UNIVE RSIT E PARIS I PANT HE ON SORB ONNE Communication pour le Développement et Radios Communautaires Le cas du Népal Réalisé par Margot TEDESCO Sous la Direction d'Yves VILTARD Master Professionnel Coopération Internationale Action Humanitaire et Politiques de Développement CIAHPD Année universitaire

De
Publié par

Niveau: Supérieur, Master

  • mémoire


i UNIVE RSIT E PARIS I PANT HE ON SORB ONNE Communication pour le Développement et Radios Communautaires : Le cas du Népal Réalisé par Margot TEDESCO *** Sous la Direction d'Yves VILTARD Master 2 Professionnel – Coopération Internationale, Action Humanitaire et Politiques de Développement (CIAHPD) Année universitaire 2007-2008

  • histoire du développement des médias

  • développement

  • paradigme

  • development has

  • communication up-down

  • radios communautaires

  • top down methodology

  • communication participative

  • nepal


Publié le : vendredi 8 juin 2012
Lecture(s) : 62
Source : univ-paris1.fr
Nombre de pages : 75
Voir plus Voir moins

UNIVE RSIT E PARIS I PANT HE ON S ORB ONNE




Communication pour le Développement et
Radios Communautaires :
Le cas du Népal

Réalisé par Margot TEDESCO

***
Sous la Direction d’Yves VILTARD





















Master 2 Professionnel – Coopération Internationale, Action Humanitaire et Politiques
de Développement (CIAHPD)

Année universitaire 2007-2008
i Avertissements


L’Université Paris I n’entend donner aucune approbation aux opinions émises dans les
mémoires. Ces opinions doivent être considérées comme propres à l’auteur.









Remerciements


A toutes les personnes qui m’ont soutenues dans mes choix.
A ma mère.
A mes amis d’ici et d’ailleurs. Ceux qui sont loin mais toujours très proches.



« Ventana sobre la utopía »

"Ella está en el horizonte -dice Fernando Birri-. Me acerco dos pasos, ella se aleja dos pasos.
Camino diez pasos y el horizonte se corre diez pasos más allá. Por mucho que yo camine, nunca
la alcanzaré.
¿Para que sirve la utopía? Para eso sirve: para caminar."

Eduardo Galeano, Las palabras andantes, Siglo Veintiuno Editores, México, 1993.
ii Résumé

Le modèle de communication pour le développement a été façonné par les paradigmes
successifs du développement. Du paradigme du « modernisme » à celui de la participation et du
développement durable, il est passé d’une communication up-down et « diffusionniste » à une
communication down-up et participative. Dans le modèle de communication pour le
développement tel qu’on le conçoit de nos jours, les radios communautaires jouent un rôle
important au sein de la communauté. S’il existe une multitude de définitions de ce qu’est la
radio communautaire, toutes s’accordent à ce que les radios indépendantes contribuent à la
démocratisation de la communication et à la participation active de la population. Celles-ci
donnent les outils nécessaires à la communauté dans l’analyse des problèmes et la recherche de
solutions. Elles permettent l’accès à l’information, donnent une « voix » à des populations
souvent marginalisées et fomentent l’exercice démocratique tout en valorisant les cultures
locales. Les organismes internationaux se sont très vite intéressés à ces médias du tiers-secteur
les considérant comme un acteur actif pour le développement.
Depuis les années 1990, les radios communautaires sont devenues un « mouvement » dans la
majeure partie des pays en voie de développement avec les vagues de démocratisation. Au
Népal, les radios communautaires ont connu un développement tardif dû à l’histoire politique et
sociale de ce pays. Cependant, et contrairement à ces voisins avec une plus grande expérience
démocratique, le Népal expérimente un boom des médias communautaires depuis les dix
dernières années, soutenu par les organismes internationaux et les organisations non-
gouvernementales.
Néanmoins, cet essor des radios s’est fait sans planification. Les radios communautaires font
face à de nombreux défis pour remplir leur rôle d’outils démocratique et participatif. Le cadre
légal ne différencie pas les radios commerciales aux radios du tiers secteur, les mettant ainsi en
concurrence. Les principaux problèmes auxquels font face les radios communautaires sont leur
contrôle par les élites, leur représentativité limitée des groupes communautaires, en particuliers
les femmes, et certaines castes ou ethnies. Ceci met en danger et fragilise la diversité et le
pluralisme de leur programmation. Enfin, elles restent dépendantes financièrement de la
publicité et des partenariats, déstabilisant leur indépendance.





MOTS-CLEFS :

NEPAL – ASIE DU SUD - COMMUNICATION POUR LE DEVELOPPEMENT –
COMMUNICATION PARTICIPATIVE - RADIOS COMMUNAUTAIRES - MEDIAS
iii Executive Summery

The contemporary model of communication for development has been molded by preceding
models of development, from the paradigm of modernism to that of participation and
sustainable development. Previously considered as a top down methodology for
communication utilizing theories of diffusion, communication for development has evolved to
become a bottom up and participative methodology.
In the model of communication for development as understood these days, community radio
plays a crucial role within the community. Even though there exists a multiplicity of definitions
and models of community radio there is agreement that community radio enhances the
democratization of communication and contributes to the active participation of community
members in the decision-making process. Community radio provides the community with the
tools for analyzing their issues and solving their problems. Community radio makes
information accessible, instigates the democracy process, promotes local cultures and gives a
voice and means of expression to local people, especially marginalized groups. International
organizations have taken a special interest in these independent, community-based media
organizations, considering them as active stakeholders for development.
Since the 90’s and the global wave of democratization, community radio has become a
movement in many developing countries. In Nepal the development of community radio has
been belated by the historical and social history of this country. In spite of this, the last ten
years in Nepal has seen an impressive growth in media, especially radio, the so called “media
boom.” The media boom in Nepal has occurred in the context of substantial international and
non-governmental organizational support. Nevertheless, and to its detriment, the rapid growth
of radio in Nepal has been largely unplanned and unmanaged.
Community radio faces several challenges to fulfill their roles as democratic and participative
tools in the development process. Community radio in Nepal is poorly defined and there is no
policy framework to guide the development of the sector. The legal framework does not
distinguish commercial from non-profit radio and these two often have to compete with each
other. The main concerns are issues of limited ownership captured by the elite, poor
representation of community groups particularly along gender, caste and ethnic lines. There is a
risk that community orientation and the focus on public interest programming will be weakened.
Last but not least, community radios continue to be financially dependent on commercials and
partnerships, destabilizing their independence.

KEYWORDS :

NEPAL – SOUTH ASIA – COMMUNICATION FOR DEVELOPMENT – PARTICIPATORY
COMMUNICATION- COMMUNITY RADIOS - MEDIAS
iv Sommaire

TABLES DES ILLUSTRATIONS....................................................................................................................... VII
ABREVIATIONS............................................................................................................................................ VIII

INTRODUCTION ...............................................................................................................................................1
PARTIE 1 : MISE EN PERSPECTIVE ET DEFINITIONS AUTOUR DE LA COMMUNICATION POUR LE
DEVELOPPEMENT ............................................................................................................................................2
I. Paradigmes du développement et communication pour le développement ...................................2
A. Paradigme de la modernisation et modèle de communication .................................................................. 2
B. Paradigme de dépendance et paradigme de participation .......................................................................... 4
II. Les Radios Communautaires...........................................................................................................6
A. Définitions .................................................................................................................................................... 6
B. Radios communautaires et communication participative .......................................................................... 9
1. Spécificités des radios communautaires................................................................................................. 9
2. Spécificités de la communication participative ...................................................................................11
III. Reconnaissance du rôle des radios communautaires dans le développement..........................12
A. Les textes internationaux ...........................................................................................................................12
B. Liberté de la presse et développement ......................................................................................................13
C. Pourquoi les radios communautaires plutôt qu’un autre média?.............................................................14

PARTIE 2 : LES RADIOS COMMUNAUTAIRES AU NEPAL ..............................................................................18
I. Perspectives Historiques du développement des radios communautaires...................................18
A. Dans le monde ............................................................................................................................................18
2. Amérique latine : territoire d’expérimentation ....................................................................................18
2. Afrique et Asie : un développement tardif ...............................................................................................20
B. Histoire du développement des médias au Népal.....................................................................................21
1. Un contexte politique non favorable avant 1990.................................................................................21
a) Période des Ranas (1846-1960) ......................................................................................................21
b) Le régime Panchayat (1960-90)......................................................................................................22
2. L’avènement de la démocratie, le boom des médias et l’insurrection maoïste .................................23
II. Panoramas des Radios Communautaires.....................................................................................24
A. Apparition des premières radios communautaires ...................................................................................24
B. Les facteurs qui ont permis le développement des radios communautaires ...........................................26
1. L’établissement de droits fondamentaux .............................................................................................27
2. Apparition de nouveaux acteurs ...........................................................................................................28
III. Les défis des radios communautaires au Népal..........................................................................29
A. Le problème de la législation radiophonique au Népal...............................................................................29
1. Aucun statut spécifique pour les radios communautaires...................................................................29
2. Le prix élevé de la licence de diffusion................................................................................................31
3. Aucune régulation de puissance ...........................................................................................................32
4. Comment définir une radio communautaire au Népal? ......................................................................33
B. Des radios communautaires vraiment représentatives ?...............................................................................35
v 1. L’élite et les radios communautaires ........................................................................................................35
2. Egalité de genre et radios communautaires..............................................................................................37
C. Communication pour le développement et radios communautaires : quelle durabilité ? ......................38
1. Des programmes populaires..................................................................................................................38
2. Quelle indépendance financière ?.........................................................................................................39
CONCLUSIONS...............................................................................................................................................43

ANNEXES.......................................................................................................................................................47
BIBLIOGRAPHIE.............................................................................................................................................62


vi Tables des illustrations

Figure

Figure 1: Evolution du nombre de radios au niveau national au Pérou ......................................................23


Tableaux


Tableau 1: Dépenses annuelles d’une station de radio avec un récepteur de 50 watt au Népal ................15
Tableau 2 : Dépenses annuelles d’une station de radio avec un récepteur de 1000 watt au Népal ...........15
Tableau 3: Evolution du nombre de licences radiophoniques délivrées au Népal (1999-2007).................24
Tableau 4: Radios communautaires en 2002..................................................................................................25
Tableau 5: Nombre de radios par types d'organisation (Août 2008)............................................................25
Tableau 6: Montant des aides du Programme International pour le Développement de la Communication
(IPDC) au Népal (1995-2007) .........................................................................................................................29
Tableau 7: Prix des licences radiophoniques selon la puissance de transmissions.....................................31
Tableau 8: Nombre de radios communautaires en 2007 selon leur puissance de transmission .................32
Tableau 9: Nombre de radios communautaires et commerciales classées par puissance de transmission
(Août 2008)........................................................................................................................................................32
Tableau 10: Présentation de cinq radios communautaires............................................................................34
Tableau 11: Répartition des membres des conseils d’administration des radios communautaires par
genre et ethnie/caste .........................................................................................................................................38
Tableau 12: Ressources humaines des radios communautaires classées par genre et groupe ethnique ...38
Tableau 14 : Revenues annuels de 20 radios communautaires au Népal.....................................................41
Tableau 15 : Ressources humaines des Radios Communautaires au Népal.................................................42
Tableau 16 : Ressources humaines (RH) par type de radio communautaire ...............................................42

vii Abréviations

ACORAB : Association of Community Radio Broadcasters
AMARC : Association Mondiale des Radiodiffuseurs Communautaires
CRSC : Community Radio Support Center
FAO : Organisation des Nations Unis pour l’Alimentation et l’Agriculture
IPDC : International Programme for the Development of Communication
NEFEJ : Nepal Forum of Environmental Journalists
UNESCO : Organisation des Nations Unis pour l’Education, Science et la Culture
VDC : Village Development Commitee
viii Introduction


« Nous avons une arme capitale : les médias. Et puisque l’occasion se présente, je tiens à vous
1en féliciter» . Cette phrase fut prononcée par le vice-amiral Victor Ramírez Pérez en direct de la
chaîne de télévision Venevisión quelques heures avant le coup d’Etat d’avril 2002 contre le
président démocratiquement élu H. Chávez. Le coup d’Etat organisé par l’élite vénézuelienne
avec le soutien et la complicité des principaux médias, sera bref. Alors que Chavez revient au
pouvoir porté par la population, les mass media vénézueliens continuent de désinformer.
Chavez est à Miraflores mais ce n’est pas une « information ». Pedro Carmona continue d’être
le président des médias vénézueliens. Les putschistes ont fermé et réquisitionnés les médias
alternatifs et leurs responsables sont détenus arbitrairement afin d’empêcher la population de
s’informer autrement qu’à travers le service de presse officiel. Le monde entier reçoit la même
désinformation : Chavez a démissionné.
Lors de la dernière décennie, nous avons assisté à l’extraordinaire développement des moyens
de communication. L’homme n’a jamais autant communiqué qu’à notre époque et il n’a jamais
eu autant de moyens pour le faire. Nous n’avons jamais eu autant accès à l’information. Les
médias sont devenus plus puissants que jamais et ils sont devenus une source de richesse et de
pouvoir. A l’ère de la globalisation, des entreprises médiatiques colossales se sont constituées,
s’appropriant les moyens de communication et de production de l’information. De l’Afrique, à
l’Asie en passant par les Amériques ou l’Europe, nous recevons les mêmes informations, nous
écoutons les mêmes « spécialistes » parler et analyser l’information, et nous regardons les
mêmes programmes produits par quelques-uns. Nous savons ce qui se passe de l’autre côté du
monde, mais nous ignorons ce qui se passe en bas de chez nous. Les moyens de communication
et de production de l’information n’ont jamais été autant monopolisés par une poignée de
personnes.
L’appropriation et le contrôle des médias sont devenus un enjeu majeur car ils sont devenus une
arme. Les médias affirment leur « quatrième pouvoir » pour le pire et le meilleur. Ils peuvent
organiser des coups d’Etat comme au Venezuela, transformer des minorités en ennemis et
2attiser les haines comme au Rwanda , soutenir les mobilisations populaires contre des dictatures

1 Maurice LEMOINE, « Dans les laboratoires du mensonge au Venezuela », Le Monde
Diplomatique, Septembre 2002, pp 16-17


2 Sandra D. Melone, et alii, « Using the media for conflict transformation : the common ground
experience », Berlin, Berghoff Research centre for Constructive Conflict management, 2002,
1 comme ce fut le cas en Bolivie en 1960, et être une plateforme d’auto-organisation de la
population pour faire fuir un président trop avide de pouvoir comme en Equateur en 2005.

Dans ce contexte de globalisation et de développement des technologies pour la communication
et de réduction des coûts de ces derniers, des médias alternatifs ont vu le jour afin de permettre à
la population de se réapproprier les moyens de communication confisqués. Ces médias ont
comme objectif de se positionner comme « chien de garde », et de reprendre la place laissée
vacante par les médias traditionnels. Ces médias du tiers-secteur, souvent considérés de
« proximité », vont bien au-delà du simple fait d’informer la population. Ils donnent les moyens
à ces derniers de s’exprimer, les considérants comme des citoyens actifs et intelligents, capables
de parler pour eux-mêmes. Ces médias alternatifs peuvent se définir militants, libres, éducatifs
ou communautaires. Ils cherchent à démocratiser les moyens de communication et de se
réapproprier le « quatrième pouvoir » pour les desseins de la majorité.
Dans certains pays, dans certaines régions, ces médias sont le seul outil de communication
disponible ou accessible. Dans les pays en voie de développement essentiellement, la radio est
devenue de loin le média le plus populaire et le plus accessible, tant par les faibles coûts de
diffusion, que par les faibles coûts de réception. Dans le monde, il existe plus de vingt mille
3radios écoutées par plus de deux milliards de personnes. Par les avantages que représente la
radio, des organisations, des communautés, des collectifs etc., se sont appropriés de ce moyen
de communication pour servir la communauté et devenir un outil politique et de changement
social. Impulsée lors des grands mouvements de démocratisation, la radio communautaire est
devenue un réel mouvement mondial dans les années 1990. A travers l’utilisation innovante
d’expression, les radios communautaires sont devenues des acteurs à part entière dans le
développement, tant est si bien que les agents du développement s’y sont intéressées de près.

La communication a commencé à être utilisée pour servir le développement depuis que les
moyens de communication existe. Les colons utilisaient la communication à des fins de
propagande, l’Eglise pour « civiliser les indigènes », etc. La communication pour le
développement s’est adaptée et a servi les grands paradigmes de développement qui ont traversé
l’histoire. De nos jours, la communication pour le développement est conçue comme un moyen
pour faire participer les populations dans la prise de décision et contribuer au changement
social.

cité dans Marie-Soleil, FRERES, dir., Afrique Centrale, Médias et Conflits. Vecteurs de guerre
ou acteurs de paix, op.cit., p.21-23
3 Colin FRASER, Sonia RESTREPO, Community Radio Handbook, Paris, UNESCO, 2001, p.1

2

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.