DOSSIERDEPRESSE BOURGEAT

De
Publié par

  • exposé
  • fiche - matière potentielle : interactives
LILIAN BOURGEAT Exposition monographique Centre d'art contemporain intercommunal 19 novembre 2011 au 15 janvier 2012 DOSSIER DE PRESSE Vernissage le vendredi 18 novembre à 18h30 VertiGineuses virées, hors les murs le samedi 26 novembre à partir de 10h Centre d'art contemporain intercommunal 2 rue Alphonse Daudet - 13800 Istres 04 42 55 17 10 /
  • égard des publics scolaires
  • manifestation vivante de la réalité visuelle d'aujourd'hui
  • territoire de ouest provence
  • provence des arts visuels
  • centre d'art contemporain
  • publics
  • publiques
  • publique
  • public
  • artiste
  • artistes
Publié le : lundi 26 mars 2012
Lecture(s) : 32
Source : ouestprovence.com
Nombre de pages : 13
Voir plus Voir moins



LILIAN BOURGEAT
Exposition monographique
Centre d’art contemporain intercommunal
19 novembre 2011 au 15 janvier 2012


DOSSIER DE PRESSE




Vernissage le vendredi 18 novembre à 18h30
VertiGineuses virées, hors les murs le samedi 26 novembre à partir de 10h



Centre d'art contemporain intercommunal
2 rue Alphonse Daudet - 13800 Istres
04 42 55 17 10 / centredart@ouestprovence.fr
www.ouestprovence.fr LA POPARTs
Plateforme Ouest Provence des ARTs visuels



SES MISSIONS

La Plateforme Ouest Provence des Arts visuels (POPARTs), regroupant le Centre d’art
contemporain intercommunal, l’artothèque intercommunale et l’Adapp Ouest Provence
(Association intercommunale pour le Développement des Arts Plastiques et du
Patrimoine) a pour objectif de construire et développer collectivement sur le territoire
de Ouest Provence une politique active, dynamique et vivante en matière d’art
contemporain au sein de la diversité de l’action culturelle intercommunale.

Il s’agit de fidéliser les publics à des événements d’envergure, par une démarche
culturelle et de sensibilisation à l’art, accessible à tous, sans préjugés de style ou
d’expression, toujours dans un souci d’excellence créative.
Pour mener à bien sa mission de promotion et de diffusion, la POPARTs a défini une ligne
artistique de programmation annuelle avec une thématique de réflexion, essentielle
pour donner du sens à l’ensemble du corps d’actions culturelles et éducatives.



LE LIEU D’EXPOSITION

Le Centre d'Art Contemporain intercommunal
èmeSitué dans une demeure bourgeoise du XVII siècle, au cœur du centre ancien d'Istres,
le Centre d'art contemporain intercommunal est depuis 1993, un établissement culturel
du SAN Ouest Provence.
Ses principales missions consistent à se consacrer à la promotion et à la diffusion de l'art
contemporain, en insistant sur le soutien à la création, en mettant en avant le souci de la
sensibilisation des publics à l’art contemporain par la valorisation de pratiques
professionnelles pluridisciplinaires, originales et de qualité, dont la mise en espace et la
scénographie sont des éléments fondamentaux au projet d’exposition.
Le Centre d’art s’affirme comme un lieu ouvert aux artistes dont la diversité est, à elle
seule, la manifestation vivante de la réalité visuelle d’aujourd’hui, des courants les plus
sensibles aux démarches expérimentales.
L’ambition du Centre d’art contemporain intercommunal est de porter une attention
particulière à la production d’œuvres nouvelles et de confronter la création régionale,
nationale et internationale.
Ce lieu s’inscrit dans un réseau de partenaires institutionnels et professionnels favorisant
des collaborations permanentes et fructueuses (Fonds régional d’art contemporain
(Frac), musées, Ecoles d’Art, galeries…), avec lesquels il initiera des projets transversaux.



2

LES ENJEUX ET LES OBJECTIFS CULTURELS DU CENTRE D’ART
CONTEMPORAIN INTERCOMMUNAL

Ses fonctions principales s’articulent autour de deux axes : le premier concerne le lien
que le Centre d’art contemporain entretient avec la création vivante (programmation et
soutien à la production d’œuvres), le second est fondé sur les actions de transmission de
l’art contemporain : diffusion, pédagogie, édition.
Il est essentiel de mettre en synergie la programmation, les événements et le champ
d’exploration éducatif : la médiation est une fonction essentielle, et le travail à l’égard
des publics scolaires est une constante.


LA MEDIATION

La POPARTs a établi un dispositif de médiation mêlant édition de catalogues, conception
d'outils pédagogiques et rencontres avec les artistes exposés. La visite commentée des
expositions s'adapte aux différents besoins et attentes des interlocuteurs et partenaires :
visites préalables aux vernissages à l'attention des enseignants, formateurs et
accompagnateurs de groupes.
Pour répondre au souci d'allier compétences pédagogiques et culturelles, le service de
médiation de la POPARTs mène, sur le terrain, en partenariat avec l’Education Nationale,
une mission d’éducation artistique en direction du public scolaire avec les
établissements du territoire, en accompagnant les expositions programmées par des
visites guidées, des conceptions de parcours pédagogiques, des fiches interactives, des
outils permettant l’apprentissage des langages visuels, suivies d’ateliers.
Le Centre d’Art Contemporain intercommunal travaille également en étroite
collaboration avec un chargé de mission en arts plastiques, relais de l'Académie d'Aix-
Marseille pour ce qui relève de l'enseignement secondaire, sur le territoire de Ouest
Provence.







3

LA POPARTs présente :
Plateforme Ouest Provence des ARTs visuels

Lilian BOURGEAT
SA DÉMARCHE ARTISTIQUE
























Lilian Bourgeat choisit ses cibles parmi les éléments ordinaires ou jetables du quotidien
(ampoule, bottes en caoutchouc, mètre, gobelets en plastique), ceux que nous ne
considérons même plus, pour leur donner une promotion. En les agrandissant jusqu'à
dix fois leur taille réelle, il augmente leur échelle de valeur, les rend imposants,
déstabilisants. Il génère chez son spectateur l'admiration pour le monumental, la
nostalgie de l'enfance de devenir grand, autant que le sentiment d'être rétréci face à ce
que l'on considère dans le quotidien comme étant plus petit que soi.

Extrait de « L'échelle de valeur/ Lilian Bourgeat »


4





(…) La séduction immédiate occasionnée par l'exposition d'objets géants, parfaitement
reproduits dans leurs formes et leurs matériaux, l'aspect "art rigolo pour enfants de 3 à
103 ans", ne sont que des pièges.
Bourgeat ne crée pas seulement des reproductions tridimensionnelles d'objets à des
échelles démultipliées. Il crée un dispositif qui englobe le spectateur et se joue de lui.
Photographiées seules, la plupart des sculptures n'ont aucun intérêt ; on croit y
reconnaitre un objet banal, et si l'on ne dispose pas de l'indication de ses dimensions et
sa parfaite reproduction le rend anodin. Mais si une personne est photographiée à ses
côtés, tout change alors : non seulement la taille de la sculpture est révélée mais surtout
les humains qui la jouxtent ou y prennent place paraissent ridicules.

Extrait du texte de Pascal Beausse,
Catalogue Le dîner de Gulliver






5

6
De Bourgeat à Duchamp,
il n’y a qu’un pas de géant….



Héritier d’une posture artistique de Marcel Duchamp, Lilian Bourgeat
montre le même intérêt pour l’objet industriel que ce précurseur en tous
genres de l’art contemporain.

A travers l’utilisation de pièces ready made « c'est-à-dire déjà toute faite» Duchamp
èmeinitiait la dominance de l’idée sur la fabrication, bouleversant ainsi l’art du 20 siècle.
Lilian Bourgeat, jeune artiste en plein essor, crée des objets manufacturés à grande
échelle. Il fabrique à l’identique des objets usuels, banals, devenus invisibles car
tellement présents dans notre quotidien.

Sujets à la démesure, ses objets - sculptures deviennent incongrus. Leurs formes
deviennent nouvelles, car elles obligent à regarder autrement la banalité. Sortie de
son contexte usuel, la matérialité de l’objet s’impose à nous, sous un angle ludique.

L’artiste nous invite à nous mesurer à l’œuvre. Le spectateur se voit proposer une
expérience à l’effet Gulliver. Il érige un monde trop grand pour nous, qui entraîne la
perte de la fonctionnalité de l’objet. Il n’est plus question de se servir d’un séchoir à
linge ou même de soulever un parpaing.

L’objet est une sculpture, il devient autre chose, sa taille l’amène vers un nouveau
statut, sans emploi, un signe dans le paysage, une forme fabriquée qui appartient
aujourd’hui à l’art.



In situ au Centre d’art contemporain intercommunal
7

Avec humour, Lilian Bourgeat délégitime l’objet tout en installant un nouveau lien avec
son environnement.
Les oeuvres de l’artiste vont prendre place au centre d’art contemporain intercommunal
et dialoguer avec l’espace intime des salles d’exposition.
Le lieu devient une sorte de maison de poupée pour les oeuvres, où dans ce rapport
d’échelle contrastée, le corps du visiteur vient activer le jeu, créer une interaction.
C’est là tout l’intérêt, quand le visiteur vient se confronter à ces installations
hyperréalistes générant des contrastes inattendus et des effets comiques tout en
alimentant une réflexion sur notre monde productif.
Cette relation entre l’oeuvre et le public sera amplifiée à travers une rencontre festive
hors les murs. La POPARTs propose un parcours dans les rues de la ville, une
promenade urbaine, accompagnée par des compagnies artistiques régionales, ainsi
qu'une installation à Grans, jalonnée de rendez vous de médiation avec les habitants et
les écoles.
Les œuvres vont surgir sur le territoire de Ouest Provence, pour une belle rencontre
avec l’art contemporain. Les arts visuels vont se voir mais vont surtout se vivre à travers
une expérience sensorielle inédite.




8
Esthétique Promotionnelle
(A propos de Lilian Bourgeat)


Vernissage : 1er mai 2003, Université de Dijon : sur les tables dressées en plein air, il y a,
à côté des bouteilles habituelles, des gobelets surdimensionnés. Ces gobelets font 46 cm
de haut sur 38 cm de diamètre, soit à peu près 10 fois la taille des verres normaux qu'ils
imitent par ailleurs en tout point. Ceux qui désirent boire doivent se contenter de ces
objets et négocier avec leur fonctionnalité problématique. Soudainement un geste
banal, quotidien (porter un verre à sa bouche et en boire le contenu) devient laborieux
voire impossible. Un membre de la direction de l'université, qui a malencontreusement
renversé sur ses chaussures le contenu de son verre, pourrait d'ailleurs en témoigner. Il
suffit parfois d'un simple agrandissement pour faire basculer le réel dans la caricature, et
Lilian Bourgeat, auteur de ce Vernissage, le sait bien. Il ne s'agit pas cependant
d'agrandir pour agrandir. Ce que signe l'artiste, en effet, ce n'est pas tant l'objet
exhaussé que la situation déstabilisante que celui-ci génère.

L'oeuvre de Lilian Bourgeat, apparue au millieu des années 90, peut sembler très diverse
dans ses enjeux et méthodes et il est assez difficile de l'identifier à un "style" particulier
sinon peut-être à une sorte d'univers Playschool conceptuel détraqué (…)


Nicolas Exertier
Critique d'art
9
PROGRAMMATION HORS LES MURS




VertiGineuses Virées
Un parcours interactif, avec l'association Rio et la Cie En rang d'oignons
Le Samedi 26 novembre 2011 à 10h/ 14h/ 16h

Des œuvres monumentales de Lilian Bourgeat seront présentées en extérieur, et seront
l'objet d'un parcours interactif. Cette manifestation a pour volonté de générer une
rencontre interactive avec le public, de donner une dimension vivante et poétique à
l’art contemporain.

VertiGineuses Virées représentent un ensemble d’interventions publiques qui se
déclineront sur plusieurs espaces.

L'une en extérieur, selon un trajet élaboré, une vertigineuse virée traversera une partie
de la ville, du centre ancien aux abords de l'Etang de l'Olivier. Elle s'accompagnera de
textes sur les espaces urbains (Georges Perec) et sur la dérive en ville (les
Situationnistes).
L'autre en intérieur, où un couple de gardiens surveillera les oeuvres et se disputera sur
des points importants de l'Histoire de l'art, comme s'il était chez lui, comme on se
dispute sur le rapport homme/ femme concernant les tâches ménagères.

Une approche sensorielle sera privilégiée avec l’intervention des danseurs de
l'association Coline, aux abords de l’Etang de l’Olivier, qui orchestreront une
performance originale en dialogue avec les oeuvres, en se mesurant à ces objets
surdimensionnés.

L'ensemble sera tourné vers une forme de convivialité, une expérience singulière à vivre
et à partager.

A midi, on pourra porter un toast autour d’un buffet de mignardises, des gobelets géants
dans les mains, et à 17h, rendez-vous sera donné au Centre d'art contemporain
intercommunal autour d'un chocolat chaud



NB : Le parcours nécessite la constitution de groupes de 15 personnes.
Réservation obligatoire : cecile.vauvert@ouestprovence.fr ou 04 42 55 17 10
10

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.