Université Paris I La Sorbonne Panthéon

De
Publié par

Niveau: Supérieur, Master

  • mémoire

  • exposé


1 Université Paris I La Sorbonne-Panthéon Master Coopération internationale, action humanitaire et politiques de développement. Les représentants de l'agriculture familiale dans la politique participative territoriale brésilienne : de nouveaux leaders de l'action publique évoluant dans un système politique hybride. Lauren Lecuyer Sous la direction de Jean Jacques Gabbas et de Gilles Massardier.

  • espaces de participation et de décision des politiques publiques

  • démocratie participative

  • multiplication des investissements dans les structures participatives………………………………………………………

  • democracy contains

  • communauté de politiques publiques

  • représentants de l'agriculture familiale

  • démarche cognitive de la catégorisation des représentants……………………………………… p49

  • catégorie sociale

  • agriculture


Publié le : vendredi 8 juin 2012
Lecture(s) : 102
Source : univ-paris1.fr
Nombre de pages : 121
Voir plus Voir moins

1



Université Paris I La Sorbonne-Panthéon
Master Coopération internationale, action humanitaire et politiques de développement.







Les représentants de l’agriculture familiale dans la politique
participative territoriale brésilienne : de nouveaux leaders de
l’action publique évoluant dans un système politique hybride.










Lauren Lecuyer
Sous la direction de Jean Jacques Gabbas et de Gilles Massardier. 2


Avertissement :

L’université Paris I n’entend donner aucune approbation aux opinions émises dans les
mémoires. Ces opinions doivent être considérées comme propres à leur auteur.





Remerciements :

Je tiens à remercier tout d’abord mes deux directeurs de mémoire qui m’ont donné de
précieux conseils qui m’ont permis de mener à bien de mon enquête sur le terrain.
Aussi, je voudrais remercier les représentants régionaux de l’agriculture familiale du District
Fédéral brésilien qui ont fait preuve d’une grande disponibilité pour m’accueillir dans le
processus participatif territorial et, m’introduire dans les diverses instances participatives.











3

SYNTHESE

Cet exposé a pour but d’apporter des éléments de compréhension de l’action publique d’acteurs
participant à une armature participative territoriale qui s’est instaurée dans un paysage
institutionnel caractérisé par la force de la dépendance au sentier fédéral .En adoptant une démarche
de déconstruction des espaces de participation, nous cherchons à dépasser l’analyse réifiée des
institutions, ce qui nous permet de comprendre la dynamique introduite par les diverses stratégies de
l’action publique des acteurs. Nous analysons particulièrement le rôle des représentants de
l’agriculture familiale dans la politique qui a été crée pour cette même catégorie sociale,
traditionnellement exclue des espaces de participation et de décision des politiques publiques rurales.
Cette lecture a notamment comme objectif de détecter les systèmes d’accession à la participation
pour comprendre si la démocratie participative renferme un nouveau modèle de représentation
politique et, si le « cens caché» de la démocratie représentative, s’évapore dans ce nouveau système
politique inclusif.

Mots clés : Démocratie participative, politique territoriale participative, hybridation des systèmes
politiques, agriculture familiale, programme de développement, clientélisme, dépendance au sentier.


ABSTRACT

This composition pretend to give some elements of comprehension about the public action of some
actors that are participating to a participative territorial policy that was settled in a institutional
landscape characterized by the strong federal path dependency. Adopting a deconstruction approach
of the different spaces of participation, we are searching for going throw a “reification” of the
institutions which permits us to understand the dynamique introduced by the diverse strategies of the
actors participating in rural public policy. We analyze particularly the paper of the familiar
agriculture‘s representants in the specific public policy that was create for the same social category,
traditionally exclude of the canal systems of decision and participation in rural publics policies. This
lecture tend as well to detect the accession’s systems of participation to understand if the
participative democracy contains a new model of political representation and, if the “cens caché”
(hide census) that representative democracy present, disappear in this new inclusive political system.

Keywords: Participative democracy, participative territorial policy, hybridization of political systems,
familiar agriculture, development program, clientelism, path dependency.



4

TABLE DES MATIERES

INTRODUCTION

1. Objet de P17
recherche………………………………………………………………………………….......................................
2. Problématique………………………………………………………………………………………………………………… P19
3. L’architecture institutionnelle de l’objet P21
d’étude…………………………………………………………………………………………………………………………..
4. Terrain de l’enquête………………………………………………………………………………………………………. P23
5. Difficultés de l’enquête………………………………………………………………………………………………….. P25
6. Méthode………………………………………………………………………………………………………………………… P28
7. Plan………………………………………………………………………………………………………………………………… P30


PREMIERE PARTIE : Le représentant de l’agriculture familiale : un nouveau parcours
politique de la démocratie
participative ?.................................................................................................. P33

P35 A/ Une communauté de politiques
publiques ?......................................................................................................
1/ Un parcours-type des représentants de l’agriculture familiale……………………………………. P35
a. Une légitimité locale acquise au travers d’un engagement militant et associatif pour la P35
communauté……………………………………………………………………………………………………………………
De l’association au territoire : l’introduction progressive dans les structures b. P38
participatives……………………………………………………………………………………………………………………
2/ L’accumulation des ressources du représentant au travers d’une multiplication des P39
investissements dans les structures participatives………………………………………………………
a. Des prédispositions pour l’accession à la politique pyramidale de participation……………… P39
b. La constitution progressive d’un capital social permettant l’entrée dans la configuration P41
politique territoriale………………………………………………………………………………………………………...

P43 B/ Les divers cadres d’interprétation du réel des représentants de l’agriculture
familiale………………………………………………………………………………… 5

1/ Appartenir à la catégorie de l’agriculture familiale : Une fenêtre d’opportunité ?......... P43
a. La construction sociale de la catégorie de l’agriculture familiale…………………………………….. P43
b. Les opportunités que suscite l’appartenance à la catégorie……………………………………………. P47
2/ Une communauté de politiques publiques hétérogène……………………………………………… P49
a. La démarche cognitive de la catégorisation des représentants……………………………………… P49
b. Les trois catégories de représentants de l’agriculture familiale………………………………………. P51
1/ Les agriculteurs familiaux qui ont constitué l’essentiel de leurs ressources au travers des P52
mouvements sociaux ruraux : Rosilda et Itamar………………………………………………………………
2/ Les agriculteurs moyens qui ont connu une ascension socio-économique et ont développé P58
un rapport personnalisé à la fonction de représentant : Léonice et Ricardo……
3/ Les représentants de l’agriculture familiale qui effectuent des va-et-vient entre leurs P65
expériences professionnelles et l’activité agricole et qui n’ont jamais consacré leur vie
entière à l’agriculture. Hermanos, Claudio Pires, Claudio Coelho……………………………………..

DEUXIEME PARTIE : Le « cens caché » du système participatif…………………………… P74

P75 A/ La formation de professionnels de la politique participative………………………..
1/ Une participation restreinte par des mécanismes de sélection des représentants P75
communautaires………………………………………………………………………………………………………….
a. Un système électif communautaire informel……………………………………………………………………. P75
b. Des représentants qui composent le « noyau dur » de l’espace participatif……………………… P78
2/ L’espace participatif comme sous système de production de nouvelles élites de l’action P82
publique ?......................................................................................................................
a. Des représentants permanents de la politique participative…………………………………………….. P82
b. Une professionnalisation limitée par l’informalité de leur fonction et la faible P84
participation des agriculteurs familiaux……………………………………………………………………………..

P86 B/ Le rôle des sélectionneurs dans la définition du « bon » représentant de
l’agriculture familiale…………………………………………………………………………………..
1/ Le mouvement « descendant » de la participation………………………………………………………. P86
a. Le bon profil de l’élu communautaire……………………………………………………………………………….. P86
b. Des prérequis qui limitent la marge d’action des représentants……………………………………….. P89
2/ Le paradoxe de la pyramide participative…………………………………………………………………….. P92 6

a. L’instabilité de la légitimé communautaire……………………………………………………………………….. P92
b. Le processus d’institutionnalisation de la dynamique revendicative populaire…………………. P93

TROISIEME PARTIE : Une dépendance au sentier institutionnel fédéral qui borne
l’espace de participation et conduit à la production d’un système politique
hybride..................................................................................................................... p96

P98 A/ Une « gouvernance performative »……………………………………………………………..
1/ L’illusion de la participation…………………………………………………………………………………………. P98
a. La restriction de la participation à des instances délibératives………………………………………….. P98
b. un circuit informel des projets ou la persistance des habitudes institutionnelles……………… P102
2/ Le faible pouvoir dans la configuration territoriale………………………………………………………. P105
a. le pouvoir des techniciens…………………………………………………………………………………………………. P105
b. Un faible poids des représentants dans les instances de décision…………………………………….. P107

P108 B/ Des stratégies des représentants qui concourent à renforcer le sentier
fédéral et le clientélisme municipal……………………………………………………………..
1/ La conquête des espaces clés de décisions…………………………………………………………………… P108
a. la création du conselhao et l’union des présidents CRDRS………………………………………………… P108
b. L’espace politique classique ……………………………………………………………………………………………… P110
2/ Un contournement qui concourt à renforcer le clientélisme municipal………………………… P111
a. Le recours à des pratiques clientélistes…………………………………………………………………………….. P111

CONCLUSION……………………………………………………………………………………………. p114
Annexes :
Annexe 1 Carte du territoire rural d’ « Aguas Ememdadas »…………………………………………………… P116
Annexe 2 Tableau des territoires ruraux homologués par le MDA………………………………………….. P116
Annexe 3 Carte des régions administratives du DF…………………………………………………………………. P117
Annexe 4 Tableau du nombre de contrats et volume du crédit PRONAF par année fiscale P117
(1999/2006)……………………………………………………………………………………………………………..
Annexe 5 Graphique de l’évolution du nombre et de la valeur des contrats du PRONAF de P118 7

2000 à 2005 dans le territoire d’Aguas Ememdadas………………………………………………..

Sources de terrain de l’enquête………………………………………………………………… P119
Bibliographie…………………………………………………………………………………………….. P120
























8

LISTE DES ABREVIATIONS

CDRS-DF : Conseil de développement rural durable du District Fédéral
CMDRS : Conseil municipal de développement rural durable
COTAE : Collège du territoire d’Aguas Ememdadas
CRDRS : Conseil régional de développement rural durable
DF : District Fédéral
EMATER : Entreprise d’assistance technique et d’extension rurale
EMBRAPA: Entreprise brésilienne de recherche agricole
FAT : Fonds d’assurance chômage
FEPRO : Fédération des producteurs ruraux
MDA : Ministère de développement agraire
MMA : Ministère de l’environnement
MST: Mouvement sans terre
PAA : Programme d’acquisition d’aliments
PAAP : Projet d’appui aux petits producteurs
PRONAF : Programme national de renforcement de l’agriculture familiale
PRONAT : Programme national de développement territorial
PSB : Parti Socialiste Brésilien
PT : Parti des travailleurs
SR-DF: Syndicat rural du DF
PV : Parti Vert
PDSTR : Programme de Développement Durable des Territoires Ruraux.
SDT : Secrétariat de développement territorial




9

SOMMAIRE DES ANNEXES


Annexe 1 : Carte du territoire rural d’« Aguas Emendadas »


Annexe 2 : Tableau des Territoires ruraux homologués par le MDA (2005)

Annexe 3 : Carte des régions administratives du District fédéral

Annexe 4 : Tableau du nombre de contrats et volume du crédit du PRONAF par année fiscale
(1999/2006)

Annexe 5 : Carte de l’évolution du nombre et de la valeur des contrats du PRONAF de 2000 à
2005 dans le territoire d’Aguas Ememdadas.












10

INTRODUCTION

« Démocratiser radicalement la démocratie », procéder à une « inversion des
priorités » : tels sont les thèmes de prédilection de la campagne politique du Parti
des Travailleurs (PT) brésilien en 1988 lors des élections municipales quand il
parvient à s’emparer de la mairie de Porto Alegre. La municipalité va alors
diffuser une initiative novatrice qui prendra une ampleur inattendue au fil des
ans : elle institutionnalise la participation des habitants à l’élaboration du budget
municipal. Quinze ans plus tard, l’expérience a fait école dans une centaine
d’autres municipalités brésiliennes et ailleurs, en Amérique latine et en Europe
notamment. Elle est commentée dans le monde entier et contribue pour une part
décisive à la reconduction du PT et de ses alliés à la tête de la municipalité durant
quatre mandatures.
Si cette dynamique de démocratisation a conduit le Brésil à ériger en 1988 une
nouvelle Constitution fédérale définissant le pays comme une démocratie
représentative et participative, le succès du PT doit également être associé à la
dynamique et la force des mouvements sociaux brésiliens, notamment le
Mouvement des travailleurs sans-terre (MST), qui ont contribué à coordonner les
actions de développement local et à diffuser des modèles de gestion participative
dans l’ensemble du pays. C’est en effet dans l’esprit de cette dynamique sociale
que s’est développée une autre vision du développement rural plaçant une des
catégories sociales des plus défavorisées au Brésil comme un acteur central de ce
nouveau projet social. Principalement impulsé par le MST, le mouvement social
rural a progressivement fait triompher l’idée que l'agriculture familiale pouvait
représenter une alternative capable de répondre aux grands défis ruraux du
Brésil : faim, sécurité alimentaire, violence, inégalité sociale, manque d'emplois et
de revenus, déboisement, pollution et gestion des ressources naturelles.
L’appui gouvernemental au modèle de l’agriculture familiale qui a suivi est apparu
comme révolutionnaire et a pu être analysé comme une transformation d’un
schéma économico-culturel dominant au Brésil depuis les temps de la
colonisation. Comme l’expliquent en effet Eric Sabourin et Jean Philippe Tonneau:
« Ce choix affirmé sur la longue durée pour l'agriculture familiale, peut surprendre
dans un Brésil qui a toujours, tout au long de son histoire, privilégié l’agriculture

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.