Le syllabus et l'Encyclique Quanta cura du 8 décembre 1864

De
Publié par

  • dissertation - matière potentielle : complètes sur la matière
  • cours - matière potentielle : des sciences physiques
LE SYLLABUS ET Œimfyuc Quanta Cura i n s O T ^ X e *$6A COMMENTAIRE THÉOLOGIQUE, CANONIQUE, HISTORIQUE, PHILOSOPHIQUE ET POLITIQUE, et réfutation des erreurs qu'il condamne PAR M™ F.-L-M. MAUPIED PRÉLAT DE LA MAISON DE SA SAINTETÉ P I E I X , T h é o l o g i e n a u C o n c i l e d u V a t i c a n , C h a n o i n e d e R e i m s , d e Q u ï m p e r e t d e S.
  • tradition perpétuelles depuis les temps apostoliques
  • profon­ deur de la doctrine
  • homme résumés dans le saint sacrifice
  • foule des erreurs répandues
  • sociétés humaines
  • société humaine
  • milieu de lit société chrétienne
  • saints pères
  • concile
  • souverain pontife
Publié le : mercredi 28 mars 2012
Lecture(s) : 57
Source : liberius.net
Nombre de pages : 436
Voir plus Voir moins

LE SYLLABUS
ET
Œimfyuc Quanta Cura i n s OT^X e *$6A
COMMENTAIRE
THÉOLOGIQUE, CANONIQUE, HISTORIQUE, PHILOSOPHIQUE
ET POLITIQUE,
et réfutation des erreurs qu'il condamne
PAR
M™ F.-L-M. MAUPIED
PRÉLAT DE LA MAISON DE SA SAINTETÉ PI E IX ,
Théologie n au Concile du Vatican, Chanoine de Reims, de
Quïmpe r et de S. Brieuc, Docteur en Théologie et en droit
Canoniqu e de l'Université Romaine, Docteur-ès-sciences de
l'Académi e de Paris, ancien Professeur à la Faculté de
Théologi e de l'a Sorbonne, etc. etc. , Recteu r de Saint-Martin
d e Lambnlle (cotes du Nord).
BIBLIOTHÈQUE DE TOUT LE MONDE
Fondateur : M. AUGUSTIN BOISLEUX
Pour la France >â TOURCOING (Nord)
Pour la Belgique : A MOUSCRON
Tuna droits dit tiadm-tion et do rcprodui-Unn rrtscrvÊH. LE SYLLABUS OUVRAGES DU MÊME AUTEUR:
1° DIEU, L'HOMME ET LE MONDE, connus par les trois premiers
chapitres de la Genèse; — cours des sciences physiques el naturelles
en rapport avec la théologie, professé h la Sorbonne, etc.
3 vol. in-8. . . 18 »
2« L'ÉGLISE ET LES LOIS ÉTERNELLES des sociétés humaines.
1 vol. in-S. ... (ï »
3« LE FUTUR CONCILE, traité théologique et canonique.
I vol. in-8. . . 3 50
4° DEVOIRS DES CHRÉTIENS devant l'infaillibilité doctrinale du
Pontife Romain, prouvée par la pratique et la tradition perpétuelles
depuis les temps Apostoliques et définie par le saint Concile œcumé­
nique du Vatican. 2 vol. in-8. . . 12 50
Le premier volume, tout français, contenant les décrets textuels
du concile et leur justification par la tradition, se vend séparé­
ment s »
Le second est le recueil complet de tout ce que les saints Pères et
docteurs, les conciles de tous les siècles de l'Église grecque et latino
ont écrit, déclaré et défini touchant l'autorité et tous les pouvoirs et
prérogatives du pape 7 »
5° LE TRIOMPHE DE L'ÉGLISE au concile du Vatican.
1 vol in-12. . . 3 30
C'est la traduction de l'italien des lettres pastorales de nos seigneurs
Louis Filippi, archevêque d'Aquila, el do réminontissime cardinal
Rarlhélemy d'Avanzo, évoque de Calvi el Téano, préparant le concile
et en expliquant les décrets.
Tous ces ouvrages sont honorés de brefs du Souverain Pontife.
6» DE L'ORIGINE DU POUVOIR CIVIL. I vol. in-8. . . I »
Par la poste. . . 1 20
7° LE SYLLABUS, commentaire théologique, canonique, politique,
philosophique et historique. 1 vol. . . »
8" LE LIVRE DU SACRIFICE ÉTERNEL, ou Dieu el l'homme
résumés dans le saint sacrifice do ln Messe; seconde édition, corrigée
et augmentée. 1 vol.
On les trouve chef raideur à Lamballe (Côtes-du-Nordj,
chef les libraires Poussielgue, rue Cassette, 27, Paris, et aux
bureaux de la Bibliothèque de Tout le Monde à Tourcoing
(Nord).
Wwvi«| . — Impr. imV. tic VAN*'VT-nmoni, ma Neuve. 7. Lettre de son Excellence Illustrissime et Révérendissime
Monseigneur LOUIS FILIPPI, Archevêque d'Áquila, etc.,
à l'Auteur.
/. M, J. Aquila, 30 Octobre /876".
J&OH TRÈS-CHEÏ \ JSEIGNEUF^,
Du mieux que j'ai pu, parmi mes graves ci incessantes
occupations, j'ai lu votre excellent travail sur le SYLÏ^BIJS
de N. T. S. Père PIE IX. Je vous avoue que cette lecture
m'a causé le plus grand plaisir : c'est pourquoi je vous en fais
mes plus sincères félicitations. — Dans votre livre la profon­
deur de la doctrine et la clarté de Vexposition marchent
d'un pas égal. J'ai lu divers travaux du même genre faits en
Italie et ailleurs ; mais ancien, à mon jugement, n'a atteint le
but avec cette clqrté et cette évidence de raison qui est la prin­
cipale distinction de votre livre. Je ne vous parle pas de
l'érudition, avec laquelle vous avez, orné Vexposition de plu­
sieurs ^impositions et fait la généalogie des erreurs qui g
sont contenues, pareeque de vous on ne pouvait attendre rien
de moins. Ce qui m'a plu davantage, ce sont les articles sur
les propositions XIX et XXXIX, que l'on peut regarder comme
des dissertations complètes sur la matière qu'elles traitent.
9J aurais voulu relire plusieurs fois votre beau livre, et le
peser avec cette attention qui est réclamée également et par
l'importance des questions qui y sont discutées, et par le respect
dû à vos longues études et à votre rare érudition : néanmoins
outre le jugement exprimé ci-dessus, je me crois en droit
d'en émettre un autre, que personne n*osera contredire.
Votre livre peut contenir quelque proposition, à laquelle tom ne. consentiront pas (i) comme de fait n'y a pas consenti un t
docte et pieux ecclésiastique auquel je l'ai donné à lire, et qui
d'ailleurs a pour vous une estime illimitée ; mais ce livre est
si plein de doctrine, et établi sur des principes si purs, qu'il
présente ensemble et le terrainpropre à discuter les plus graves
problèmes de notre époque, et les cri testes propres à les résoudre.
"C'est pourquoi je souhaite à cet excellent travail unepn-
hlicité égale à son importance. Selon mon humble manière de
voir, quiconque ne s'efforce JXM de tenir les yeux fermés et ne
se déclare pas volontairement aveugle, devra à sa lecture
demeurer convaincu que le SYLLAIÎUS, contre lequel déclament
si haut ceux qui ne Vont point lu ou ne veulent pas le lire, est
un phare lumineux que le Maître infaillible PIE IX a élevé
pour guider quiconque ne veut pas se perdre à travers les
ténèbre*, qui comme un manteau da plomb pèsent sur notre
siècle, dit par antiphrase LE SIÈCLE DES LUMIÈRES ; et vous par
votre exposition de la plus pure doctrine catholique enseigné*:
pur le vicaire de Jésus-Christ dans la condamnation de toute
lu foule des erreurs répandues maintenant au milieu de lit
Société chrétienne, vous avez fuit une œuvra éminemment
méritoire, qui fera grand bien à beaucoup.
Je vous roiourrUe les sentiments de ma haute estime et
considération et je me phtis à me redire
Votre Irès-déroué serviteur et très-affectueux ami,
Y F. LOUIS, AnciiEVÈQUK D'AQUILA.
Au très Révérend Seigneur, Monseigneur F.-L.-M. MAUPIED,
Prélat de ht maison de sa Sainteté, ù Lnmballc [Côlcs-
dtt-Nord*.
(1) Si tous consentaient a toutes les propositions de mon livre ce serait
un miracle de premier ordre; et notre siècle serait converti! (VAuteur.)

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.