Innovation et réforme

De
Fondation européenne f N° 11 mai - août 1997/11 Iioni· la formation L CEDEFOP ISSN 0378-5092 Innovation et réforme : la formation dans les pays d'Europe centrale et orientale FDRMHTION PROFESSIONNELLE NO. 11 REVUE EUROPEENNE CEDEFOP Rédacteur en chef: Stev« ■ Bainbridge Centre européen pour le développement Comité de rédaction: de la formation profes­sionnelle Président: Jean­François Germe Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM), Marinou Antipa 12 France GR ­ 57001 Thessalonique (Thermi) Matéo Alaluf Université Libre de Bruxelles (ULB), Belgique Tina Bertzeletou CEDEFOP Tel: 30­31+490 111 Keith Drake Manchester University, Great Britain Fax: 102 Gunnar Eliasson The Royal Institute of Technology (.KTH), Sweden Alain d'Iribarne Laboratoire d'Economie et de Sociologie du Travail E­mail info@cedefop.gr (LEST­CNRS), France Internet: Arndt Sorge Humboldt­Universität Berlin, Deutschland http://www. cedefop.gr Reinhard Zedier Institut der deutschen Wirtschaft Köln, Deutschland Jordi Planas CEDEFOP Manfred Tessaring P Sergio Bruno Università di Roma, Italia Observateurs Ulrich HiUenkamp European Training Foundation (ETF), Turin, Italia Tadeusz Kozek University of Warszaw, Poland Le CEDEFOP apporte son concours Publié sous la responsabilité de : Clôture de la rédaction : à la Commission en vue de favori­ Johan van Rens, directeur 31.07.
Publié le : vendredi 9 mars 2012
Lecture(s) : 102
Source : EU Bookshop, http://bookshop.europa.eu/
Nombre de pages : 136
Voir plus Voir moins

Fondation européenne f
N° 11 mai - août 1997/11 Iioni· la formation L CEDEFOP
ISSN 0378-5092
Innovation et réforme :
la formation
dans les pays d'Europe
centrale et orientale FDRMHTION PROFESSIONNELLE NO. 11 REVUE EUROPEENNE
CEDEFOP
Rédacteur en chef: Stev« ■ Bainbridge
Centre européen
pour le développement
Comité de rédaction: de la formation profes­
sionnelle
Président:
Jean­François Germe Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM),
Marinou Antipa 12
France
GR ­ 57001 Thessalonique
(Thermi)
Matéo Alaluf Université Libre de Bruxelles (ULB), Belgique
Tina Bertzeletou CEDEFOP
Tel: 30­31+490 111
Keith Drake Manchester University, Great Britain
Fax: 102
Gunnar Eliasson The Royal Institute of Technology (.KTH), Sweden
Alain d'Iribarne Laboratoire d'Economie et de Sociologie du Travail
E­mail info@cedefop.gr
(LEST­CNRS), France
Internet:
Arndt Sorge Humboldt­Universität Berlin, Deutschland
http://www. cedefop.gr
Reinhard Zedier Institut der deutschen Wirtschaft Köln, Deutschland
Jordi Planas CEDEFOP
Manfred Tessaring P
Sergio Bruno Università di Roma, Italia
Observateurs
Ulrich HiUenkamp European Training Foundation (ETF), Turin, Italia
Tadeusz Kozek University of Warszaw, Poland
Le CEDEFOP apporte son concours Publié sous la responsabilité de : Clôture de la rédaction :
à la Commission en vue de favori­ Johan van Rens, directeur 31.07.1997
Stavros Stavrou, r adjoint ser, au niveau communautaire, la
Reproduction autorisée, sauf à des fins promotion et le développement de
Réalisation technique, coordination : commerciales, moyennant mention de la source. la formation et de l'enseignement
Bernd Möhlniann professionnels, grâce à l'échange
N° de catalogue: d'informations et la comparaison
Responsable de la traduction : HX­AA­97­002­FR­C des expériences sur des questions
présentant un intérêt commun Sylvie Bousquier; Amaryllis Weiler­Vassilikioti
pour les Etats membres. Printed in
Maquette : Agence the Federal Republic of Germany. 199H
Le CEDEFOP constitue un lien en­ Zühlke Scholz & Partner GmbH, Berlin
tre la recherche, la politique et la l.a publication paraît trois fois par an
pratique en aidant les décideurs Production technique avec micro­édition : en allemand, anglais, espagnol et francais.
politiques et les praticiens de la Agence Axel Hunstock, Berlin
formation, à tous les niveaux de
l'Union européenne, à acquérir
une compréhension plus claire
Ce numéro a été produit en collaboration avec la des développements intervenus en
matière de formation et d'ensei­ Fondation européenne pour la formation
gnement professionnels, leur per­ Villa Gualino. Viale Settimio Severo 65; 1­10133 Turin
mettant ainsi de tirer des conclu­
Tél.: +39.11.630 22 22; Fax: +39.11.630 22 00; sions en vue de l'action future. Par
ailleurs, il encourage les scientifi­ Internet: http://www.etf.it; e­mail: info@etf.it Li
ques et les chercheurs à identifier
les tendances et les questions fu­ La Fondation européenne pour la formation est une agence de l'Union européenne
tures.
établie pour oeuvrer dans le domaine de l'enseignement et de la formation
professionnels en Europe centrale et orientale, dans les Nouveaux États
Le Conseil d'administration du
Indépendants et en Mongolie. La Fondation fournit également une assistance CEDEFOP a approuvé une série de
priorités à moyen terme pour la technique à la Commission européenne pour le Programme Tempus.
période 1997­2000. Elles esquis­
sent trois thèmes qui constituent Pour des informations plus détaillées sur les travaux de l'EFT et ses publications
le point central des activités du
les plus récentes, cf. page 124/125
CEDEFOP:
J promotion des compétences et
de l'éducation et la formation tout Les opinions des auteurs ne reflètent pas obligatoirement la position du CEDEFOP. Les auteurs
au long de la vie; expriment dans la Revue Européenne "Formaiion Professionnelle" leur analyse et leur point de
Q suivi des développements en vue individuels qui peuvent être partiellement contradictoires. La revue contribue ainsi à élargir
matière de formation et d'ensei­ au niveau européen, une discussion fructueuse pour l'avenir de la formation professionnelle.
gnement professionnels dans les
Etats membres, et
ü au service de la mobilité et des Si vous souhaitez contribuer par un article, cf. page 130
échanges européens.
CEDEFOP * +
* * FDRMRTION PROFESSIONNELLE NO. REVUE EUROPEENNE + *
Editorial
spécial à ces pays qui restent pour beau­ Glossaire abrégé Vu de l'Ouest
coup une terra incognita, qu'il s'agisse
de la situation actuelle, des principes, des Le programme PHARE de
l'UE : PHARE est le pro­La coopération avec l'Europe centrale et tendances, des perspectives, des problè­
gramme d'aide économique de orientale constitue le thème de ce numéro mes ou des besoins de la formation pro­
la Communauté européenne de la Revue européenne > Formation pro­ fessionnelle.
qui vise à soutenir la fessionnelle ». Bien qu'appartenant au
restructuration économique et continent européen, à son histoire et à sa Ce numéro est également spécial dans la
la réforme démocratique en culture, les pays de cette région ont été mesure où il réunit deux institutions de
Europe centrale et orientale. très longtemps coupés du reste de l'Eu­ l'UE qui sont de la première importance
Ses financements sont utilisés rope. pour la formation professionnelle en Eu­
pour canaliser vers les pays rope : le Centre européen pour le déve­
bénéficiaires l'expertise et loppement de la formation professionnelle Depuis les bouleversements politiques de
l'aide dans les domaines de la (CEDEFOP), dont la mission est d'appor­la fin des années 80 et du début des an­
technique, de l'économie et ter son concours à la Commission en vue nées 90, les deux côtés de ce que l'on
des infrastructures. Son objec­de favoriser, au niveau communautaire, appelait le ­ rideau de fer » ont commencé
tif est d'aider les économies en la promotion et le développement de la à se rapprocher, sans toujours respecter
transition à se transformer en formation professionnelle et de la forma­les usages et les traditions de chacun des
économies de marché fondées tion continue, et la Fondation européenne pays. La formation et l'enseignement pro­
sur la libre entreprise et l'ini­pour la formation, dont l'objectif est la fessionnels constituent un important élé­
tiative privée. coopération avec l'Europe centrale et ment de ce processus, intimement lié à
orientale, les nouveaux Etats indépen­l'histoire, à la culture, aux valeurs humai­
dants et la Mongolie dans les domaines nes et sociales, ainsi qu'aux facteurs éco­ PECO ­ Pays d'Europe cen­
de la formation professionnelle initiale et nomiques. L'ignorer dans la réforme en trale et orientale : Dans ce
continue, du recyclage des adultes et de cours conduira à l'échec de cette dernière numéro, il s'agit de la Bulgarie,
la formation à la gestion. La coopération de la République tchèque, de ­ de nombreux exemples le prouvent.
étroite entre ces deux institutions reflète l'Estonie, de la Hongrie, de la
la transformation de l'Europe et elle est
Qu'appelle­t­on pays d'Europe centrale et Lituanie, de la Pologne, de la
nécessaire pour leur développement mu­
orientale? Dans une certaine mesure, il Roumanie, de la Slovénie, de
tuel.
s'agit d'une* notion artificielle inventée la Lettonie et de la Slovaquie.
pour décrire par une paraphrase les pays
éligibles à une aide au titre du programme Nous ne prétendons pas offrir au lecteur COMECON (Council for
PHARE de coopération et d'aide de un aperçu complet des événements in­ Mutual Economie Assis­
l'Union européenne (UE). Ce programme tervenus dans cette région de l'Europe et tance) ou CAEM (Conseil
couvre actuellement l'Albanie, la Bulgarie, nous essaierons également d'éviter l'er­ d'assistance économique
la République tchèque, la Hongrie, la reur souvent commise par de nombreux mutuelle) : Organisation de
Pologne, la Roumanie, la République « experts ■ occidentaux, notamment au dé­ libre­échange des pays socia­
slovaque, la Slovénie et trois pays de l'ex­ but des années 90, qui traitaient ces pays listes créée en 1949 en réponse
Union soviétique : la Lettonie, la Lituanie comme s'il s'agissait d'un ensemble ho­ au plan Marshall et dont la dis­
et l'Estonie. Les pays de l'ex­Yougoslavie mogène ayant besoin d'un modèle uni­ solution a été décidée en juin
forme et éprouvé d'économie de marché 1991· Elle comprenait l'Allema­­ à l'exception de la Slovénie ­, bien
avec des structures de qualification rela­ gne de l'Est (ex­RDA), la qu'appartenant géographiquement à cette
tivement simples. Si l'inexistence d'un Bulgarie, la Hongrie, la région, ne sont pas encore pleinement
• modèle européen » de système de for­ Pologne, la Roumanie, la intégrés en raison de la situation particu­
mation et d'enseignement professionnels Tchécoslovaquie, l'U.R.S.S., la lière née de la guerre. Dix de ces pays
a été maintes fois soulignée, cela n'a guère Mongolie, Cuba et le Viêt Nam. peuvent aujourd'hui concrètement nour­
eu d'écho, et les recommandations émi­rir la perspective politique d'adhérer à
ses ont souvent été assez simplistes. Par­l'Union européenne et ont signé des ac­ Leonardo da Vinci est un
fois, ces recommandations étaient cords d'association. Seul le cas de programme d'action pour la
elles­mêmes suscitées par des pays par­l'Albanie est différent. Une série de pro­ mise en œuvre d'une politique
tenaires, qui se sentaient attirés par exem­grammes de l'UE sont en principe déjà communautaire en matière de
ple par les avantages d'un système dans ouverts à la participation de ces pays. Pour formation professionnelle. Il
lequel le secteur privé s'engage beaucoup cette raison, le comité de rédaction de la encourage l'innovation dans la
­ ce qui permet d'alléger la charge des Revue a décidé de consacrer un numéro formation et l'enseignement
CEDEFOP *
* REVUE EUROPÉENNE FDRMRTIDN PROFESSIONNELLE NG. *
***
nombreux pays dispensent une formation professionnels grâce à des pro­ budgets publics -, sans accorder suffisam­
professionnelle de type scolaire, tout en jets pilotes, des échanges et ment d'attention au fait que de tels systè­
mettant en place d'autres filières pout des enquêtes et analyses me­ mes plongent leurs racines dans un loin­
développer les expériences pratiques de nés dans le cadre de parte­ tain passé, qu'ils reposent sur une vaste
travail (simulées ou réelles). nariats transnationaux. prise de conscience de l'importance de
l'investissement dans la formation, enfin
TEMPUS : Tempus constitue et surtout qu'ils disposent des moyens fi­ Globalement, cette partie de l'Europe esl
une partie du programme nanciers permettant cet engagement du extraordinairement ouverte et tournée
PHARE qui vise à promouvoir secteur privé. vers l'innovation, ce qui pourrait même
la qualité et le développement encourager à l'avenir une réforme dans
des systèmes d'enseignement La difficile question du transfert d'appro­ les États membres de l'Union européenne,
supérieur en encourageant des ches systémiques, de savoir-faire et d'ex­
interactions constructives avec périence conduit ceux qui sont au cou­ Il est cependant important de noter que
les partenaires de l'Union rant des problèmes soulevés par les pro­ les changements profonds prendront plu­
européenne. cessus de réforme et de restructuration à tôt ime génération que quelques années,
la conclusion qu'il est indispensable que Il faudra du temps pour développer et
chaque pays trouve et détermine sa pro­ préserver les qualifications clés nécessai­
pre voie par lui-même, en utilisant res, telles que l'aptitude à travailler en
l'échange d'expériences comme un ins­ équipe, la créativité, le sens des respon­
trument pour clarifier les lignes et les sabilités, l'aptitude à acquérir une com­
orientations de son propre processus de pétence de gestionnaire (notamment dans
réforme, plutôt que pour créer un mar­ le contexte des petites et moyennes en­
ché d'importation et d'exportation. treprises), ainsi que pour satisfaire les
besoins de qualifications du secteur des
Les systèmes communistes de ces pays services en pleine croissance.
présentaient cependant certains traits
communs, dont beaucoup étaient liés au Indépendamment du type de système de
système économique (économie plani­ formation, les partenaires sociaux devront
fiée). Des ministères d'État travaillaient à l'avenir jouer un rôle plus actif et plus
étroitement avec de grands secteurs in­ important. Il faudra pour cela créer des
dustriels pour définir et organiser la for­ institutions, stimuler une culture du dia­
mation dans les écoles professionnelles logue social et améliorer les qualifications
qui dépendaient des entreprises. La et les compétences. Il faudra en outre
spécialisation était extrême, les profils de apporter soutien et encouragement à tou­
profession étroits et les listes des diffé­ tes les catégories de groupes défavorisés,
rentes professions très longues. L'évalua­ En Europe de l'Ouest, actuellement, près
tion des besoins du marché de l'emploi d'un jeune sur cinq n'achève pas avec
était simplifiée (voire superflue) dans un succès sa formation initiale.
système au sein duquel la demande était
fixée par l'État, les petites et moyennes L'innovation et la réforme exigent une
entreprises étaient interdites et les parte­ bonne analyse de l'information, ainsi
naires sociaux inutiles. Comme la mobi­ qu'une bonne infrastructure de recherche.
lité et la flexibilité de la main-d'œuvre Les établissements de recherche d'Europe
n'étaient pas une exigence économique, centrale et orientale ont été mis à mal et
l'éducation et la formation tout au long ne se sont pas suffisamment rétablis. Il
de la vie avaient une signification très faut espérer que ce numéro de la Revue
différente. aidera à rapprocher les institutions de
recherche de l'Est et de l'Ouest, ce qui
À la fin de l'époque communiste, certains ne doit rien enlever au fait que l'échange
pays ont pu renouer avec la période d'expériences entre ces pays eux-mêmes
présocialiste, par exemple en revitalisant est lui aussi très important dans le cadre
le secteur artisanal et en mettant en place de la réforme actuelle.
une formation très pratique. D'autres ont
essayé de préserver certains aspects de Comme nous l'avons dit plus haut, une
l'ancien système, par exemple la possibi­ dizaine au moins de ces pays veulent
lité d'accéder à l'enseignement supérieur adhérer à l'Union européenne. A côté de
sur la base de diplômes de formation pro­ la coopération bilatérale existent deux
fessionnelle, une solution qui intéresse programmes au niveau européen qui en­
également les États membres de l'UE. De couragent cette évolution sur le terrain
CEDEFOP * *
* * FORMRTION PROFESSIONNELLE NO. REVUE EUROPEENNE * *
groupes défavorisés. Il était clair dès le de la formation et de l'enseignement pro­
début des réformes que le développement fessionnels. Il s'agit d'une part du pro­
des ressources humaines représenterait un gramme de l'Union européenne Leonardo
aspect crucial pour le progrès de la dé­da Vinci, qui peut être décrit comme un
mocratie et la réforme du système éco­laboratoire de l'innovation permettant à
nomique. Cela reste vrai dans l'évolution des établissements et à des individus d'ex­
de ces pays vers l'adhésion à une Europe périmenter et de développer de nouvel­
unifiée, au sein de laquelle les institutions les idées suivant une approche ■ du bas
et les réseaux qui sous­tendent les systè­vers le haut ■ et en partenariat. D'autre
mes de formation représentent une par­part, le programme PHARE apporte une
tie intégrante de la société et de « l'acquis aide depuis 1989 et a progressivement
communautaire ·· dans notre partie du étendu son champ d'intervention de deux
monde. pays au départ à un total de treize
aujourd'hui. Ce programme servira à l'ave­
nir à ces pays de principale ·· rampe d'ac­ Les articles de ce numéro de la Revue
cès >, l'accent étant mis davantage sur le européenne portent sur des thèmes im­
partenariat que sur l'aide. En ce qui con­ portants : l'évaluation des besoins du mar­
cerne l'aide au titre du programme ché de l'emploi, la réforme des normes
PHARE, la notion clé est aujourd'hui celle et des programmes, la décentralisation, le
de ■ l'acquis communautaire », en d'autres rôle des partenaires sociaux, pour n'en
termes l'adaptation aux réglementations citer que quelques­uns. Nous espérons
officielles, notamment celles qui gouver­ qu'ils stimuleront l'intérêt du lecteur pour
nent le marché unique. Dans le domaine la situation, l'évolution, les problèmes et
de la formation professionnelle, ce terme les perspectives de nos pays voisins. Les
doit être utilisé dans un sens plus global s sont aujourd'hui plus nom­
et permettre non seulement l'adaptation breuses et les innovations ont connu un
de dispositions telles que la reconnais­ essor considérable. La plus grande Europe
sance des diplômes, mais également la ne peut être construite que sur un
mise en place de mesures, sur le plan des partenariat au vrai sens du terme, et non
structures et des contenus, visant à déve­ pas sur un processus à sens unique.
lopper la compétitivité dans un marché
commun, à améliorer l'accès à la forma­
tion et à mieux prendre en compte les
Ulrich Hillenkamp
Vu de l'Est
Ajoutons également un bref éclairage sous inclure certains critères concernant sa fu­
l'angle des pays d'Europe centrale et ture stabilité et son efficacité. Le point de
orientale (PECO), pays ■ en transition ». vue de l'opinion publique doit être res­
Comme l'a souligné Ulrich Hillenkamp, pecté et les acteuçs participants doivent
un système de formation et d'enseigne­ être convaincus. Dans les sociétés en tran­
ment professionnels est toujours étroite­ sition vers un système démocratique, la
ment lié au climat sociopolitique de la réforme bute sur d'innombrables difficul­
société. ! tés. Chacun attend avec impatience une
réforme rapide. Dans une période
postrévolutionnaire, les gens ne deman­Dans un régime totalitaire, les dirigeants
dent pas : « Pourquoi faut­il une ré­ne demandent pas à la population si elle
forme? », mais le plus souvent : ­ Pourquoi souhaite ou non une réforme. Ils utilisent
les réformes sont­elles si lentes? » ou leur pouvoir pour imposer les réformes
■ Pourquoi les réformes ne sont­elles pas sans consultation ni discussion, et sans
encore mises en œuvre? » grande responsabilité ou effort pour ana­
lyser leurs conséquences. Dans une dé­
mocratie stable, réformer est plus com­ Dans sa phase initiale, la liberté prend
pliqué, puisque le public a le droit de faire parfois la forme du chaos. Les citoyens
des suggestions et d'émettre des objec­ concentrent leur attention sur les inter­
tions. La préparation d'une réforme doit actions et relations sociales et sur le par­
CEDEFOP FORMOTION PROFESSIONNELLE NO. REVUE EUROPEENNE
tage du pouvoir. Les problèmes à court s'accompagne également de nouveau:
terme ont une telle ampleur que beau­ modèles de gestion et d'organisation dt
coup de gens oublient de s'intéresser aux travail et stimule donc de l'extérieur soi
problèmes structurels à long ternie. Ils développement.
veulent agir et résoudre les problèmes
immédiats ; réfléchir attentivement aux Pendant de nombreuses décennies, le
problèmes à long terme n'est pas de mise. systèmes éducatifs des pays situés der
Il n'y a guère de temps ou de capacités rière le « rideau de 1er » ont été coupés di
disponibles pour la réflexion concep­ reste de l'Europe. Une économie dévas
tuelle. tée ne peut pas se rétablir sans capita
étranger ; il en va de même pour les sys
Dans une période postrévolutionnaire, le tèmes éducatifs. Immédiatement aprè
gouvernement est généralement instable. 1989, tous les PECO ont vu déferler de
Ce phénomène n'est pas visible seulement conseillers étrangers, des groupes d'ex
dans les PECO. On peut citer l'exemple perts provenant de différentes organisa
du Portugal qui. lors de sa mutation après tions internationales, des représentants el<
1974, a connu douze ministres de l'Édu­ fondations, de nombreuses université
cation en dix ans. Chaque nouveau mi­ occidentales, etc. Beaucoup étaient venu
nistre commençait par critiquer son pré­ à l'invitation des autorités et institution
décesseur, puis supprimait certaines dis­ nationales, beaucoup spontanément ou i
positions existantes et brossait sa propre l'initiative de divers organismes occiden
vision de la réforme. À ce moment, un taux. Il est incontestable que, d'une ma
autre ministre le remplaçait et le cycle nière directe ou indirecte, implicite οι
recommençait. Les changements fréquents explicite, ces conseils et modèles exté
interviennent également, et plus ou moins rieurs ont joué globalement un rôle im
de la même manière, dans tous les PECO. portant dans le lancement des réforme:
Or un changement fréquent de gouver­ éducatives dans les PECO.
nement ne crée pas les conditions qui
permettent à la réforme de réussir. Il n'en reste pas moins que de nombreu
ses recommandations provenant de l'ex
Les idées fondamentales sur le dévelop­ teneur ont été ignorées et que dans cer
pement futur et le rôle de l'enseignement tains cas, et tout particulièrement depui:
et de la formation dans les PECO étaient quelque temps, on observe une certains
claires dès le tout début du processus de résistance, voire un rejet à l'égard de:
transformation. La transformation globale modèles et des conseillers étrangers
des PECO dépendra de l'existence de nou­ Globalement cependant, le slogan de « re
velles qualifications et attitudes acquises tour en Europe » ou de » rattraper le re
grâce à l'enseignement et à la formation. tard ■ reflète certainement une force cen
Les nouvelles qualifications ne peuvent pas traie qui influence le processus de ré
être acquises si la formation reste structu­ forme. largement soutenu par de grand:
rée et organisée comme à l'époque de programmes d'aide et particulièrement k
l'économie à planification centralisée. programme PHARE de l'Union euro
péenne.
Mais la réalisation d'un objectif est tou­
jours plus difficile que sa description. Il Le rôle des modèles et conseillers étran
est impossible de rattraper son retard et gers évolue, d'une manière que l'on peut
de devenir un pays moderne par ses pro­ en simplifiant, décrire comme une transi
pres forces. C'est la leçon que nous pou­ tion · de l'aide au partenariat ». Les parle
vons tirer de la réussite de pays tels que naires les moins développés peuvent en­
la Corée, Taiwan ou Singapour, dont tretenir deux types de relations avec le;
aucun ne s'est développé isolément. Le centres de développement : en tant qut
principal problème des pays sous­déve­ clients et demandeurs, ou en tant que
loppés tient à l'absence d'incitations in­ partenaires. Dans le premier cas, ils peu­
ternes au progrès. Seule une ouverture vent obtenir une aide rapide et concrète
complète sur le monde et une lutte in­ qui n'entraîne pas forcément un change­
tense pour s'intégrer dans les structures ment profond de comportement. L'objec­
des pays développés permettent d'assu­ tif visé ­ être accepté comme membre de
rer une éventuelle croissance. L'investis­ plein droit d'une communauté ­ s'éloi­
sement de capital étranger dans un pays gne alors. La deuxième approche ­ le
CEDEFOP * *
* * FORMRTION PROFESSIONNELLE NO. REVUE EUROPEENNE * *
partenariat - exige des efforts énormes. cas et les enquêtes multinationales. Les
Elle signifie travailler dur pour essayer enquêtes comparatives fournissent la pers­
pective globale : Jacques Nagels décrit les d'atteindre les normes et les niveaux des
environnements économiques en tant que pays développés. Mais seul cet effort peut
facteurs clés du développement des sys­entraîner les PECO vers cette transforma­
tèmes de formation et d'enseignement tion qui conditionne leur véritable
professionnels, Alena Nesporova analyse intégration en Europe.
les différences régionales dans l'emploi,
le chômage et les programmes destinés Un défi pour les décideurs politiques dans
aux chômeurs. Inge Weilnböck-Buck, les PECO consiste à combiner la moderni­
Bernd Baumgart] et Ton Farla de la Fon­sation, le changement des structures et la
dation européenne pour la formation pré­réforme du système. La modernisation et
sentent un tableau d'ensemble basé sur les changements structurels sont des phé­
des informations provenant des observa­nomènes visibles également dans les pays
toires nationaux mis en place dans les de l'Europe de l'Ouest, mais les problè­
PECO avec l'aide de la Fondation. Les étu­mes liés à la réforme du système sont
des de cas (Laszlo Alex, Tadeusz Kocek, particuliers à la phase de transition des
Martin Dodd et les entretiens avec les PECO. Le passage réussi vers une écono­
ministres de Hongrie, Slovénie, Républi­mie de marché exige des changements
que tchèque et Roumanie) nous permet­> systémiques », puisque les institutions et
tent d'avoir une vision plus profonde de les acteurs doivent jouer de nouveaux
la réalité de la coopération Est-Ouest. rôles, s'engager dans de nouveaux types
Grâce à ces articles, le lecteur peut se faire de relations et donc adopter des attitudes
une idée de la situation dans la majorité et des comportements différents. Rien ne
des PECO. L'article de Jean-Marie peut être imposé d'en haut, et tout doit
Luttringer sur les partenaires sociaux con­être appris par l'ensemble des acteurs
cerne le cœur même des « réformes concernés. La réussite de la transition est
systémiques » dans les PECO. Tim Mawson davantage le résultat d'un processus d'ap­
examine dans son article les futures voies prentissage complexe et difficile que ce­
de coopération dans le cadre des program­lui d'un acte juridique unique.
mes européens Leonardo da Vinci,
Socrates et Youth for Europe, qui s'ouvrent
On connaît la fameuse prévision de Ralf
aujourd'hui aux PECO.
Dahrendorf 099D sur la durée de cette
période de transition des PECO : l'établis­
sement d'un nouveau système politique Pour ne pas évoquer seulement nos dif­
peut être réalisé en six mois. La transfor­ férences, concluons sur ce que nous avons
mation de l'économie peut se faire en six en commun. De quelque partie de l'Eu­
ans. Le changement dans les attitudes et rope que nous soyons, nous sommes tous
les approches des gens exigera soixante Européens. La chance de notre continent
ans. Ces prévisions semblent avérées, y dans la concurrence face aux États-Unis
compris la dernière, comme le montre la et au Japon tient à la création et au déve­
vie de tous les jours. Elles se traduisent loppement d'une Europe unie. Si nous
par de grandes frustrations et tensions, regardons l'Europe depuis cette perspec­
car nous ne pouvons pas changer le com­ tive, nous voyons qu'il faudra surmonter
portement humain et les mentalités du une multitude de frictions et conflits tra­
jour au lendemain. Nous pouvons sim­ ditionnels entre les nations européennes,
plement tenter de raccourcir cette longue afin de mettre en place une politique d'en­
période, mais rien ne peut être fait rapi­ semble favorisant l'unification ainsi que
dement. les stratégies de coopération. Les ensei­
gnants et formateurs européens ont le
devoir et la chance de mener l'Europe Les articles de ce numéro offrent au lec­
dans cette direction. teur intéressé par la » coopération avec
l'Europe centrale et orientale » un bon ta­
bleau des problèmes qui se posent, grâce
à un juste équilibre entre les études de Jaroslav Kalous
CEDEFOP
5 FOflMñTION PROFESSIONNELLE NO. Ί1 { * REVUE EUROPÉENNE
CEDEFOP
6 F«»1HIIPB«FESSIMELLEII).11 * ; REVUE EUHUPEEHHE
Innovation et réforme :
la formation dans les
pays d'Europe centrale
et orientale
Analyse et contexte économiques
L'achèvement de la première phase de la transition
en Pologne, Hongrie, République tchèque et Slovaquie 9
J. Nagels
Dans les quatre pays examiné, la phase de transitionverslecapitalisme débridéest
en voie d'achèvement.
Marchés du travail et formation en Europe centrale et orientale 20
Alena Nesporova
Les réponses des marchés du travail au déclin économique qui a caractérisé tous
les pays d'Europe centrale et orientale dans la première phase de leur transition
ont été très variables d'un pays à l'autre.
Les défis et les priorités de la formation professionnelle
dans les pays d'Europe centrale et orientale 31
Inge Weilnböck­Buck ­, Bernd Baumgartl:TonFarla
·(...) ils ont entre autres entreprisderéformerleursystème deformationet
d'enseignement professionnels. Denouvellesstructures institutionnellesontété
mises en place clans une première étape,maisbeaucoup de problèmes d'untype
nouveau demeurent. ·
Aspects institutionnels
Questions politiques
Des ministres de Hongrie, de Lettonie, de Slovénie et de Roumanie
répondent à des questions sur le processus de réforme de la formation
et de l'enseignement professionnels dans leurs pays respectifs 47
Péter Kiss ; Juris Celmin ; Slavko Gaber ; Virgil Petrescu
Il est essentiel, pour évaluer les changements en cours, de comprendre
l'approche des pouvoirs centraux face aux défis qu'entraîne le passage vers un
système démocratique et une économie de marché.
Le rôle des partenaires sociaux dans le développement de la formation
professionnelle dans les pays « en transition » 53
Jean­Marie Luttringer
Quelle conception les partenaires sociauxreprésentatifs au niveau del'Union
Européenne ont­ils de leur rôle et quelleestlasituation dans les pays « en
transition ■ ?
CEDEFOP
7 + **
* * FORHRllONPROFESSIONNELLENO.il * ; REVUE EUROPEENNE
Coopération internationale ne dans l'élaboration
de programmes de formation et d'enseignement professionnels -
l'expérience polonaise 58
Tadeusz Kozek
La réforme de l'enseignement en Pologne a été le résultat de tendances
conflictuelles. Les idées révolutionnaires étaient mêlées aux idées progressistes,
tandis que l'inertie des structures existantes entravait le changement. L'aide
étrangère, incapable de répondre à toutes les attentes, a certes ouvert la voie à
d'importantes innovations, mais la réussite dépend de la façon dont les résultats
seront exploités.
La coopération germano-hongroise à l'appui de la réforme
de la formation professionnelle en Hongrie 69
Laszlo Alex
Depuis 1990. nombreux sont les domaines de la société hongroise qui ont connu
un remarquable épanouissement. L'un de ces domaines est celui de la formation
professionnelle. De nombreuses réformes sotit maintenant réalisées ou en passe
de l'être, dont certaines toutefois de façon plutôt hypothétique.
Modernisation et réforme de la formation et de l'enseignement
professionnels en Estonie - Étude de cas 77
Martin Dodd
L'aide internationale peut servir de catalyseur à la réforme, mais son succès
dépend de la compétence, de l'engagement, de la clairvoyance et de
l'enthousiasme de tous les participants à tous les niveaux.
Le programme Leonardo da Vinci s'ouvre aux pays d'Europe centrale
et orientale 83
Tim Mawson
La participation aux programmes communautaires dans le domaine de
l'éducation et de la formation n 'a pas seulement pour but de promouvoir le
développement des compétences et des ressources nécessaires à la modernisation
des économies des pays d'Europe centrale et orientale. Elle fait aussi partie d'une
stratégie d'adhésion globale.
Données clés
Formation et enseignement professionnels en Bulgarie 88
Formation et enseignement professionnels en République tchèque 90 n etts en Estonie 92
Formation etts en Hongrie4 n et enseignement professionnels en Lettonie6
Formation etts en Lituanie8 n etts en Pologne 100
Formation et enseignement professionnels en Roumanie 102 n etts en Slovénie4
Indicateurs clés sur les pays d'Europe centrale et orientale6
PIB/habitant en % de la moyenne UE (carte) 108
À lire
Choix de lectures 109
CEDEFOP
8

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

CEDEFOP flash. 3/94 SPECIAL

de CEDEFOP-EUROPEAN-CENTRE-FOR-THE-DEVELOPMENT-OF-VOCATIONAL-TRAINING

IN CEDEFOP sur la formation professionnelle dans l'Union européenne. 1/96

de CEDEFOP-EUROPEAN-CENTRE-FOR-THE-DEVELOPMENT-OF-VOCATIONAL-TRAINING

La formation professionnelle en Italie

de CEDEFOP-EUROPEAN-CENTRE-FOR-THE-DEVELOPMENT-OF-VOCATIONAL-TRAINING

Innovation und Reform

de CEDEFOP-EUROPEAN-CENTRE-FOR-THE-DEVELOPMENT-OF-VOCATIONAL-TRAINING-ETF-EUROPEAN