01- Argumentaire Têtes de réseaux

De
Publié par

Les réseaux associatifs « Situ veux marcher vite, marche seul, mais si tu veux marcher loin, marche avec les autres. » Proverbe africain Entre 118 000 et 130 000 associations sont actives en région Rhône Alpeset sont présentes au plus près de la vie des gens, elles structurent fortement l’activité sociale des territoires. Plus de la 1 moitié d’entre elles sont membres de réseaux (fédérations, unions, coordinations,…) qui se retrouvent indirectement au Mouvement associatif Rhône-Alpes pour défendre, promouvoir et représenter ces acteurs majeurs de la société française. POURQUOI ÊTRE EN RÉSEAU ?
Publié le : mercredi 18 mars 2015
Lecture(s) : 5
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins
Les réseaux associatifs
« Situ veux marcher vite, marche seul, mais si tu veux marcher loin, marche avec les autres. »
Proverbe africain Entre 118 000 et 130 000 associations sont actives en région Rhône Alpeset sont présentes au plus près de la vie des gens, elles structurent fortement l’activité sociale des territoires. Plus de la 1 moitié d’entre elles sont membres de réseaux (fédérations, unions, coordinations,…) qui se retrouvent indirectement au Mouvement associatif Rhône-Alpes pour défendre, promouvoir et représenter ces acteurs majeurs de la société française. POURQUOI ÊTRE EN RÉSEAU ? Être Se faire Être reconnu accompagné, connaître, être comme acteur de aidé plus visible la société civile Séminaire des Représentation du Présence de réseaux nouveaux dirigeants tourisme social par associatifs au sein du organisé par le CROS l'UNAT au salon des CESER Rhône Alpes Comité d'entreprises
Mutualiser Plateforme d'achat gérée par le GESRA
Être informé Centre de ressources départementale de lavie associative des FOL
Échanger, travaillerensemble Fonds commun de formation des bénévoles animé par Le Mouvement associatif Rhône Alpes
1 Source : Rapport parlementaire sur les difficultés du monde associatif - novembre 2014
Se faire entendre
Diffusion des communiqués de presse du CRL CAFF
Unecoordinationfédère largement au niveau régional des têtes de réseaux.
Mission de valorisationetreprésentation de leur secteur auprès des pouvoirs publics
La fonction de réseau reflète destermes variés, tels que mouvement, fédération, coordination, tête de réseaux, ainsi que desmissions diverses.
Unetête de réseauxfédère des réseaux, des associations et des adhérents (niveau régional).
Mission VERS L'EXTÉRIEUR
La représentation du monde associatif auprès des pouvoirs publics est assurée par laparticipation et la négociation des réseaux aux instances de décisions politiques, par exemple :
Chacune, dans son secteur et ensemble au sein du Mouvement associatif, agit pour que les associations soientprises en compte dans les politiques publiques menées sur les territoires.
Les réseaux associatifs, acteurs de la transformation socialeDe parrôle fédérateur d’une parole commune, construite, leur les réseaux sont légitimes comme acteurs du dialogue civilqui permet l'échange continu et structuré entre les responsables politiques et les organisations de la société civile. Parallèlement, leur lien avec leurs membres et leurancrage territorial, font d’euxdes interlocuteurs avertis et compétents de la vie associativeaujourd’hui.
LADOUBLE MISSIONDES RÉSEAUX ASSOCIATIFS
Ce document met en valeur les dénominateurs communs et le terme de réseau sera utilisé comme terme générique.
®Le Mouvement associatif Rhône Alpes et ses réseaux sont présents auComité régional de la vie associative (COREVA), lieu de concertation et de suivi de la politique du Conseil Régional Rhône Alpes en faveur de la vie associative et de l’éducation populaire. Dans ce cadre, les réseaux associatifs ont notamment participé activement à la réflexion et à la mise en œuvre des conventions pluriannuelles d’objectifs en Rhône Alpes. ®L’URIOPSSdans sa mission de veille et de prospective vis-à-vis de la prévention et de la prise en compte des publics vulnérables dans les politiques publiques contribue aux différents travaux, réflexions et schémas départementaux et régionaux en matière de santé, de personnes en perte d’autonomie (personnes âgées et personnes handicapées), de lutte contre l’exclusion, de la petite enfance et de la protection de l’enfance. L’URIOPSS investit aujourd’hui la recherche et prospective pour travailler d’autre formes d’interventions et de régulation qui dépassent les cloisonnements de réseaux, administratifs et géographiques. Plusieurs plateformes sont en œuvre aujourd’hui élargissant les champs de recherche au sein de l’ESS et avec d’autres acteurs publics et privés (Espace de Recherche et de Prospective en protection de l’Enfance et
Les associations, quel que soit leur domaine d'activité, ont un certain nombre de valeurs en commun : gestion démocratique, construction collective de projets à but non lucratif, solidarité, engagement bénévole, formation à la citoyenneté, entreprendre autrement.C'est pour défendre ces valeurs et la spécificité de l'action associative, vis-à-vis des pouvoirs publics que les associations se réunissent en réseau.
justice des mineurs, Observatoire Régional des Actions Innovantes dans les champs de la Dépendance et perte d’Autonomie, plateforme « Inclusions » intersectorielle avec des acteurs économiques.) ®la simplification de la vie des associations,mission pour Dans le cadre de la le CRL CAFF Rhône Alpesété auditionné et a pu porter les idées et les attentes des acteurs rhône- a alpins. ®Le CRAJEP Rhône-Alpes s’engage auprès des partenaires publics à accompagner la mise en œuvre du Plan Jeunesse pour permettre de transformer le regard que la société porte sur ses Jeunes et de faire de la transversalité un mode de fonctionnement permanent. ®Le CADRs’est saisi de la déclaration « 2014, Année Internationale de l’Agriculture Familiale » pour susciter une démarche collective dont le temps fort a été la journée régionale d’échanges « Ag: Aricultures familiales durables et emplois gissons en Rhône-Alpes », le 14 novembre. Un réseau régional se structure, le Réseau PAFaD ! (Pour des Agricultures Familiales Durables) qui conduira un plaidoyer en direction des élus et décideurs en 2015. ®Le Projet Sportif Territorial Fédéral est un dispositif initié par la DRJSCS Rhône-Alpes en coopération avec le Conseil Régional etle CROS Rhône-Alpes. Il consiste à articuler les projets fédéraux, discipline par discipline, de la ligue régionale aux clubs en s’interrogeant sur le rôle de chacun. Le CROS accompagne les ligues pour les inciter à valoriser au sein de leurs projets les thématiques qui peuvent être subventionnées par les institutions publiques. Les associations sportives concourent ainsi à la mise en œuvre des politiques publiques dans le respect de leur projet associatif.
Le rôle des associations et de leurs organisations comme acteurs du dialogue civil est reconnu dans la Charte d’engagements réciproquessignée le 14 février 2014 par l’Etat, Le Mouvement associatif et les collectivités territoriales (ARF, ADF, AMF, AMGVF, RTES).
Les réseaux ont unrôle de veille sociale etd’interpellationen faisant valoir les besoins des associations, des territoires et des populations identifiées par leurs adhérents locaux, et en étant force de propositions en vue d’impacter les politiques publiques, par exemple :
®La réforme des territoires est en marche,Le Mouvement associatif Rhône Alpesinterpelle et mobilise les parlementairessur les impacts pour le monde associatif.
®Dans le cadre de la remise en question de l’universalité des allocations familiales, le mouvementFamilles ruralesréagit et défend son opinion viaun communiqué de presse.
®La Fédération des MJC en Rhône-Alpesaux commissions de suivi des participe conventions entre les MJC et les collectivités pour soutenir les associations dans la négociation des politiques publiques locales.
Les associations, acteurs de l’ESS
Acteur d’une économie plurielle basée surl’échange marchand(rencontre de l’offre et de la demande de biens et services à travers la fixation d’un prix), surla redistribution(mécanisme de collecte puis de répartition des ressources orchestré par une autorité centrale)etsur la réciprocité(relation établie entre des groupes ou personnes grâce à des prestations qui ne prennent sens que dans la volonté de manifester un lien social entre les parties prenantes),les associations et ses organismes représentants s’inscrivent et se revendiquent acteurs de l’économie sociale et solidaire en tant qu’entreprise collective, non lucrative, à gouvernance démocratique et œuvrant dans un souci d'utilité sociale, et se mobilisent au sein de la CRESS.
Mission EN INTERNE
Mission d'animationde réseau&  d'accompagnementde leurs membres
Les réseaux associatifs proposent un accompagnementqui s’inscrit dans la durée et sur le projet associatif dans sa globalité.
Ils répondent, par le collectif, à un besoin important et premier des associations :se regrouper, échanger, se donner des lignes d’actions communes et se coordonner malgré des différences dans les projets.La vie collective et la rencontre de projets au sein de réseaux est en soi génératrice de soutien et d’aide à la structuration des projets car elle permet, de manière formelle ou informelle, le partage de savoir-faire.
Les regroupements associatifs permettent le développement d’une «intelligence collective», d’une vision transversaled’un secteur d’activité, de ses enjeux et spécificités (réglementations par exemple), sans lesquelles les projets associatifs seraient isolés dans leur développement.
En témoigne la moindre « mortalité » des associations lorsqu’elles sont rattachées à un réseau.
De plus, leur maillage territorial, lorsqu’il est développé, permet desituer les projets associatifs dans des logiques territorialesdépartementales, régionales le plus souvent) en plus de (locales, leur inscription sectorielle.
Les accompagnements délivrés par les réseaux associatifs permettent donc l’inscription deprojets particuliers au cœur de dynamiques collectives, à la foisdans unedimension sectorielleet dans uneperspective territoriale, et avec la prise en compte ducaractère indissociable entre les aspects techniques et les aspects « politiques » ou stratégiquesdes accompagnements.
Unemission d’accompagnement complémentaire La mission d'appui et de conseil des réseaux associatifs à leurs membres se caractérise par lanature souvent diffuse et informelle des soutiens apportés, ce qui rend leur formalisation difficile et réduit leur visibilité en interne et en externe. Cet appui estdonc souvent non valorisé en tant que fonction d’accompagnement. D’autres dispositifs d'accompagnement complémentaires inscrits dans le court terme sur un enjeu particulier existent et il est essentiel decréer des liens entre les différents acteurs : maison des associations, points d'appui SAVARA,CRIB, France Active ou encore les prestataires DLA.
Les actions desoutien collectifdes réseaux à leurs membres peuvent prendre la forme de :
Publications (revues, ouvrages, études, etc.) et diffusion d’informationet de documentation®Les associations du secteur sanitaire et social sont soumises depuis plusieurs années à un environnement de plus en plus complexe et contraignant. La coopération entre associations apparaît dans ce contexte à la fois comme une opportunité pour faire face aux incertitudes de l’avenir et une contrainte imposée par les autorités publiques.Le Pôle de coopération del’URIOPSS en Rhône-Alpesaccompagne depuis 3 ans ses adhérents en produisant notammentdes guides pratiques de la coopération. Production d’outils partagés(outils de gestion, chartes de qualité, etc.)®La Maison des solidarités locales et internationalesest un espace au service des acteurs de la solidarité né de la volonté commune du CADR et d’acteurs associatifs. La Maison des Solidarités permet des dynamiques de travail collectif et favorise les échanges entre acteurs. Rencontres permettant une réflexion commune et l'échange de pratiques(journées d’étude, colloques, etc.) ®GRAINE Rhône Alpesorganise tous les deux ans lesRencontres Régionalesde l’Éducation à l’Environnement vers un Développement Durable pour se former à de nouvelles méthodes pédagogiques, échanger sur des pratiques, réfléchir aux enjeux et questions de l’EEDD et favoriser les liens entre les acteurs. Mutualisation d'actions et de services(fonds de garantie, aide aux employeurs etc.) ®L’APACestun service d’assurance proposé par la Ligue de l'enseignementqui apporte des réponses adaptées pour faire face aux besoins actuels des associations. Formationorganiséepar un réseauau bénéfice des bénévoles de l'ensemble des associations qu'il fédère et/ou de son territoire®L’URFOL et le CRL CAFFRAco organisent une formation sur la thématique de la laïcité pour permettre aux responsables associatifs de mettre en application au quotidien la notion de laïcité.
Les réseaux du Mouvement associatif Rhône Alpes développent égalementdes soutiens plus individualisés à leurs membres et leur apportentécoute,conseil,mise en relationdes avec personnes ressources, etc.
Lamission de valorisation et de représentation : une fonction d’accompagnement
En effet, ces fonctions permettent de créer des conditions favorables au développement de l’activité des membres comme par exemple, lorsqu’un réseau négocie avec les pouvoirs publics un financement global pour des emplois aidés.
Grâce à leurs missions d’animation et de soutien, les réseaux développent une expertise, une vision prospective et innovante d’un secteur. Ils assurent ainsi un rôle de relai des dispositifs publics et d’intermédiaire avec les pouvoirs publics.
LEFONCTIONNEMENTETLA GOUVERNANCE
L'implication desmilitants associatifs bénévoles, comme dans toutes les associations, est primordiale pour la pérennité d'un réseau. Leur position est cependant différente. En effet, les bénévoles des réseaux sont desadministrateurscomme tous les administrateurs, ils ont un rôle : politique à mener, mais cettemission de représentation politique est premièreet majeure pour les bénévoles impliqués dans un réseau car ils ont pour vocation dereprésenter l’ensemble de leur secteur. Cela demande des compétences politiques et stratégiques et requière de plus en plus de professionnalisation.
S'investir dans la gouvernance d'un réseau représente pour les bénévoles une opportunité de porter leur engagement à plusieurs niveaux, et c’est par ces diverses fonctions à différents échelons qu’ils tirent leurlégitimité de représentation.
Les salariés des associations et en particulier des réseaux sont desprofessionnels engagés. La mobilisation et l’animation du réseau des membres, la recherche de nouveaux membres, la représentation politique ainsi que le soutien technique sont des missions mobilisant beaucoup de temps et de compétences. Les salariés représentant politiquement leurs structures sont souvent amenés àdevenir bénévoles dans d’autres instances associatives. Il y a ainsi un mélange entre les fonctions et le statut de bénévole et de salarié, qui se complètent pourrépondre au besoin croissant de compétencespolitiques et techniques.
L’organisation du monde associatif en réseaux sectoriels et aux divers échelons territoriaux a pris naissance dans l’objectif d’assurer le rôle d’interlocuteur auprès des pouvoirs publics. Ainsi les réseaux sont aussi souvent affiliés àdes réseaux nationaux, européens ou internationaux.Cette particularité a aussi un impact sur la gouvernance d’un réseau : le temps bénévole et salarié consacré au niveau national, la présence éventuelle de statut type ou de charte permettant d’utiliser le nom ou encore développer en région un projet stratégique en lien avec son échelon national.
Vers des coopérations inter-réseaux
Le fonctionnement global d’un réseau est donc plus complexe qu’une association locale de par ses membres et ses missions même si les valeurs, le fonctionnement, la gouvernance répondent au cadre de la Loi 1901.
Même si tous ont pour objet le soutien au projet associatif, chaque réseau est organisé et fonctionne différemment selon des statuts créés par des hommes et des femmes bénévoles.
®
Aujourd’hui, dans un contexte en mutation économique et sociale, il est nécessaire de faire évoluer les pratiques et d’imaginer les coopérations inter-réseaux. Dans un objectif de meilleure reconnaissance, d’économie d’échelle, de diffusion des bonnes pratiques, de mutualisation de compétences, les réseaux doivent coopérer sous toutes les formes : interconnaissance, co-construction d’uneparole politique commune, échange économique, mutualisation de locaux et de personnels, … Cette coopération doit être choisie et non pas subie.
LEMODÈLE ÉCONOMIQUE
L’équilibre du modèle économique d’un réseau repose sur le financement de son cœur de projet, c’est-à-dire safonction politique,etde sa vie associative. Force est de constater quela fonction de représentation n’est pas financée à hauteur des missions assurées et demandées, par rapport au financement d'un projet, d'une activité, d'une thématique. Des financements publics d’ores et déjà en place tels que les Conventions Pluriannuelles d’Objectifs de la Région Rhône Alpes et les postes FONJEP assurent un financement durable au projet associatif mais ne sont pas suffisants.
Par ailleurs, les financements publics répondent de plus en plus souvent à lalogique d'appel à projetsau détriment des subventions, ce qui rend presque impossible la recherche de financements pour un projet associatif global et conduit les associations comme les réseaux à construire leur projet en fonction des lignes de financement existantes. Dans ce cadre et pour assurer un modèle économique viable, les réseaux sont ainsi amenés à développer des actions qui ne s'inscrivent pas directement dans leur projet associatif. Ces actions se développent parfois en concurrence avec des acteurs à but lucratif mais aussi avec d’autres réseaux associatifs. Dans cette configuration, les acteurs associatifs sont assimilés à des prestataires de service, ce qui rend difficile le rôle de porte-parole et de revendication des réseaux.
De plus, lajustification des subventions représente une difficulté administrative de taille : de nombreux réseaux n’émargent plus sur certains financements – notamment les fonds européens -, le coût du temps passé sur l’administration de cette subvention étant plus important que la subvention reçue.
La constitution defonds propresqui assureraient une bonne gestion et une pérennisation des projets associatifs n’est aujourd’huipas perçue comme un élément comptable positifpeut engendrer et des baisses de financements.
Ladiversification des sources de financementainsi, comme pour toute association, une des est clés de réussite pour la pérennité du modèle économique. Cependant le financement privé dans les réseaux ne peut pas s'imaginer au même titre que dans une association locale. Le financement ponctuel des fondations ou du mécénatne répond pas au besoin du financement du projet associatif et politique. Par ailleurs l’intérêt du financeur privé à aider une association locale ou un réseau n’est pas comparable. Le réseau doit donc, tout en augmentant ses cotisations, en développant ses prestations et en faisant face à la baisse des subventions publiques,relever le défi de rester d’intérêt général.
Un rôle de représentation primordial à renforcer
De nombreux réseaux sont aujourd’hui sur des modèles économiques fragiles qui les mettent en danger, ce qui ne leur permet pas d’assurer pleinement leur rôle et fragilise leur projet associatif.
Face à cette situation, les réseaux ne doivent pas perdre de vue qu'ils agissent par rapport aux besoins de leurs membres, qu'ils vivent par et pour leurs membres. Il s'agit de rester vigilant sur la nature des activités des réseaux sans pour autant rester en vase clos.
Cette situation économique fragile pour l'ensemble des associations rend le rôle de représentation des réseaux d'autant plus important et nécessaire en tant qu'acteurs du dialogue civil pour faire remonter les besoins du terrain et être force de proposition sur les politiques de financements de l'action associative.
Liste des acronymes : ADF Assemblée des Départements de France AMF Association des Maires de France AMGVF Association des maires de grandes villes de France APAC Association Pour l’Assurance Confédérale ARF Association des Régions de France CADR Collectif des Associations de Développement en Rhône-Alpes CESER Conseil économique, social et environnemental régional COREVA COmité REgional de la Vie Associative CRAJEP Comité Régional des Associations de Jeunesse et d'Éducation Populaire CRESS Chambre Régionale de l'Économie Sociale et Solidaire CRIB Centre de ressources et d'information des bénévoles CRL CAFF Comité Régional de Liaison des Coordinations Féministes et Féminines CROS Comité Régional Olympique et Sportif DLA Dispositif local d'accompagnement DRJSCS Direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale EEDD Éducation à l’Environnement vers un Développement Durable ESS Économie sociale et solidaire FOL Fédération des œuvres laïques (Ligue de l'enseignement) FONJEP Fonds de Coopération de la Jeunesse et de l’Éducation Populaire GESRA Groupement des Épiceries Sociales et Solidaires Rhône-Alpes GRAINE Réseau Rhône-Alpes pour l'éducation à l'environnement vers un développement durable MJC Maison des jeunes et de la culture RTES Réseau des collectivités Territoriales pour une Économie Solidaire SAVARA Structures d'Appui à la Vie Associative en Rhône-Alpes UNAT Union nationale des associations de tourisme URIOPSS Union Régionale Interfédérale des Œuvres et organismes Privés Sanitaires et Sociaux
Document co-construit par les membres du Mouvement associatif Rhône Alpes
CONTACT Le Mouvement associatif Rhône Alpes 36 avenue du Général de Gaulle 69300 CALUIRE T. 04 78 98 89 72 rhonealpes@lemouvementassociatif.org
Nospartenaires :
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.