Budget emploi scientifiques

Publié par

Niveau: Secondaire, Lycée, Première
B ILAN SOC IAL 2 0 0 3 - EMPLO I SC I ENT I F IQUE ET CARR IÈRES 2 1 I - EMPLOIS BUDGÉTAIRES 1 ÉVOLUTION DES EFFECTIFS BUDGÉTAIRES ENTRE 2002 ET 2003 (1) ST AT U TS E T É VO LU TI O N S R É G LE M E N TA IR E S D É VE LO P P E M E N T P R O FE SS IO N N E L E T SO C IA L E M P LO IS B U D G É TA IR E S A N N E X E S 2002 CRÉATIONS 2003 CRÉATIONS 2003 ET TRANSFORMATIONS (1ER JANV.) ET SUPPRESSIONS (1ER JUILLET) GRADES D'EMPLOIS D'EMPLOIS CHERCHEURS 11 789 11 789 -137 11 652 DRCE 146 146 146 DR 1 1 020 20 1 040 1 040 DR 2 3 413 -20 3 393 -50 3 343 CR 1 6 063 6 063 -45 6 018 CR 2 1 147 1 147 -42 1 105 IT 14 461 36 14 497 45 14 542 IRHC 159 159 159 IR 1 898 898 898 IR 2 1 604 4 1 608 17 1 625 IEHC 182 182 182 IE 1 761 761 761 IE 2 2 714 2 714 2 714 AI 2 314 24 2 338 28 2 366 TCE 860 860 860 TCS 959 959

  • part des directeurs de recherche dans les effec

  • indemnités représentatives de frais

  • postes de dépenses du budget

  • effectifs budgétaires

  • budget

  • traitement du personnel permanent


Publié le : mardi 29 mai 2012
Lecture(s) : 30
Tags :
Source : dgdr.cnrs.fr
Nombre de pages : 5
Voir plus Voir moins
B I L A N S O C I A L 2 0 0 3 - E M P LO I S C I E N T I F I Q U E E T CA R R I È R E S
2 1
I - EMPLOIS BUDGÉTAIRES
1
ÉVOLUTION DES EFFECTIFS BUDGÉTAIRES
ENTRE 2002 ET 2003
(1)
STATUTS ET ÉVOLUTIONS
ÉGLEMENTAIRES
DÉVELOPPEMENT
ROFESSIONNEL ET SOCIAL
EMPLOIS BUDGÉTAIRES
ANNEXES
2002
CRÉATIONS
2003
CRÉATIONS
2003
ET TRANSFORMATIONS
(1
ER
JANV.)
ET SUPPRESSIONS
(1
ER
JUILLET)
GRADES
D'EMPLOIS
D'EMPLOIS
CHERCHEURS
11 789
11 789
-137
11 652
DRCE
146
146
146
DR 1
1 020
20
1 040
1 040
DR 2
3 413
-20
3 393
-50
3 343
CR 1
6 063
6 063
-45
6 018
CR 2
1 147
1 147
-42
1 105
IT
14 461
36
14 497
45
14 542
IRHC
159
159
159
IR 1
898
898
898
IR 2
1 604
4
1 608
17
1 625
IEHC
182
182
182
IE 1
761
761
761
IE 2
2 714
2 714
2 714
AI
2 314
24
2 338
28
2 366
TCE
860
860
860
TCS
959
959
959
TCN
2 746
8
2 754
2 754
AJTP
233
233
233
AJT E5
966
966
966
AGTP E4
53
53
53
AGT E3
12
12
12
PERSONNEL PHYSIQUE
240
-37
203
203
NUCLÉAIRE
AUTRES PERSONNELS
(2)
60
60
60
TOTAL GÉNÉRAL
26 550
-1
26 549
-92
26 457
(1) Source : Budget primitif du CNRS
(2) Personnels administratifs et marins
Les effectifs budgétaires enregistrent en 2003 la suppression
de 137 emplois de chercheurs et la création de 44 emplois
d’IT. Les transformations d’emploi résultent de deux
mesures distinctes :
• La transformation de 36 emplois de TPN (Titulaires de
Physique Nucléaire, corps en voie d’extinction) en emplois
d’ingénieurs de recherche (4), assistants ingénieurs (24),
et techniciens (8).
• 20 requalifications d’emplois de directeurs de recherche
(de DR2 à DR1).
2
EFFECTIFS BUDGÉTAIRES DE 1993 À 2003
2 2
B I L A N S O C I A L 2 0 0 3 - E M P LO I S C I E N T I F I Q U E E T CA R R I È R E S
1
Chercheurs par grades
2
IT par niveau de classification
STATUTS ET ÉVOLUTIONS
RÉGLEMENTAIRES
DÉVELOPPEMENT
PROFESSIONNEL ET SOCIAL
EMPLOIS BUDGÉTAIRES
ANNEXES
DRCE
DR1
DR2
CR1
CR2
11 376
0 1 000 2 000 3 000 4 000 5 000 6 000 7 000
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
143
957
957
1 196
1 196
1 196
1 196
1 196
1 196
1 080
1 080
1 080
1 080
1 123
1 123
1 132
1 132
1 132
1 132
1 132
1 132
1 147
1 147
1 105
1 105
3 217
3 217
5 863
5 863
5 863
5 863
5 863
5 863
5 863
5 863
5 863
5 863
6 019
6 019
6 042
6 042
6 043
6 043
6 063
6 063
6 063
6 063
6 018
6 018
3 227
3 227
3 227
3 227
3 338
3 338
3 338
3 338
3 412
3 412
3 430
3 430
3 430
3 430
3 438
3 438
3 413
3 413
3 343
3 343
957
957
957
957
962
962
962
962
983
983
983
983
1 040
1 040
983
983
990
990
1 020
1 020
143
143
143
143
146
146
146
146
146
146
11 386
11 386
11 386
11 386
11 683
11 733
11 734
11 769
11 789
11 652
IR/CAR
IE/AAR
AI
T/SAR
AJT/AJA
AGT/AGA
2 388
2 380
2 463
2 482
2 434
2 458
2 505
2 564
2 617
2 661
2 682
3 906
3 906
3 876
3 802
3 692
3 736
3 698
3 649
3 639
3 657
3 657
1 804
1 804
1 848
1 848
1 940
1 940
1 989
1 989
1 985
1 985
2 012
2 012
2 077
2 077
2 150
2 150
2 238
2 238
2 314
2 314
2 366
2 366
4 691
4 686
4 727
4 599
4 456
4 510
4 519
4 517
4 536
4 565
4 573
1 465
1 465
1 427
1 427
1 312
1 312
1 282
1 282
1 206
1 206
1 219
1 219
1 226
1 226
1 214
1 214
1 194
1 194
1 199
1 199
1 199
1 199
236
236
241
241
126
126
126
126
126
126
126
126
113
113
95
95
85
85
65
65
65
65
14 490
0
1 000 2 000 3 000 4 000 5 000
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
14 488
14 444
14 280
13 899
14 061
14 138
14 189
14 309
14 461
14 542
B I L A N S O C I A L 2 0 0 3 - E M P LO I S C I E N T I F I Q U E E T CA R R I È R E S
2 3
3
EMPLOIS BUDGÉTAIRES UTILISÉS
(// taux d’occupation)
STATUTS ET ÉVOLUTIONS
ÉGLEMENTAIRES
DÉVELOPPEMENT
ROFESSIONNEL ET SOCIAL
EMPLOIS BUDGÉTAIRES
ANNEXES
En dix ans, la part des directeurs de recherche dans les effec-
tifs budgétaires (38,9 %) a progressé d’un point ; cette pro-
gression est interrompue depuis 1998. L’année 2003 rompt
avec une période de stabilité légèrement ascendante des
effectifs de chercheurs, qui diminuent sensiblement (-50
directeurs de recherche, -87 chargés de recherche).
La concentration des effectifs budgétaires d’IT en catégorie A
de la Fonction publique poursuit sa lente progression : en
2003, les « cadres » représentent près de 60% des emplois
(56% en 1993). La répartition fine par niveaux de qualification
évolue parallèlement, mais se différencie au sein de la caté-
gorie A : en dix ans, l’écart entre les emplois de niveau doc-
toral (IR/CAR 18,4% +2 points) et ceux de niveaux DUT (AI
16,3% +4 points), très recherché en laboratoire, se réduit.
Parallèlement, la prépondérance du niveau maîtrise (IE/AAR
25,1% -2 points) s’effrite. Ce niveau, qui regroupait près de
la moitié des IT de catégorie A, en représente à peine plus
de 4 sur 10 ; l’évolution technologique, et les priorités de
recrutement arrêtées au cours d’une décennie de relative
stagnation de l’emploi permanent, expliquent ce rééquilibrage
dans un nombre croissant de disciplines.
Dans une période marquée par une évolution assez irrégu-
lière et contrastée des effectifs budgétaires, l’exercice 2003
bénéficie d’un regain de créations d’emplois (+81), qui situe
apparemment l’établissement légèrement au-delà de son
potentiel de 1993. Ce résultat comporte l’attribution, depuis
2002, de compensations partielles de la réduction du temps
de travail. Sous cet angle, les effectifs budgétaires de 2003
équivalent aux 9/10
ème
de ceux d’il y a dix ans.
* En équivalent temps plein au 31/12/2003, hors personnels en congé de longue durée
EMPLOIS OCCUPÉS
POPULATION
EFFECTIFS
EFFECTIFS
EMPLOIS
PART DES EMPLOIS
BUDGÉTAIRES
PAYÉS EN ETP*
GAGÉS
BUDGÉTAIRES UTILISÉS
CH
11 652
11 580,8
20,0
99,6%
IT
14 542
13 673,8
518,5
97,6%
TPN
203
176,8
87,1%
AUTRES PERSONNELS
60
46,8
78,0%
TOTAL
26 457
25 478,2
538,5
98,3%
Au sein d’un budget final en diminution (-10%), les crédits
consacrés à la rémunération et aux charges de personnel
augmentent (+1,14%) et renforcent leur position dominante :
63,7% contre 56,6% en 2002.
Cette évolution traduit :
• en premier lieu, l’impact de la politique salariale de l’État
(+0,68%),
• ensuite, la situation de plein emploi des effectifs perma-
nents, atteinte par l’établissement au tournant de l’année
2002, et qui connaît en 2003 son plein effet en dépenses
(potentiel « brut » +0,71%) ; mais l’essentiel de ce facteur de
croissance des dépenses
a pu être largement compensé par
l’effet modérateur sur la masse salariale des suppressions
d’emplois de chercheurs, et du report des recrutements
IT en toute fin d’année ; il ressort en définitive à +0,16%.
• enfin, les 0,3% restants correspondent au cumul d’un
ensemble d’évolutions relatives aux personnels non per-
manents, dont certaines renvoient à des mesures nouvelles
(attribution au CNRS d’un contingent de 210 capacités
d’accueil de post-doctorants dans le cadre d’un nouveau
dispositif ministériel…), d’autres à des mesures d’économie
de gestion consenties par l’organisme, ou encore à l’enre-
gistrement de variations constatées (extinction progressive
des accueils sous contrats emploi-solidarité, développe-
ment du nombre de personnels contractuels accueillis
sur fonds de soutien ministériels…).
* Budget du C.N.R.S. en euros après DM3 - hors taxes
2 4
B I L A N S O C I A L 2 0 0 3 - E M P LO I S C I E N T I F I Q U E E T CA R R I È R E S
STATUTS ET ÉVOLUTIONS
RÉGLEMENTAIRES
DÉVELOPPEMENT
PROFESSIONNEL ET SOCIAL
EMPLOIS BUDGÉTAIRES
ANNEXES
4
BUDGET DU PERSONNEL 2003
*
COMPTES
LIBELLÉS
CRÉDITS
DÉPENSES
633
Impôts, taxes et versements assimilés sur rémunération
16 612 200
16 594 630
6411
Traitement du personnel permanent
864 389 400
864 292 091
6413
Indemnités de résidence (personnel permanent)
23 625 400
23 584 410
6414
Primes et indemnités diverses
64 763 200
64 749 130
6415
Indemnités représentatives de frais
2 229 140
2 225 593
6416
Supplément familial de traitement
9 640 000
9 633 725
6417
Indemnités de préavis et de licenciement
31 600
31 150
6418
Autres rémunérations (personnel permanent)
4 584 810
4 581 015
644
Rémunération du personnel recruté sur conventions
398 300
392 188
645
Charges de sécurité sociale et de prévoyance
435 632 165
435 552 645
646
Rémunérations diverses
62 846 590
62 795 547
648
Autres charges de personnel
121 653
117 312
67
Charges exceptionnelles
62 328
60 836
691
Vacations
9 350 230
9 289 815
6913
Formation permanente
11 238 314
10 620 377
TOTAL
1 505 525 330
1 504 520 464
BUDGET TOTAL
2 362 089 517
2 197 178 495
DU CNRS
Part du budget du personnel
63,7%
68,5%
dans le budget total du CNRS
1998*
1999*
2000*
2001*
2002
2003
Budget du
personnel**
Part du budget du personnel
dans le budget total du CNRS
Budget total
du CNRS
1 000 000 000
1 500 000 000
2 000 000 000
2 500 000 000
3 000 000 000
65,34%
65,34%
62,10%
62,10%
59,46%
59,46%
56,35%
56,35%
56,55%
56,55%
63,74%
63,74%
%
B I L A N S O C I A L 2 0 0 3 - E M P LO I S C I E N T I F I Q U E E T CA R R I È R E S
2 5
5
BUDGET DU CNRS DE 1998 À 2003
(en termes de crédits)
6
POSTES DE DÉPENSES DU BUDGET
(EXÉCUTÉ) DU PERSONNEL
*
STATUTS ET ÉVOLUTIONS
ÉGLEMENTAIRES
DÉVELOPPEMENT
ROFESSIONNEL ET SOCIAL
EMPLOIS BUDGÉTAIRES
ANNEXES
* montants convertis en euros
** y compris les dépenses de vacation et formation
* à partir de 2000, nouvelle nomenclature des comptes
NB : afin de pouvoir établir des comparaisons, les résultats de l'année 1998 ont été traduits dans cette nouvelle nomenclature
39,5%
39,5%
8,3%
8,3%
17%
17%
34,5%
34,5%
0,1%
0,1%
0,2%
0,2%
0,4%
0,4%
0,4%
0,4%
0,1%
0,1%
38,7%
38,7%
29,5%
29,5%
8,8%
8,8%
7,5%
7,5%
15%
15%
1,8%
4,2%
28,9%
28,9%
1,1%
1,1%
4,3%
4,3%
1,6%
1,6%
0,6%
0,6%
0,1%
0,1%
57,4%
57,4%
2003
1998
Dont
Dont
633
6411
6413
6414
6416
645
644
646
Autres
6415
6417
6418
648
691
67
6913
1,6%
3,5%
29,1%
29,1%
1,1%
1,1%
4,1%
4,1%
1,4%
1,4%
0,6%
0,6%
0,2%
0,2%
58,4%
58,4%
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.