fièrement colombiano, orgullosamente “del frances”.

Publié par

  • dissertation
fièrement colombiano, orgullosamente “del frances”. Classe de 2nd B Lycée Français Paul Valéry Année scolaire 2010 Classe de 2nd B Lycée Français Paul Valéry Cali - Colombie. Yo
  • identité d' élève du lycée
  • más falso
  • yo ¶
  • festival de las flores
  • elégance elégance
  • travailleur travailleur
  • narco narco
  • el
  • identités
  • identité
Publié le : mercredi 28 mars 2012
Lecture(s) : 148
Source : lfcali.edu.co
Nombre de pages : 48
Voir plus Voir moins

Yo
fièrement colombiano,
orgullosamente “del frances”.
Année scolaire 2010
Classe de 2nd B Classe de 2nd B
Lycée Français Paul Valéry
Cali - Colombie. Lycée Français Paul ValéryIndex
Page
Daniela Zapata ........................................................................................ 10 - 13
Gabriela Arboleda .................................................................................. 14 - 17
Gabriel Lopez ............................................................................................ 18 - 19
Gloria Matos ............................................................................................. 20 - 23
Héloïse Ortega Papillon ...................................................................... 24 - 27
Isabela Roatta .......................................................................................... 28 - 31
Laura Delgado 32 - 35
Manuela Catrillon ................................................................................... 37 - 39
Maria A. Carreño 40 - 41
Maria Camila Riascos .......................................................................... 42 - 47
Mario Tascon ........................................................................................... 48 - 51
Manuela Urueña ..................................................................................... 52 - 55
Natalia Burbano ...................................................................................... 56 - 59
Nicole Cardona ........................................................................................ 60 - 63
Natalia Sepulveda .................................................................................. 64 - 67
Romain de Carlo 68 - 71
Richard Rueda ......................................................................................... 72 - 75
Stephan Jalisi ........................................................................................... 76 - 79
Sabrina Pacini .......................................................................................... 80 - 83
Stefania de los Rios .............................................................................. 84 - 87
Valentina Gómez ..................................................................................... 88 - 91introduction
Ce sont les élèves de Seconde B eux-mêmes qui nous ont ins-
piré par rapport à cette notion si particulière d’identité d’ élève
du lycée français. Nous leur avons demandé d’ écrire sur leur
identité et de choisir des images pour illustrer des valeurs, des
concepts, des idées.
Ce livre est le leur. Nous les remercions.
Régine Lamberti et Etienne Demange.
“Il faut avoir l’humilité d’écouter la voix des autres et
plutôt que d’en comparer le timbre et la mélodie avec la
nôtre, il faut l’entendre par ce qu’elle dit”.
Jean-Marie Adiaffi
Extrait de La Carte d’identité.
“Je suis Colombien : têtu, drôle, intelligent, charmant, ingé-
nieux, paresseux, chaleureux.
Je suis aussi du Lycée Français de Cali, et j’en suis fier”.
Daniel Benavides.Je suis colombien pour plusieurs raisons : j’aime danser, les
traditions, faire la fête tous les week-ends. De plus, j’aime man-
ger les plats comme la bandeja paisa, le sancocho et l’ajiaco.
Aussi les buñuelos, pandebonos, pancachos, etc. qu’on appelle
ici l’ensemble de la ‘’parba’’. Enfin, manger du pain avec un coca
cola au dîner ou au petit déjeuner ne me pose jamais de pro-
blèmes.
D’autre part, mon éducation française influence aussi ma vie:
souvent je me sens différent.
Je me sens confus car les gens d’autres écoles disent que
“nous ne faisons rien” (!!) car nous avons beaucoup de vacan-
ces.
La laïcité française a provoqué des discussions dans ma fa-
mille qui est catholique, car au lieu d’être fidèle à la religion, je
me considère déïste.
Il me semble aussi très étrange que certaines filles me consi-
dère ‘’sexy’’ car je leur parle en français.
Je me sens orgueilleux car les gens remarquent souvent, que
malgré mon jeune âge, j’ai une certaine maturité et une culture
certaine.
Enfin j’ai adopté l’ironie et le sarcasme, qui n’est pas toujours
formidablement bien adapté à l’humour colombien et qui m’a
fait passer quelques moments incommodes avec mes amis.
Daniel GonzalesYo
fièrement colombiano,
orgullosamente “del frances”.Daniela Zapata Franco
Je suis colombienne de sang, puisque ma famille est de Colombie (et
ils sont très colombiens !), ma langue maternelle est l’ Espagnol et j´ai
grandi ici. Mais pour être colombien, il ne suffit pas d´avoir toute sa
Narco Travailleur famille dans ce pays. Il faut connaitre et vivre les coutumes.
C´est pour cela que je peux dire que je suis colombienne, non
seulement car je suis née ici, mais aussi car j´ai des comportements
très colombiens, comme arriver en retard pour tout, être chaleureuse
avec les personnes, aimer être en groupe, aimer les petits enfants.
Et quoi encore ? Je ne mange pas sainement, j´aime mes paysages,
les fêtes pour tout ( parce qu´un enfant est né, pour la mère, le père,
la grand-mère, le voisin, le Festival de las Flores, de la salsa, le Festival
du cholestérol !! etc.) On se plaint aussi beaucoup et de TOUT, on
est les plus grands paresseux (si on mange quelque chose de très
dur, on a mal à la mâchoire ! on se fatigue de mâcher !), on est les
plus exagérés (« Te he dicho 10 000 000 de veces que no es así !
»), on est très contradictoires (« no GRITES porque no me gustan los
GRITOOOS !! »), on a des expressions très singulières (« El que atiende
entiende, el que entiende comprende y el que comprende aprende »,
« Hasta luego abanico que llego la brisa », « Más tragado que media
en bota de soldado ! », « Más perdido que el hijo de Limber », « Más
falso que moneda de cuero », « El amor sin beso es como el chocolate
sin queso »).
Mais lorsque je sors de l´école, je sens que je suis dans une autre
réalité. Je me rends compte que je parais différente. Et je me sens
différente.
Lorsque je vois que les femmes colombiennes sont préoccupées
de savoir si leurs seins sont plus petits que ceux de la voisine, je me
sens différente. Lorsque les jeunes, parfois, parlent de choses TRES
Narco Travailleur superficielles, je me sens différente. Lorsque je me rends compte
du manque d éducation, je me sens différente. Lorsque je vois ce
que certaines femmes sont capables de faire pour que les hommes
10 11Daniela Zapata Franco
soient amoureux d´elles, je me sens différente. Lorsque je sens
que les gens n´ont pas de culture générale, je me sens différente.
Lorsque je vois comment certains s´habillent, je me sens
Lorsqu´elles rêvent d’ avoir un mari et des enfants à 20 ans, je me
sens différente. Lorsque tout tourne autour de Dieu, je me sens Ennuyeux Divertissant
différente. Lorsqu´ils ne sont pas autonomes, je me sens différente.
Lorsqu´ils se préoccupent car ils doivent faire un dessin pour l´école
comme devoir, alors qu´on doit faire un commentaire littéraire en
Français et une synthèse en histoire, je me sens différente. Lorsque
les gens sortent à 12h 30 de l´école et moi à 4 ou 5 h, je me sens
différente. Lorsqu’ on essaye de leur expliquer qu´on fait 1ère et
Terminale avec une série qu´on doit choisir (L, ES ou S) et qu´ils ne
comprennent pas, je me sens différente. Lorsqu´ils se compliquent
pour démontrer qu´un triangle est rectangle alors que le pauvre
Pythagore a créé un théorème pour cela, je me sens différente.
Lorsque les personnes ne sont pas conscientes et ne profitent pas
des choses qu´elles possèdent, je me sens différente. Lorsqu´ils ont
peur del’ ICFES qui dure un jour - et où l’on doit seulement cocher A, B,
C ou D - alors que le BAC dure 2 ans et on doit rédiger et passer des
oraux (des oraux !!)- je me sens différente. Lorsqu´ils ne savent pas
commenter un texte, pas faire une dissertation, ni un croquis, je me
sens différente. Lorsqu´ils ont une semaine d´examens alors qu´on
a des examens TOUTES les semaines, je me sens différente.
C´est cela le plus important : je me sens très bien d´être différente.
Ennuyeux DivertissantJ´aime “mes deux pays” , et je me sens orgueilleuse d´être
colombienne et française à la fois.
Daniela Zapata
12 13Gabriela Arboleda
Elégance Mauvais Goût
Dans mon pays, on aime faire des fêtes tout le temps. On fait des
fête pour célébrer la naissance de quelqu’un de la famille, pour les
baptêmes, les mariages, en fin pour tout. On a le « Carnaval de
Barranquilla », « la Feria de Cali », « el Festival de teatro Iberoamericano
», “festival de la arepa de huevo et du cangrejo”, “Reinado de café”,
“Feria de las flores”, “Concurso Nacional de Belleza”... Et qu’est-ce
qu’une fête sans nourriture ?
On a aussi « la arepa », « el maduro », « sancocho de gallina y de
pescado », “fritanga”, “empanadas y arepas”, “”ajiaco”, “lechona”,
“bandeja paisa”. Et les boissons ; « lulada », « chanpus », « aguapanela
», « canelazo », jus de toutes les fruits qui peuvent exister. Des plats
qui sont accompagnés à la fois de « salsa », « vallenato », « merengue
», « cumbia » et une centaine d’autres danses.
Pour quelqu’un qui vient d’Europe tout cela peut sembler un peu
exotique. Et moi aussi, je suis parfois un peu exotique car j’ai la chance
d’ëtre différente dans mon pays : en effet, pas tout le monde n’a
l’opportunité de vivre en Colombie et cinq jours par semaine en
France!!!
Elégance Mauvais Goût
14 15Gabriela Arboleda
Quotidien Extravagant
Quotidien Extravagant
16 17

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.