INTRODUCTION La coqueluche est une maladie toxi infectieuse liée l'invasion bronchique par Bordetella pertussis ou bacille de BORDET et GENGOU coccobacille gram négatif transmis par la toux C'est une maladie très contagieuse dont les symptômes sont liés la toxine du bacille toxine pertussique qui lui même n'envahit pas l'organisme mais reste localisée l'épithélium bronchique Elle est très efficacement prévenue par la vaccination qui subit actuellement en France la modification très importante constituée par la mise sur le marché récente du vaccin dit acellulaire C'est la seule maladie infectieuse contagieuse pour laquelle la mère ne transmet pas d'anticorps son nouveau né celui ci reste une cible privilégiée et chez lequel se réalisent les formes les plus sévères CLINIQUE La coqueluche évolue en moyenne en semaines partir de son expression clinique L'incubation dure deux semaines et est absolument silencieuse L'invasion dure elle aussi deux semaines Elle se marque par l'apparition d'une toux sèche de plus en plus tenace quelquefois suivie de vomissements L'enfant atteint reste apyrétique Le diagnostic n'est en règle pas fait ce stade sauf en cas d'épidémie ou de contage intra familial ou scolaire notoire On pense plutôt une trachéobronchite un corps étranger inhalé si la toux est très tenace et épuisante allergie La période d'état ou phase des quintes dure semaines Elle se marque par le caractère très spécial que prend la toux faite d'accès au cours desquels l'enfant d'abord prépare sa quinte en s'immobilisant et paraissant inquiet puis la réalise d'un seul trait sans reprendre son inspiration jusqu'à vider complètement ses poumons enfin reprend une inspiration très ample et rauque le chant du coq avant de tousser nouveau L'accès peut durer minutes est souvent entrecoupé de vomissements et se termine par l'expulsion d'une expectoration épaisse et glaireuse non purulente Les quintes de toux sont dites cyanosantes émétisantes prédominance nocturne et provocables par l'examen de la bouche l'alimentation ou le ...

De
Publié par

COQUELUCHE JP. CARRIERE INTRODUCTION La coqueluche est une maladie toxi-infectieuse liée à l'invasion bronchique par Bordetella pertussis ou bacille de BORDET et GENGOU, coccobacille à gram négatif transmis par la toux. C'est une maladie très contagieuse, dont les symptômes sont liés à la toxine du bacille (toxine pertussique), qui lui-même n'envahit pas l'organisme mais reste localisée à l'épithélium bronchique. Elle est très efficacement prévenue par la vaccination qui subit actuellement en France la modification très importante constituée par la mise sur le marché récente du vaccin dit « acellulaire ». C'est la seule maladie infectieuse contagieuse pour laquelle la mère ne transmet pas d'anticorps à son nouveau-né ; celui-ci reste une cible privilégiée, et chez lequel se réalisent les formes les plus sévères. CLINIQUE La coqueluche évolue en moyenne en 6 semaines à partir de son expression clinique . L'incubation dure deux semaines et est absolument silencieuse . L'invasion dure elle aussi deux semaines. Elle se marque par l'apparition d'une toux sèche de plus en plus tenace quelquefois suivie de vomissements. L'enfant atteint reste apyrétique. Le diagnostic n'est en règle pas fait à ce stade sauf en cas d'épidémie ou de contage intra familial ou scolaire notoire. On pense plutôt à une trachéobronchite, à un corps étranger inhalé si la toux est très tenace et épuisante. – allergie ? .

  • quintes

  • porteurs de pathologies chroniques respiratoires

  • accès de toux

  • vaccination

  • coqueluche de l'adulte

  • examen clinique de l'enfant

  • jeunes adultes dans la contamination

  • toux

  • compression bronchique par adénopathie


Publié le : mardi 19 juin 2012
Lecture(s) : 177
Tags :
Source : medecine.ups-tlse.fr
Nombre de pages : 5
Voir plus Voir moins
COQUELUCHE
JP. CARRIERE
INTRODUCTION
La coqueluche est une maladie toxi-infectieuse liée à l’invasion bronchique par Bordetella
pertussis ou bacille de BORDET et GENGOU, coccobacille à gram négatif transmis par la toux.
C’est une maladie très contagieuse, dont les symptômes sont liés à la toxine du bacille (toxine
pertussique), qui lui-même n’envahit pas l’organisme mais reste localisée à l’épithélium
bronchique.
Elle est très efficacement prévenue par la vaccination qui subit actuellement en France la
modification très importante constituée par la mise sur le marché récente du vaccin dit
« acellulaire ».
C’est la seule maladie infectieuse contagieuse pour laquelle la mère ne transmet pas
d’anticorps à son nouveau-né ; celui-ci reste une cible privilégiée, et chez lequel se réalisent les
formes les plus sévères.
CLINIQUE
La coqueluche évolue en moyenne en 6 semaines à partir de son expression clinique
.
L’incubation
dure deux semaines et est absolument silencieuse
.
L’invasion
dure elle aussi deux semaines. Elle se marque par l’apparition d’une toux sèche
de plus en plus tenace quelquefois suivie de vomissements. L’enfant atteint reste apyrétique. Le
diagnostic n’est en règle pas fait à ce stade sauf en cas d’épidémie ou de contage intra familial ou
scolaire notoire. On pense plutôt à une trachéobronchite, à un corps étranger inhalé si la toux est
très tenace et épuisante. – allergie ?
.
La période d’état
ou phase des quintes dure 4 semaines.
Elle se marque par le caractère très spécial que prend la toux faite d’accès au cours desquels
l’enfant d’abord « prépare sa quinte » en s’immobilisant et paraissant inquiet ; puis la réalise d’un
seul trait sans reprendre son inspiration jusqu’à vider complètement ses poumons ; enfin reprend
une inspiration très ample et rauque, le « chant du coq » avant de tousser à nouveau. L’accès peut
durer 2 à 3 minutes, est souvent entrecoupé de vomissements et se termine par l’expulsion d’une
expectoration épaisse et glaireuse, non purulente. Les quintes de toux sont dites « cyanosantes,
émétisantes, à prédominance nocturne, et provocables » (par l’examen de la bouche, l’alimentation
ou le bruit de la toux d’une personne voisine).
En dehors des quintes, l’examen clinique de l’enfant est négatif ; il est apyrétique, seulement
fatigué par la fréquence des accès qui peuvent se reproduire plusieurs fois par heure et dont les
vomissement restreignent l’apport calorique.
La phase des quintes n’est pas homogène. Pendant deux semaines les quintes augmentent en
nombre et en sévérité, si bien que l’acmé de la maladie se situe un mois après le contage. Puis les
quintes perdent, pendant les deux dernières semaines, force et fréquence pour enfin disparaître
complètement. L’enfant est contagieux pendant toute cette phase d’état, par diffusion des
gouttelettes de sa toux. L’éviction dure 30 jours à partir du début des quintes.
.
La phase de convalescence
peut durer plusieurs semaines. L’enfant n’est plus contagieux ;
son état général est altéré par cette longue épreuve épuisante et il reste fragile vis à vis d’autres
infections
respiratoires
malgré
l’absence
de
dépression
immunitaire.
Une
nouvelle
trachéobronchopathie se manifestera quelques temps par une toux quinteuse, c’est le « tic de
coqueluche » et non une rechute contagieuse.
DIAGNOSTIC
Le diagnostic de la maladie est clinique, si typiques sont les quintes répétitives de toux.
Le cliché pulmonaire reste normal dans la forme non compliquée, tout au plus avec une
discrète surcharge péribronchique atypique.
Seul l’hémogramme participe au diagnostic en montrant une leucocytose avec lymphocytose,
telle que le chiffre absolu des lymphocytes soit supérieur à 10 000/mm3. Cette lymphocytose (sans
autre anomalie de l’hémogramme) est liée à l’augmentation anormale de la durée de vie de ces
cellules sous l’effet de la toxine pertussique.
Le plus souvent la recherche du germe est négative au prélèvement pharyngé (par ailleurs peu
conseillé car tussigène) et il est classique de recommander « l’ensemencement de la toux » en
faisant tousser l’enfant devant le milieu de culture (gélose au sang) d’une boite de Petri : ceci est
loin d’être pratique ! !
Il existe un sérodiagnostic (anticorps anti PT, anti FHA, ELISA) qui n’est nullement
indispensable au diagnostic mais qui peut être réalisé en cas de toux atypique prolongée chez un
enfant non vacciné, avec positivation dès le début de la phase d’état.
En pratique, seuls cliché pulmonaire et hémogramme, de réalisation facile, peuvent contribuer
au diagnostic et sont recommandés. L’absence de vaccination et la notion de contage possible
(tousseurs dans l’entourage) restent d’une importance diagnostique de premier ordre.
C’est le cliché pulmonaire, quand il est normal, qui permet le mieux les diagnostics
différentiels devant une toux persistante apyrétique : compression bronchique par adénopathie ;
corps étranger des voies respiratoires ; images en faveur d’une primo-infection tuberculeuse ; les
trachéobronchites infectieuses sont habituellement fébriles et de durée moins prolongée. La
radiographie pulmonaire sera utilement complétée, en cas de doute diagnostic et d’image anormale,
par scanner thoracique et endoscopie dans cette situation de toux « chronique » apyrétique. Chez le
nourrisson, une toux systématique lors des tétées peut faire évoquer une fistule oesophagotrachéale.
FORMES CLINIQUES
A –
Selon la fréquence des quintes
: « hypercoqueluches » ; « coqueluchettes »
B –
Coqueluche « maligne »
marquée par d’intenses symptômes d’imprégnation toxinique :
quintes épuisantes, apnées, adynamie, bradycardie, syncopes, troubles de la vigilance : sont le fait
des enfants dénutris ou déjà porteurs de pathologies chroniques respiratoires (mucoviscidose,
dilatation des bronches) ou cardiologiques qui peuvent se décompenser à cette occasion.
C –
Coqueluche du nourrisson
.
Non protégé par une immunité maternelle qui ne se transmet pas, le nourrisson avant l’âge de
la vaccination complète (4 mois), est toujours actuellement la cible redoutée de la maladie.
- La coqueluche y est atypique car les quintes peuvent y être remplacées par des accès de toux
« simple » mais prolongés, elles peuvent être faites d’accès d’éternuements ou seulement de
phénomènes apnéiques transitoires mais dangereux. Les vomissements sont la règle (« toute toux
qui vomit est une coqueluche »)
- la coqueluche y est beaucoup plus grave
. épuisement rapide et incapacité à évacuer les sécrétions glaireuses qu’il faut savoir extraire
au doigt ou à l’aspiration
. hypersécrétion bronchique épaisse pouvant obstruer des voies respiratoires de petit calibre et
provoquer des zones d’atélectasie réduisant la SaO2
. surtout survenue d’apnées soit cyanosantes par incapacité à reprendre rapidement
l’inspiration, soit syncopales (blanches) d’origine neurologique sous l’effet de la toxine
. Amaigrissement et déshydratation conséquence des vomissements
. hypoxie, accès hypertensifs au moment de la toux, effets de la toxine peuvent être
responsables de complications neurologiques (adynamie, coma, hématome intra crâniens)
compromettant le développement ultérieur.
La règle est donc que le nourrisson coquelucheux soit hospitalisé pour soins rapprochés,
aspirations, oxygénothérapie au moment des quintes, perfusion nutritive et surveillance monitorisée
respiratoire et cardiologique ; ceci pendant toute la phase des quintes dangereuses (et
éventuellement dans un service de soins intensifs en cas d’apnées répétées).
C’est la coqueluche du nourrisson qui justifie l’effort de couverture vaccinale (malgré son
caractère non obligatoire), essentiellement pour réduire le risque de contagiosité à son égard des
autres membres de la famille.
D – Coqueluche de l’adulte anciennement vacciné
Non entretenue, comme cela a été longtemps accepté, par des rappels réguliers tous les 5 ans,
la vaccination anticoquelucheuse perd de son efficacité et rend les adultes jeunes en âge de procréer
(et donc d’avoir à s’occuper de leur nourrisson) contagieux d’une maladie atypique (et donc non
reconnue à temps). Ce sont des phénomènes de toux brefs et non quinteux, répétitifs et durant
plusieurs semaines, attribués à soit au tabagisme ou à d’autres agents infectieux, d’autant qu’il n’y a
ni fièvre ni altération de l’état général. Une enquête nationale menée en 1992-1993 a bien mis en
évidence le rôle prépondérant de ces jeunes adultes dans la contamination des très jeunes
nourrissons non encore vaccinés.
COMPLICATIONS
Mises à part celles qui constituent les formes graves décrites précédemment, les complications
de la coqueluche sont rares.
A – Complications mécaniques
Liées aux accès hypertensifs et à l’hyperpression thoraco-abdominale lors des accès de toux :
hernie ombilicale, prolapsus rectal du nourrisson, hémorragie conjonctivale, ulcération du frein de
la langue sont bénins. Les pétéchies cérébrales (voire les hématomes intracérébraux) sont beaucoup
plus graves.
B – Complications bronchopulmonaires
Comme pour la rougeole, elles peuvent être liées soit à une surinfection à pyogènes, soit à
l’extension distale de l’infection spécifique par le bacille de Bordet-Gengou.
. Les surinfection à pyogènes : bronchopneumopathie systématisée ou à foyer disséminé
la maladie devient fébrile et s’accompagne d’une leucopolynucléose à l’hémogramme
Pneumocoque, hemophilus influenzae et streptocoque A sont responsables
L’antibiothérapie par Amoxycilline ou Amoxy-clavulanique est curative
La surinfection par staphylococcus aureus est devenue exceptionnelle.
. Bronchopneumopathie spécifique ou « Pneumocoqueluche »
n’est en règle pas fébrile et ne modifie pas l’hémogramme caractéristique de la maladie
(hyperlymphocytose). La toux est mixte et beaucoup plus abondante ; l’enfant reste dyspnéique
entre les accès.
Le cliché pulmonaire montre des opacités hilophréniques en bande, en triangle, des zones
atélectasiques ou mal ventilées, quelquefois une réaction pleurale. Le traitement n’a à être modifié
que de mesures symptomatiques supplémentaires (évacuation, kinésithérapie, aérosols voire
oxygénothérapie) sans modifier l’antibiothérapie initiale.
C – Les complication ORL (otite, laryngite de surinfection) sont très rares.
D – Complications neurologiques : « Encéphalite » de la coqueluche
Sa nature n’est pas univoque : il s’agit en fait de la conjonction de plusieurs mécanismes sur
l’encéphale : effet de la toxine sur les centres végétatifs (coma – troubles de la régulation thermique
et cardiorespiratoire) mais aussi effets de microhémorragies d’origine mécanique (pétéchies
cérébrales), effet de l’hypoxie ou des apnées ; oedème mécanique conséquence de l’ensemble des
processus précédents.
La présentation clinique allie en proportions variables, troubles de la vigilance, crises
convulsives, phénomènes déficitaires. Comme dans tout processus neurologique post infectieux, des
investigations neuroradiologiques peuvent être recommandées pour détecter d’éventuelles
modifications justiciables d’un traitement symptomatique : évacuation d’un hématome ; lutte contre
l’oedème. En dehors de ces éventualités, la thérapeutique est seulement palliative (hydratation,
apports caloriques, anticonvulsivants, oxygénothérapie…)
TRAITEMENT
1 – Traitement curatif
a – Il est essentiellement symptomatique. Il est classique de recommander l’humidification de
l’atmosphère, le calme autour de l’enfant, l’alimentation juste après une quinte, en profitant de la
« période réfractaire » au déclenchement de la toux lorsque celle-ci vient juste de cesser.
Les sédatifs de la toux sont systématiques : à base de codéine ou d’opiacés au-delà de 30 mois
ils sont à base de phénothiazines avant 30 mois.
b – L’antibiothérapie est appliquée systématiquement pendant les 15 premiers jours des
quintes. Elle fait appel essentiellement aux macrolides (Erythromycine – Spiramicine – Josamycine
– Clarythomycine). Son efficacité réelle est faible et elle vise surtout à diminuer
la contagiosité des
malades.
c – Toute surinfection bronchopulmonaire devra être prise en charge par antibiothérapie
probabiliste (Amoxycilline seule ou associée à acide clavulanique) pendant 10 jours.
d – Les formes graves de coqueluche doivent être traitées dans un secteur de soins intensifs
afin d’assurer nutrition parentérale et surtout assistance respiratoire, oxygénothérapie, soutien
cardiorespiratoire, anticonvulsivants et antioedémateux cérébraux à la demande ; sous surveillance
multiparamétrique monitorisée pour action immédiate au cas par cas.
2 – Traitement préventif
a – les malades doivent être isolés des sujets non vaccinés et en particulier des nourrissons. La
période d’éviction est de un mois à partir du début des quintes
b – la vaccination est la meilleure arme préventive. Son efficacité très solide a longtemps été
contrebalancée par une réputation de danger (vaccin entier) expliquant les multiples contre-
indications. Le vaccin acellulaire permettra vraisemblablement de mener dans l’avenir des
campagnes de vaccination cohérentes et régulièrement entretenues par des rappels, notamment chez
l’adolescent et l’adulte, principaux contaminateurs actuels des nourrissons (voir chapitre
« vaccinations »).
c – les gamma globulines spécifiques (gamma coqueluche), longtemps prônées en cas de
contage (mais avant la déclaration de la maladie car elles étaient accusées d’aggraver les quintes
lorsqu’elles avaient débuté) ont été supprimées du marché comme beaucoup de produits d’origine
sanguine humaine.
d – un traitement antibiotique préventif (antibioprophylaxie) par macrolides peut être appliqué
aux sujets contacts, pendant 5 à 10 jours, lorsque ceux-ci n’ont pas été vaccinés (ou l’ont été mais
incomplètement). Cette antibiothérapie préventive doit intervenir avant le 14
ème
jour suivant le
contage ; elle ne s’adresse qu’aux sujets-contacts occasionnels ; mais systématiquement aux
membres proches de la famille, surtout les nourrissons non encore vaccinés ou les personnes
respiratoirement fragiles. Dans les collectivités d’enfants ouvertes (école) elle s’applique aux
enfants de la classe. Dans les collectivités fermées (internats) elle s’applique à tous, de même que
dans les crèches.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.