PCSI Lycée Brizeux Quimper DS novembre

De
Publié par

Niveau: Supérieur
PCSI - Lycée Brizeux - Quimper DS 03 - 27 novembre 2010 Devoir surveillé de chimie n˚ 3 - Correction Problème 1 : Etude des isomères de formule brute C5H11Br 35 points Nombre d'insaturations 1. Pour un composé de formule brute CxHyXm (X étant l'ensemble des atomes monovalents exceptés les atomes d'hydrogène), le nombre d'insaturations n.i. est donné par la relation : n.i. = 2x+ 2? y ?m 2 Ici, x = 5, y = 11 et m = 1, donc n.i. = 2?5+2?11?12 = 0. Les composés ne présentent pas d'insaturations, ils sont saturés. (0,5 points pour la formule, 0,5 points pour l'application numérique) 2. Ces composés ne peuvent posséder ni cycles, ni liaisons multiples, sinon ils présenteraient au moins une insaturation. (0,5 points pour l'absence de cycle, 0,5 points pour l'absence de liaisons multiples) 3. Les composés étudiés sont des bromoalcanes, ou de manière plus générale des halogénoal- canes. (0,5 points) Formules topologiques 4. Les 11 isomères sont représentés figure 1. (0,5 points par isomère) 5. Parmi ces composés, six possèdent un atome de carbone asymétrique. Ils sont précisés question précédente.

  • configurations achirales

  • maximum de substituants en position équatoriale

  • atomes de carbone asymétriques

  • br br

  • angles ?

  • pcsi - lycée brizeux - quimper

  • atome de brome


Publié le : mardi 29 mai 2012
Lecture(s) : 157
Source : cpge-brizeux.fr
Nombre de pages : 10
Voir plus Voir moins
PCSI - LycÉe Brizeux - Quimper
DS 03 - 27 novembre 2010
Devoir surveillÉ de chimie n˚3 - Correction
ProblÈme 1 : Etude des isomÈres de formule brute C5H11Br35 points Nombre d’insaturations 1. Pour un composÉ de formule brute CxHyXm(X Étant l’ensemble des atomes monovalents exceptÉs les atomes d’hydrogÈne), le nombre d’insaturations n.i. est donnÉ par la relation :
2x+ 2ym n.i.= 2 2×5+2111 Ici,x= 5,y= 11etm= 1, doncn.i.0= = . Les composÉs ne prÉsentent pas 2 d’insaturations, ils sont saturÉs.(0,5 points pour la formule, 0,5 points pour l’application numÉrique) 2. Ces composÉs ne peuvent possÉder ni cycles, ni liaisons multiples, sinon ils prÉsenteraient au moins une insaturation.(0,5 points pour l’absence de cycle, 0,5 points pour l’absence de liaisons multiples) 3. Les composÉs ÉtudiÉs sont des bromoalcanes, ou de maniÈre plus gÉnÉrale des halogÉnoal-canes.(0,5 points)
Formules topologiques 4. Les 11 isomÈres sont reprÉsentÉs figure 1.(0,5 points par isomÈre) 5. Parmi ces composÉs, six possÈdent un atome de carbone asymÉtrique. Ils sont prÉcisÉs question prÉcÉdente.(0,25 points par composÉ, 0,25 points pour l’atome de carbone asy-mÉtrique par composÉ, -0,25 points par composÉ encadrÉ par erreur) 6. Voir question 4.(0,5 points par composÉ ne prÉsentant pas d’atome de carbone asymÉ-trique, 0,75 points pour les autres (0,25 nom + 0,5 stÉrÉodescripteur)) 7. Le 1-bromopentane et le 3-bromopentane, par exemple, deux isomÈres de position.(0,5 points) 8. Le 1-bromopentane et le 2-bromo-2-mÉthylbutane, par exemple, sont deux isomÈres de chaïne.(0,5 points)
StÉrÉochimie 9. On construit l’image par un miroir plan du (S)-2-bromopentane, comme indiquÉ figure 2.(1 point) 10. L’image obtenue n’est pas superposable au composÉ initial, le composÉ est donc chiral. (0,5 points chiral + 0,5 points justification) 11. L’image obtenue est superposable au (R)-2-bromopentane, on en dÉduit donc que le (S)-2-bromopentane et le (R)-2-bromopentane forment un couple d’ÉnantiomÈres.(0,5 points pour l’isomÈre superposable, 0,5 points pour l’ÉnantiomÉrie) 12. Il y a au total 3 couples d’ÉnantiomÈres.(1 point)
Tristan Ribeyre [ribeyre@cpge-brizeux.fr]
1/ 10
PCSI - LycÉe Brizeux - Quimper
DS 03 - 27 novembre 2010
Figure1 – IsomÈres de formule brute C5H11Br
Figure2 – Image par un miroir plan du (S)-2-bromopentane
Tristan Ribeyre [ribeyre@cpge-brizeux.fr]
2/ 10
PCSI - LycÉe Brizeux - Quimper
DS 03 - 27 novembre 2010
Analyse conformationnelle 13. Les conformations remarquables du (R)-2-bromopentane sont reprÉsentÉes figure 3. (0,5 points par conformation)
Figure3 – Conformations remarquables du (R)-2-bromopentane
14. Pour la conformation (1), qui est ÉclipsÉe donc haute en Énergie, le groupement Éthyle Éclipse l’atome de brome, qui se comporte par hypothÈse comme un groupement mÉthyle. Pour la conformation (2), qui est dÉcalÉe (plus prÉcisÉment dÉcalÉe gauche) donc basse en Énergie, le groupement Éthyle interagit avec l’atome de brome et un atome d’hydrogÈne. Pour la conformation (3), ÉclipsÉe, le groupement Éthyle n’interagit qu’avec un atome d’hydrogÈne. Cette conformation est donc d’Énergie plus faible que la conformation (1). Pour la conformation (4), dÉcalÉe (anti), le groupement Éthyle interagit avec un atome d’hydrogÈne et le groupement mÉthyle. L’atome de brome Étant supposÉ avoir le mme effet Électronique qu’un groupement mÉthyle, les conformations (2) et (4) ont mme Éner-gie. Pour la conformation (5), ÉclipsÉe, le groupement Éthyle interagit avec un groupement mÉthyle, l’Énergie est donc identique À la conformation (1) d’aprÈs l’hypothÈse effectuÉe. Pour la conformation (6), dÉcalÉe, le groupement Éthyle interagit avec l’atome de brome et le groupement mÉthyle, l’Énergie est donc plus ÉlevÉe que les conformations (2) et (4). On dÉduit de ces raisonnements le diagramme d’Énergie potentielle de la figure 4. L’angle 2 3 4 θchoisi est l’angle diÈdre entre les liaisons C -Br et C -C . (0,75 points par raisonnement, 1,5 points pour l’allure du diagramme)
Figure4 – Diagramme d’Énergie potentielle associÉ au (R)-2-bromopentane
Tristan Ribeyre [ribeyre@cpge-brizeux.fr]
3/ 10
PCSI - LycÉe Brizeux - Quimper
DS 03 - 27 novembre 2010
ProblÈme 2 : Etude de composÉs cycliques24 points 1. Le dimÉthylcyclobutane possÈde 3 isomÈres de position : les deux substituants peuvent tre sur le mme atome de carbone, en position relative 1,2 ou en position 1,3. Dans le premier et troisiÈme cas, il n’y a pas d’atomes de carbone asymÉtriques, par contre il y a deux atomes de carbone asymÉtriques pour le composÉ 1,2. Ceux-ci peuvent donc donner lieu au maximum À quatre stÉrÉoisomÈres de configuration. Lorsque les substituants sont en position 1,3, deux configurations peuvent exister :cisettrans. Les isomÈres et leurs propriÉtÉs sont prÉsentÉs figure 5.
Figure5 – IsomÈres du dimÉthylcyclobutane
Les arborescences utilisÉes pour dÉterminer la configuration absolue des atomes de carbone asymÉtriques sont indiquÉes figure 6. Le classement est effectuÉ selon les rÈgles de Cahn, Ingold et PrÉlog.
Figure6 – Arborescences de classement des substituants
(18 points au total - barÈme dÉtaillÉ sur demande)
Tristan Ribeyre [ribeyre@cpge-brizeux.fr]
4/ 10
PCSI - LycÉe Brizeux - Quimper
2.
DS 03 - 27 novembre 2010
(a) La figure 7 reprÉsente le (1S, 2S, 4R)-1,2,4-trichlorocyclohexane dans la conformation chaise dÉsirÉe.(3 points)
Figure7 – (1S, 2S, 4R)-1,2,4-trichlorocyclohexane en conformation chaise
(b) L’autre conformation chaise, obtenue par interconversion de la prÉcÉdente, est reprÉ-sentÉe figure 8.
Figure8 – (1S, 2S, 4R)-1,2,4-trichlorocyclohexane aprÈs interconversion
(0,5 points pour la structure de la chaise, 1,5 points de placement des substituants) (c) La conformation la plus stable est celle qui place le maximum de substituants en position Équatoriale, il s’agit donc de la premiÈre.(1 point justification, 1 point conformation choisie)
ProblÈme 3 : Autour de l’arsine AsH311 points D’aprÈs Mines-Ponts FiliÈre PC - Session 2009 1. Tableau d’avancement de la rÉaction ÉtudiÉe 3 AsH = A 3(g)s + H2(g) (s) 2 0 Etat initialn0 0 0 3 Etat intermÉdiairenξξ ξ 2 0 3 0 Etat final 0n n 2 (0,25 points par case, soit 3 points) 2. On a donc À chaque instant : 0 nAsH3=nξ
et :
donc
1 0 ntot,gaz=n+ξ 2   1 3 1 0 0 0 ntot,gaz=n+nnAsH3=nnAsH3 2 2 2
Tristan Ribeyre [ribeyre@cpge-brizeux.fr]
ntot,gaz 0 n 0 1 n+ξ 2 3 0 n 2
5/ 10
PCSI - LycÉe Brizeux - Quimper
DS 03 - 27 novembre 2010
RT En multipliant la relation prÉcÉdente par (constante dans les conditions de l’expÉ-V rience) et en utilisant l’Équation d’État des gaz parfaitsP V=nRT, on obtient : 3 1 0 P=PPAsH3 2 2 (1 point par relation) 3. La rÉaction ÉtudiÉe est reprÉsentÉe par une Équation-bilan unique, la vitesse de rÉaction est alors Égale À la vitesse de disparition de l’arsine. On suppose que l’ordre global de la rÉaction vaut 1. On en dÉduit l’Équation suivante : d[AsH3] v==k[AsH3] dt En intÉgrant on obtient[AsH3] = [AsH3]0exp (kt). Pour obtenir une expression faisant intervenir les pressions on utilise l’Équation d’État des gaz parfaits. En effetPiV=niRT Équivaut ÀPi= [Ai]RT. 0 On en dÉduit la relationPAsH3=Pexp (kt)(le milieu rÉactionnel est supposÉ contenir seulement le rÉactif À l’instant initial).(1 point Équation diffÉrentielle, 1 point solution en concentration, 1 point solution en pression) 4. L’ensemble des rÉsultats prÉcÉdents implique : 3 1 1 0 0 0 P=PPexp (kt) =P(3exp (kt)) 2 2 2 3 0 Lorsque le temps tend vers l’infini, la pression totale du systÈme tend versP. Cela est 2 cohÉrent avec la stœchiomÉtrie de l’Équation-bilan de la rÉaction. (1 point expression, 0,5 points limite)   0 0 3P2P P 5. L’Équation prÉcÉdente est Équivalente À0(= exp kt), soitln0=kt. Pour P3P2P   0 P dÉterminer la valeur de la constante de vitessek, on traceln0=f(t)et on 3P2P effectue une rÉgression linÉaire. Le coefficient de corrÉlation doit tre supÉrieur À 0,999, et le coefficient directeur obtenu est Égal À la constante de vitessek. (1 point calcul, 0,5 points coefficient directeur)
ProblÈme 4 : Etude cinÉtique d’une rÉaction de formation d’Époxyde 21 points D’aprÈs CCP FiliÈre PC - Session 2007 1. Le dosage consiste À faire rÉagir les ions hydroxyde HO contenus dans le milieu rÉaction-+ nel avec les ions oxonium H3O de l’acide chlorhydrique, par une rÉaction acido-basique. Cette rÉaction a pour Équation :
+ HO+H3O2H2O
A l’Équivalence il y a autant d’ions hydroxyde que d’ions oxonium, le milieu est donc neutre, le pH est Égal À 7. On peut alors choisir comme indicateur colorÉ le bleu de bromothymol par exemple.(1 point Équation + 1 point indicateur)
Tristan Ribeyre [ribeyre@cpge-brizeux.fr]
6/ 10
PCSI - LycÉe Brizeux - Quimper
DS 03 - 27 novembre 2010
2. La tempÉrature est un facteur cinÉtique. De maniÈre gÉnÉrale un refroidissement diminue les vitesses de rÉaction. L’opÉration indiquÉe, appelÉe trempe, permet de figer le milieu rÉactionnel, par dilution et refroidissement, concentration et tempÉrature Étant les deux facteurs cinÉtiques principaux.(1 point) 3. A l’Équivalence la quantitÉ de matiÈre d’ion oxonium ajoutÉe est Égale À la quantitÉ de matiÈre d’ions hydroxyde prÉsents initialement dans le milieu. On a donc la relation caVa=c0Vp, soit : caVa c0= Vp L’application numÉrique donne : 23 1,0010×12,510 11 c01= = ,2510molL 3 1,0010 Le mÉlange initial est donc stœchiomÉtrique. Or un mÉlange pour lequel les composÉs sont initialement en proportions stœchiomÉtriques est tel qu’À n’importe quel instant, les composÉs sont toujours en proportions stœchiomÉtriques. Donc[B] = [HO]. La loi de p+q vitesse se simplifie alors env=k[HO].(1 point expressionc0, 0,5 points application numÉrique (avec unitÉ correcte), 1 point loi de vitesse simplifiÉe) − − 4. A chaque instant, on acaVa= [HO]Vpdonc[HO](et par consÉquent[B]) est propor-tionnel ÀVa.(0,5 points) d[HO] p+q 5. La vitesse de rÉaction peut s’Écrirepar dÉfinition, mais aussik[HO]dans dt l’hypothÈse oÙ la rÉaction admet en ordre. On a donc l’Équation diffÉrentielle suivante : d[HO] p+q =k[HO] dt – Dans l’hypothÈse oÙp+q= 0, l’Équation diffÉrentielle devient : d[HO] 0 =k[HO] =k dt − − L’intÉgration de cette relation donne[HO]t= [HO]0kt. La concentration en ion hydroxyde, donc le volume ajoutÉVa, est une fonction affine du temps. – Dans l’hypothÈse oÙp+q= 1, l’Équation diffÉrentielle devient : d[HO] 1=k[HO] =k[HO] dt − − L’intÉgration de cette relation donne[HO]t= [HO]0exp (kt). La concentration en ion hydroxyde, donc le volume ajoutÉVa, est une fonction exponentielle du temps. ln ([HO]t)doncln (Va)doit tre une fonction affine du temps. – Dans l’hypothÈse oÙp+q= 2, l’Équation diffÉrentielle devient : d[HO] 2 =k[HO] dt soit d[HO] =kdt 2 [HO] 1 1 L’intÉgration de cette relation donne=kt. L’inverse de la concentration [HO]t[HO]0 en ion hydroxyde, donc du volume ajoutÉVa, est une fonction affine du temps.
Tristan Ribeyre [ribeyre@cpge-brizeux.fr]
7/ 10
PCSI - LycÉe Brizeux - Quimper
DS 03 - 27 novembre 2010
D’aprÈs les graphiques fournis, seul l’inverse du volumeVaest une fonction affine du temps. L’ordre global de la rÉaction est donc de 2.(1 point pour l’Équation diffÉrentielle pour chaque ordre, 1 point pour la solution pour chaque ordre, 1 point pour la fonction affine du temps À chaque ordre, 1 point pour la conclusion, soit 10 points au total) 6. Pour dÉterminer la valeur numÉrique de la constante de vitessek, il faut connaïtre prÉci-c V a a(t)caVa(0) sÉment l’expression de la droite. Or[HO]t=et[HO]0=. Donc VpVp
VpVp =kt caVa(t)caVa(0)
soit 1 1ca =kt Va(t)Va(0)Vp 1ca La penteade la droite=f(t)est donck. VaVp Par lecture graphique, on obtient : 0,500,08 0,42 a= = 90000 9000
On en dÉduit : ca0,42 k= Vp9000 soit 3 010 0,42Vp0,42 1,0611 k= 4= = ,710molLs 2 9000ca9000 1,0010 (1 point expression de la pente, 0,5 points valeur de la pente, 0,5 points valeur de la constante de vitesse) 7. Dans le cas d’un large excÈs de chlorhydrineB, la variation de la concentration de celle-ci au cours de la rÉaction est nÉgligeable. On peut alors assimiler concentration en chlorhy-drine À n’importe quel instant À la concentration initiale, ce cas est appelÉ dÉgÉnÉrescence de l’ordre. La loi de vitesse d’Écrit alors simplement :
pqq v'k[B] [HO] =kapp[HO] 0
(1 point) 8. L’Équation À rÉsoudre est d[HO] q =kapp[HO] dt Il faut distinguer les cas comme À la question 5, selon la valeur deq. Le fait que la fonction ln ([OH])soit une fonction affine du temps indique que la rÉaction est d’ordre 1 vis-À-vis de l’ion hydroxyde, par analogie avec la question 5. Doncq= 1. Commep+q= 2, on en dÉduit Égalementp= 1. La rÉaction est donc d’ordre 1 vis À vis de chacun des rÉactifs. (1 point Équation diffÉrentielle À rÉsoudre, 0,5 points valeurq, 0,5 points valeurp)
Tristan Ribeyre [ribeyre@cpge-brizeux.fr]
8/ 10
PCSI - LycÉe Brizeux - Quimper
DS 03 - 27 novembre 2010
ProblÈme 5 : Suivi cinÉtique par spectrophotomÉtrie16 points 1. La longueur d’onde du maximum d’absorption de l’ion permanagante vaut 526 nm, ce composÉ absorbe donc le jaune, il apparaït violet.(0,5 points couleur absorbÉe, 0,5 points couleur de la solution) 2. Les formes mÉsomÈres de l’ion permanganate sont reprÉsentÉes figure 9.
Figure9 – Formes mÉsomÈres de l’ion permanganate
(0,5 points par forme, soit 2 points au total) 3. L’atome de manganÈse est de typeAX4E0dans la thÉorie VSEPR, la gÉomÉtrie est donc tÉtraÉdrique.(0,5 points type + 0,5 points gÉomÉtrie) 4. Les quatre formes mÉsomÈres sont de mme poids dans l’hybride de rÉsonance. Si on s’intÉresse À une liaison manganÈse-oxygÈne donnÉe, elle est double dans trois formes limites, et simple dans la quatriÈme, et ceci quel que soit l’atome d’oxygÈne choisi. Les liaisons ont donc toutes la mme multiplicitÉ (proche de 1,75), elles ont mme longueur. (0,5 points poids Égal, 0,5 points Étude d’une liaison, 0,5 points multiplicitÉ moyenne, 0,5 points longueur, soit 2 points au total) 5. L’alcÈne est en fort excÈs, la situation est donc appelÉe dÉgÉnÉrescence de l’ordre. La vitesse de rÉaction dans l’hypothÈse d’un ordre 1 vis À vis de l’ion permanganate est : d[M nO] 41 v=[M nO] =kapp4 dt La rÉsolution de cette Équation diffÉrentielle conduit À : − − [M nO] exp (k t) [M nO4]t=4 0app (1 point Équation diffÉrentielle, 1 point solution) 6. La donnÉe expÉrimentale est l’absorbance À 526 nm. Pour la relier aux concentrations en espÈces colorÉes, on utilise la loi de Beer-Lambert : X A=εi`ci i On peut Écrire la tableau d’avancement (volumique) suivant : M nO+ alcÈneM n 4Ox+ produit O Etat initial[M n4]0excÈs 0 0 iaire[M n]ξ Etat intermÉdO4 0vexcÈsξvξv − − l0excÈs[ ]M nO] Etat finaM nO4 0[4 0
Tristan Ribeyre [ribeyre@cpge-brizeux.fr]
9/ 10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi