AMELIORATION DE L'ENSEIGNEMENT DE LA DEMARCHE

Publié par

Niveau: Supérieur

  • mémoire


Université de Poitiers Faculté de Médecine et de Pharmacie DIU DE PEDAGOGIE MEDICALE THEME AMELIORATION  DE  L'ENSEIGNEMENT  DE  LA  DEMARCHE MEDICALE  DEVANT  UN  ETAT  D'AGITATION  POUR  LES APPRENANTS DE SIXIEME ANNEE DE MEDECINE A L'UNITE DE  FORMATION  ET  DE  RECHERCHE  DES  SCIENCES MEDICALES D'ABIDJAN.                                              (CÔTE D'IVOIRE) Mémoire Du Docteur YEO?TENENA Yessonguilana Jean?Marie (Poitiers) Poitiers Limoges Tours Cl ick  to  b uy  N OW ! PD F?XCHANGE w w w.docu?track .co m C lic k t o  bu y N OW ! PD F?XCHANGE w w w.docu?track .co m

  • dans  cette 

  • appliquée  dans  notre 

  • de  formation 

  • est  basé 

  • située  en 

  • cet  enseignement 

  • des  questions  d'effectif  insuffisant

  • en  plus 

  • service  accueille 

  • sur  un 


Publié le : mardi 29 mai 2012
Lecture(s) : 16
Tags :
Source : fmc.med.univ-tours.fr
Nombre de pages : 22
Voir plus Voir moins
Université de Poitiers Faculté de Médecine et de Pharmacie
DIU DE PEDAGOGIE MEDICALE
THEME AMELIORATION DE LENSEIGNEMENT DE LA DEMARCHE MEDICALE DEVANT UN ETAT DAGITATION POUR LES APPRENANTS DE SIXIEME ANNEE DE MEDECINE A LUNITE DE FORMATION ET DE RECHERCHE DES SCIENCES MEDICALES DABIDJAN.                                              (CÔTE DIVOIRE)
Mémoire Du Docteur YEO-TENENA Yessonguilana Jean-Marie (Poitiers)
Poitiers
Limoges
Tours
SOMMAIRE
I - ANALYSE DE CONTEXTE DENSEIGNEMENT
II –LES BUTS
III –LES BESOINS
IV –PLANIFICATION
V- EVALUATION
CONCLUSION
ANNEXES
2-6
7
8
8-15
16-17
2
I -ANALYSE DE CONTEXTE DENSEIGNEMENT
Située en Afrique de louest, la Côte dIvoire est un pays francophone qui sé’tend sur 322.500 km2 et offre une grande ouverture sur locéan atlantique. Depuis sept ans, elle connaît une crise politico-militaire. ABIDJAN la capitale économique est le siège de deux universités et plusieurs grandes écoles et instituts de formation. LUniversité de Cocody la plus ancienne a été créée au cours des années 1960 et comporte treize (13) unités de formation et de recherche (UFR) dont celle des Sciences Médicales dAbidjan (U.F.R  S.M.A). Cette unité de formation offre tout le cycle de formation de base des médecins ainsi que la spécialisation dans plusieurs disciplines médicales et chirurgicales. Nous avons été formé dans cette université jusqua’u DES de psychiatrie en 2000 et, recruté comme assistant chef de clinique en avril 2001 et maître-assistant en psychiatrie da’dultes par le Conseil Africain et Malgache pour lenseignement supérieur (CAMES) à sa session de juillet 2007. Cela nous confère ainsi le statut de’nseignant. Notre service clinique de rattachement, le service dh’ygiène mentale est au sein de Ilnstitut National de Santé Publique dAbidjan (INSP) situé au Plateau (commune principale de la ville dAbidjan). Crée en 1948, Ilnstitut National de Santé Publique dAbidjan (INSP) a une mission de formation et de recherche en Côte dIvoire ce qui justifie notre présence dans cette institution en tant que’nseignant-chercheur. LInstitut National de Santé Publique dAbidjan (INSP) comporte en son sein plusieurs unités de recherches mais également des unités de soins sans hospitalisations. Notre service accueille les étudiants inscrits en
3
sixième année de médecine (DCEM IV) et en thèse des études médicales, ceux qui préparent le diplôme dé’tudes spéciales (DES) de psychiatrie à partir de la 3 ème année ainsi que les élèves infirmiers. Nous recevons également des étudiants de psychologie et de bio-anthropologie. Lencadrement hospitalier est basé sur un programme commun avec lhôpital psychiatrique de Bingerville (ville située à 17 km dAbidjan) qui en plus des consultations ambulatoires, hospitalise les patients atteints de troubles mentaux. Le service dh’ygiène mentale est animé par cinq praticiens (deux enseignants et trois médecins) :
- Un professeur titulaire de psychiatrie da’dultes (chef de service) - Un maître-assistant - Trois médecins (titulaires du DES de psychiatrie)
Lenseignement hospitalier des étudiants en médecine est théoriquement dévolu aux assistants selon les règles de lUFR des sciences médicales dAbidjan. Pour des questions deffectif insuffisant dans notre unité, nous intégrons les médecins titulaires du DES de psychiatrie dans lencadrement hospitalier des étudiants en médecine. Lencadrement hospitalier est supervisé par le chef de service le professeur DELAFOSSE Roger Charles Joseph. Le service reçoit un groupe de quinze à dix-huit étudiants (DCEM IV) qui sont repartis dans les bureaux de consultation des praticiens à lexception du chef de service. Ce qui fait en moyenne, quatre étudiants par praticien. Les étudiants restent dans le service pendant trois semaines.
4
e’ncadrement hospitalier des étudiants (DCEM IV) consiste en des séances de’nseignement (ED) de quarante cinq minutes à une heure de temps deux fois par semaine (Mercredi et vendredi de 9heures à 10 heures). Les enseignements dirigés sont réservés exclusivement aux deux enseignants du service (professeur et le maître-assistant) Cet enseignement consiste en un rappel succinct des notions antérieures (sémiologie, pathologie et thérapeutique). Parfois on leur présente un dossier et attendons de’ux, une analyse sémiologique aboutissant à une démarche diagnostique avec projet thérapeutique. Ces échanges sont loccasion dune meilleure application de la méthode dapprentissage par raisonnement clinique. En plus des séances de’nseignements dirigés, les étudiants participent aux activités de consultation avec les quatre praticiens dans le but daméliorer et renforcer leurs acquis au plan clinique. A la fin des consultations, une synthèse clinique est faite par chaque praticien avec ses étudiants. Cette synthèse porte sur les dossiers ayant un intérêt particulier (sémiologique ou thérapeutique). Les apprenants posent des questions pour une meilleure compréhension et traduisent parfois leurs difficultés. Un renforcement pourrait être apporté par les explications des praticiens. Nous demandons peu de fois à un apprenant de faire le premier entretien du’n patient venant au service. Ils sont généralement réticents pour cet exercice. La supervision directe est donc une technique denseignement peu appliquée dans notre contexte. Nous espérons pouvoir lappliquer la rentrée prochaine. La supervision indirecte est appliquée une fois par semaine (le mercredi après-midi). Nous échangeons entre praticiens et les médecins titulaires du DES soumettent leurs difficultés au niveau de la prise en charge de
5
certains patients (démarche diagnostique, projet thérapeutique). Nous essayons autant que possible avec le chef de service de leur fournir des réponses. Lévaluation de fin de stage est généralement une évaluation écrite portant sur les enseignements dirigés ou les dossiers étudiés collectivement au cours du stage. Une place est également faite à lassiduité au stage dans lévaluation finale. Lanalyse de notre pratique quotidienne révèle un nombre dinsuffisances : -Une absence de définition claire des compétences à maîtriser par les apprenants(ces compétences sont exprimées parfois sous forme dobjectifs à atteindre).Nous envisageons lélaboration de fiche dapprentissage pour palier à cette insuffisance.. -Les apprenants restent passifs au cours des consultations .Nous les inciterons désormais à être plus actifs par lusage de techniques plus participatives telles : le jeu de rôle ou la supervision. -Une absence dé’valuation de la formation par les étudiants. -Lé’valuation des étudiants est toujours théorique.
Le’ncadrement hospitalier des étudiants (DCEM IV) au service dh’ygiène mentale pourrait être défectueuse, par le fait que les trois autres praticiens nayant pas de statut denseignant et ne recevant pas de primes pour les encadrements hospitaliers, sont souvent démotivés et laspect pratique se retrouve parfois enseigné aux étudiants les plus motivés et curieux. Cette motivation est parfois peu perçue au cours de nos enseignements du fait des préjugés de la société sur les troubles mentaux. De ce fait beaucoup da’gitations sont référées en psychiatrie sans examen médical
6
minutieux ou explorations para-cliniques pouvant déceler une cause organique. Ce constat suscite en nous le désir da’méliorer la formation des étudiants (DCEM IV) au service dh’ygiène mentale. Notre projet pédagogique porte sur lamélioration de lenseignement de la démarche médicale devant un état da’gitation. Lagitation est un motif courant en consultation de psychiatrie et, lattitude face à une agitation repose sur une démarche médicale simple à la portée des étudiants (DCEM IV), à savoir : -ilnterrogatoire -lexamen clinique et les examens complémentaires -lexamen psychiatrique -la conduite à tenir
II – LES BUTS  1- LOBJECTIF GENERAL Lobjectif général de ce travail est de concevoir une formation pratique permettant lacquisition de la démarche médicale devant un état da’gitation par les étudiants de (DCEM IV) en stage au service dh’ygiène mentale dA’ bidjan.
2- LES OBJECTIFS SPECIFIQUES - Savoir mener un interrogatoire devant un état da’gitation. - Savoir mener lexamen clinique dun patient agité. - Hiérarchiser des examens complémentaires devant un état da’gitation. - Justifier le diagnostic étiologique dun état dagitation. - Proposer les mesures générales du traitement du’n patient agité.
7
II – LES BESOINS
Destiné à améliorer et à renforcer les apprentissages, le stage des étudiants de (DCEM IV) en psychiatrie est souvent mal perçu par ceux-ci pour des raisons diverses (préjugés, certains estiment na’voir pas besoin de cette spécialité pour exercer comme médecins). Le rapport dactivité du service dhygiène mentale dAbidjan estime à neuf mille (9000), les consultations pour lannée 2008 dont 10 % sont en rapport de’mblée avec des pathologies organiques. Dans une étude réalisée en 1998, sur les aspects étiologiques des troubles du comportement chez 482 patients hospitalisés à Bingerville, nous avons estimé à 7,8 % la place de la pathologie organique dans les troubles du comportement. Ces chiffres plaident en faveur du’ne insertion plus large de la psychiatrie dans la médecine (CHU et centres hospitaliers régionaux) dans notre contexte, mais également, ils suscitent en nous la nécessité et lurgence à faire comprendre aux étudiants que toute agitation doit bénéficier du’n examen médical minutieux qui déterminera les examens complémentaires à réaliser. Notre formation sera conçue selon le principe de la programmation, de ilmplantation et de lévaluation.
IV – PLANIFICATION
1- POSITIONNEMENT DANS LE CURRICULUM Ce module est destiné aux étudiants de la sixième année (DCEM IV) du cycle des études médicales à lUFR des sciences médicales dAbidjan.
8
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi