form, last and reappear although they have proven only marginally efficient at reaching their political goals. The analysis of the mobilizations is based on a sociohistorical approach, which shows their trends in the long-term and allows us to reconsider the start factors of the most recent movements. One can see a porosity appear between times of war and peace, which allows the Rebel to retain his status and lets the rebellion evolve under the influence of both outsiders and the political creativity of its actors. Beyond the conflict’s timeframe, a cultural repertoire has developed, that might be defined as a political culture. I show first that since their first encounter with the French the Tuaregs have had a history of resistance included in a political frame much more complex than usually described. This history has also contributed to establish a representation of the combatant. Then one will see that those processes find a realization in the rebellion of the 1990’s. By mobilizing combatants with very diverse backgrounds, this rebellion has built a sustainable influence after the peace agreements. Lastly, the rebellion and the rebels as political actors last as a political culture reinforced by the voices of the diaspora as well as the Western World, through a highly productive mirror effect. This work favors an approach “from below”, putting the rebels at the center of the analysis. Beyond the case of Niger, this approach criticizes the one-dimensional analysis that dominates academic research as well as the institutions of economic development.
-Mobilization
-Combatants
-Political culture
-Conflicts
-African studies
-Tuaregs
-Niger
Source: http://www.theses.fr/2011BOR40011/document
Publié le : dimanche 30 octobre 2011
Lecture(s) : 75
Tags :
Nombre de pages : 551
Voir plus Voir moins

UNIVERSITE DE BORDEAUX
INSTITUT D’ETUDES POLITIQUES DE
BORDEAUX
ECOLE DOCTORALE DE SCIENCE POLITIQUE DE BORDEAUX
CEAN - Centre d’Etude d’Afrique Noire
LES REBELLIONS TOUAREGUES DU NIGER :
COMBATTANTS, MOBILISATIONS ET CULTURE POLITIQUE
Thèse pour le Doctorat en Science politique
Sous la direction de M. Christian COULON
Présentée et soutenue publiquement par
Frédéric DEYCARD
Le 12 janvier 2011
Membres du jury :
M. Christian COULON, Professeur émérite, Institut d’Etudes Politiques de Bordeaux,
Directeur de thèse.
M. Pierre-Marie DECOUDRAS, Professeur, Université de la Réunion, rapporteur.
M. Francisco LETAMENDIA, Professeur, Université de Pays Basque, Bilbao, rapporteur.
M. Hervé MAUPEU, Maître de conférences, Université de Pau et des Pays de l’Adour.
M. René OTAYEK, Directeur de recherche CNRS, Institut d’études politiques de Bordeaux –
CEAN.
Mme Céline THIRIOT, Maître de conférences, Institut d’études politiques de Bordeaux.
1 2 REMERCIEMENTS
Alors que j’achève ce travail, rien ne me semble plus important à l’écriture d’une thèse que le
soutien des autres, la confiance en soi et la voix qui rappelle, dans les moments difficiles, que
l’on n’est pas seul à se poser des questions et à chercher des réponses.
Ma reconnaissance va bien au-delà des quelques mots qui suivent. Je voudrais cependant
remercier ici tous ceux qui m’ont accompagné, d’une manière ou d’une autre, au cours de cette
recherche, et ont apporté ces regards multiples qui ont été nécessaires à l’élaboration de ce
travail. On dit souvent qu’une thèse de doctorat est une œuvre solitaire. Il est vrai que l’on peut
se sentir parfois bien seul et douter de soi. Mais il faut dire à quel point elle est aussi une
aventure collective. Si je porte la seule responsabilité de ses éventuels errements, je voudrais
partager humblement ses quelques réussites.
Christian Coulon, tout d’abord, a su au cours de ces années distiller avec bienveillance les
conseils et la sérénité qui m’ont permis de présenter ce travail aujourd’hui. Je le remercie de sa
sagesse, de ses paroles et de sa patience.
Au Centre d’Etude d’Etude d’Afrique Noire, je dois des remerciements particuliers à Vincent
Foucher et à Christine Deslaurier, du groupe « Conflits Armés ». Ils m’ont à la fois permis de
confronter mes hypothèses à des travaux innovants et de présenter mes premières conclusions.
Surtout, ils ont suffisamment cru en ma recherche pour financer mon travail de terrain au Niger.
J’ai rencontré dans mon cheminement intellectuel de nombreux chercheurs qui m’ont accueilli,
motivé et orienté vers des questionnements nécessaires. Parmi eux, je remercie particulièrement
Yvan Guichaoua, dont les conseils de lectures et les conversations m’ont souvent replacé sur la
bonne voie. Mahaman Tidjani Alou, quant à lui, m’a ouvert les portes du LASDEL lors de mon
séjour à Niamey, avec beaucoup de simplicité et de chaleur.
L’écriture d’une thèse n’est cependant pas qu’affaire de recherche académique. Les rencontres,
les liens noués tout au long de la route, sont autant de précieuses contributions et d’instants
décisifs.
3 Au nombre de ces instants je dois une reconnaissance éternelle à la disponibilité et à l’amitié de
L titia Baltz.
Je remercie aussi avec chaleur mes parents qui ont contribué de manière décisive à l’achèvement
de ce travail. Patti and Nick have given, at the perfect time, some of the most important
encouragments and support.
Tout au long de cette route sinueuse, j’ai eu la chance de forger de nombreuses amitiés qui me
sont chères et je remercie tous ceux qui, au Niger, ont accepté de me parler, de m’héberger, de
partager un thé, d’écouter et de discuter mes hypothèses en construction, parfois jusqu’au milieu
de la nuit. J’espère vous rendre dans ce travail, et ailleurs, une partie de ce que vous m’avez
donné. Ahmed, Ibrahim, Ghoumour, Omar, Kader, en particulier, et tous ceux que j’ai croisés
depuis les premiers pas de cette recherche, merci.
Sidi et Karine, je voudrais pouvoir exprimer toute ma reconnaissance pour votre générosité et
votre ouverture d’esprit.
And, of course, I thank with all of my heart Nico who always helped me to believe and to keep my
eyes open.
4
?Table des matières

INTRODUCTION .........................................................................................................................13
Première partie : Du XIXème siècle à l’indépendance. Résistances en construction............35
Chapitre I : Premières résistances ..............................................................................................41
1- Indifférence, collaboration, résistance. Les Touaregs face aux colonisateurs ...................45
2- Représentations de la résistance, des nomades et de la liberté ..........................................61
Chapitre II : Kaocen ...................................................................................................................77
1- Evénements, ruptures, mobilisations..................................................................................81
2- Les représentations de Kaocen.........................................................................................107
3- Conséquences et renouvellements ..................................................................................125
Chapitre III : Un monde en transition ......................................................................................137
1- L’OCRS, les illusions et l’indépendance ........................................................................143
2- Visions touarègues ...........................................................................................................153
3- Des années 1970 à la rébellion : exils et entrées en résistances.......................................163
Deuxième partie : Les années 1990. Fabrication de la culture politique de rébellion.........179
Chapitre IV : Changer le monde ?............................................................................................183
1- « Nous étions quinze dans les montagnes» : formation des premiers rebelles, récits des
débuts ..................................................................................................................................189
2- Mobilisations, de la Libye au Niger ...............................................................................201
3- Comment choisir un front ? ...........................................................................................211
Chapitre V : Les combattants ...................................................................................................227
1-Sociologie des rebelles, des Libyens aux Imaginaires .....................................................231
2-Un capital social rebelle ...................................................................................................245
3- Images de la rébellion .....................................................................................................255
Chapitre VI : Après la rébellion des années 1990. Développements des cultures politiques
rebelles .....................................................................................................................................265
1- Les ex-combattants dans la Cité, reconfigurations post-rebelles ....................................267
2- Itinéraires collectifs : de l’intégration à la pérennité rebelle .........................................275
3- La rébellion au cœur de la culture, la culture au cœur de la rébellion : Musiciens, artistes
et rebelles..............................................................................................................................285
5 Troisième partie : La culture politique rebelle réinventée : héritages, influences et nouvelles
formes..........................................................................................................................................301
Chapitre VII : Et maintenant ? Les mobilisations touarègues face aux nouveaux enjeux .......305
1- Vers un conflit de ressources ? .......................................................................................309
2- La décentralisation, une impasse politique pour la rébellion ? .......................................321
3- « Peuples autochtones », tifinagh et archéologie du savoir touareg : universaliser la
rébellion................................................................................................................................327
Chapitre VIII : Le Mouvement des Nigériens pour la Justice. Rebelles accidentels ou figures
organiques de la culture politique rebelle ?..............................................................................341
1- Renaissance d’une rébellion ...........................................................................................345
2- Comment le MNJ a transcendé le MNJ ..........................................................................361
3- La fin du MNJ : questions d’avenir ................................................................................375
Chapitre IX : Le miroir tendu de l’Occident ............................................................................385
1- « The Art of Being Tuareg » ...........................................................................................389
2- « Desert rebel » ...............................................................................................................399
3- Le retour des guerriers, reconfigurations locales en contexte international ....................407
CONCLUSION............................................................................................................................423
ANNEXES...................................................................................................................................431
1- Programme des revendications du MNJ .........................................................................431
2- CRA, Programme-cadre de la résistance ........................................................................445
3- Accords de Ouagadougou 1994 .......................................................................................465
4- Accords de Ouagadougou 1995 .......................................................................................469
5- Chanson L’éveil................................................................................................................475
6- Chanson Mano Dayak......................................................................................................477
7- Chanson en hommage aux victimes de Tizerzeit............................................................479
8- Chanson Quand j’ai dépassé Akakous .............................................................................480
9- Musique et rébellion.........................................................................................................481
10- Carte des concessions minières, Ministère de l’Energie, Niger.....................................483
11- Lettre de l’ONG Aghir In Man .....................................................................................485
12- Culture, art, rébellion ....................................................................................................489
13- Combattants ...................................................................................................................491
BIBLIOGRAPHIE.......................................................................................................................499
6 Le Niger. Principales villes et frontières.
78 LISTE des SIGLES
AOF Afrique Occidentale Française
APAC Association pour la Paix des Anciens Combattants
AQMI Al Qaida au Maghreb Islamique
ARLNN Armée Révolutionnaire de Libération du Nord Niger
CRA Coordination de la Résistance Armée
CRIIRAD Commission de Recherche et d’Information Indépendante sur la Radioactivité
FAN Forces Armées Nationales
FAR Front d’Action Révolutionnaire
FARS Forces Armées Révolutionnaires du Sahara
FDR Front Démocratique du Renouveau
FNIS Forces Nationales d’Intervention et de Sécurité
FFL Front des Forces de Libération
FFR Front des Forces de Redressement
FLAA Front de Libération de l’Aïr et de l’Azawagh
FLT Front de Libération Temoust
FPLS Front Populaire de Libération du Sahara
FPN Front Patriotique Nigérien
GSPC Groupe Salafiste de Prédication et de Combat
IRCAM Institut Royal de la Culture Amazighe
Mouvement pour la Démocratie et la Justice au TchadMDJT
MNJ Mouvement des Nigériens pour la Justice
MNSD Mouvement National de la Société de Développement
MRLNN Mouvement Révolutionnaire de Libération du Nord Niger
OCRS Organisation Commune des Régions Sahariennes
ORA Organisation de la Résistance Armée
PNUD Programme des Nations Unies pour le Développement
PSI Pan Sahel Initiative
PRD Parti pour le Renouveau Démocratique
PUND Parti pour l’Union Nationale et la Démocratie
9 TSCI Trans-Sahara Counterterrorism Initiative
TSCP Trans-Sahara Counterterrorism Partnership
UDPS Union pour la Démocratie et le Progrès Social
UFRA Union des Forces de la Résistance Armée
10

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi