Des outils et une étude pour mieux aborder la prévention du sida auprès des personnes d'origine

De
Publié par

Migrants contre le sida: Communiqué: Lucien Abenhaïm, Directeur général ...droit à la parole et à l'image des familles immigrées confrontées au VIHÉcoutez l'émission de radio de la semaine. En savoir plus... Actualités Presse Communiqués de presse 2002 This page in English.Communiqué: Lucien Abenhaïm, Directeur général de la Communiqué: Santé, méprise le droit à la parole et à l'image des Précédent familles immigrées confrontées au VIH Suivant Historique Qui sommes-nous? | Pour nous contacter Communiqué de presse du 25 juin 2002PARIS, 25 juin 2002 (Migrants contre le sida) -- Avec un mépris manifeste, Lucien Abenhaïm (Directeur général de la Santé) et Philippe Lamoureux (Directeur, Institut national de prévention et d'Education pour la santé INPES) viennent d'opposer une fin de non-recevoir à la prise de parole à la tribune de nos familles, à l'occasion d'une rencontre presse organisée aujourd'hui à 17h30 au théâtre Trianon sur la prévention du sida auprès des populations d'origine étrangères vivant en France.Une attachée de presse nous a sommés d'intervenir depuis la salle, « comme tout le monde » (sic). Cette proposition est indécente : un hommage ne se fait pas depuis la salle, au milieu d'un parterre de journalistes. Elle porte atteinte à la mémoire des 15 000 immigrés et enfants d'immigrés disparus. Elle est une véritable insulte à la dignité des familles concernées.Le Collectif Migrants contre le sida travaille depuis 1995 pour en ...
Publié le : samedi 24 septembre 2011
Lecture(s) : 199
Nombre de pages : 25
Voir plus Voir moins
Migrants contrel  eisad :oCmmnuuéiqLu: encibe AïahnD ,mceriruetéral géndroi ...alp  t à eteraloma'i l à fes dge sellimaeérgimmitneé sua socfnortez l'ém VIHÉcouar e oidissid noinma Ee. ldesea .s..p ulovri nasuali Act      moC  esserP  sétespre  désqunimu:éuqcuL  neinebA 2se2 00om Cnimuégénar ledl  aaShaïm, Directeur  à tiordlorap alép mé,nte  lserimalisef miimel s à le etge d'imai Qummsoaus IH Vorfneétneérgoc stacter Cnous con| P uo rsen-uo?s 2inju5  2due sserp ed éuqinummoantsMigr02 (n 20j iu ,52RASI00P2ifan misLu, teesebA neicD( mïahntre  conida)le svAce-  -émrpu  nhi PppliLae urmo xueriD(etce ,ruirecteur générald  ealS naét )tep noitacudE'd teNP Itéan slar ouoiann tatitunItsion vent prél deovecà rion eer-ndee ar pa  lisprentnd o'SE )ivnene fin dpposer ur neu'enerp octnl'oc, à on dcasi son ed sellimaflaà e olneburi tirnanos rul  arph30 au théâtre Tojua'dru iuh71 àssreore nigae sé vivèresrange étgini'drono salitpupos des rèup aadis ud noitnevéervenir és d'int s aosmmseesn uo déepre ate chtacnarnU.e tnaF nente décet inn esn  eamegh mo :nupudes pat ai fse ua ,ellas al sia salle,depuis lt uo tel« c moemsi (. c)on m »desopooititteCrp eerd méio 500se1 migr0 imt enés e'd stnafsérgimmirupais de ll Es.imilued u' naptrerre de journalisetslE .p eletrott anteià e  mlas el ertnoc stnagrMif tiecllCoe rue  5op1 99upsie deailltravida  à ed alni etlusrivébltat ese unreénseL.el soccnes familignité dburi trd pyépat oporp à uol ud s'oriés d magginesec ral antumoumnthoete e  lnidéif n rinceva al lique officielled  eals naétp bustvaioat ldedéa  eéu raprp nqovo nous avitre queétomni sno sté é sdue midépi'é lt ec à tse'C.adifricet aine hrébecà rFnae  niaen'C . tseruopiouqou navs s onmadearcn eted na sons pays d'originef selaical à eca, téan s Feni icujts'lnitel ci enégaes is solité eohmmgarur nerdesse, poontre pr al cneRrutred en  eveouibtre,unl  a,eà raloedp ise e pr2 un 200niuj 02 ud étad erriurcor paé nddétient les donn,7l  eimintsrè einigDee.ispu98 1n snp so syaro'dFran en t dace eeté c teim,eipédoux aut des iéblid xua ee surapsion a segmatisat eals itnaitesd libie sml'à moimetér etx ivrp edamiles f : llicsp buiosropvued s oesvrau puspls el seérgimmi seluqsea ttseattnd ées épidémiologilima selussid sefau  qit lue fess ruostnséneerrpimmie l'ion gratIS ed sah aL .ADar pesté ces lminopsibasl tner atélie  dww/w:/tphtgiarhcm/en.th.vi002/se/2presnts/ ént aténdbanéons seelueua sriv us, à la maladie , àalp iros nteDoa  l àei PleubuojuA.en ,iuh'drAbenMM.  et haïmruueaLomvuer xoc
  This page in English. Communiqué: Précédent Suivant Historique 
:4011:2 0])3[ o  f2/00/17006252002l (1.htm
imafsellnoc unitonerà t  beneravse ,assnd ortià  la parole, nos e ecnarFn snad ts ay posinigord'l  es ru tedrfnopidé l'é en mie,e  ldasicos rentserp :estnoC tca le 25 je.Paris,M giartniu n0220tél.ki,  SadReda0 7 540771 0  6Ac  altuésit E |     | Chronologie Pimssoi nedr daoios suoN | euqinophlétée ncnemaer shtisreD soirers éc Nouir |utenR | euveitraselc| s s Noatémueiq |lPnad zev-uo sse Abonn de pres0:1 2002/70/1[ )]411:0002202//e02erssof 3 (2 html625..wwwnvihtth //:pangr/pts.cetmih/M toue r uiset| rche  de reche
n     Lire le communiqué officiel:Des outils et une étude pour mieux aborder la prévention du sida auprès des personnes d'origine étrangère vivant en France PARIS, 25 juin 2002 (Institut national de prévention et d'éducation à la santé) n     En savoir plus sur l'INPES (ex-CFES):Campagne nationale de prévention: le CFES découvre les immigrés
n     Dossier de presse:publique officielle face aux oubliés de laLa santé maladie
Communiqué précédent|Historique|Communiqué suivant
n     Des droits politiques des immigrés et de nos combats pour survivre au sida
    
Archives de nos commmuniqués de presse 2002|2001|2000 
ete olar plaà t iord... larénég teurirecm, DnhaïA ebicne :uLqiéu dats anIH VÉtl'eétnua soc sorfnimmigréeamilles egd sef à l i'am el adisoC :nummigMntracos rentd  einétsbécL o'cieloffiéni ce dlupop al zehc ade.èrngraétn ioatsec bielp erimrèpidémie,s de l'éi'uqer l'c , tseilams,le nnd fosopules pns iatioérsemmgip io ,neosplexl' lden ioimédipé'l zehc ee « déni » et le« t bauo» d  uisanntunt oi d agtsuccuetaev rl srnecdnt aue, otiqd u'p saiced nnie trene ase trnoenu'd inllereuq arole à la tribumilp erpsi eedp . es nIls'e itagd enon eaf sllimemtnèierciluaptrrme e foi und'hus enu'd sufer elc ve auesqtero gpoers rol ue rrpables de responsua truojta énietscobiténCet.e ttu rap noilaér ene ictrsadee suismmgil i'no ,aritpremdes  spoierscitrèiluemera tnrrbet an aeturbsedà l o'ccsaoi nde la présentatireot nie nui qisegami'l à tiord ole. parà la et  tap sseerufC  eetn e  lcisoioatN .e ,noinimrètst bien dil s'agino démrpu' nrpfo lder eunccotiepesuetnemacé  étr avons été soignpaepel ruq eonsubl ousno rdee igojua edr iuh'drue res, cabsufus sid edupnneésea malc snouon ér ss,otue qel tsps p uo redi tnrétêré notreine.Malgbérhgam étuanummcoa  l àntmeteecd riastnrdses a'tionévene prts dsnm îartsi eus rnos propres imagisse ,noferb ed trnodie itgnSaé.uterc lur sé sednce istaopprà l' ruop seervivrusdasiu  aos nde, e l'histration don sulttioerd  eas pvesisiaserstér aépuctneml à ts aésens prs pauo riup drh'juuoquurpot esC'. onnores en suon io
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.