CHARLIE DÉSILETS

De
Publié par

CHARLIE DÉSILETS ÉTHIQUE ET POLITIQUE 304-AJA-03 Le masculinisme Travail présenté à M. François Privé Département de philosophie Collège d’Alma Le 26 mars 201 Le masculinisme Depuis le début du XXe siècle, le féminisme a fait beaucoup de bruit, permettant à la femme d’acquérir les droits qu’elle méritait. De nombreuses luttes ont permis d’améliorer la condition féminine, mais qu’en est-il de la condition masculine? Le mouvement se préoccupant de la condition des hommes se nomme le masculinisme. Ce terme est encore assez abstrait dans les outils linguistiques, ce qui démontre la nouveauté du mouvement. Il est d’ailleurs définit dans le dictionnaire «LE dictionnaire» comme étant une «Pathologie» et qu’il s’agit du «fait de présenter des attributs masculins pour une femme». Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les hommes n’ont pas nécessairement la vie plus facile que les femmes en ce qui attrait aux rôles sociopolitiques et à l’étiquette qu’on leur afflige quant aux rôles traditionnels qui leur sont imposés dans la société. Effectivement, le taux de décrochage est plus élevé chez les garçons que chez les filles et le taux de suicide est plus élevé chez l’homme que chez la femme. Avant tout, mettons une chose au clair. Le terme masculinisme ne désigne pas un mouvement antiféminisme. Le féminisme n’est pas un mouvement contre les hommes, mais bien pour améliorer la condition féminine dans notre société. Il en est de même pour le masculinisme.
Publié le : mardi 16 avril 2013
Lecture(s) : 79
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
CHARLIE DÉSILETS
ÉTHIQUE ET POLITIQUE 304-AJA-03
Le masculinisme
Travail présenté à M. François Privé
Département de philosophie Collège d’Alma Le 26mars 201
Le masculinisme
Depuis le début du XXe siècle, le féminisme a fait beaucoup de bruit, permettant à la femme d’acquérir les droits qu’elle méritait. De nombreuses luttes ont permis d’améliorer la condition féminine, mais qu’en est-il de la condition masculine? Le mouvement se préoccupant de la condition des hommes se nomme le masculinisme. Ceterme est encore assez abstrait dans les outils linguistiques, ce qui démontre la nouveauté du mouvement. Il est d’ailleurs définit dans le dictionnaire «LE dictionnaire»comme étant une «Pathologie» et qu’il s’agit du «fait de présenter des attributs masculins pour une femme». Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les hommes n’ont pas nécessairement la vie plus facile que les femmes en ce qui attrait aux rôles sociopolitiques et à l’étiquette qu’on leur afflige quant aux rôles traditionnels qui leur sont imposés dans la société. Effectivement, le taux de décrochage est plus élevé chez les garçons que chez les filles et le taux de suicide est plus élevé chez l’homme que chez la femme.
Avant tout, mettons une chose au clair. Le terme masculinisme ne désigne pas un mouvement antiféminisme. Le féminisme n’est pas un mouvement contre les hommes, mais bien pour améliorer la condition féminine dans notre société. Il en est de même pour le masculinisme. Comme partout, certains extrémistes se servent du mouvement pour dénigrer l’autre sexe, mais essentiellement, le but de ses deux mouvements est de favoriser les hommes et les femmes pour arriver à l’égalité. Ce qui, j’en conviens, relève d’une pure utopie. Patrick Guillot, professeur et auteur du livreQuand les hommes parlent, amène un nouveau point de vue sur le sujet. Il propose «l’hominisme», qui désigne l’homme au sens de l’humain, bien sûr. Patrick Guillot s’explique en mentionnant qu’«il n’est pas souhaitable de reproduire à l’envers ce que l’on peut reprocher au féminisme (et même si cela s’explique au départ par le contexte historique), à savoir de n’envisager la plupart du temps les problèmes que du point de vue d’un genre, et donc d’exclure l’autre genre, alors que les dits problèmes concernent les deux genres indissociablement. […] La défense des droits et de la dignité d’un genre, qui implique aussi et indissociablement la défense des droits et de la dignité de l’autre genre, et non pas la concurrence ou l’opposition avec lui. L’hominisme est un prolongement du féminisme, et son élargissement à la dimension de l’humain». L’approche qu’apporte Patrick Guillot est intéressante puisqu’elle se rapproche un peu plus d’un monde idéal où les deux sexes avancent dans le même sens. Cependant, on est encore loin de ce monde idéal, donc regardons de plus près ce que revendiquent les masculinistes.
Tout d’abord, les masculinistes dénoncent le manque d’encadrement auprès des garçons dans le milieu scolaire. Selon une étude de Statistique Canada : «Les filles démontrent un niveau d’engagement scolaire plus grand que celui des garçons (intérêt pour apprendre, respect des consignes et obligations), aidant
aussi à comprendre pourquoi elles ont moins tendance à décrocher que leurs homologues masculins». Les luttes féministes pour accorder le droit aux filles l’accès aux bancs d’école ont portéfruit. Il ne faudrait néanmoins pas oublier les garçons, en adaptant les programmes scolaires pour eux aussi et en adoptant des méthodes d’enseignement propices à la réussite masculine. Pourtant, il semblerait que les filles soient encore plus encadrées à poursuivre leur […].cheminement scolaire, entre autres avec des programmes tels que
Ensuite, le taux de suicide chez les hommes est plus qu’inquiétant. Selon le journalLe Devoiren 2003:«Chez les hommes, [le] taux a même bondi de plus de 60% en 25 ans, hissant le Québec sur le podium des trois nations industrialisées les plus suicidaires». Le Québec n’a pas de quoi être fier de cette statistique qui démontre qu’il y a beaucoup de travail à faire au Québec. Les causes sont multiples et les solutions le sont tout autant. Parmi les causes de suicide, le rôle social accordé aux hommes est un exemple de pression qui les pousse à passer à l’acte. On pense entre autres aux hommes qui perdent leur emploi, alors qu’ils ont dans notre société, même si cela tend à changer, le devoir de rapporter l’argent pour faire vivre la famille. Une même pression est observée pour les homosexuels ou les autres groupes déviants des normes de la société. Le divorce est aussi une grande source de stress, qui peut inciter les hommes à en finir. La plupart du temps, les hommes sortent perdants d’un divorce, puisque la garde des enfants est plus facilement accordée à la mère et les pères se retrouvent aux prises avec une pension alimentaire. Tous ces facteurs sont éléments mettant une pression qui peut mener à la dépression et trop souvent, au suicide. La catégorie d’âge la plus touchée est celle des baby-boomers et on comptait 1055 hommes contre 279 femmes qui se sont suicidés en 2001. Il est donc clair que les hommes sont plus tentés par le suicide que les femmes et il faut remédier à cette situation. Brian Mishara, professeur et directeur du CRISE (Centre de recherche et d’intervention sur le suicide et l’euthanasie), affirme qu’au Québec : «On a trop misé sur le traitement des maladies mentales […] Il y a d’autres choses qu’on pourrait faire et qu’on ne fait pas.» Il soutient : « Un meilleur suivi en clinique externe des patients hospitalisés pour des problèmes psychologiques, le contrôle de l’accès à certains médicaments en vente libre, la construction de barrières anti-saut sur certains ponts, ainsi qu’une meilleure autoréglementation des médias, dont les publications influencent grandement certains gestes suicidaires». Quoi qu’il en soit, le problème ne se règlera pas en un tour de main, mais il est évident que
certains changements à nos méthodes de prévention doivent être apportés, particulièrement pour soutenir davantage les hommes.
En conclusion, le masculinisme a raison d’être pour améliorer la condition masculine qui est souvent laissée de côté, un peu plus loin derrière la condition féminine. Les masculinistes revendiquent entre autres un meilleur encadrement scolaire pour les garçons puisqu’ils ont plus tendance à décrocher que les filles et que des mesures soient prisent en charge afin de réduire le taux de suicide masculin, nettement plus élevé que les femmes. Il faut se rappeler que le masculinisme ne va pas à l’encontre du féminisme, mais il recherche plutôt à aller dans la même direction, celle de l’égalité.
A)Quel est le nouveau terme que propose Patrick Guillot dans son livre Quand les hommes parlent? 1-Hominisme 2-Anthropisme 3-Anomisme
B)À quel rang se situait le Québec quant au taux de suicide masculin dans les pays industrialisés en 2003? er 1-1 e 2-3 e 3-5
C)Quel est un des facteurs augmentant le taux de suicide chez les hommes? 1-L’apparence 2-La pression reliée aux rôles sociaux accordés aux hommes 3-Le manque d’affection reçu par les parents lorsqu’ils sont jeunes
BIBLIOGRAPHIE
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.