L'argument de la « théorie du complot », ce nouveau point Godwin – et cette abdication de tout recul historique et critique.

Publié par

L'argument de la « théorie du complot », ce nouveau point Godwin – et cette abdication de tout recul historique et critique. Plus que jamais avec les évènements récents de la tuerie à Charlie Hebdo se trouve décriée toute suspicion et manifestation de pensée alternative n'allant pas entonner en choeur les versions officielles parce que capable d'autonomie intellectuelle et de scepticisme quant au fait qu'il ne faille pas s'arrêter, dans l'interprétation de ces évènements, à la version plus que simple (et, au final, simpliste) qui nous est donnée à embrasser (ou, pour dire les choses telles qu'elles sont, à ingurgiter et à consommer) par l'hydre à deux-têtes dévoreuse d'intelligence et de clairvoyance populaire représentée par l'alliance du pouvoir et des médias dominants – suspicion et manifestation de distance et de scepticisme rangées séance tenante dans la case supposée être hautement et immédiatement décrédibilisante de « théorie du complot ». Voilà l'insulte nouvelle dans le domaine de la pensée sensée permettre le discrédit sans plus d'argument et sans autre forme de procès d'une idée comme l'était hier l'accusation de nazisme ou l'assimilation à une quelconque forme réelle ou fantasmée de fascisme.
Publié le : lundi 19 janvier 2015
Lecture(s) : 35
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins
L'argument de la « théorie du complot », ce nouveau point Godwin – et cette abdication de tout recul historique et critique.
Plus que jamais avec les évènements récents de la tuerie à Charlie Hebdo se trouve décriée toute suspicion et manifestation de pensée alternative n'allant pas entonner en choeur les versions officielles parce que capable d'autonomie intellectuelle et de scepticisme quant au fait qu'il ne faille pas s'arrêter, dans l'interprétation de ces évènements, à la version plus que simple (et, au final, simpliste) qui nous est donnée à embrasser (ou, pour dire les choses telles qu'elles sont, à ingurgiter et à consommer) par l'hydre à deux-têtes dévoreuse d'intelligence et de clairvoyance populaire représentée par l'alliance du pouvoir et des médias dominants – suspicion et manifestation de distance et de scepticisme rangées séance tenante dans la case supposée être hautement et immédiatement décrédibilisante de « théorie du complot ». Voilà l'insulte nouvelle dans le domaine de la pensée sensée permettre le discrédit sans plus d'argument et sans autre forme de procès d'une idée comme l'était hier l'accusation de nazisme ou l'assimilation à une quelconque forme réelle ou fantasmée de fascisme. Tout s'adapte, et puisque ce doute, cette hypothèse de l'existence d'un complot mensonger qu'on ne nous dit pas derrière une tragédie d'actualité est devenu depuis le 11 septembre le soi-disant nouvel antisémitisme (ce qui n'est pas inintéressant concernant la provenance de ceux qui veulent s'en débarrasser et dont l'accusation de ce dernier est l'instrument idéologique de prédilection à l'encontre de tout ce qui s'attaque à leurs intérêts d'un peu trop près), il est logique qu'il soit aussi devenu l'objet d'un nouveau point Godwin.
Les gens qui participent à cet anathème de discrédit (totalement inconscients du degré auquel ils sont manipulés et programmés pour cela par ladite vilain bébête à 2 têtes) ont, le plus souvent, le sentiment d'incarner la Raison, la pensée, l'argument, la démonstration, la rectitude intellectuelle, la juste mesure, le recul, la connaissance – bref, en un mot comme en cent, la CONSCIENCE qu'ils opposent aux benêts paranoïaques simplistes et ignorants que sont ces conspirationnistes que l'on dit « adeptes » de la théorie du complot comme s'il s'agissait d'une secte – avec tous les sous-entendus péjoratifs et dépréciatifs associés inconsciemment dans un travail subliminal (opposé au rationnel, donc) au sectarisme (lire mon article « la plus grande secte du monde » pour savoir ce que j'en pense).
Vous autres qui venez ici depuis plusieurs années m'asséner la vilaine étiquette (avec mépris et suffisance pour les moins bien intentionnés, avec condescendance pour les bienveillants), malheureusement, ce dont vous ne vous rendez pas compte, c'est que ce que vous affirmez, le présupposé fondamental de ce discrédit, est en TOTALE (je répète, TOTALE) opposition avec l'Histoire – et vous le faites, conséquemment, dans la plus totale méconnaissance de l'Histoire. Ce qui est un peu léger, vous le reconnaitrez, quand il est question d'analyse sociétale de faits culturels, géopolitiques et civilisationnels... Même sans aller chercher les théories alternatives des conspirationnistes – au rang desquels je fais une fierté de figurer – la concernant, il suffit de s'en tenir à l'Histoire officielle (telle qu'elle nous est enseignée et qui est pourtant expurgée de l'essentiel en la matière) pour voir qu'elle n'est qu'une série ininterrompue de complots et de conspirations, de manipulations et de mensonges qui se croisent et s'affrontent en permanence dans une lutte sans fin de conflits d'intérêts divergents se déroulant sur tous les terrains.
Depuis que l'Homme (donc que le pouvoir) existe et qu'il y a des gens avides de ce pouvoir qui se réunissent en réseau et en castes par groupes d’intérêts convergents fomentant des actions contre ceux qui ont des intérêts divergents pour acquérir toujours plus de pouvoir (et, ô surprise, d'une manière le plus souvent pas complètement morale et pas complètement dans la pleine et limpide lumière du jour, mais que fait Casimir ?), il y a des manigances, des stratégies à double, triple, quadruple niveau, des faux-semblants, des faits falsifiés, des mises en scène, des coups de billards en plusieurs bandes, des actes perpétrés par les uns pour qu'on en accuse les autres afin des les affaiblir par le discrédit porté sur eux, etc... Nier l'idée selon laquelle l'écrasante majorité des faits
historiques est le résultat de jeux d'influence et de complots qui se dessinent et se décident non pas en pleine lumière sur la place publique à haute voix ou sur les plateaux de télévision d'une élocution bien claire dans le micro et face caméra, mais dans le secret et dans l'ombre des antichambres et des loges de quelque obédience que ce soit, c'est nier l'Histoire. Ni plus, ni moins, et tout simplement (nier les chambres à gaz, à côté en terme de remise en question, c'est du petit lait). Non pas certains points périphériques de l'Histoire. Toute l'Histoire – comme ce le serait dans le domaine scientifique de nier non pas quelques conclusions potentiellement abracadabrantes de physiciens farfelues, mais le cœur même de la physique fondamentale et de la loi de la gravité qui fait tomber une pomme quand on la lâche.
Alors de grâce, cessez donc de croire et de prétendre incarner la raison, la connaissance vraie et la conscience claire, lorsque vous êtes dans la plus totale naïveté, la plus totale ignorance de votre sujet – le fait politique et humain –, la plus grande déraison et la plus profonde déconnexion à la réalité du monde des hommes (notamment d'influence, de convoitise et d'ambition) qui n'a pas cessé depuis des millénaires et qui, pour coller à votre propre vision des choses où rhooo non, un complot, vous n'y pensez pas ma bonne dame, aurait dû magiquement disparaître dans son caractère vicié et mensonger à votre naissance pour faire place à un monde où tout est droit, juste, vrai, authentique, sincère, en pleine lumière et sans faux-semblants. C'en est presque mignon et attendrissant de voir tant de gens si peu capables d'imaginer que le journal de Claire Chazal puisse ne pas représenter la pleine, stricte, limpide, transparente, lumineuse et absolue authenticité, sincérité et vérité. Mais ç'en est aussi effrayant d'inconscience au regard de la latitude que cela donne aux réseaux de pouvoir et d'influence dans des perspectives de manipulation d'un peuple si désarmé, si peu aguerri et si peu capable de les déceler, de les décrypter, de les éviter et de les désamorcer/contrer. C'est étonnant et presque terrifiant de voir à quel point vous accusez les autres de ce que vous incarnez bien plus pleinement, à savoir, je suis navré de devoir le dire ainsi, une naïveté et une bêtise incroyable – le concept de bêtise étant à ne pas confondre avec le fait de ne pas savoir (nous sommes tous dans ce cas pour une infinité de chose) puisqu'elle est non pas l'ignorance qui représente la condition de chacun en bien des points, mais l'alliance et le mélange de cette ignorance avec l'illusion du savoir et avec l'arrogance et la prétention de faire partie de ceux qui parlent en connaissance de leur sujet alors qu'ils ne sont que dans les préjugés, la conceptions arbitraire et l'obéissance à un formatage de pensée.
Le terme de complot n'a pas attendu le 11 septembre ni les délires paranoïaques (ou prétendus tels par les instances idéologiques du pouvoir en place que sont les médias dominants) d'individus oisifs et névrosés concernant cette date pour faire son apparition dans le dictionnaire. Il fait partie du langage depuis l'aube des temps, depuis que le langage existe, pour désigner non pas une hallucination, mais une réalité très concrète et très réelle – celle d'un regroupement d'individus pétris de volonté de puissance et qui veulent y parvenir par les instruments dénués d'éthique du mensonge et des stratégies élaborées dans l'ombre et dans le secret.
Alors de grâce, accédez s'il vous plaît à cette simple requête, vous qui venez à intervalles réguliers ricaner sur ce mur Facebook : veuillez ouvrir un dictionnaire et un livre d'Histoire avant de vous exprimer sur la question. Merci d'avance.
Quant aux évènements récents, à quelqu'un qui me disait (pour le coup d'une manière pétrie d'humour, d'amitié et de bienveillance et dénuée d'arrogance que je salue pour sa rareté en pareille circonstance) que je voyais des conspirations partout, je répondais ceci : « Non non, pas du tout. Je me contente de voir des mecs avec des méthodes et un entraînement militaire qui n'oublient surtout surtout surtout pas de prendre leur carte d'identité avant d'aller faire un carton à la kalach dans une voiture volée et qui la perdent dans la voiture, c'est ballot, un commissaire de police en charge de l'enquête qui se « suicide » dans son bureau après une conversation houleuse avec sa hiérarchie concernant l'enquête, des jihadistes dans le box à scooter desquels on retrouve la carte de visite du
chauffeur de Sarkozy et dont le périple de formation au Jihad passe par Israël grâce à un grand ponte de la DCRI, des avions et des tours qui défient les lois de la physique, de l'aviation et de l'architecture, des téléphones portables qui passent des coups de fil à 10000 m d'altitude alors que toutes les expériences montrent qu'à partir de 1500 la plupart des opérateurs décrochent et qu'à 3000 il n'y a plus personne, des amputés des jambes par l'explosion d'une bombe avec section d'une artère principale qui ne pissent pas le sang, photos et vidéos à l'appui, des terroristes retranché dans un appartement ou une imprimerie et sans otages qui finissent abattus quand une vulgaire grenade de gaz léthargique aurait suffi à les cueillir en train de dormir comme des bébés (ce qui aurait été le réflexe normal et évident dans le cadre d'une enquête normale où on aurait voulu pouvoir les interroger sur leurs réseaux), etc, etc...
Mais sinon, tout va bien, je ne vois pas où est le problème, je veux dire, faut arrêter d'être parano un peu desfois... ». En espérant qu'il restera au lecteur suffisamment de bon sens et d'intelligence pour entendre dans tout cela une collection de fausses notes qui ne peut que mettre en éveil et en garde la raison pure. Pour ceux qui voudraient continuer à s'en tenir à ce que l'on nous donne à ingurgiter et à brouter, continuez de dormir dans le confort de l'inconscience, ais de grâce, ne venez plus me reprocher (et encore moins me ricaner au visage) de ne pas partager votre doucereuse léthargie et de rester éveillé.
P..S. : je sais, je suis hautain méchant méprisant et tout ce que tant d'entre vous me reprochent à longueur de temps quand ils n'ont plus rien à dire sur le terrain de l'intellect, de l'argumentation, de la démonstration et de l'idée mais qu'ils ressentent le besoin impérieux de démonter mes dires parce qu'ils leur sont insupportables pour avoir été bousculer d'un peu trop près les fondements de ce confort intellectuel hâtivement fait de brics et de brocs. Mais étant donné la quantité astronomique de bêtise fière d'elle-même et sûre de son bon droit que je dois essuyer sur cette page depuis des années, c'est de bonne guerre.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.