Faculté de Médecine Montpellier Nîmes Septembre Sources Étudiantes

De
Publié par

Niveau: Supérieur
Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes Septembre 2006 Sources Étudiantes MB4 – Pharmacologie médicale et thérapeutique générale – Les analgésiques centraux – Pierre Petit Année Universitaire 2007-2008 LES ANALGESIQUES CENTRAUX : INTRO : LES OPIACES : Substances dérivées de l'opium (opioïde), ou de la morphine (morphinique) qui en est le composé principal. Les opioïdes ont des affinites pour les récepteurs opiacés (ligands endogènes peptidiques : agonistes, agonistes partiels et antagonistes). Les opiaces sont des médicaments symptomatiques de la douleur, analgésiques majeurs par action central (pour douleur intense ou rebelle aux autres antalgiques). Il y a une sévérité des effets indésirables : dépression respiratoire et risque de pharmacodépendance. Lutilisation est soumise à la réglementation des stupéfiants pour la détention et la prescription. LES LIGANDS MORPHINIQUES : A) LES AGONISTES PLEINS : 1-La morphine : alcaloïde (substance azotée basique d'origine naturel) de lopium extrait du pavot. Base faible de structure polycyclique agoniste µ. Les dérivés morphiniques sont synthétiques ou semi synthétiques. Ex : Péthidine (Doloral), Deurogénie (Fentanyl). B) LES AGONISTES PARTIELS ET OPIOIDES MIXTES : Opioïdes mixtes : antagonistes et agonistes. Buprénorphine (Tengesic) : agoniste partiel µ C) AUTRES DERIVES OPIACES(antalgique faible) : Codéine méthylmorphine Dextroprépoxyphène (Diantalvique). D) ANTAGONISTES MORPHINIQUES : Naloxone (Narcanx) LA PHARMACOLOGIE : 1- ACTIONS CENTRALES : ? Actions analgésiques dose-dé pendantes : Dose dépendance : efficacité augmente avec la dose.

  • dose

  • action neurophysiologique

  • pupillaire myosis - stimulation directe de la zone chimiosensible de larea postrema

  • stimulation parasympathique

  • traitement symptomatique de douleurs intenses en particulier chroniques

  • vertige - constipation - hypotension orthostatique

  • hypotension

  • douleur intense


Publié le : vendredi 1 septembre 2006
Lecture(s) : 37
Tags :
Source : med.univ-montp1.fr
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes
Septembre 2006
Sources Étudiantes
MB4 – Pharmacologie médicale et thérapeutique générale – Les analgésiques centraux – Pierre Petit
Année Universitaire 2007-2008
LES ANALGESIQUES CENTRAUX :
INTRO :
LES OPIACES :
Substances dérivées de l'opium (opioïde), ou de la morphine (morphinique) qui en est le composé principal.
Les opioïdes ont des affinites pour les récepteurs opiacés (ligands endogènes peptidiques : agonistes, agonistes
partiels et antagonistes).
Les opiaces sont des médicaments symptomatiques de la douleur, analgésiques majeurs par action central (pour
douleur intense ou rebelle aux autres antalgiques).
Il y a une sévérité des effets indésirables : dépression respiratoire et risque de pharmacodépendance.
L`utilisation est soumise à la réglementation des stupéfiants pour la détention et la prescription.
LES LIGANDS MORPHINIQUES :
A) LES AGONISTES PLEINS :
1-La morphine : alcaloïde (substance azotée basique d’origine naturel) de l`opium extrait du pavot.
Base faible de structure polycyclique agoniste µ.
Les dérivés morphiniques sont synthétiques ou semi synthétiques.
Ex : Péthidine (Doloral), Deurogénie (Fentanyl).
B) LES AGONISTES PARTIELS ET OPIOIDES MIXTES :
Opioïdes mixtes : antagonistes et agonistes.
Buprénorphine (Tengesic) : agoniste partiel µ
C) AUTRES DERIVES OPIACES(antalgique faible) :
Codéine méthylmorphine
Dextroprépoxyphène (Diantalvique).
D) ANTAGONISTES MORPHINIQUES :
Naloxone (Narcanx)
LA PHARMACOLOGIE :
1- ACTIONS CENTRALES :
Actions analgésiques dose-dépendantes :
Dose dépendance : efficacité augmente avec la dose.
-ACTION NEUROPHYSIOLOGIQUE : Les morphiniques s`opposent a la neurotransmission des messages nociceptifs
au niveau des differents relais médullaires et cérébraux.
-ACTION NEUROPSYCHOLOGIQUE : ils modifient la réaction psychique du malade à la douleur.
Actions psychiques et comportementales :
Variable selon dose et terrain.
Action sédative et altération des fonctions cognitives (attention, mémoire…)
Parfois réaction d`excitation PARADOXALE surtout a faible dose, Risque confusionnel.
Actions psychodysleptique :
Risque de dépendance psychique, euphorie ou impression de bien-être, indifférence aux sensations désagréable, ou
dysphorie désagréable avec anxiété et agitation.
1
Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes
Septembre 2006
Sources Étudiantes
MB4 – Pharmacologie médicale et thérapeutique générale – Les analgésiques centraux – Pierre Petit
Année Universitaire 2007-2008
D) Autres effets centraux :
a-VEGETATIFS :
- Dépression des centres respiratoires (risque majeur lors des intoxications et de la toux). L`insuffisance respiratoire
peut engendrer une hypoxie ou anoxie et donc le décès.
- Stimulation parasympathique pupillaire MYOSIS
- Stimulation directe de la zone chimiosensible de l`area postrema (zone du 4eme ventricule) surtout à faible dose,
action émétisante.
b- NEUROENDOCRINIENS :
- Diminution de la sécrétion de certaines releasing hormones hypothalamiques.
- Augmentation de la sécrétion de la prolactine.
2-ACTIONS PERIPHERIQUES :
a- Système cardiovasculaire :
-Vasodilatation périphérique artériolaire et veineuse.
- Inhibition du baroréflexe avec hypotension orthostatique par action directe ou par mécanisme histamino-libérateur.
b- Appareil digestif et les muscles lisses :
- Diminution du péristaltisme des fibres longitudinales et augmentation du tonus des fibres circulaires (spasme des
sphinters).
- Constipation
- Augmentation de la pression des canaux biliaires
- Spasme des voies urinaires.
SYNDROME DE DEPENDANCE :
Conduite inadaptée d`utilisation de substance psycho-active marquée notamment par le désir puissant et compulsif de
consommer la substance et la recherche de reconsommation.
L`administration répétée de la substance s`accompagne souvent de tolérance ainsi que d’addiction et en cas
d`interruption d`un syndrome de sevrage (dependance physique)
Syndrome de Sevrage :
Tableau physiopathologique caractéristique d`une famille de substances consecutif à la diminution ou l`interruption
brutale de sa consommation generalement apres usage prolongé et important.
Les symptômes de sevrage (en général symétrique aux symptômes d`imprégnation) conduisent l`individu à réutiliser
la substance ( ou substance apparentée) pour éviter ou soulager le désagrement.
Principaux Symptomes de Sevrage Morphinique :
- Anxiété, irritabilité
- Mydriase
- Frissons, bouffées de chaleur, sudation
- Larmoiement, rhinorrhée
- Vomissements, nausée, diarrhées
- Crampes abdominales
D`où la nécessité de diminuer progressivement les doses jusqu`a l`arret du traitement.
2
Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes
Septembre 2006
Sources Étudiantes
MB4 – Pharmacologie médicale et thérapeutique générale – Les analgésiques centraux – Pierre Petit
Année Universitaire 2007-2008
Tolerance :
Diminution de l`effet pharmacologique lors de l` administration répétée d`une même dose de medicaments et donc
besoin d`augmenter la dose pour ressentir le même niveau d`effet.
Le degré de tolérance est variable avec les substances : les morphiniques peuvent utiliser des doses qui seraient
létales pour un individu non-tolerant : overdose.
La tolérance est inégale selon les effets pharmacologiques des morphiniques : myosis et constipation persistent mais
l`analgésie et l’euphorie ainsi que les effets centraux diminuent.
LES EFFETS INDESIRABLES :
- Nausées, vomissements, vertige
- Constipation
- Hypotension orthostatique
- Sudation ou excitation
- Dysurie, rétention urinaire
- Dépression respiratoire
- Pharmacodépendance (risque variable).
TOXICITE :
- Troubles du comportement (apathie, altération du jugement)
- Troubles de l`état de conscience (somnolence, stupeur, coma)
- Contraction pupillaire (ou dilatation si anoxie)
- Dépression respiratoire (hypoxie)
- Hypotension et hypothermie en cas d`intoxication aigue sévère
Mesures thérapeuthiques : arrêt du morphinique, ventilation assistée, antagoniste morphiniques.
INTERACTIONS :
Avec les dépresseurs centraux : altération de la vigilance et risque majorés d`un effet dépresseur central par
l`alcool et les autres dépresseurs du SNC (morphiniques, antidépressifs, anxiolitiques, neuroleptiques,
antihypertenseurs centraux)
Avec les agonistes-antagonistes (opiacés mixtes) : diminue l`effet analgésique de la morphine (agoniste plein)
et risque d`induire une réaction de sevrage.
PRESCRIPTION :
Principaux domaines d`utilisation : ANALGESIE
Analgésie : traitement symptomatique de douleurs intenses en particulier chroniques ou résistantes aux antalgiques
habituels.
Prescription hierachisee selon 3 paliers : oms
Ι : antalgique non-morphinique (paracétamol ou aspirine)
ΙΙ a : morphinique faible (codéine, dextroprépoxyphène)
ΙΙ b : opioïdes mixtes (buprénorphine, nalbuphine)
ΙΙΙ a : morphine par voie oral.
ΙΙΙ b : autres voies d`administration de la morphine
On a un changement de niveau si l`effet plafond des antalgiques d`un niveau est atteint et s`avère insuffisant.
3
Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes
Septembre 2006
Sources Étudiantes
MB4 – Pharmacologie médicale et thérapeutique générale – Les analgésiques centraux – Pierre Petit
Année Universitaire 2007-2008
Autres domaines d`utilisation :
Traitement de substitution des pharmacodépendants majeures aux opiacés à doses differentes : méthadone,
buprénorphine (SUBUTEX).
N.B. :
Antitussifs : codéine
Antidiarrhéitique (opiacés synthétiques à action sélective sur le tractus gastro-intestinal) : Dysphenoxylate (Diarsed =
atropinique)
Lopéramide(Imodium)
4
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

II – URETERE

de ipicymab

DOSTINEX

de haute-autorite-sante-maladies-endocriniennes-et-metaboliques