Commentaire français littéral de la Somme théologique (tome 11

De
Publié par

  • exposé
R . P . THOMAS P È G U E S , 0 . P . M A Î T R E E N T H E O L O G I E M E M B R E D E L ' A C A D É M I E R O M A I N E D E S A I N T - T H O M A S - D ' A Q U I N P R O F E S S E U R D E S A I N T T H O M A S A U C O L L E G E A N G E L I Q U E
  • frèros-prêcheurs
  • littéral de la somme théologique
  • spéc ia ­
  • ives aux péchés qu
  • maitre en sacrée théologie
  • traduction el de reproduction réservés
Publié le : mercredi 28 mars 2012
Lecture(s) : 76
Source : liberius.net
Nombre de pages : 632
Voir plus Voir moins

R . P. THOMAS PÈGUES, 0. P.
MAÎTR E EN THEOLOGIE
MEMBR E DE L'ACADÉMIE ROMAINE DE SAINT-THOMAS-D'AQUIN
PROFESSEU R DE SAINT THOMAS AU COLLEGE ANGELIQUE (ROME)
COMMENTAIRE FRANÇAIS LITTÉRAL
DE LA
SOMME THÉOLOGIQUE
D E
SAINT THOMAS D'AQUIN
XI
LA PRUDENCE ET LA JUSTICE
(Saint Jean Damascène).
TOULOUS E PARIS
EDOUAR D PRIVAT PIERRE TËQUI
LI Bn A IRE-ÉDIT E UH LIBRAIRE-ÉDITEUR
l4j RUE DES ARTS, ifr.83, RUE BONAPARTE, 82.
191 6 COMMENTAIRE FRANÇAIS LITTÉRAL
D E LA
SOMME THÉOLOGIQUE
D E
SAINT THOMAS D'AQUIN Droite de traduction el de reproduction réservés
1
pour .tous pays.
Copyrigth by EDOUARD PRIVAT, Ì9i6. NIHIL OBSTAT:
Fr. CESLAS PABAN-SEÇOND ,
Des Frères-Prêcheurs,
Maitre en Sacrée Théologie.
Fr. EDOUARD HUGON,
Des Frèros-Prêcheurs,
Maître en Sacrée Théologie.
IMPRIMATUR :
Fr. ALBERTUS LEPIDI, O. P.
S. P. A. Magister. AVANT-PROPO S
Le présent volume de notre Commentaire continue
l'exposé de la Secunda-Secandœ. IJ comprend les traites de
la Prudence : de la question £7 à la question 56; et de la
Justice : de la question 67 à la question 79.
D e ces deux traites, celui de la Prudence offre l'intérêt
très spécial d'être fort peu connu. Il est cependant d'une
importanc e extrême. On n'aura pas de peine à s'en con­
vaincre en lisant, dans leur ordre lumineux, les questions
qu e lui consacre saint Thomas. C'est, par excellence, le
traité du gouvernement, qu'il s'agisse de se gouverner
soi-mêm e ou de gouverner les autres.
Quan t au traité de la Justice, il serait superflu de s'attar­
de r à en marquer l'importance. Tout est k méditer dans ce
traité, où sont fixées les règles de morale qui président aux
rapport s des homme s entre eux. Nous attirerons plus spécia­
lemen t l'attention sur les questions de l'homicide et de la
pein e de mort (q. 62), du droit de propriété (q. 66,
art. i, 2), du prêt à intérêt et de l'usure (q. 78). On lira
aussi avec le plus grand profit les questions relatives
aux péchés qui se commettent contre la justice par paroles
dan s le cours ordinaire de la vie et non pas seulement dans
l'acte solennel qu'est le jugement. Dans toutes ces ques­
tions si multiples et'[si diverses on retrouvera le souci
constan t de maintenir très haut les droits imprescriptibles
d e la saine morale. Et parfois tel article, qui ne semble Vni AVANT^-PROPOS-
traiter que d'un point de détail dans l'ensemble d'une
question peu transcendante en apparence, projette les
clartés les plus vives et les plus opportunes sur des sujets
d'ordre politique où se jouent les destinées des peuples,
soit à l'intérieur d'une même nation, soit à l'extérieur
entre les diverses nations ou les divers peuples. Nous cite­
rons , comme exemple, dans la question 66, l'article 8, où
saint Thomas se demande si la rapine peut se faire sans
péché ; ou, encore, dans la question 68, l'article 3 ; ou dans
la question 6g, l'article 4; dans la question 70, l'article 2.
C'est du reste h cliaque instant que les réflexions nais­
sent d'elles-mêmes à la lecture de ces pages lumineuses.
Elles feront éternellement les délices de tout esprit que
passionnent, dans l'ordre de la morale, la vérité et la
justice.
Rome, 29 jui n 1916,
en la fête des saints apôtres Pierre et Paul.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.