Etude prospective regionale - Pays de la Loire

De
Publié par

Etude prospective régionale- Pays de la Loire - mars 2005En Pays de la Loire, l’évolution du taux3.1- Structure et évolution de3 - Les principales annuel d’emploi entre 1996 et 2001 estl’emploisupérieure à la moyenne nationaletendances etdans tous les secteurs. La baisse desEvolution de l’emploi ligérien paremplois agricoles est de -1,6 % poursecteurspécificités de la région et - 1,7 % pour la France.Les Pays de la Loire sont une grandeL’industrie et la construction connaissentl’emploi ligérien région agricole, forte de performancesune croissance remarquable paréconomiques et de productionsrapport à la moyenne nationale. Cettediverses et denses, qui les placent auévolution positive se retrouve à unesecond rang national dans ce domainemoindre proportion dans le domainederrière la Bretagne. Si la part desdes services mais n’inverse cependanteffectifs agricoles dans l’emploi totalpas la tendance. diminue progressivement, il restetoujours supérieur à la moyenne Malgré une croissance supérieure à lafrançaise. moyenne nationale depuis 10 ans,l’emploi tertiaire reste en deçà des tauxreMalgré ces performances (1 région3 régions européennes sur 4 français avec 64,8 % de la populationfrançaise pour la qualité des produits,plus tertiaires que les Pays de active (72,8 % en France) en 2001. Leser1 employeur régional pour les IAA), lala Loire ePays de la Loire se classent au 19 rangbaisse des exploitations agricoles (ledes régions françaises en termes denombre diminue ...
Publié le : samedi 24 septembre 2011
Lecture(s) : 139
Nombre de pages : 21
Voir plus Voir moins
E t u d e p r o s p e c t i v e r é g i o n a l e - P a y s d e l a L o i r e - m a r s 2 0 0 5
3 - Les principales 3.1- Structure et évolution de En Pays de la Loire, l’évolution du taux tendances et l’emploi saunpnéureileudreemàploliaenmtroey1e9n9n6eetn2at0i0o1naelset spécificités de Evolution de l’emploi ligérien par deamnpslotiosuasgrliecsolseescteesutrsd.eL-a1,b6ais%sepoduers secteur la région et - 1,7 % p l F our a rance. l’emploi ligérien Les Pays de la Loire sont une grande L’industrie et la construction connaissent région agricole , forte de performances une croissance remarquable par économiquesetdeproductionsrapportàlamoyennenationale.Cette diverses et denses, qui les placent au évolution positive se retrouve à une second rang national dans ce domaine moindre proportion dans le domaine derrière la Bretagne. Si la part des des services mais n’inverse cependant effectifs agricoles dans l’emploi total pas la tendance. diminue progressivement, il reste toujours supérieur à la moyenne Malgré une croissance supérieure à la française. moyenne nationale depuis 10 ans, 3 régions européennes sur 4 Malgré ces performances (1 re régionlfreanmçpaliositaevreticai6r4e,r8est%edeenldaeçpàopduelsattaiounx plus tertiaires que les Pays de française pour la qualité des produits, active (72,8 % en France) en 2001. Les 1 er employeur régional pour les IAA), la la Loire baissedesexploitationsagricoles(ledPeasysrdéegiloanLsoifrreansçeacislaessseenntatuer1m9e e sradneg nombre diminue d’un tiers par tertiarisation. A l’échelle européenne, décennie) ainsi que le vieillissement 3 régions sur 4 sont plus tertiaires que des exploitants (deux tiers ont plus de 40 ans), font peser de lourdes les Pays de la Loire en 1999. incertitudes sur l’avenir de ce secteur. La singularité du secteur du commerce Le vieillissement de la population réside dans la stabilité de ses structures agricole s’accompagne d’autres en termes d’emploi. En effet, le contraintes comme le fractionnement commerce représentait 12,8 % de des marchés (qualité, traçabilité, l’emploi total en 1974 et 12,9 % en sécurité, éthique), la concurrence, 2000, soit 150 000 salariés dont la l’intégration de la problématique moitié travaille dans le commerce de environnementale à la production ainsi détail, un tiers dans le commerce de que la précarité du domaine de la gros et un quart dans les activités de pêche. commerce et réparation automobile. L’emploi est en constante augmentation Figure 23. Taux d’évolution annuel moyen de l’emploi dans les services non financiers , dont dans les secteurs de 1996 à 2001 l’éducation, la santé et l’action sociale représentent la moitié, les services aux En % entreprises le quart et les services aux 4 particuliers un cinquième. Le dynamisme 3 et la croissance des services aux entreprises et aux particuliers est en passe 2 de perdurer eu égard à leur 1 développement continu et au vieillissement de la population. 0AgricultureIndustrieConstructionServices Cependant, les services aux entreprises -1 ne couvrent pas tous les besoins du -2 territoire ligérien. La région reste toujours Pays de la Loire France en deçà de son potentiel démographique et économique en termes d’activités de recherche et développement.
38 Population, métiers, marché du travail : spécificités régionales
E t u d e p r o s p e c t i v e r é g i o n a l e - P a y s d e l a L o i r e - m a r s 2 0 0 5
La Loire-Atlantique est la mieux pourvue La région compte 215 000 emplois en services aux entreprises, le pôle supplémentaires depuis 1989 et atteint nantais est le fournisseur privilégié en 1 378 000 travailleurs en 2002, soit 5,6 %  me ». de l’emploi national. Le poids de l’emploi sLeersvicaectsiv«itéhsautdedetrgaanmsportslligériendanslemploinationalprogresse ont p us dans tous les secteurs, exceptés Les Pays de la Loire conservent speanrsaiibslseesntàlasucionjonclteurerymtohnmdiealedeetlagriculture. la part la plus faible d’emplois vre publics dans l’emploi total l’économie nationale et internationale. Tableau 14. Evolution de la part de l’emploi Malgré e augmentation des effectifs ligérien dans l’emploi national (en %)  un de la fonction publique durant ces 1996 2002 dernières années, les Pays de la Loire IAgdruiscturliteure96,,3597,,20 ont la part la plus faible d’emplois n publics dans l’emploi total, avec CCoonmstmruecrtcieonetservices64,,0765,,50 17,4 % (20,2 % pour la moyenne Ensemble 5,4 5,6 nationale). En 20 ans, les Pays de la Loire ont La spécificité de l’emploi ligérien réside limité la baisse structurelle des emplois dans le dynamisme de son secteur agricoles, stabilisé les effectifs de la industriel. Depuis 2001, on observe un construction et légèrement augmenté ralentissement de la croissance des ceux de l’industrie. Les emplois du effectifs de ce secteur qui concerne, commerce et des services n’ont cessé encore aujourd’hui, plus d’un salarié de croître depuis deux décennies. ligérien sur cinq.
Une croissance sensible des établissements ligériens (+ 5 %, contre + 1 % au niveau national)
39 Population, métiers, marché du travail : spécificités régionales
Tableau 15. Répartition de l’emploi par secteur d’activité en Pays de la Loire et en France Pays de la Loire France Effectifs (enmilliers) Part dans total (%) Effectifs (enmilliers) Part dans total (%) 1990 2000 1990 2000 1990 2000 1990 2000 Agriculture 114,3 83,7 9,8 6,2 1226,3 910,6 5,5 3,8 Industrie 288,5 300,5 24,6 22,3 4877,4 4323,7 21,8 17,9 Construction 89 90,7 7,6 6,7 1632,7 1 439,6 7,3 5,9 Commerce et services 680,8 870,2 58,1 64,7 14 635,5 17 545,2 65,4 72,4 Ensemble 1172,8 1345,3 100 100 22 372 24 219,2 100 100
Structure et évolution de l’emploi En 2002, les Pays de la Loire comptent selon la taille de l’établissement 79 900 établissements privés employant au moins une personne contre 75 700 en 1998. En 4 ans, la croissance des établissements ligériens (+ 5 %) a été supérieure à la moyenne nationale (+ 1,4 %). Les effectifs de ces établissements, avec 897 7009 salariés en 2002, représentent une progression de 12 % en Pays de la Loire (8 % au niveau national).
E t u d e p r o s p e c t i v e r é g i o n a l e - P a y s d e l a L o i r e - m a r s 2 0 0 5
Figure 24. Evolution de la part des établissements selon leur Avec 64 400 établissements en 2002, les taille en Pays de la Loire établissements de 1 à 9 salariés concentrent en % 80 % du parc d’établissements privés 90 ligérien, 82,3 % au niveau national. 80 70 Mal au m tion de leur 60 gré une g enta 50 nombre depuis 1998 (+ 2 300), leur part 40 dans le total des établissements s’affaiblit . 30 20 10 Les établissements de 50 à 199 salariés 0 ont connu la plus forte évolution en 1-9 salariés 10 à 19 20 à 49 50 à 199 200 à 499 Plus de 500 salariés salariés salariés salariés salariés termes d’effectifs salariés. De 1998 à 2002, les effectifs sont passés de 188 200 1998 2002 à 228 700 soit une augmentation de Source : UNEDIC 17 %, (12 % en France). La croissance des établissements de 200 à 499 salariés a également été importante : de 99 000 à 127 200 salariés, soit une progression de 20 % Figure 25. Evolution des effectifs salariés en Pays de la Loire (14 % en France.) 250000 L’évolution des effectifs salariés ligériens selon la taille de l’établissement suit la 200000 tendance nation l a e. 150000 100000 Après les années de cris ù l’ensemble e o 50000 des créations d’emplois provenait des 0 petites entreprises, la situation se 1-9 salariés 10-19 20-49 50-199 200-499 Plus de 500 renverse. Les établissements de taille salariés salariés salariés salariés salariés ntribuent le plus à la hausse moyenne co 1998 2002 de l’emploi. Tant en France qu’en Pays de Source : UNEDIC la Loire, la création d’emploi se concentre donc dans les établissements de 50 à 199 et de 200 à 499 salariés. L’accroissement de ces établissements se conjugue avec la croissance de leurs effectifs. Figure 26. Evolution de la part des effectifs selon la taille de En 1998, les effectifs d l’établissement en Pays de la Loire établissementsde1à9salariéssoenst e3n0 % majoritaires avec 190 400 salariés. En 25 2002, c’est la tranche des établissements de 50 à 199 salariés qui 20 emploient le plus de salariés. Ils 15 totalisent un quart des effectifs du 10 secteur privé industriel et tertiaire en 2002 (228 700 salariés). Les effectifs des 5 établissements de 200 à 499 salariés ont 0 1-9 salariés 10 à 19 salariés 20 à 49 salariés 50 à 199 200 à 499 Plus de 500 également beaucoup progressé : salariés salariés salariés + 28 200 salariés, 127 200 emplois en 1998 2002 2002. Les établissements de taille Source : UNEDIC moyenne ont donc particulièrement contribué à la croissance de l’emploi.
40 Population, métiers, marché du travail : spécificités régionales
E t u d e p r o s p e c t i v e r é g i o n a l e - P a y s d e l a L o i r e - m a r s 2 0 0 5
41 Population, métiers, marché du travail : spécificités régionales
Au niveau national, on retrouve la l’économie ligérienne avec presque un même tendance. Les établissements de quart de l’emploi régional. 1 à 9 salariés restent ceux qui emploient le plus de salariés en 2002. La majorité des effectifs industriels Cependant leurs effectifs ont baissé de travaillent dans des entreprises de 20 à 0,2 % depuis 1998, alors que les 499 salariés, dont le poids a établissements de 50 à 199 salariés ont vu relativement augmenté depuis 1993, leurs effectifs augmenter de 12,5 % et contrairement à celui des entreprises les établissements de 200 à 499 de moins de 20 salariés qui reste très salariés ont connu une hausse de faible et assez stable. Les 14,4 %. établissements de plus de 500 salariés qui concernent 1 salarié sur 4 en 2000, sont légèrement plus nombreux, eu égard à la croissance des industries 3 2- Les principaux secteurs agro-alimentaires. . d’activité Géographiquement, l’emploi industriel ligérien a évolué de manière Une spécificité industrielle contrastée. Ainsi Nantes conserve son 1 er rang mais connaît un net recul lié à Caractéristiques de l’industrie celui des industries des équipements ligérienne mécaniques. Le Choletais maintient sa seconde place malgré une très forte L’industrie ligérienne est une alliance baisse des e is d llement et entre tradition et modernité : les mplo e l’habi du cuir. Le Mans tient la 3 e place, secteurs traditionnels que sont les malgré le recul de ses effectifs dans chantiers navals, le textile et la l’industrie automobile. Viennent chaussure côtoient les activités en ensuite Angers, Saint-Nazaire, croissance représentées par spécialisées dans les industries de l’électronique, l’informatique et le biens d’équipement, la Vendée-est matériel électrique. Eu égard à orientée vers les industries agro-l’importance de l’agriculture au niveau alimentaires et qui obtient la meilleure du grand Ouest, l’agro-alimentaire performance en termes de créations continue à jouer un rôle majeur dans d’emplois de 1990 à 2001 (+ 5000).
Tableau 16. Caractéristiques de l’industrie ligérienne
na PrincipauxsecteursRangndateiompllo(ies)ntermeCaractéristiques Agro-alimentaire 2ème - Pôle d’excellence 20 % des emplois industriels -- Forte croissance Mécanique-Métaux, Fonderie 5ème - 1er employeur de l’industrie régionale avec les IAA - Sous-traitance des secteurs de la construction Industrie de la mode 1er(chaussures) - Concentration des entreprises, réseau 2ème(habillement) - Concurrence Electronique, plasturgie, 4ème - Lié aux délocalisations (Bull, Alcatel, Thomsom) matériel électrique - Dynamisme Plasturgie et caoutchouc 4ème - Dynamisme tant régional que national Bois-ameublement 1er (transformation du bois) - Production de qualité - Faible investissement et modernisation
E t u d e p r o s p e c t i v e r é g i o n a l e - P a y s d e l a L o i r e - m a r s 2 0 0 5
Un quart des effectifs ligériens dépend d’une entreprise étrangère
42 Population, métiers, marché du travail : spécificités régionales
Des secteurs dynamiques et équipements du foyer, les constructions vulnérables navales, aériennes et ferroviaires ainsi L’industrie ligérienne est forte d’un que l’équipement mécanique. tissu économique dense, diversifié et bien réparti. Le vieillissement de la population et le Lesindustriesdelagro-alimentairelpehsépnroobmlèènmeesddeudréelnoocuavlieslalteiomnentpodseelnat sont montées en puissance grâce à main-d’œuvre et de faible l’industrie des viandes. Forte d’un sa secteur agricole encore très important, qualification malgré son savoir-faire. La elles créent des emplois et investissent faible rémunération de l’industrie pour leur développement. Les ligérienne qui offre les revenus les plus industries de biens d’équipement ont bas de l’hexagone et les conditions de également créé des milliers d’emplois travail difficiles représentent deux grâce aux équipements mécaniques et contraintes supplémentaires pour notamment à la construction navale. l’avenir de l’industrie régionale. Les industries de biens intermédiaires et de biens d’équipement ont le La diversité de ses activités dynamisme, la structure professionnelle et les capacités d’innovation pour relever 2002, les industries les lesdéfisdedemain.LavaleurajoutéerEenprésentéesdanslarégionsontplluess de ces secteurs reste leur savoir-faire et industries agro-alimentaires (58 000 leur qualité reconnus. salariés en 2002), les industries des Les faiblesses se traduisent par la fragilité équipements mécaniques (39 900 de certains secteurs notamment celui de salariés) allu ie lindustriedesbiensdéquipement,lamétrg(la2s5t400s(a2l3ari2é0s)0, victimedelaconcurrencedespaysenlsaalacrhiiéms)i.e-cEanou1tc9h9o1u,c-lpesiinqduuestriesde développement. Le taux de dépendance des entreprises ligériennes vis-à-vis de l’habillement et du cuir arrivaient en létrangeresteneffetélevé.Leurdegréselelceonndeenpositipotneaavujeocu3rd27h0ui0pslaulsarqiéuse, d’autonomie est de 72 % (74 % au com niveaunational).Unquartdeseffectifsf1o8ye0r00resparléasrieénst.enLeslaéuqturipementsrduà ligériens dépendent d’une entreprise t ’ e secteu étrangère, ce qui engendre des avoir perdu des emplois durant cette exigences incontournables pour le décennie (de 23 600 à 21 100 salariés). monde industriel traduites par plus de qualité et de service à des coûts loi industriel toujours plus bas. q uLaleifmiépetfaiblementrélimgéurniéerné:peu Le secteur de l’habillement-cuir a été Les emplois de production diminuent touché de plein fouet par cette et leur pourcentage se rapproche de la conjoncture mondiale, passant de moyenne nationale (80,3 % pour la 35 000 emplois fin 1989 à 19 000 fin 2001. Dans le secteur de l’automobile, région, 79,5 % pour la France). Le la contraction de l’emploi a entraîné la taux d’encadrement a en revanche perte d’un quart des effectifs. Ces progressé de 2,6 points mais reste, filières sont donc les plus menacées avec 20,7 %, en 2000 bien inférieur à par cette dépendance, tout comme les la moyenne nationale (25,5 %).
En % 45 40 35 30 25 20 15 10 5 0
E t u d e p r o s p e c t i v e r é g i o n a l e - P a y s d e l a L o i r e - m a r s 2 0 0 5
Figure 28. Qualification des emplois dans l’industrie en 2000
En 1998, l’écart de rénumération annuelle dans l’industrie entre la région et la moyenne française (hors Ile de France) est de 2 200 euros : 21 800 euros pour la région, 24 000 pour la moyenne de province. Depuis, et même si la région tend à rattraper son retard, les rémunérations Cadres Prof° interm. Contremaîtres, Ouvriers sont toujours en deçà de la moyenne administratifs adm. et com. agents de qualifiés nationale. et maîtrise commerciaux Un faible investissement en R & D Source : TER, INSEE Pays de la Loire France de provine Les investissements industriels sont à peu près conformes au poids économique et démographique de la L’emploi industriel est moins qualifié en région. Un emploi industriel moins Pays de la Loire que dans les autres Ce sont les industries des biens qualifié régionsfrançaises.Lesemploisdecadresintermédiairesquiinvestissentleplus. et d ingénieurs y sont relativement moins Le poids des investissements de nombreux. De 1990 à 2000, leur part a l’industrie des biens d’équipement et faiblement augmenté : de 6,3 % à 7,6 %. des industries agro-alimentaires est L’écart se creuse avec la province en ce conséquent, il représente respectivement qPuicdoenlcaeLrnoiereleest5i,n8gé%nipeouursrl(a4,p6ro%vinecnel9a,2Fra%necte.8,2%desinvestissementsde ays en 2000). Avec une représentation de seulement 10,6 % en 2000, la part des En ce qui concerne les investissements femmes dans ces postes ne progresse en recherche et développement, les quasimentpas(+0,5point,contre4,5lPauyrsdeplaotLeonirtieeslontéecnoconroemeinqudeeçàdeet pointsenprovince).deémogrhique.Cependantles a L’évolution des professions p techUnniequdeismainuuptiroonfitdedsesmpéotiseterss intermédiairesdanslindustrieestpluslmesutaaticotinvsitépsroifnodnudsetrsi,ellqeusidoontmitnoaunctheés administratifs et commerciaux favorable aux Pays de la Loire. Leur de la région, obligent les entreprises part est passée de 14,8 % à 18,2 % ligériennes à innover et à se (19,9 % pour la province). Les métiers techniques ont diminué au profit des moderniser afin de répondre aux postesadministratifsetcommerciaux.catotnecntuersredncuemarchéetfairefaceàla . L’occupation des femmes à ces postes est également en progression (41 % en Les chercheurs et ingénieurs 2000). représentent 3 % des effectifs totaux français. Leur poids augmente Suivantlatendancenationale,lapartoprbosgerrevsesiveenmeenftfe(t2d%epeunis19q9u6e)l.quOens des employés a légèrement baissé. Les années le développement des écoles 3/4 de ces emplois sont occupés par d’ingénieurs dans la région et une des femmes. progression des effectifs de la 71,5 % des emplois industriels recherche notamment dans le secteur concernent les ouvriers en 1990, 67,3 % public (de 3 800 en 2000 à 3 900 en en 2000. Les ouvriers sont aujourd’hui 2001). En entreprises, les effectifs sont plus qualifiés, mais leur part est encore plus nombreux et également en légère élevée au détriment des postes augmentation : de 5 400 en 1999 à d’encadrement. 5 600 en 2001.
43 Population, métiers, marché du travail : spécificités régionales
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.