Une vie de Maupassant ou l'écriture du vide

De
Publié par

Niveau: Supérieur, Master, Bac+5

  • mémoire

  • mémoire


Une vie de Maupassant ou « l'écriture du vide » Mémoire de Lettres modernes Sous la direction de Mme Aline MURA-BRUNEL par Mlle Aurore LOISON. Université de Pau et des Pays de l'Adour, 2006-2008. du m as -0 04 98 64 4, v er sio n 1 - 8 J ul 2 01 0

  • personnages vivants

  • négation de la famille

  • effacement du narrateur et des personnages

  • homme maupassant dans l'oeuvre

  • universite de pau et des pays de l'adour

  • vie de maupassant


Publié le : mercredi 20 juin 2012
Lecture(s) : 49
Source : dumas.ccsd.cnrs.fr
Nombre de pages : 488
Voir plus Voir moins

Une vie de Maupassant
ou « l’écriture du vide »
Mémoire de Lettres modernes
meSous la direction de M Aline MURA-BRUNEL
lle par M Aurore LOISON.
Université de Pau et des Pays de l’Adour, 2006-2008.
dumas-00498644, version 1 - 8 Jul 2010UNIVERSITE DE PAU ET DES PAYS DE L’ADOUR
UFR DES LETTRES, LANGUES ET SCIENCES HUMAINES
Master 2 : « Discours et représentations »
Parcours : « Poétique et histoire littéraire »
LOISON Aurore
Une vie de Guy de Maupassant ou « l’écriture du vide »
meMémoire dirigé par M Aline MURA-BRUNEL.
Soutenu en mai 2008.
dumas-00498644, version 1 - 8 Jul 2010dumas-00498644, version 1 - 8 Jul 20104
Remerciements
D’ores et déjà, je tiens tout particulièrement à remercier Madame Mura-Brunel pour tous les
précieux conseils qu’elle m’a donnés au cours de ma recherche, pour les ouvrages qu’elle a pu me
conseiller et qui m’ont été fort utiles, pour ses lectures et ses commentaires de mon mémoire, mais
également pour sa patience devant la cascade de mes questions, enfin pour sa capacité à apaiser mes
inquiétudes toujours trop nombreuses.
Une vie de Maupassant ou « l'écriture du vide » Aurore Loison - 2007/2008
dumas-00498644, version 1 - 8 Jul 20105
Table des matières
Remerciements..............................................................................................4
Remarques préliminaires...............................................................................8
Introduction ................................................................................................10
I. Une vie : un « vrai » roman . . . . .. .. .. .. . . . . . . .. . .. .. .. . . . . .. .. . .. . . .. .. . .. . .. . .. .. . . . . . .. . . . .. . .. . . . . . . . . 18
A. Autour d’Une vie.....................................................................................................18
1) Contexte : entre « mal du siècle » et progrès...................................................................18
2) Le « nouveau » roman......................................................................................................20
3) Le « livre sur rien » .........................................................................................................27
4) Flaubert et Maupassant : du père au fils..........................................................................31
B. Une vie : « roman vrai ».........................................................................................37
1) Des personnages vivants..................................................................................................37
a) Modèles réels...............................................................................................................38
b) L’homme Maupassant dans l’oeuvre...........................................................................39
c) Personnages pour eux-mêmes.....................................................................................42
2) La voix du narrateur : de l’ironie à la satire.....................................................................51
a) L’argent-roi..................................................................................................................52
b) Theatrum mundi..........................................................................................................53
c) La religion...................................................................................................................57
d) Le mariage...................................................................................................................62
e) Education et romantisme.............................................................................................65
3) La voix de la Nature.........................................................................................................68
4) La voix de l’autre ou phénomène d’intertextualité .........................................................78
II. U ne vie ou « l’écriture du vide » . .. .. . . . .. .. . . . .. .. . . . .. . . . . . .. . .. . . .. .. .. . .. . . . .. . . . .. . .. . . . .. . . . . . . . 86
A. Effacement de l’objet du roman............................................................................86
1) « Le livre sur rien », le livre sans rien..............................................................................86
a) L’absence d’événement...............................................................................................86
b) Négation de la religion................................................................................................93
c) Omniprésence de la mort et fuite du temps.................................................................94
d) Néantisation de l’amitié............................................................................................100
e) Négation de l’amour..................................................................................................101
f) Négation de la famille................................................................................................104
g) Monde de l’imaginaire, de la mémoire, de la folie....................................................116
2) L’ « absence » de l’Histoire. .........................................................................................125
3) Un titre « antiphrastique » .............................................................................................132
B. Effacement du narrateur et des personnages.....................................................137
1) Effacement du narrateur.................................................................................................137
Une vie de Maupassant ou « l'écriture du vide » Aurore Loison - 2007/2008
dumas-00498644, version 1 - 8 Jul 20106
2) Effacement des personnages .........................................................................................145
a) Jeanne........................................................................................................................145
Une ébauche de personnage, une inconsistance de femme.......................................146
Un être passif............................................................................................................149
Le refuge dans « l’inexistant »..................................................................................150
Immobilisme et « poétique du ressassement »..........................................................153
Aveuglement.............................................................................................................154
Mort symbolique finale.............................................................................................155
b) Lison..........................................................................................................................159
c) Noblesse de province en perdition.............................................................................162
3) L’ombre du « on »..........................................................................................................167
C. Effacement du discours : du non-dit à l’indicible..............................................169
1) Le non-dit ou l’art de suggérer.......................................................................................169
a) Le non-dit du narrateur-auteur : du poids de la censure… ......................................172
b) … à la stratégie narrative...........................................................................................173
c) Le non-dit des personnages.......................................................................................219
2) Du psittacisme au silence des personnages....................................................................224
a) Lieux communs et paroles vides...............................................................................224
b) « Indisable » et silence plein.....................................................................................237
c) Solitude et vide de l’autre..........................................................................................244
d) Parole et silence intérieurs.........................................................................................253
3) Indicible ou silence de l’auteur .....................................................................................256
a) Croyance en la toute puissance du mot.....................................................................257
b) Vers une apparente victoire du silence…..................................................................259
c) Ecueil de la langue : de l’indicible réel à l’impossible littérature.............................262
Singulier/ Universel : langue et subjectivité.............................................................262
Langue et réalité........................................................................................................264
d) Mort du silence : dire quand même ..........................................................................268
Indétermination.........................................................................................................271
Désarticulation de la syntaxe....................................................................................274
Jeu de contraste entre le bruit et le silence................................................................284
La récurrence du « trou »..........................................................................................289
Ellipses et sommaires................................................................................................295
Temporalité circulaire et répétition...........................................................................302
III. La réception de l’œuvre ou le « l ecteur » face au « vide » . .. . .. . .. . .. . .. . . . . .. . . . . 324
A. Du lecteur virtuel au lecteur réel.........................................................................327
1) Le lecteur « virtuel »......................................................................................................327
2) Le lecteur « réel »...........................................................................................................329
3) Le lecteur « réel » et ses lectures : de la « lecture ordinaire » à la « lecture littéraire » 330
4) Le lecteur « réel » face aux « blancs » du texte : vers la relecture… ..........................332
B. La lecture d’Une vie : d’hier à aujourd’hui........................................................335
1) La lecture dix-neuvièmiste : une lecture essentiellement réaliste..................................335
a) Un « nouveau » lecteur pour un « nouveau » roman................................................335
b) Le texte porteur de son contexte................................................................................337
c) Le didactisme d’Une vie : le lecteur au centre...........................................................338
d) L’omniprésence de la Censure...................................................................................342
Une vie de Maupassant ou « l'écriture du vide » Aurore Loison - 2007/2008
dumas-00498644, version 1 - 8 Jul 20107
e) Maupassant, Une vie et la censure.............................................................................343
2) Une lecture-écriture : l’« effet-vide » contemporain......................................................346
a) L’oeuvre dans la diachronie.......................................................................................346
b) Une vie : du vide à l’« effet-vide » : un « rien », des « riens ».................................349
c) Au coeur de l’« effet-vide » d’Une vie .....................................................................354
« poétique du ressassement »…................................................................................355
« esthétique de l’effet » ou stratégie de l’invisible...................................................368
Silence des ellipses ..................................................................................................373
Le mot de la fin ........................................................................................................376
C. Plaisir, lecture(s) et vies d’Une vie.......................................................................385
1) Une multiplicité de lectures...........................................................................................386
2) Lecture intemporelle et « immortalité littéraire »..........................................................395
3) Lecture et évolution personnelle : lire, relire et contre-lire...........................................406
« Livre sur rien » et « livre sur tout » : en forme de CONCLUSION......414
Post-face : Les « petits-Maupassant ».......................................................435
Bibliographie.............................................................................................441
Une vie de Maupassant ou « l'écriture du vide » Aurore Loison - 2007/2008
dumas-00498644, version 1 - 8 Jul 20108
Remarques préliminaires
Pour les œuvres de Maupassant, ce travail utilise les éditions suivantes :
- Romans : édition établie par Louis Forestier, Bibliothèque de « La Pléiade », Gallimard, 1987, en
un volume. On peut y lire tous les romans de Maupassant, y compris les deux restés inachevés :
L’Angélus et L’Ame étrangère. La préface, ainsi que la richesse des notes, en font l’édition de
référence. Une bibliographie détaillée se trouve à la fin du volume.
Dans la même édition, deux volumes sont consacrés aux Contes et nouvelles :
- Contes et nouvelles, édition établie par Louis Forestier, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard,
1974 pour le premier volume, 1979, pour le deuxième.
Par souci de clarté et pour plus de commodité, nous ferons figurer ces éditions dans le corps du
texte. Pareillement, nous incorporerons les références des textes littéraires.
Abréviations :
Les titres des romans sont abrégés comme suit :
- Une vie : UV
- Bel-ami : BA
- Mont-Oriol : MO
- Pierre et Jean : PJ
- Fort comme la mort : FCM
- Notre cœur : NO
Les volumes des Contes et nouvelles le sont de la façon suivante :
- C.N.
Une vie de Maupassant ou « l'écriture du vide » Aurore Loison - 2007/2008
dumas-00498644, version 1 - 8 Jul 20109
« Mais on va quelque part, n'est-ce pas ?
On le sait. On va vers le silence ».
(J.M Le Clézio : L'inconnu sur la terre, p.116)
Une vie de Maupassant ou « l'écriture du vide » Aurore Loison - 2007/2008
dumas-00498644, version 1 - 8 Jul 201010
Introduction
« On habite avec un coeur plein un monde vide ». C’est en ces mots que s’exprime
eChateaubriand, à l’orée du XIX siècle. Or, cette phrase rend bien compte de l’atmosphère pesante,
mélancolique de son siècle, ce siècle malade et de ce malaise qui s’empare des esprits de tous les
hommes qui traversent ces années un peu comme on traverse un couloir plongé dans l’obscurité. Le
« mal du siècle », le « mal de vivre », présent sur son seuil, toujours présent au moment de sa fin -
même si bien évidemment ce n’est pas le même désespoir ni le même contexte -, prend racine dans
les méandres de l’esprit des êtres et transparaît inéluctablement dans les oeuvres qu’ils écrivent en
plongeant leur plume dans l’encre noire, la bile noire qui noie leur cœur en deuil. Comment
expliquer un tel mal-être, laissant si peu de place à la lumière de l’espoir et qui semble s’étirer sans
fin ? Force nous est de constater que ce siècle est marqué par d’importantes transformations, par de
nombreuses mutations, qui s’opèrent sur tous les plans mais aussi par la fragilité des régimes
politiques. La première moitié du siècle est plus particulièrement submergée par une vague de
bouleversements, des révolutions où déceptions riment avec défaites. C’est notamment la chute de
l’Ancien Régime et dans le même temps la disparition d’un certain nombre de valeurs. L’économie,
la société en ressortent ébranlées. On assiste, par exemple, au développement de la mécanisation,
promesse de progrès mais pas seulement : la détresse en découle également car il appert que cette
mécanisation n’est pas seulement symbole de richesse. Une certaine déshumanisation pointe
derrière. C’est l’époque encore où l’argent s’empare de la couronne, l’époque où la loi du marché se
fait reine, d’où le mauvais goût, la bêtise, l’appauvrissement de l’esprit, de la pensée qui en
résultent. Le monde littéraire pâtit également de ce capitalisme naissant, se faisant, en cela, plus
commercial. Seul le plaisir compte dans un monde où être c’est avoir, où être c’est paraître. Là
réside le paradoxe d’une époque pleine de contradictions, oscillant en permanence entre espoir et
désespoir, entre enthousiasme et désenchantement et cela va croissant. D’ailleurs, une crise sociale
éclate. Le doute s’empare des esprits, les certitudes, bien que toujours présentes, se font plus
bancales. Certains artistes s’engagent alors dans la voie de la contestation.
« Le siècle présent, en un mot, qui sépare le passé et l’avenir, qui n’est ni l’un ni l’autre, et qui
ressemble à tous les deux à la fois, et où l’on ne sait, à chaque pas qu’on fait, si l’on marche sur une
semence ou un débris », déclare Musset dans Confessions d’un enfant du siècle et à travers lui, ce
sont les poètes romantiques qui nous livrent leur « vague à l’âme ». Vient ensuite Balzac et sa
monumentale Comédie humaine dans laquelle il fustige l’avènement du processus de
Une vie de Maupassant ou « l'écriture du vide » Aurore Loison - 2007/2008
dumas-00498644, version 1 - 8 Jul 2010

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.