La communication en période préélectorale

Publié par

P R E M I E R M I N I S T R E La communication en période préélectorale MARS 2016 Mémento En période préélectorale, la communication gouvernementale doit, strictement, respecter le principe de la non utilisation des moyens publics au bénéfice d’un candidat afin d’éviter une rupture d’égalité. Toutes les indications de ce mémento découlent de ce principe. Il ne s’agit pas d’interrompre la communication gouvernementale mais de rester dans le cadre des restrictions imposées par le législateur afin d’éviter tout contentieux pouvant entraîner une réintégration des sommes litigieuses dans les comptes de campagne, voire l’annulation du scrutin et/ou des peines d’inéligibilité. Service d’information du Gouvernement Quelles sont les actions de communication concernées ? w La réglementation s’applique aux actions de communication à destination du grand public, au mediatraining et aux activités d’études et de sondage. w La réglementation s’applique aux ministères (administrations centrales et déconcentrées) et aux établissements sous tutelle. La réglementation et les risques encourus L’art.
Publié le : mardi 26 avril 2016
Lecture(s) : 5 094
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins
Cette publication est accessible gratuitement

P R E M I E R M I N I S T R E
La communication
en période
préélectorale
MARS 2016
Mémento
En période préélectorale, la communication gouvernementale doit, strictement, respecter
le principe de la non utilisation des moyens publics au bénéfice d’un candidat afin d’éviter une
rupture d’égalité. Toutes les indications de ce mémento découlent de ce principe.
Il ne s’agit pas d’interrompre la communication gouvernementale mais de rester dans le cadre
des restrictions imposées par le législateur afin d’éviter tout contentieux pouvant entraîner
une réintégration des sommes litigieuses dans les comptes de campagne, voire l’annulation du
scrutin et/ou des peines d’inéligibilité.
Service
d’information
du GouvernementQuelles sont les actions de communication concernées ?
w La réglementation s’applique aux actions de communication à destination du grand public, au
mediatraining et aux activités d’études et de sondage.
w La réglementation s’applique aux ministères (administrations centrales et déconcentrées) et aux
établissements sous tutelle.
La réglementation et les risques encourus
L’art. L52-8 du code électoral dispose : « Les personnes morales, à l’exception des partis ou
groupements politiques, ne peuvent participer au financement de la campagne électorale d’un
candidat, ni en lui consentant des dons sous quelque forme que ce soit, ni en lui fournissant des
biens, services ou autres avantages directs ou indirects à des prix inférieurs à ceux qui sont
habituellement pratiqués ».
er erCes dispositions sont applicables à partir du 1 avril 2016 pour l’élection présidentielle et du 1 juin
2016 pour les élections législatives.
Par ailleurs, l’article L52-1 du code électoral prévoit : « Pendant les six mois précédant le premier
jour du mois d’une élection et jusqu’à la date du tour de scrutin où celle-ci est acquise, l’utilisation
à des fins de propagande électorale de tout procédé de publicité commerciale par la voie de la
presse ou par tout moyen de communication audiovisuelle est interdite.
À compter du premier jour du sixième mois précédant le mois au cours duquel il doit être procédé à
des élections générales, aucune campagne de promotion publicitaire des réalisations ou de la gestion
d’une collectivité ne peut être organisée sur le territoire des collectivités intéressées par le scrutin ».
er erCes interdictions s’appliquent à partir du 1 octobre 2016 pour l’élection présidentielle et du 1 décembre
2016 pour les élections législatives.
En cas de non-respect de ces dispositions, les candidats s’exposent au risque de réintégration dans
les comptes de campagne de dépenses de communication réalisées avec les moyens de l’État.
erw Pour l’élection présidentielle : à compter du 1 avril 2016, ces risques peuvent porter sur tout
ce qui concerne l’action gouvernementale.
erw Pour les candidats aux élections législatives : à compter du 1 juin 2016, ces risques peuvent
porter sur tout ce qui concerne l’action propre des ministres candidats dans le cadre de leur
fonction.
En vertu de ces dispositions, le juge peut, en cas de contentieux, prononcer :
w Le rejet des comptes de campagne et donc la prise en charge par le candidat des sommes
engagées, voire le non remboursement total des sommes dues par l’État (cf. la jurisprudence
Huchon de juillet 2011).
w L’annulation du scrutin, le risque étant d’autant plus important que l’écart de voix aura été faible
ou la volonté de frauder manifeste.
w L’inéligibilité du candidat.
- 2-w Des sanctions pénales, particulièrement si le non-respect de la réglementation est jugé susceptible
d’avoir pesé sur l’issue du scrutin.
Il est à noter qu’Internet, dans la jurisprudence, a été considéré comme un moyen de communication
audiovisuel.
eRemarque : la promotion publicitaire évoquée dans le 2 alinéa ne suppose pas forcément un achat
d’espace ; il peut s’agir de supports comme par exemple des bâches apposées sur des façades de
bâtiments publics.
Quels sont les principes à respecter pour mener à bien les actions
de communication gouvernementale en période préélectorale ?
Le principe étant que les moyens publics ne peuvent bénéficier à un candidat, la communication
gouvernementale doit veiller à :
w Privilégier les actions de communication récurrentes (publications, sites Internet déjà existants,
relations presse…) : les outils existants peuvent être enrichis, sans modification de nature et en
restant proportionnels aux actions précédemment engagées. En revanche, il ne faut pas mettre en
œuvre de nouvelles actions sur des thèmes au cœur du débat électoral ;
w Privilégier un ton informatif neutre : éviter une tonalité laudative dans les moyens de communication
publics (campagnes, Internet, publications…). L’information neutre et pratique aux usagers sur
l’entrée en vigueur de nouvelles mesures reste possible mais la promotion d’un bilan de l’action
gouvernementale ou ministérielle est prohibée ;
w Proscrire toute confusion entre la fonction de ministre et la prise de position électorale ou
la démarche du candidat dans l’utilisation des moyens payés par la collectivité. Les actions de
communication ne doivent pas aboutir donc à une promotion personnelle au-delà de la fonction du
ministre.
a) Une année avant l’élection
Prévenir les risques de réintégration dans les comptes de campagne des dépenses de communication
réalisées avec les moyens de l’État.
Sont donc concernées toutes les actions qui peuvent favoriser un candidat et créer ainsi une
absence d’équité :
w Le coaching ou mediatraining, si les circonstances (date, nature de l’exercice) montrent qu’il a
servi à préparer le candidat à l’échéance électorale.
w Les sondages pouvant infléchir une stratégie électorale ou portant sur l’image personnelle du
candidat. Il est notamment recommandé d’éviter les enquêtes portant sur l’image personnelle d’un
membre du Gouvernement (s’il devait être candidat).
w Les actions de communication aboutissant à une promotion personnelle au-delà de la fonction
du candidat.
w Tout ce qui peut être considéré comme une promotion de l’action gouvernementale.
w Pour mémoire, il faut également proscrire l’utilisation des moyens publics dans une démarche
politique pouvant être liée à l’élection. Par exemple, un colloque portant sur une action
ministérielle peut être autorisé mais devra proscrire la notion de bilan et la promotion personnelle
du ministre au-delà de sa fonction.
- 3-Les opérations suivantes restent possibles :
w Les relations presse dans des conditions normales. Attention, toutefois, aux documents remis,
notamment à l’occasion des conférences de presse : pas de tonalité inhabituelle, ton informatif, pas
d'apologie de l'action gouvernementale => la règle principale est de rester proportionné aux actions
précédentes en termes de production de documents et de fréquence d’actions.
w Les actions liées à l’agenda. Fêtes calendaires (vœux, 14 juillet, 11 novembre…) en reprenant ce
qui était fait traditionnellement. L’inauguration d’une nouvelle réalisation, dans la mesure où elle est
effectivement nouvelle, est autorisée.
w Toutes les actions récurrentes (éditoriaux sur des lettres d’information...). Sous réserve d’une
tonalité neutre et de l’absence de bilan.
w Les sites Internet institutionnels, sous réserve d’une tonalité informative. Possibilité de laisser
les biographies et les photos des ministres et une information sur leur actualité dans le cadre de
leur fonction (agenda...).
w Pour les sondages : restent possibles les enquêtes barométriques en évitant d’y introduire de
nouvelles questions entrant dans le cadre des restrictions mentionnées ci-dessus ; les enquêtes
ponctuelles portant sur la perception de l’action du Gouvernement et/ou du ministère (et non du
ministre), sur des sujets de société et/ou d’intérêt général. Il convient sur ces enquêtes de rester
très vigilant quant à leur exploitation – en s’interdisant de les rendre publiques (sites Internet,
conférence de presse…) – et d’éviter toute enquête qui pourrait être regardée comme destinée,
principalement, à préparer la campagne électorale.
Points d’attention :
w Les photos réalisées par les services des ministères utilisées sur les blogs personnels ou dans des
outils de campagne posent problème. À titre d’exemple, pour y remédier, certains ministères
facturent leurs ministres pour une telle utilisation. Pour les vidéos en revanche, compte tenu des
coûts de production, nous déconseillons vivement leur exploitation sur tout outil de communication
personnel ou de campagne.
w À ce stade, il existe encore un flou juridique sur les nouveaux réseaux sociaux. Pour prévenir
les risques de contentieux, la neutralité de la tonalité et la proportionnalité des actions aux pratiques
antérieures sont clairement à privilégier. Il faut s’en tenir aux informations factuelles et institutionnelles.
w Les URL de communication des sites en « .gouv » ne devront pas être perçues comme
promotionnelles.
w Enfin, les déplacements donnant lieu à des réunions comportant un caractère manifestement
électoral ne sont pas autorisés, sauf s’ils sont effectués à titre privé.
b) Six mois avant l’élection
Une réglementation spécifique s’applique aux actions de communication.
L’article L. 52-1 du code électoral interdit pendant cette période : l'utilisation à des fins de
propagande électorale de tout procédé de publicité commerciale par la voie de la presse ou par tout
moyen de communication audiovisuelle ainsi que toute campagne de promotion publicitaire des
réalisations ou de la gestion d'une collectivité, cette dernière règle s’appliquant également à l’Etat.
w Les dates d’entrée en vigueur sont, pour les élections présidentielles (et donc l’action gouvernementale),
er erle 1 octobre 2016 et, pour les élections législatives, le 1 décembre 2016.
- 4-=> Le non-respect de cette réglementation peut entraîner des sanctions pénales. Si ce
nonrespect est jugé susceptible d’avoir pesé sur l’issue du scrutin, il peut en outre entraîner son
annulation : toute contribution de l’État en faveur d’une candidature, hors propagande officielle,
est en effet répréhensible.
w Au-delà des campagnes de communication à proprement parler, il est recommandé une extrême
vigilance sur la tonalité de tout nouveau contenu rédactionnel. Il faut prohiber le caractère
promotionnel et la personnalisation trop marquée, notamment sur :
- les sites Internet des ministères ;
- les applications de ces sites ;
- les comptes des ministères sur les réseaux sociaux et sur les plateformes vidéos ;
- les publications régulières (proscrire les éditoriaux politiques, les dossiers spéciaux inhabituels,
les suppléments et tout ce qui pourrait apparaître comme un bilan).
w Pour mémoire : le code électoral précise qu’« aucun numéro d’appel téléphonique ou télématique
gratuit ne peut être porté à la connaissance du public par un candidat, une liste de candidats ou
à leur profit ».
En pratique (à compter d’un an avant l’élection)
ACTIONS AUTORISÉES INTERDITES POINTS DE VIGILANCE
w Campagnes comportementales
non liées au débat électoral :
(prévention sanitaire w Les campagnes w Promotion de mesures
par exemple) comportementales portant gouvernementales
Campagnes publicitaires w Campagnes « services » : sur des thématiques pouvant
w Mise en valeur de bilan
informations pratiques sur des être liées au débat électoral
mesures sans tonalité laudative sont à éviter
w Campagnes liées au calendrier
(Fête de l’Europe…)
w Informations institutionnelles w Attention à la tonalité
w Promotion de la personne dusur l’actualité des ministères des textes et des titres ministre au-delà de la fonction
w Informations factuelles qui ne doivent pas revêtir
w Promotion du bilan et neutres sur les mesures de caractère
gouvernemental polémique ou laudatifw Biographie et agenda
w Agenda des ministres : tout ceSites Internet des ministres dans w Attention à la tonalité
qui concerne leur démarchedes ministères leur périmètre ministériel des communiqués de presse
électorale (meetings,
w Interventions et activités w Attention à l’agenda déplacements de campagne…)
des ministres liées des ministres (seules
w Prises de position du ministre
à leur action ministérielle les activités relatives
ne relevant pas de son
à leur fonction de ministre w Mise en ligne de communiqués périmètre ministériel
doivent apparaître) de presse non polémiques
w Utilisation par le ministre
w Informations institutionnelles des comptes des ministères w Tonalité des informations
liées à l’actualité, les mesures, pour diffusion de contenus qui ne doit pas revêtir
Réseaux sociaux l’agenda… polémiques ou hors périmètre de caractère polémique
(comptes des ministères)
ministériel ou entrant dans ou promotionnel pour l’actionw Informations sur les ministres
le cadre de la campagne gouvernementaleliées à leur action ministérielle
électorale
- 5-ACTIONS AUTORISÉES INTERDITES POINTS DE VIGILANCE
w L’utilisation, à des fins partisanes,
w Utillisation des moyens des données réalisées par
des ministères pour des moyens publics et faisant
l’alimentation des blogs apparaître un membre du
Blogs de ministres w Poursuite des publications Gouvernement dans l’exercicew Les blogs et comptes
animées et gérées par de ses fonctions Réseaux sociaux personnels des ministres
le ministre officielles (par exemple sur les réseaux sociaux ne(comptes des ministres)
la réutilisation à des fins doivent pas mettre en ligne
de promotion de vidéos des prestations réalisées par
représentant le ministre dansles services des ministères
ses fonctions) est à éviter
w Tout ce qui peut servir à étayerw Poursuite des études
la campagne électorale : et sondages concernant
données en lien avecl’activité gouvernementale
l’élection, analyse des w Données suivies de façon w Ne pas omettre la demande
propositions de l’opposition…récurrente sur une longue d’agrément auprès du SIG
période w Données prédictives au niveau w Éviter toute enquête pouvantSondages, veille, études
électoral être regardée comme destinéew Enquêtes ponctuelles sur
w Image personnelle du candidat principalement à préparerla perception de l’action
dans sa circonscription l’électiondu gouvernement et/ou du
ministère (et non du ministre) w Exploitation des résultats
sur des sujets de société ou diffusion si celle-ci ne
et/ou d’intérêt général se faisait pas précédemment
w Dossiers de presse à tonalité
polémiquew Poursuite dans des conditions
w Vigilance sur la tonalité
normales sur le périmètre w Dossiers de presse en forme
w Attention à l’intitulé de l’objet
de l’action ministérielle de promotion du bilan
de la conférence de presse
w Rester en cohérence w Envoi à partir des fichiersRelations presse w Attention au volume des avec les actions précédentes presse des ministères, et/ou
dossiers de presse produitsen termes de fréquence avec les outils des ministères,
par rapport à la pratique d’action et de production de communiqués de presse
habituelle du ministère de documents hors champ de compétences
du ministre
w Bien préciser dans l’objet
w Ils restent possibles s’ils portent
du marché et le bon strictement sur le périmètre
w Ils sont interdits s’ils peuvent de commande l’objet précis ministériel
Coaching et mediatraining servir à préparer le candidat de la prestation qui doit
w Le principe d’antériorité à une échéance électorale impérativement être en lien
est souhaitable (poursuite avec les missions
d’une prestation) gouvernementales
w Ils restent possibles sur le w Attention au titre
périmètre gouvernemental de l’événement et à la tonalité
(information ou réflexion sur des documents produits
les mesures), lorsque la à cette occasion.
fréquence est déterminée par w Si le sujet semble comporter
w Promotion du bilan
la loi ou l’usage (conférences des risques polémiques,
Événementiel, colloques w Objet de l’événement au cœurnationales…), lorsque l’objet attention à l’équilibre
du débat électoralne prête pas à polémique des tendances dans le choix
électorale des invités
w Les actions calendaires w Pour les actions récurrentes,
ou récurrentes (11 novembre, rester proportionnel
cérémonies de vœux…) aux pratiques antérieures
w Le code électoral précise
qu’ « aucun numéro d’appel
téléphonique ou télématique
N° téléphonique
gratuit ne peut être porté
ou télématique gratuit
à la connaissance du public
par un candidat, une liste
de candidats ou à leur profit »
- 6-Quels sont les principes à respecter pour la communication pendant
les périodes de campagne officielle et l’entre-deux tours ?
Les campagnes de communication payantes sont suspendues pendant les périodes de campagne
officielle et dans l’entre-deux tours.
Les campagnes de recrutement et les campagnes comportementales ne figurant pas dans le débat
électoral ne sont pas concernées par cette interdiction.
Toutefois la dimension de bilan, comme pour le reste des campagnes, doit être exclue de ces
campagnes comportementales sauf lorsqu’il s’agit de bilans à publication périodique, comme par
exemple celui des accidents de la route.
La politique de référencement des sites informatifs reste autorisée.
À retenir :
w Privilégier les actions récurrentes sur les activités permanentes de l’État
(publications, sites Internet déjà existants, relations presse…).
w Privilégier le ton informatif neutre : pas de tonalité laudative dans les moyens de communication
publics (campagnes, Internet, publications…).
w Proscrire toute confusion entre la fonction et la prise de position électorale, y compris dans l’utilisation
des moyens quotidiens (réseaux sociaux).
w Proscrire toute confusion entre la fonction et la démarche du candidat
(publications, sites institutionnels, sondages, mediatraining…).
… Et saisir le SIG qui travaille en étroite liaison
avec le Secrétariat Général du Gouvernement
- 7-Ser vice d’information du Gouvernement
1 9 , r u e d e C o n s t a n t i n e - 7 5 3 4 0 P a r i s c e d e x 0 7
T é l . : 0 1 4 2 7 5 8 0 0 0
Maquette et impression : Pôle Conception graphique-Fabrication – DSAF – mars 2016

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.