Cette publication est accessible gratuitement
Télécharger
L’Elodée à feuilles étroitesL’Elodée du CanadaL’Elodée à feuilles allongées78La Lentille d’eau minusculeLa Lentille d’eau rouge9Les Jussies01>Légendes>Définition65 - 4MMOSLe Myriophylle du Brésil
ERIA11La Berce du CaucaseLa Renouée du JaponLa Renouée du sacchaline2113La Balsamine géanteLa Rudbeckia laciniée4151Le Seneçon du capLe SoLlied Saoglei ddaug eC galnaabdrea61178119Le Topinambour>Conseils pratiques>Glossaire
4Qu’est qu’une plante invasive?On considère comme invasives les plantes exotiquesintroduites qui, par leur prolifération, produisent deschangements significatifs au niveau des écosystèmes.L’introduction des espèces exotiques est un phéno-mène qui existe depuis de nombreux siècles. Toutefois,le rythme actuel et l’intensité de leur propagationsonttellement importants, qu’on observe aujourd’huiune modification complète de certains écosystèmesavec un remplacement des espècesindigènes pardes espèces exotiques envahissantes.D’oùproviennent-elles ?Les espèces invasives en France sont originaires dedifférents continents : Amérique du Nord et du Sud, Estde l’Asie, Afrique du Sud… Elles ont été introduitesvolontairement ou non par l’homme au cours des sièclespassés.Quels sont leurs effets?Les plantes invasives induisent de nombreuses nuisances.Leurs proliférations, lorsque les peuplements sontimportants, modifient le fonctionnement, la compositionou la structure des milieux aquatiqueset des zoneshumides. Elles concurrencent ainsi les espèces indigènesjusqu’à entraîner parfois leur disparition.Elles représentent également une gêne pour les usages,c’est-à-dire pour les activités de loisirs, l’agriculture, lanavigation, la pêche…On considère aujourd’hui qu’elles représentent l’unedes causes majeures d’appauvrissement de labiodiversitédans le monde après la destruction et ladégradation des écosystèmes.
Que peut-on faire?L’action à mener dépend de l’espèce, de la nature dumilieu colonisé et de l’importance de la surface envahie.En général, une grande majorité des espèces invasivess’installe sur des milieux naturels dégradés par lesactivités humaines. Ceux-ci affaiblis, résistent difficile-ment aux agressions extérieures et notamment à cetteinvasion. Aussi, dans de nombreux cas, c’est parceque le milieu a été altéré (destruction des ripisylves,enrochement sur les cours d’eau, pollution des eaux pardes produits chimiques, assèchement des zones humides,etc) que ces espèces prolifèrent. La restauration ou lemaintien du bon fonctionnement de ces milieuxpermetde limiter, voire de prévenir la colonisation de ces espèces.Lorsque les espèces sont présentes, leur éradicationtotaleest souvent difficile en raison de leur fortecompétitivité et de leurs méthodes de reproduction trèsperformantes.Les moyens de lutte les plus efficacesdemeurentlaprévention et la sensibilisationafin de lutter trèstôt en amont, lorsque ces espèces sont présentesmaisqu’elles ne prolifèrent pas encore. L’action d’éliminationpeut alors être efficace pourdes petits foyers d’invasion.La surveillance et la gestiondes peuplements sontnécessaires, même si elles peuvent entraîner des coûtsimportants.L’utilisation de produits chimiques comme lesherbicides doit être absolument évitée. En effet, nonseulement ils se révèlent inefficaces face à la résistancede ces espèces, mais, en faisant disparaître les espècesindigènes et en dégradant la qualité de l’eau, ils produisentl’effet inverse de celui recherché. 5
6Ce dépliant présente les principales espècesinvasives des milieux aquatiques et deszones humides recensées sur le bassinRhin-Meuse.PlanteType de planteaquatiquePrésence de l’espèce invasivesur le bassin Rhin-Meuse :tePrlraensttreeForteMoyenneFaibletrèsenvahissante dansprésence ponctuelleenvahissantecertaines régionset localiséePréconisations d’interventionsEn fonction de la présence des espèces invasives sur lebassin et de leurs impacts avérés ou potentiels, différentesméthodes d’intervention sont préconisées. pour éliminationEL’élimination ou la destruction consiste à opérerun arrachage systématique lorsque l’espèce estrencontrée, cela, pour des espèces invasives peuprésentes sur le bassin. Il s’agit d’agir en amont avant laprolifération et donc de limiter les impacts et les coûtsliés à une gestion.Gpour gestionLa gestion s’opère dès lors que les espèces invasivessont bien présentes et nuisent à l’écosystème ou auxusages. Une gestion par fauche ou faucardage permet delimiter les populations et la colonisation de nouveaux sites.pour renaturation du milieuMRLa renaturation du milieu doit être réalisée lorsquela dégradation a entraîné sa colonisation par desespèces invasives sur de très grandes surfaces etnotamment sur la majorité du bassin. En général, seulecette technique permet de limiter l’invasion et lesimpacts sur les écosystèmes.D’une manière générale, dès qu’une espèce commenceà s’installer, il est nécessaire de l’éliminer avant qu’ellene se développe davantage. Les espèces listées ontdes impacts clairement établis, que ce soit en France,sur le bassin Rhin-Meuse, sur d’autres bassins ou àl’étranger.
GGL’Elodéeà feuilles étroitesL’Elodéedu CanadaL’Elodéeà feuilles allongéesLOCALISATIONELlOoCdeAaL InSuAttTaIlOliiNElodeacanadensisGOrigine :Reproduction Amérique du Nordet propagation :>Elodea canadensis,Reproduction végétativeintroduite en 1836 (fragmentation et en Irlande.bouturage). >Elodea nuttallii, introduite Propagation favorisée paren 1939 en Belgique.les crues et les interventions.Amérique du Sud>Elodea ernstiae, introduiteMilieux colonisés :en 1959 en France.Eaux mésotrophes à hypertrophes, stagnantes Localisation sur le à courantes dans toute labassin Rhin-Meuse :région.>Elodea canadensis : très présente mais Nuisanceslocalement en régression.Obstacle à >Elodea nuttallii : très présente, en extension.l’écoulement des eaux,>Elodea ernstiae : localisée anoxies temporairesà ce jour en Alsace.Réduction de la biodiversitéGêne pour la pratiqueModalités de contrôlede certains loisirs liés à l’eauMoissonnage7
GELaLentille d’eauminusculeLaLentille d’eaurougeOrigine :Amérique>Lemna minuta observée en France en 1965.>Lemna turioniferaobservée en 1983 enAllemagne.LLeOmCnAaL ImSiAnTuItOaN8LLOeCmAnaL ItSuAriToInOifNeraNuisancesDésoxygénationde l’eauRéduction de la biodiversitéDiminution de la pénétration de la lumièreLocalisation sur le bassin Rhin-Meuse :>Lemna minuta, envahissante sur une partie du bassin seulement, surtout en Alsace.>Lemna turionifera, présence très ponctuelle.Reproduction et propagation :Reproduction végétative.Propagation par lesoiseaux d’eau.Milieux colonisés :>Lemna minuta : eaux eutrophes et ombragéesdes plans d’eau de larégion. >Lemna turionifera : eaux stagnantes de faiblesuperficie, bien éclairéeset eutrophes.Développement favorisépar des eaux stagnantesriches en nutriments.Modalités de contrôleMoissonnage
LeMyriophylledu BrésilOrigine :Amérique tropicaleet subtropicaleIntroduction en France en 1880.Localisation sur le bassin Rhin-Meuse :Présence ponctuelle, peu envahissant à l’heureactuelle.Reproduction et propagation :Reproduction végétative par fragmentation des tiges.Modalités de contrôleArrachage mécanique et récolte.Essai de contrôle biologique.LOCALISATIONMyriophylluaquaticumMilieux colonisés :Eaux stagnantes eutrophes et bien éclairées comme leszones humides, fossés,bordures de plans d’eauet cours d’eau lents. NuisancesRéduction de la biodiversité en cas depeuplements densesAugmentation des risques d’inondationen amont des coloniesRéduction des capacités de drainagedes fossésGêne pour la navigation ou la pêcheE9
E1LesJussiesOrigine :AmériqueIntroduites comme espèce ornementale au début du 19esiècle.LLuOdCwAiLgIaS sApT.IONNuisancesRéduction de la biodiversitéGêne vis-à-vis desécoulementsComblement desmilieuxModification de la qualité physico-chimique des eaux Gêne vis-à-vis des usages liés à l’eau0Localisation sur le bassin Rhin-Meuse :Présence ponctuelle sur le bassin.Reproduction et propagation :Reproduction essentiel-lement végétative etreproduction sexuéepossible. Milieux colonisés :Eaux stagnantes à faiblement courantes.Prairies humides.Modalités de contrôleArrachage manuelet/ou mécanique etrécolte. Mise en assec des étangs.Essais de lutte biologique en cours.
LaBercedu CaucaseOrigine :CaucaseIntroduite au 19esièclecomme espèce ornementale.Localisation sur le bassin Rhin-Meuse :Présence ponctuelledans le bassin, en extension.Reproduction et propagation :Dissémination des graines par le vent etl’eau. Espèce à courtedurée de vie qui meurtaprès la fructification.Propagation favorisée par des perturbations et des enrichissements du sol en azote dansles zones humides.Modalités de contrôleArrachage manuel ou fauchage avant floraison.Contrôle agronomiquepar pâturage.LOCALISATIONHeracleummantegazzianumMilieux colonisés :Sol humide et riche en azote : friches, berges de rivières, roselières, prairies humides, talus.NuisancesRéactions cutanéesallergiques (dermatoses)Réduction de la biodiversité en cas depeuplements densesRudéralisation du milieuE11