Vive la non gouvernance. Vive la grève des patrons

De
Publié par

Vive la non-gouvernance.

Publié le : mardi 1 juillet 2014
Lecture(s) : 61
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins
Vive la non-gouvernance.
Pendant que Bart De wever joue aux cartes au parlement fédéral, les patrons flamands menacent de faire grève de recrutement et d’investissement si Elio montre le bout de son nez dans un gouvernement fédéral tripartite.
Quel cirque. Avec des gens comme ça, ce sont les intermittents du spectacle, les comiques et les caricaturistes qui doivent craindre pour leur avenir. Unizo et la NVA ont décidé de nous faire rire. Ils ont raison, c’est le meilleur remède en cas de crise.
Rien que pour ça, j’ai envie qu’il y arrive Di Rupo. Quadruple bonheur et crises de fou rire en perspective, car cela 1. démontreraque des patrons en grèves n’empêcheront pas les entreprises de tourner et de délocaliser parce que leur problème n’est pas lié à la politique belge ou européenne, mais à un système économique mondial cassé. Et parce qu’il y a des boîtes sans hiérarchie qui fonctionnent bien mieux et bien plus longtemps que celles qui en ont. S’ils le souhaitent, j’ai un livre qui sort en anglais sur le sujet : « is our knowledge more endangered than our planet »).
2. illustreraque le joueur de carte n’est qu’une poupée manipulée par des patrons qui fantasment au lieu de soutenir et favoriser le changement. C’est tellement plus facile de dire que c’est la faute à la gauche ou aux Wallons et que Bartje peut régler ça. Toone en fera un jour une pièce.
3. renforceral’idée que la solidarité peut se conjuguer merveilleusement avec le capitalisme. 10 % de l’économie mondiale tourne avec des entreprises
ouvertes à l’économie sociale et solidaire et ce segment progresse. Le capitalisme libertaire mérite l’attention, Messieurs les patrons. Toutes les jeunes entreprises et les jeunes entrepreneurs en sont adeptes mêê s’ils l’igorent.
4. prouveraque même si c’est la tripartite qui monte, ils devront agir et réduire les frais partout. Ils annoncent déjà la couleur en Wallonie. Il n’y a pas de gauche ou de droite qui tienne. Il faut une vision et celle d’un “1er ministrable” qui joue aux cartes au parlement n’est pas la vision plus adéquate.
Vous en pensez quoi, amis patrons ? Assez rigolé, retournez vos lunettes, il est temps de changer de paradigme.
Patrick Willemarck Auteur de ‘nos savoirs à l’épreuve’
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi