PV de la séance du 13 février 2013 du Conseil du STIF

De
Publié par

Approuvé en séance du 11 décembre 2013 CONSEIL SEANCE DU MERCREDI 13 FEVRIER 2013 La séance est ouverte à 9 h 15, au Syndicat des transports d’Île-de-France, 39-41 bis rue de Châteaudun, sous la présidence de M. Jean-Paul HUCHON. SONT PRÉSENTS M. Jean-Paul HUCHON, PRESIDENT Mmes BONZANI – COHEN – GALLOIS – DOUVIN – KUSTER LAGARDE – PECRESSE – REVAULT D’ALLONNES-BONNEFOY SENEE – VALLS MM. AFFANE – ALBARELLO – BARGETON – DUROVRAY – EBLE FAVIER – GAILLY – GUEDJ – GUERIN – METTON – PICARD SAINSARD – SERNE – SPILBAUER – SUEUR – TETART M. GOBITZ, représentant du Comité des Partenaires du Transport Public SONT EXCUSÉS MM. GAUDILLERE (pouvoir à M. BARGETON) – MANSAT (pouvoir à Mme COHEN) MEMBRES DU STIF Mme MOUGARD, Directrice générale du STIF Mmes BARDY – HAMAYON - GOURLET MM. MENANT- MONNET – NALIN – PERRIN - POLLIEVRE Les personnels des services du STIF rédacteurs des rapports présentés M. FRANCOIS, secrétaire du Conseil. ORDRE DU JOUR APPROBATION DU PROCES VERBAL DU 11 JUILLET 2012 ................................... 5 AFFAIRES BUDGETAIRES ET COMPTABLES ......................................................... 5 • FIXATION DES NOUVEAUX TAUX DU VERSEMENT TRANSPORT (2013/005) ............... 5 Amendement n°3 présenté par M. METTON ................................................. 5 Amendement n°9 présenté par Mme PECRESSE ........................................... 6 CONTRATS, CONVENTION FINANCIERES ......
Publié le : lundi 17 mars 2014
Lecture(s) : 231
Nombre de pages : 57
Voir plus Voir moins
Approuvé en séance du 11 décembre 2013
CONSEIL
SEANCE DU MERCREDI 13 FEVRIER 2013 La séance est ouverte à 9 h 15, au Syndicat des transports d’ÎledeFrance, 3941 bis rue de Châteaudun,sous la présidence de M. JeanPaul HUCHON. SONT PRÉSENTSM. JeanPaul HUCHON, PRESIDENT Mmes BONZANI – COHEN – GALLOIS – DOUVIN – KUSTER LAGARDE – PECRESSE – REVAULT D’ALLONNESBONNEFOY SENEE – VALLS MM. AFFANE – ALBARELLO – BARGETON – DUROVRAY – EBLE FAVIER – GAILLY – GUEDJ – GUERIN – METTON – PICARD SAINSARD – SERNE – SPILBAUER – SUEUR – TETART M. GOBITZ, représentant du Comité des Partenaires du Transport Public SONT EXCUSÉSMM. GAUDILLERE (pouvoir à M. BARGETON) – MANSAT (pouvoir à Mme COHEN)
MEMBRES DU STIF
Mme MOUGARD, Directrice générale du STIF Mmes BARDY – HAMAYON  GOURLET MM. MENANT MONNET – NALIN – PERRIN  POLLIEVRE Les personnels des services du STIF rédacteurs des rapports présentés M. FRANCOIS, secrétaire du Conseil.
ORDRE DU JOUR
APPROBATION DU PROCES VERBAL DU 11 JUILLET 2012...................................5
AFFAIRES BUDGETAIRES ET COMPTABLES .........................................................5 FIXATION DES NOUVEAUX TAUX DUVERSEMENTTRANSPORT(2013/005) ............... 5 Amendement n°3 présenté par M. METTON................................................. 5 Amendement n°9 présenté par Mme PECRESSE...............6............................ CONTRATS, CONVENTION FINANCIERES .......................................................... 10 AVENANT N°3AU CONTRATSTIFRATP(2013/006) ...................................... 10 Vœu n°4 présenté par M. METTON...........................................1...0................ AVENANTS AUX CONTRATS DE TYPE2ET AUX CONVENTIONS PARTENARIALES (2013/036A2013/048) ................................................................................13 TARIFICATION ET TELEBILLETTIQUE ............................................................... 13 MODERNISATION DE LINFRASTRUCTURE BILLETTIQUE ENILEDEFRANCE PAR LA MISE EN PLACE DES UNITES TRANSPORT(2013/008) ...................................................... 13 Vœu n°14 présenté par M. DUROVRAY................................91........................ Vœu n°5 présenté par M. METTON20.............................................................. MARCHES.......................................................................................................... 23 MARCHE2012102 :ACCORDCADREORGANISATION ET ANIMATION DES SEMINAIRES DUSTIF(2013/010) ...................................................................................... 23 MARCHE201267 :TRAMTRAINMASSYEVRYMARCHE DE MAITRISE DŒUVRE (2013/011) ...................................................................................................23 MARCHE201274 :TRAMTRAINMASSYEVRYMARCHE DE PRESTATIONS DAGENT FONCIER(2013/012)....................................................................................... 23 MARCHE201278 :TRAMTRAINMASSYEVRYMARCHE DE PRESTATIONS TOPOGRAPHIQUES(2013/013) .......................................................................... 23 MARCHE201279 :TRAMTRAINMASSYEVRYMARCHE DE PRESTATIONS GEOTECHNIQUES(2013/014) ............................................................................ 23 MARCHE201286 :ACCORDCADREFOURNITURE DE MATERIELS INFORMATIQUES (2013/015) ...................................................................................................23 MARCHE201287 :MISE EN ŒUVRE DUN SERVEUR DE MESSAGERIE,DUN ANNUAIRE LDAPET DOUTILS COLLABORATIFS,A BASE DE LOGICIELS LIBRES(2013/016) ............ 23 MARCHE201289 :ASSISTANCE DU DEVELOPPEMENT DU SYSTEME DEXPLOITATION NEXTDANS LE CADRE DU PROJETEOLE(2013/017).............................................. 23 MARCHE201294 :DEBRANCHEMENT DU TRAMTRAINT4JUSQUACLICHYSOUSBOIS ETMONTFERMEILMARCHE DE MAITRISE DŒUVRE(2013/018) ............................... 23 MARCHE2012108 :PROLONGEMENT DU TRAMWAYT7ENTREJUVISY ETATHISMONS MARCHE DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES DAGENT FONCIER(2013/019) .............. 23 MARCHE201298 :PROLONGEMENT DU TRAMWAYT7ENTREJUVISY ETATHISMONSMARCHE DE MAITRISE DŒUVRE GENERAL(2013/020) .............................................23 MARCHE2012103 :PROLONGEMENT DU TRAMWAYT7ENTREJUVISY ETATHISMONS MARCHE DE MAITRISE DŒUVRE DE SPECIALITE(2013/021)................................... 23 MARCHE201213035II8° :PROLONGEMENT DU TRAMWAYT7ATHISMONSJUVISYSURORGEASSISTANCE A MAITRISE DOUVRAGE EN EXPERTISE DE CONCEPTION,DEXPLOITABILITE,DE SECURITE ET DE MAINTENABILITE POUR LES PHASESAVPPRO(2013/022) ...................................................................................................23 MARCHE201213635II5° :TCSPMASSYSACLAY PHASE2MARCHE COMPLEMENTAIRE AU MARCHE DE MAITRISE DŒUVRE(2013/023)............................. 23 AVENANT N°1AU MARCHE201184 :TCSPMASSYSACLAY PHASE2MAITRISE DŒUVRE(2013/024) ......................................................................................23 GRANDS PROJETS D’INVESTISSEMENTS........................................................... 26
2
LIGNE11 :PROLONGEMENT AROSNYSOUSBOIS(2013/025) .......................... 26 PREMIERES MESURES DU SCHEMA DIRECTEURRERBSUD(2013/026)................. 28 AVENANTS AUX CONVENTIONS DE FINANCEMENTRERBNORD+(2013/027) ....... 32 OFFRE DE TRANSPORT...................................................................................... 32 PROCEDUREVOGUEO(2013/028).............................................................. 32 Amendement n°6 présenté par M. SERNE...................................................35 Amendement n°2 présenté par M. FAVIER................63.................................. Amendement n°10 présenté par Mme PECRESSE....36.................................... EXPLOITATION DUNE LIGNESEINEETMARNEEXPRESS(MEAUXMELUN) :PRINCIPE DE RECOURS A LA DELEGATION DE SERVICE PUBLIC(2013/029)................................. 37 RERA :ADAPTATION DU CALENDRIER DE LOFFRE DETE,AUGMENTATION DE LOFFRE DETE POUR LA BRANCHE DEMARNELAVALLEE(2013/031) .................................... 38 EVOLUTIONS DOFFRE FERROVIAIRE POUR LE SERVICE201438(2013/030) ............. Vœu n°1 présenté par M. SAINSARD...........................................................48 Vœu n°15 présenté par M. DUROVRAY.............84........................................... Vœu n°16 présenté par M. SPILBAUER.......................................................50 Voeu n°17 présenté par M. DUROVRAY......................................................5.0 QUALITE DE SERVICE ET MATERIEL ROULANT.................................................. 51 CONVENTION DE FINANCEMENT BUSRATP2013RELATIVE AU RENOUVELLEMENT DU MATERIEL ROULANT ET A LACQUISITION DE MATERIEL(2013/007) ............................ 51 Vœu n°8 présenté par Mme SENEE.............................................................52 TRANSFERT DE RAMESMI84POUR LEXPLOITATION DES NAVETTESJUVISYMELUN DU RERDETMELUNMONTEREAU DU RESEAUSUDEST(2013/033) .............................. 53 Amendement n°11 présenté par M. DUROVRAY..................................54........ Vœu n°18 présenté par M. DUROVRAY........................................................54 DIVERS .............................................................................................................56 OPERATIONS DE QUALITE DE SERVICEREGULARISATION DE SUBVENTIONS (2013/034) ...................................................................................................56 DISPOSITIONS RELATIVES AUX RESSOURCES HUMAINES:MAINTIEN DU REGIME RE INDEMNITAIRE POUR LES GRADES DADJOINT ADMINISTRATIF1CLASSE ET ADJOINT RE E TECHNIQUE1ET2CLASSE(2013/035) ............................................................ 56 VŒUX NON RATTACHES A L’ORDRE DU JOUR ................................................... 56 Vœu n°12 présenté par M. DUROVRAY.................................................6..5..... Vœu n°13 présenté par M. DUROVRAY........................................................56
3
LE PRESIDENT souhaitela bienvenue à M.GAILLY, président de la CCI Paris, Ilede France, qui va siéger au sein de ce Conseil, à la suite du départ de M.FOUCHET. Il signale que M. GAILLY siégera également au bureau du STIF, conformément à l’article 4 du règlement intérieur. LE PRESIDENT énonce les principaux points de l’ordre du jour, qui comprend notamment : -la fixation des nouveaux taux du versement transport ; -un avenant au contrat STIFRATP 20122015 relatif à un programme d’évolution de l’offre de bus pour 2013 ; -le dossier d’orientations relatif à la modernisation de l’infrastructure billettique en IledeFrance par la mise en place des Unités Transport ; -le schéma de principe et le dossier d'enquête publique pour le prolongement de la ligne 11 à RosnyBoisPerrier ; -les premières mesures du futur schéma directeur du RER B Sud; -la déclaration sans suite de la procédure de délégation de service public relative à Voguéo ; -A sur la branche de Marnelales renforts d’offre prévus cet été pour le RER Vallée ; -les évolutions d’offre ferroviaire pour le service annuel de 2014 ; -une convention avec la RATP pour l’acquisition de matériel bus en 2013; -le transfert des rames MI84 pour l’exploitation des navettes JuvisyMelun du RER D et MelunMontereau du réseau Sud Est. LE PRESIDENT ajoute que 6 amendements et 11 vœux ont été déposés. Avant d’aborder l’ordre du jour, LE PRESIDENT revient brièvement sur la récente polémique sur le RER A. Il indique que les relations entre le STIF et la RATP sont régies par un contrat d’exploitation, qui précise les objectifs en termes de desserte et de qualité de service, ainsi que les moyens considérables accordés à l’opérateur. Il ajoute que le STIF n’a jamais demandé à l’exploitant de sacrifier la desserte des arrêts pour satisfaire de prétendus objectifs de régularité. Il souligne que cette pratique serait contraire à l’esprit du contrat qui a été conçu pour améliorer le service. LE PRESIDENT explique qu’il a convoqué la veille les Présidents de la RATP et de la SNCF pour obtenir des éclaircissements. La SNCF n’est pas concernée, car son protocole de sécurité exclut qu’un arrêt ne soit pas respecté. La RATP a assuré pour sa part qu’il ne s’agissait pas d’une manœuvre de contournement du contrat. Les mesures de régulation sont utilisées, de manière exceptionnelle lorsque les quais sont bondés aux heures de pointe, ce qui pose des problèmes de sécurité. LE PRESIDENT indique que la pression médiatique sur ces questions l’a conduit à organiser toutes les trois semaines un point presse pour faire le bilan du fonctionnement du réseau en IledeFrance, de manière transparente et pédagogique. Il ajoute que ce sera l’occasion de répondre en temps réel aux polémiques et d’apporter les éclaircissements nécessaires visàvis des usagers et des élus. LE PRESIDENT assure que la confiance n’exclut pas la vigilance et qu’il convient donc, concernant ces mesures de régulation, d’être à l’écoute des associations d’usagers, comme le fait le STIF sous la houlette de M. MONNET. Mme PECRESSE s’interrogesur l’opportunité de diligenter une commission d’enquête sur les événements des derniers jours, plutôt que d’entendre les Présidents de la RATP et
4
de la SNCF. Elle note la réaction vigoureuse du PRESIDENT, mais suggère la tenue d’une telle commission qui lui semble d’autant plus pertinente que les informations reçues sur les incidents de la ligne A du RER sont contradictoires et qu’il convient de vérifier s’ils ont réellement eu lieu ou s’il s’agit d’une simple manipulation. Le groupe UMP proposera donc la constitution d’une commission d’enquête.
LE PRESIDENTrépète qu’il a convoqué les intéressés qui se sont expliqués. Désormais, un point presse sera organisé toutes les trois semaines pour faire le point sur les incidents. Il juge inutile la constitution d’une commission d’enquête, qui ne servirait qu’à attiser les polémiques.
APPROBATION DU PROCES VERBAL DU 11 JUILLET 2012
Le procèsverbal de la séance du 11juillet 2012 est adopté sans demande de modification.
AFFAIRES BUDGETAIRES Et COMPTABLES Fixation des nouveaux taux du Versement Transport (2013/005) LE PRESIDENTrappelle que l’Assemblée nationale a voté à l’unanimité, lors de l’examen du projet de loi de finances 2013, l’augmentation des taux du VT.
Mme MOUGARDque la loi de finances 2013 a relevé de 0,1 point chacun des explique taux plafonds du VT et a également prolongé d’une année la période de transition qui est applicable aux communes relevant de l’unité urbaine de Paris. Pour ces communes, qui passent de la zone3 à la zone2, l’évolution du taux va être mise en œuvre de façon progressive sur quatre années. Il est donc proposé au Conseil de fixer les nouveaux taux du VT applicables en Ilede er France, à compter du 1juillet 2013, au nouveau plafond fixé par la loi de finances pour 2013, tout en tenant compte de l’évolution progressive des taux dans les communes comprises dans l’unité urbaine de Paris. Par conséquent, pour ces communes, le taux s’établirait comme suit : er -juillet 2013 jusqu’au 30 juin 2014 ;1,6 % du 1 er -juillet 2014 jusqu’au 30 juin 2015 ;1,7 % du 1 er -juillet 2015.1,8 % à partir du 1 Pour Paris et pour les communes du département des HautsdeSeine, le taux proposé est de 2,7 %. Pour les communes de SeineSaintDenis et du ValdeMarne, il s’élève à 1,8 % et pour les autres communes d’IledeFrance à 1,5 %.
M. SAINSARDpart de l’avis favorable unanime de la Commission Economique et fait Tarifaire (CET).
LE PRESIDENTindique être saisi sur ce point de deux amendements : l’un est présenté par M.METTON, tandis que l’autre est signé par MmesPECRESSE, KUSTER, DOUVIN et M. DUROVRAY.
Amendement n°3 présenté par M. METTON
M. METTONqu’il s’agit plus d’un vœu que d’un amendement. Il a pour objet explique d’engager une réflexion sur la modification des périmètres des zones 1 et 2, afin de tenir compte du caractère de la zone dense et du nombre des salariés qui se déplacent, qui peut justifier un VT plus élevé.
5
Il est suggéré que la réflexion sur ces périmètres prenne davantage en considération la réalité économique locale, plus que les limites administratives, afin de placer en zone1 des communes qui sont actuellement en zone 2. Les recettes du VT se trouveraient ainsi renforcées.
Mme MOUGARDque le zonage étant un élément de l’assiette de l’imposition, il répond revient au Parlement de le faire évoluer. Ainsi, la dernière modification du zonage résulte de l’article32 de la loi 20101658 du 29décembre 2010 de finances rectificative pour 2010.
LE PRESIDENTdemande à M. METTON s’il maintient son amendement.
M. METTONrépond qu’il le retire. Il remercie la Directrice Générale pour ses explications et indique qu’il va saisir les interlocuteurs compétents pour qu’une réflexion soit engagée sur le zonage.
Amendement n°9 présenté par Mme PECRESSE
Mme PECRESSEle vote unanime par l’Assemblée nationale de l’augmentation rappelle de 0,1 point du VT. Elle rappelle aussi que cette mesure avait été envisagée dans le rapport CARREZ sur le financement du projet de transports du Grand Paris.
Elle souligne que le vote unanime des députés était subordonné à l’engagement pris de l’affectation des recettes supplémentaires du VT à la modernisation des RER et au Grand Paris. Par conséquent, l’objet de cet amendement est d’acter l’engagement pris par les députés toutes tendances politiques confondues en ce sens.
Elle ajoute qu’il s’agit peutêtre d’une évidence, mais qu’il vaut mieux être vigilant par expérience. Elle cite à cet égard les 267 millions d’euros de taxes supplémentaires reçus de l’Etat en deux ans par la Région, sous le Gouvernement de M.FILLON pour la rénovation des RER. Elle déplore que seuls 183 millions d’euros aient été inscrits au budget des transports.
Mme PECRESSEaffirme qu’il est nécessaire de préciser l’affectation de la totalité des ressources supplémentaires du VT au Grand Paris et à la rénovation des RER. Ces ressources ne doivent pas être détournées de l’objet pour lequel elles ont été votées.
Elle conclut en indiquant que si cet amendement est adopté, son groupe votera pour le relèvement du VT. Dans le cas contraire, son groupe s’abstiendra.
M. GUEDJse félicite de la mise en œuvre de l’amendement voté à l’Assemblée nationale. Il s’étonne de l’intervention de MmePECRESSE, affirmant qu’il n’a jamais été fait mention du financement du Grand Paris à l’Assemblée nationale, ni dans l’exposé des motifs, ni dans leurs libellés. Il ajoute qu’il était en revanche précisé que les recettes engendrées par l’augmentation du VT étaient destinées à l’amélioration de l’offre de transport, notamment des RER.
M. GUEDJsouligne également que le Conseil du STIF a adopté en décembre dernier un vœu selon lequel les recettes résultant de l’augmentation du VT, c’estàdire 80 millions d’euros en 2013 et 170 à 180 millions d’euros à terme, devaient être affectées exclusivement à l’amélioration de l’offre existante de transport, notamment par le biais d’un plan bus. En ce sens, l’amendement parlementaire a reçu l’assentiment du Premier ministre avant la discussion à l’Assemblée nationale.
M. GUEDJrépète qu’il n’a jamais été question du Grand Paris Express. Il ajoute qu’il serait étonnant que l’augmentation du VT soit justifiée autrement que par la nécessité de procéder à des dépenses d’investissement sur les RER et d’accélérer la mise en œuvre des schémas directeurs.
6
Il indique que la Commission offre de transport (COT) s’efforce précisément d’élaborer ce plan bus, qui a été confirmé par LE PRESIDENT lors des vœux du STIF. Ce plan bus correspond à une réalisation concrète et opérationnelle.
M. GUEDJ renvoie au vote du vœu adopté par le Conseil du STIF en décembre 2012 pour que chacun se rappelle les termes de ce vœu qui ne fait nullement mention du projet du Grand Paris.
M. FAVIERse félicite que le STIF puisse adopter cette délibération sur l’augmentation du VT. Il fait part également de son désaccord avec l’amendement présenté par l’opposition. Il juge naturel que cette nouvelle ressource soit affectée au STIF et utilisée à financer le cœur de son activité, c’estàdire le renforcement de l’offre de transport, la politique tarifaire et les investissements qui permettront d’améliorer la qualité de service.
M. FAVIERconstate le besoin de financements nouveaux pour la création de nouvelles infrastructures. Il souligne que c’est précisément pour cette raison que le Conseila adopté à l’unanimité un vœu prévoyant que de nouvelles ressources soient affectées aux infrastructures de transport en IledeFrance, tant pour le réseau du Grand Paris Express que pour le Plan de Mobilisation pour les transports.
M. FAVIER indique que de nombreux élus réfléchissent pour trouver un financement à la hauteur des besoins et pour réaliser le Grand Paris Express dans les délais prévus et dans son intégralité. Il ajoute que de nombreuses propositions ont été formulées. Une dizaine de pistes de financement possibles a été identifiée, qui permettrait de lever à terme jusqu’à 15 milliards d’euros supplémentaires pour réaliser le Grand Paris Express.
M. FAVIERconsidère que l’augmentation limitée du VT doit être dédiée au développement de l’offre, en particulier sur le réseau de bus. Il rappelle aussi l’engagement de la majorité, portant sur le pass Navigo à tarif unique. Il souligne que l’augmentation du VT envisagée ce jour ne permettra pas de financer cette mesure.
En ce sens, MmeCOHEN a déposé au Sénat une proposition de loi, qui devrait être examinée le 27février 2013. Cette proposition vise en effet à instaurer une harmonisation du VT permettant de dégager les moyens nécessaires pour envisager le pass Navigo à tarif unique.
M. FAVIERrépète que l’augmentation du VT ne peut être affectée uniquement au Grand Paris Express ou aux RER. Il considère qu’il faut prendre en considération, de façon plus générale, la politique globale d’amélioration de l’offre de transport.
M. SERNEcritique la présentation faite par Mme PECRESSE de l’utilisation des crédits de transports et conteste une nouvelle fois l’argument d’une prétendue cagnotte à la Région. Il explique que plus de 600 millions d’euros de crédits de paiement en investissement sont comptabilisés à la Région.
M. SERNErappelle qu’en vertu du principe de libre administration des collectivités locales, il revient au STIF de modifier les taux du VT, après le vote par le Parlement d’un taux plafond de VT.
Il rappelle aussi le vœu adopté par le Conseil, selon lequel les recettes issues de l’augmentation du VT devaient être affectées en priorité à de l’offre nouvelle. Il explique être sollicité par de nombreux maires d’IledeFrance, qui désirent que le réseau de bus soit développé sur leur territoire. Il affirme que les intéressés réclament une amélioration des services de bus avant toute chose et que la défense de la Grande Couronne et des marges de l’IledeFrance, portée par Mme PECRESSE est incompatible avec l’affectation exclusive des ressources du VT au Grand Paris Express et aux RER.
M. SERNEconclut son intervention en affirmant que, grâce à l’augmentation du VT, les réseaux de bus et de RER vont pouvoir être améliorés et que les dépenses relatives à la tarification unique vont pouvoir être engagées.
7
M. EBLESERNE. Il souscrit,en tant qu’élu de la Grande Couronne, aux propos de M. explique que l’augmentation du VT va impacter tous les territoires, y compris les plus éloignés. Or, l’amélioration nécessaire des infrastructures RER et le développement d’une infrastructure nouvelle qu’est le Grand Paris ne concernent guère les habitants des communes de la grande périphérie.
M. EBLEestime qu’il sera difficile d’expliquer aux élus et aux entreprises de ces territoires, que l’augmentation du VT va servir à renforcer une offre qui bénéficie essentiellement aux territoires de Première Couronne, alors qu’euxmêmes ont besoin d’une offre de proximité améliorée, qui est pour l’essentiel une offre de renforcement des réseaux de surface. Il lui apparait ainsi nécessaire de renforcer l’offre bus par les moyens supplémentaires liés au VT.
M. SUEUREBLE. Il rappelle avoir dénoncé uneen partie les propos de M. approuve certaine incohérence à voir dans l’unité du Grand Paris des territoires tels que les villages du Vexin. Mais cette unité du Grand Paris vient désormais renforcer la volonté de développer l’offre de ces territoires.
M. SUEUR souscrit donc à la proposition d’augmentation du VT. Il s’interroge par ailleurs sur l’avancement du projet d’harmonisation du taux du VT dans toute la région Ilede France.
LE PRESIDENT répondque la proposition de loi mentionnée précédemment par M. FAVIER a été déposée au Sénat. Dans ce cadre, il va être entendu par la commission sénatoriale compétente. Il rappelle l’engagement pris par la région et le STIF aux termes d’un protocole, selon lequel l’offre de transport reste la priorité, mais la tarification fait aussi partie des compétences du STIF. Ainsi, si la proposition de loi aboutit, elle permettra de franchir une étape significative vers la tarification unique.
Mme PECRESSECARREZ a préconisé à l’Assemblée nationale unerappelle que M. augmentation de 0,1 point de l’ensemble des taux en début de période, dans le cadre du Plan de Mobilisation de la Région et du Grand Paris. Il a ensuite évoqué les lignes B et C ainsi que la ligne A.
Elle affirme que l’unanimité a ainsi été obtenue sur l’amendement de M. GUEDJ, grâce au vote de l’opposition, qui était persuadée que les recettes supplémentaires seraient consacrées au Grand Paris Express et au Plan de Mobilisation.
Mme PECRESSEexplique ne pas être opposée au plan bus, auquel tous les élus de la Grande Couronne tiennent beaucoup. Elle estime que les 175 millions d’euros de recettes nouvelles annuelles résultant de l’augmentation du VT permettront également de financer le plan bus. Elle propose de sousamender l’amendement proposé, en précisant que les recettes supplémentaires seront affectées non seulement aux dépenses du Grand Paris, mais aussi à la rénovation des lignes de RER et au plan bus.
Mme PECRESSEconteste en revanche que cette augmentation du VT soit consacrée à une modification de la politique tarifaire. Elle se dit inquiète à l’idée que les recettes supplémentaires ne soient pas au service de la politique d’investissements dont la Région a besoin pour améliorer l’offre de transport, pour développer les réseaux de bus, pour fournir un réseau RER de qualité, pour améliorer les schémas directeurs, pour créer de nouvelles lignes, pour élaborer des plans de mobilisation, mais uniquement pour une politique tarifaire.
Mme PECRESSEaccepte que le plan bus, peu coûteux selon elle par rapport aux ressources supplémentaires issues du VT, figure dans cet amendement, alors même que ceci ne correspond pas à la volonté du législateur.
LE PRESIDENT rappelleson engagement en faveur du plan bus, à la demande notamment des élus de Grande Couronne. Il s’agit d’un dossier important et consensuel au sein du STIF.
8
Concernant le Grand Paris Express, il indique qu’il a lancé la concertation sur la ligne Orange la veille et qu’il a affirmé à cette occasion sa volonté de réaliser ce projet dans sa totalité. Les conseils généraux du Val de Marne et de la Seine Saint Denis défendent également la réalisation de ce projet.
LE PRESIDENT souligne que le Premier ministre a également la volonté que le projet soit réalisé. Il explique que les difficultés budgétaires nationales risquent d’entraîner un allongement de la durée de réalisation du projet. Il ne craint aucune difficulté particulière pour la ligne Rouge et la ligne Orange, qui représentent les éléments essentiels de lancement de ce projet.
LE PRESIDENT signale que les élus ont commencé à réfléchir à la possibilité de solutions plus légères et moins coûteuses pour certains tronçons. Dans ces conditions, il estime que le projet va aboutir, car il engage la totalité des élus d’IledeFrance. Il indique qu’il se sent responsable par rapport à tous les élus, indépendamment de leur appartenance politique, parce qu’il a signé l’accord avec l’Etat au nom de la Région.
LE PRESIDENT affirme qu’il s’agit du projet le plus important jamais porté et qu’il importe de continuer à le porter. Pour cette raison, le VT ne saurait être utilisé pour le Grand Paris Express, qui est financé par l’Etat et non par des moyens affectés au STIF ou à la Région.
LE PRESIDENT explique qu’il s’efforce de progresser avec deux projets qui sont techniquement et politiquement complémentaires : le Plan de Mobilisation et le Grand Paris Express.
Il relève que le Plan de Mobilisation a été fortement critiqué dans le passé, mais qu’il est désormais considéré comme faisant partie intégrante du système de transports en Ile deFrance, comme l’a reconnu le gouvernement précédent, par l’intermédiaire du Ministre de la ville, M.LEROY, et comme le reconnaît le gouvernement actuel, par les voix de M. CUVILLIER et de Mme DUFLOT.
LE PRESIDENT met aux voix l’amendement n°9, en recommandant de ne pas l’adopter.
Mme PECRESSE demandes’il a bien été tenu compte de sa demande de modification, tendant à ajouter le plan bus dans l’amendement.
LE PRESIDENTmet aux voix l’amendement ainsi sousamendé.
L’amendement n°9 est rejeté par 18 voix CONTRE (Le Président, Mmes BONZANI, COHEN, REVAULT D’ALLONNESBONNEFOY (pouvoir à M. SAINSARD), SENEE, VALLS, MM. AFFANE, BARGETON, EBLE, FAVIER, GAUDILLERE (pouvoir à M. BARGETON), GAILLY, GUEDJ, GUERIN, MANSAT (pouvoir à Mme COHEN), PICARD, SAINSARD, SERNE), 7 voix POUR (Mmes DOUVIN, PECRESSE, MM. DUROVRAY, METTON, SPILBAUER, SUEUR, TETART) et 1 ABSTENTION (M. ALBARELLO).
La délibération relative à la fixation des nouveaux taux du Versement Transport, soumise au vote, est adoptée par 19 voix POUR (Le Président, Mmes BONZANI, COHEN, REVAULT D’ALLONNESBONNEFOY (pouvoir à M. SAINSARD), SENEE, VALLS, MM. AFFANE, BARGETON, EBLE, FAVIER, GAUDILLERE (pouvoir à M. BARGETON), GUEDJ, GUERIN, MANSAT (pouvoir à Mme COHEN), METTON, PICARD, SAINSARD, SERNE, SPILBAUER) 6 ABSTENTIONS (Mmes DOUVIN, PECRESSE, MM. ALBARELLO, DUROVRAY, SUEUR, TETART)et 1 voix CONTRE (M. GAILLY).
9
CONTRATS, CONVENTION FINANCIERES Avenant n°3 au contrat STIFRATP (2013/006) Mme MOUGARDque cet avenant vise tout d’abord à revoir les modalités de indique règlement des acomptes de la contribution du STIF à la RATP, pour prendre en compte er er que la hausse tarifaire intervient désormais le 1janvier et non plus le 1juillet. Il convient donc de revoir les modalités de versement de ces acomptes, pour que la RATP ne bénéficie pas d’un effet d’aubaine de trésorerie de l’ordre de 35 millions d’euros.
L’essentiel de l’avenant porte sur l’offre de transport et sur le renfort de l’offre de bus. Il s’agit de 15 opérations, qui ont été examinées par la COT. Ces renforts représentent un million de voyages et 830000 kilomètres annuels supplémentaires. La plupart de ces renforts seront mis en place à compter du 18 mars 2013.
L’effort est important, puisque le montant de ce programme s’élève à 4 millions d’euros de charges annuelles. Ce programme d’offre se poursuivra avec les restructurations liées aux mises en service du contrat de Plan Etat/Région, notamment pour le T5 et le T7.
M. SAINSARDannonce que l’avis de la CET est favorable unanime.
Mme SENEEmentionne l’avis favorable unanime de la COT.
LE PRESIDENTMETTON a déposé un vœu relatif à la mise en placeque M. indique d’une cellule de veille sur l’évolution de l’offre bus.
Vœu n°4 présenté par M. METTON
M. METTON expliquequ’il s’agirait de faire le bilan des nouvelles améliorations, un an après la mise en service et d’en établir le compte rendu. Plus précisément, il est proposé lors d’une restructuration d’une ligne ou d’un réseau de bus, de mettre en place une cellule de veille entre l’administration du STIF, les exploitants, ainsi que l’administrateur territorial compétent pour s’assurer que l’offre décidée correspond bien aux besoins des usagers et que les mesures prises présentent une amélioration sensible du service. L’administration du STIF présenterait dans l’année qui suit la mise en service d’une restructuration bus autour d’une infrastructure lourde de transport un bilan de celleci en termes de fréquentation et de régularité. Il serait ainsi possible de vérifier la pertinence des solutions mises en œuvre.
Mme MOUGARDque le STIF est en relation permanente avec les opérateurs explique après la mise en œuvre d’un mode lourd, que ce soit pour les questions relatives à la restructuration des lignes de bus ou pour l’exploitation du mode lourd luimême. Il s’agit en effet de s’assurer des conditions d’exploitation de la nouvelle offre, en particulier dans les premières semaines qui suivent la mise en service. Ceci permet, le cas échéant, des réajustements d’offre et, dans un second temps, l’évaluation de la pertinence du nouveau dispositif mis en place, une fois les habitudes des voyageurs bien installées.
Concernant les améliorations d’offre sur le réseau de bus, hors restructuration liée à un mode lourd, la RATP et les opérateurs privés, dans le cadre des contrats de type2, fournissent des informations sur le fonctionnement de chaque réseau, notamment lors des comités de bassin ou des réunions programmées avec les collectivités concernées.
Plus globalement, afin d’éclairer le Conseil, le STIF est amené, chaque année, à présenter un bilan de l’évolution de l’offre de bus en COT. Ainsi, un bilan sur l’ensemble de la période 20062012 a été exposé lors de la COT élargie du 7 février dernier.
10
Pour les tramways mis en service à la fin de l’année 2012, une réunion technique a eu lieu avec la RATP, dès le mois de janvier 2013 pour examiner les conditions d’exploitation des lignes prolongées T1, T2 et T3. A cette occasion, des difficultés importantes ont été constatées sur la ligne378, qui a été restructurée à la suite du prolongement du T2 jusqu’à Pont de Bezons. Les équipes du STIF se sont rendues sur place et demander les éléments techniques à la RATP, avec laquelle une solution rapide a été élaborée. Une réunion avec les collectivités concernées va être organisée, dès que l’ensemble des éléments techniques (temps de parcours, évolution du trafic, etc.) sera disponible, soit environ un an après la mise en service. Un bilan sera ensuite présenté en COT.
Une action opérationnelle sur le terrain semble plus utile qu’une cellule de veille. Ainsi pour les lignes 60 et 78, il convenait de réagir immédiatement, sans attendre de disposer d’un bilan circonstancié un an après la mise en service.
LE PRESIDENT demandeà M.METTON si ces éléments de réponse lui permettent de considérer que son vœu a été pris en compte.
M. METTONqu’il convient en effet de réagir immédiatement dans certains cas, répond quand, dés la mise en service, une difficulté se présente. Mais, il ajoute qu’il est aussi parfois utile de prendre du recul. La cellule de veille ne serait pas antinomique avec la pratique actuelle du STIF. Par conséquent, il maintient son vœu.
Mme MOUGARD répèteque les équipes du STIF s’efforcent de résoudre les problèmes immédiatement après les restructurations et par ailleurs, des bilans annuels, partagés avec les collectivités concernées, sont établis, notamment dans le cadre des comités de bassin.
De plus, dans le cadre de la réflexion sur la programmation pluriannuelle de l’offre bus, des bilans annuels et pluriannuels sont réalisés qui donnent aux administrateurs l’ensemble des éléments susceptibles d’éclairer leurs choix dans les orientations prioritaires de renforts d’offre ou d’évolution de l’offre bus. Dans ces conditions, il semble que le vœu est déjà satisfait.
LE PRESIDENTdemande si M. METTON maintient son vœu.
M. METTONconfirme le maintenir, car il estime que des éléments restent à améliorer.
LE PRESIDENTn’en recommande pas l’adoption.
Mme PECRESSEau Président d’intervenir pour un rappel au règlement demande intérieur, estimant que M. SERNE vient d’envoyer un tweet mensonger dans lequel il indique qu’elle est opposée au plan bus. Elle précise qu’elle a sousamendé son amendement précédent précisément pour y inclure le plan bus et souhaite que M. SERNE retire son tweet.
LE PRESIDENT expliqueque le Conseil du STIF est une enceinte dans laquelle chacun travaille sérieusement et pour sa part, il ne tweete pas en séance. Il souhaite que chacun en fasse de même et donne la parole à Mme SENEE.
Mme SENEEexplique que le STIF, et tout particulièrement dans le cadre de la réflexion conduite par la COT, est attaché à contrôler les actions qui sont mises en place. Ainsi, un bilan du plan bus pour la période20062012 a été réalisé. Elle ajoute qu’elle s’est efforcée de mettre ces diagnostics à la disposition de tous. Elle précise que les réunions de la COT sont élargies à l’ensemble des administrateurs, pour chacun puisse assister à ces présentations. Le prochain plan bus fera l’objet des mêmes actions de contrôle.
Mme SENEEsignale que, dans les situations de surcharge, les usagers se manifestent très rapidement et les opérateurs, euxmêmes font état des difficultés. De nombreuses procédures répondant au souhait de M. METTON ont été instaurées.
11
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.