La valorisation touristique des métiers d'art

De
Publié par

Niveau: Supérieur, Master

  • mémoire

  • mémoire - matière potentielle : professionnel


La valorisation touristique des métiers d'art La mise en réseau touristique au service de la valorisation de l'artisanat d'art UNIVERSITE PARIS 1 PANTHEON-SORBONNE IREST (Institut de Recherche et d'Études Supérieures du Tourisme) Mémoire professionnel présenté pour l'obtention du Master Tourisme spécialité « Valorisation touristique des sites culturels » Hélène TIVOLY Jury : …………………………………….. …………………………………….. ……………………………………..

  • nouvelles démarches de coopération inter-entreprises

  • métier d'art

  • valorisation touristique

  • tourisme

  • tourisme de découverte économique

  • artisan d'art d'ornans1

  • nouvelle dynamique


Publié le : vendredi 8 juin 2012
Lecture(s) : 209
Source : univ-paris1.fr
Nombre de pages : 114
Voir plus Voir moins

UNIVERSITE PARIS 1 PANTHEON-SORBONNE

IREST (Institut de Recherche et d’Études Supérieures du Tourisme)

La valorisation touristique des
métiers d’art
La mise en réseau touristique au service de la
valorisation de l’artisanat d’art






Mémoire professionnel présenté pour l’obtention du

Master Tourisme spécialité « Valorisation touristique des sites culturels »

Hélène TIVOLY
Jury :
…………………………………….. …….. ……..



Sommaire



Introduction………………………...……………………………………………………….….………………………….. 4

I. Les métiers d’art, entre patrimoine, économie et tourisme ....................................................... 7
A. Carte d’identité des métiers d’art ........................................................................................................ 7
1. Quelle définition pour les métiers d’art ? .............. 7
2. Un pôle non négligeable de l’économie française, mais néanmoins fragile ........ 10
3. Les métiers d’art : un patrimoine à part entière .............................................................. 14
B. Les métiers d’art, un patrimoine { protéger et { valoriser ................... 15
1. Les acteurs de la valorisation des métiers d’art ............................................................... 16
2. Des événements pour sensibiliser le public { la richesse de l’artisanat d’art .... 23
3. Des labels, gages de qualité et d’excellence ........................................................................ 26
C. Le tourisme comme vecteur de valorisation des métiers d’art .......... 30
1. La mise en tourisme des métiers d’art .................................................................................. 31
2. Les offres touristiques « métiers d’art »............... 35
3. Le tourisme de découverte économique : quelle place pour l’artisanat d’art ? 39
II. La mise en réseau dans la valorisation touristique des sites culturels ............................... 41
A. La mise en réseau touristique des métiers d’art ........................................................................ 42
1. Une coopération entre professionnels du tourisme et de l’artisanat d’art ......... 42
2. Intérêts d’une mise en réseau touristique des métiers d’art ..................................... 43
2
B. Typologie des mises en réseau touristique des sites de métiers d’art ............................ 45
1. Du pôle au PNR ................................................................................................................................. 46
2. Des thématiques variées .............................................................................................................. 50
III. Conditions de réussite et benchmarking ....................... 61
A. Les conditions de réussite d’une mise en réseau touristique des métiers d’art ......... 61
1. Insertion dans une politique globale de valorisation .................................................... 61
2. Nécessité d’une coopération entre les acteurs ................................................................. 62
3. Un montage de projet rigoureux .............................................................. 62
B. Des nouvelles démarches de coopération inter-entreprises ............................................... 63
Conclusion…………………………………………………………………………………………………………………..69
Bibliographie……………………………………………………...……………………………………………………….72
Annexes………………………………………………………………………………………………………………………77
Table des matières………………………………………………....……………………………………………………96














3

INTRODUCTION



« QUEL BEAU METIER VOUS FAITES, VOUS EN VIVEZ ?
- POURQUOI, VOUS ME TROUVEZ MORT ? »



1Voici un dialogue rapporté par un artisan d’art d’Ornans accueillant des
visiteurs dans son atelier pour faire découvrir son savoir-faire. Malheureusement,
ce type d’échange est couramment rapporté par les professionnels des métiers
d’art ouvrant leurs portes au public. Bien sûr, les visiteurs ne posent pas tous des
questions béotiennes aux artisans qui les reçoivent, mais cela attire notre attention
sur la nécessité de mieux faire connaître les métiers d’art au grand public et de
sensibiliser les touristes aux enjeux liés { l’artisanat d’art.


Comme nous le verrons tout au long de ce mémoire, l’artisanat d’art
présente des caractéristiques qui en font un secteur fragile malgré la richesse de
ses savoir-faire. La prise de conscience d’une telle fragilité a été très récemment
renforcée par un rapport sénatorial rédigé par Catherine DUMAS, qui signale le
danger qu’encourent certains savoir-faire si des mesures visant à les transmettre
et à la valoriser ne sont pas prises rapidement. Ce rapport est { l’origine d’une
nouvelle dynamique, qui a abouti le 7 février dernier { la création de l’Institut
National des Métiers d’Art.


1 CLARAC Florence, BERGADAA Michelle, Ancrage d’un pôle Métiers d’art sur son territoire : le cas
4

Faut-il rappeler que les métiers d’art sont des métiers de passion et ne se
limitent pas à une simple activité professionnelle ? Ils représentent souvent
l’engagement de toute une vie pour ceux qui ne comptent ni leur temps ni leurs
efforts pour acquérir un savoir-faire souvent ancestral et profondément ancré
dans notre patrimoine. L’artisanat d’art fascine et force l’admiration, mais il est
finalement peu connu du grand public. Pourtant, la sauvegarde de ce patrimoine ne
pourra se faire sans la rencontre entre professionnels des métiers d’art et
admirateurs curieux de pousser la porte des ateliers d’art ou toute autre structure
dédiée à ces métiers si particuliers.


La mise en tourisme des métiers d’art constitue donc un pan important de
leur valorisation. Les relations qu’entretiennent le secteur du tourisme et celui de
l’artisanat d’art ont déj{ fait l’objet de plusieurs études qui ont mis en évidence les
difficultés que soulève l’accueil de visiteurs par les professionnels des métiers
d’art, les plus problématiques étant l’isolement et le manque de notoriété.


Mes recherches se sont donc orientées vers une valorisation touristique des
métiers d’art qui permettrait de résoudre ces problèmes. La mise en réseau figure
parmi les opportunités d’une valorisation touristique efficace de l’artisanat d’art.
En effet, comme le dit l’adage, "l’union fait la force". Ainsi, les artisans d’art et les
sites dédiés aux métiers d’art n’auraient-ils pas intérêt à se regrouper afin de
renforcer leur attractivité touristique ?


La première partie de ce mémoire sera consacrée à la présentation des
métiers d’art et de leurs caractéristiques. Cela permettra de connaître précisément
les forces et les faiblesses de ce secteur au poids non négligeable dans l’économie
5
française. Cette partie mettra en évidence la transversalité de ces métiers, entre
patrimoine, économie et tourisme. Après une présentation descriptive des métiers
d’art, nous ferons le bilan de la valorisation des métiers d’art en France, pour
s’intéresser ensuite au tourisme comme vecteur de valorisation de ces métiers.


La deuxième partie aura pour but de démontrer l’intérêt de la mise en
réseau dans la valorisation touristique des métiers d’art. Nous limiterons notre
étude à la mise en réseau « spatiale » des sites touristiques de métiers d’art (pôles,
routes, circuits…). Les caractéristiques d’une telle mise en réseau feront l’objet
d’une première sous-partie. Nous tenterons ensuite de dresser une typologie des
mises en réseaux existantes. Enfin, nous présenterons trois études de cas : leur
analyse permettra de repérer les pratiques pouvant avoir valeur d’exemple.


La troisième et dernière partie sera consacrée aux préconisations et à la
recherche de bonnes pratiques dans les différents types de mise en réseau qui
seraient applicables { un projet de valorisation touristique des métiers d’art.










6
I. Les métiers d’art, entre patrimoine, économie et tourisme

A. Carte d’identité des métiers d’art

1. Quelle définition pour les métiers d’art ?

a) Des définitions insatisfaisantes

Les métiers d’art constituent un secteur difficile { cerner car il n’en existe pas
2de définition précise. En 1976, Pierre DEHAYE , qui allait prendre la tête de la
SEMA (Société d’Encouragement aux Métiers d’Art), mentionnait la difficulté
d’énoncer une définition satisfaisante des métiers d’art « eu égard { l’impossibilité
de dégager des critères convenables pour suppléer ce qu’a d’ambigu, { jamais, la
notion d’art ». Cependant, l’observation approfondie de ce secteur lui a permis de
dégager trois critères indispensables sans lesquels un métier ne peut être associé
au cercle restreint de l’artisanat d’art :

 Un métier au sens d’une technique, ou d’un ensemble de savoir-faire
complexes, souvent longs à acquérir, fondés sur une transformation de la
matière ;
 Une production d’objets uniques, ou du moins de petite série, qui
présentent un caractère artistique ;
 Un professionnel maîtrisant ce métier dans sa globalité, quel que soit son
statut, excluant ainsi une trop grande parcellisation des tâches.



2 DEHAYE Pierre, Les difficultés des métiers d’art, rapport au Président de la République, La
documentation française, Paris, 2006.
7
Cette approche descriptive a été complétée par l’élaboration d’une liste
regroupant tous les métiers relevant de l’artisanat d’art, publiée le 12 décembre
32003 par arrêté . Elle comprend 238 métiers classés en 19 domaines définis selon :

 Le matériau : bois, cuir, métal, pierre, terre, textile et verre ;
 L’activité : art floral, arts du spectacle, arts et traditions populaires, arts
graphiques, arts mécaniques-jeux-jouets, bijouterie-joaillerie-orfèvrerie-
horlogerie, décoration, facture instrumentale, luminaire, métiers liés à
l’architecture, mode et tabletterie.

De plus, la liste officielle des métiers de l’artisanat d’art distingue trois grands
ensembles de métiers :

 Les métiers de la création, permettant la conception ou la réalisation
d’objets d’art originaux ;
 Les métiers de la tradition, visant la réalisation, à partir de modèles et
techniques hérités du passé, d’objets d’art traditionnels ;
 Les métiers de la restauration/conservation, qui s’exercent sur le
patrimoine immobilier ou mobilier.

b) Une délimitation complexe

Si nous parvenons { décrire l’activité exercée par les artisans d’art et leur
manière de l’exercer, il reste très difficile de délimiter le secteur de l’artisanat d’art
en raison de la grande diversité des métiers qu’il enserre. Cette approche reste en
effet approximative et ne permet pas de définir de manière pleinement
satisfaisante les métiers d’art, que ce soit sur le plan juridique ou économique. En
effet, on retrouve les métiers d’art dans trois secteurs principaux :

3 Cf ANNEXE A : Liste officielle des métiers d’art

8

 L’artisanat, dans lequel le métier d’art se distingue par le caractère
artistique ou extraordinaire de sa production ;
 La petite industrie, ex. : faïencerie, facture instrumentale, maroquinerie…
 Les activités artistiques, c’est-à-dire les métiers de conception ou de
production d’œuvres d’art, ex. : designers, graphistes, photographes sont à
la frontière des métiers d’art.

Il en résulte une grande diversité des statuts juridiques et des formes
d’organisation des entreprises. Les professionnels des métiers d’art peuvent en
effet être des artisans inscrits au répertoire des métiers, des artistes auteurs
affiliés à la Maison des Artistes ou des travailleurs indépendants ressortissants de
l’URSSAF. Ils peuvent également exercer leur métier en tant que salariés
d’entreprises artisanales ou industrielles (dont les industries de luxe) ou encore
être fonctionnaires, et notamment agents du Mobilier National.

Depuis le rapport de Pierre DEHAYE, qui proposait trois critères
indispensables aux métiers mais évoquant « l’insaisissable définition des métiers
d’art », les travaux consacrés aux métiers d’art ont tenté de la compléter afin
4qu’elle présente le moins de lacunes possible. Jean-Michel KOSIANSKI et Catherine
DUMAS proposent d’y ajouter un quatrième critère : l’artisan d’art produit des
œuvres présentant un caractère utilitaire. Cette précision permet de distinguer
clairement l’artisanat d’art des activités purement artistiques.

Ainsi, Catherine DUMAS suggère dans son rapport au Premier ministre
d’adopter une définition officielle et opérationnelle des métiers d’art, ce qui serait
bénéfique non seulement pour l’élaboration d’une politique spécifique { ces
métiers d’exception, mais également pour les artisans qui auraient le sentiment

4 KOSIANSKI Jean-Michel, "Créer un pôle de métiers d’art, ce n’est pas si facile…", Revue Espaces,
n°231, novembre 2005, p. 31-38.
9
d’appartenir { une même communauté perpétuant des savoir-faire et travaillant
pour le rayonnement culturel et économique de la France.
2. Un pôle non négligeable de l’économie française, mais
néanmoins fragile

Les entreprises des métiers d’art constituent un pôle important de l’économie
erde l’Hexagone, avec 37 000 entreprises au 1 janvier 2006, dont une très grande
majorité de très petites entreprises. A la fin de l’année 2005, le chiffre d’affaires
des entreprises de l’artisanat d’art s’élève { 3,5 milliards d’euros. Par ailleurs, il
faut noter les disparités existant entre les différents domaines d’activités de ce
secteur : par exemple, les métiers d’art se rapportant au travail du bois sont très
Nombre d'entreprises par domaines d'activités en 2006
0 2000 4000 6000 8000 10000
Bois 8272
Bijou 6409
Textile 3914
Mode 3684
Pierre 3347
Arts graphiques 1936
Cuir 1905
Terre 1707
Divers 1460
Tradition 1388
Facture instrumentale 1083
Luminaires 633
Jeux 543
Verre 322
Métal 262
Patrimoine 104
Source : Les Métiers d'art, PME/TPE en bref, Direction du Commerce, de l'artisanat, des services et des professions libérales,
Ministère de l'économie de l'industrie et de l'emploi, n°33, mai 2008
10

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.