Transgression et identité autofictionnelle dans l'oeuvre de Rachid O.

De
Publié par

Rachid O., auteur marocain francophone, exprime par son écriture le désir assouvi et le tabou homosexuel transgressé à travers les réminiscences de l'enfance, qui servent de filtre à son imaginaire d'écrivain. Rachid O. renouvelle le champ littéraire marocain en offrant une écriture dénuée d'artifice qui dit qui il est.
Publié le : jeudi 1 janvier 2015
Lecture(s) : 25
Tags :
EAN13 : 9782336367002
Nombre de pages : 142
Prix de location à la page : 0,0075€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

Khadija El AchirTransgression et identité autofi ctionnelle
dans l’œuvre de Rachid O.
L’Enfant Ébloui, Plusieurs vies, Chocolat chaud et Ce qui reste
Transgression et identité
Rachid O. est un auteur francophone marocain, qui a écrit quatre
ouvrages dans lesquels il raconte son enfance, son adolescence au autofi ctionnelle
Maroc et ses voyages en France et en Suisse. Il s’est arrêté d’écrire
pendant dix ans et a publié Analphabètes en 2013. Son écriture dans l’œuvre de Rachid O.exprime le désir assouvi et le tabou homosexuel transgressé à
travers les réminiscences de l’enfance, qui servent de fi ltre à son
imaginaire d’écrivain. L’Enfant Ébloui, Plusieurs vies, Chocolat chaud et Ce qui reste
En retournant à ses premières expériences sexuelles, c’est la
recherche d’un discours originel, puisé dans le corps de l’autre,
pour se dire enfi n et peut-être se comprendre. C’est la première
fois que la thématique de l’homosexualité est le sujet principal d’un
ouvrage de littérature francophone marocaine dans un genre qui
n’est pas clairement défi ni.
En effet, le lecteur oscille constamment entre autobiographie
et autofi ction. Rachid O. se veut authentique et sincère dans sa
démarche littéraire mais le lecteur n’est pas dupe : c’est une mise en
scène du moi pour amener la libération d’une parole plus intime qui
permet de dire son homosexualité à travers la rencontre de l’autre.
Rachid O. renouvelle le champ littéraire francophone marocain
en offrant une écriture dénuée d’artifi ces qui dit qui il est. Cela
permet d’ouvrir la voie à d’autres auteurs, comme Abdella Taïa,
notamment.

Khadija El Achir, titulaire d’un Master 2 en Littérature française
générale et comparée, enseigne les Lettres modernes dans un
établissement public du secondaire. Ses axes de recherche croisent
les littératures francophones, la psychanalyse, la Queer Theory et
les Gender Studies.
Illustration de couverture : Séphora Gutfreund
ISBN : 978-2-343-04071-4
14 €
Transgression et identité autofi ctionnelle dans l’œuvre de Rachid O. Khadija El Achir









Transgression
et identité autofictionnelle
dans l’œuvre de Rachid O.




Collection Homotextualités
Dirigée par Nicolas Balutet
eDepuis la fin du XIX siècle, avec l’émergence d’une
culture gay et lesbienne, la thématique homosexuelle s’est
développée dans la littérature. La collection
« Homotextualités » entend donc analyser ces rapports
entre création littéraire et homose-xualité. Comment les
écrivains portent-ils leur regard vers ce qui sort des
normes ? Comment écrivent-ils le corps, la sexuali-té, le
bizarre ? Quels genres et thématiques privilégient-ils ?
S’inscrivent-ils dans les courants et champs de la création
et de l’imaginaire collectif ? Ouverte à toutes les
littératures, cette collection entend aussi confronter les
époques pour faire enten-dre d’autres voix.
Déjà parus
KRAUTHAKER Marion, L’identité de genre dans les
œuvres de George Sand et Colette, 2011.
ISOLERY Jacques, François Augiéras. Trajectoire d’une
ron-ce, 2011.
DUBUIS Patrick, Emergence de l’homosexualité dans la
litté-rature française : d’André Gide à Jean Genet, 2011.
CUROPOS Fernando, António Nobre ou la crise du genre,
2009.
LARRIEU Gérald, Des genres qui dérangent. La
transgression de Manuel Puig, 2009.
NOUHAUD Dorita, L’ombre d’affolées en pleurs ou
l’érotisme « métrisé » de Severo Sarduy, 2009.
VIÑALS Carole, Jaime Gil de Biedma. Une poésie
violemment vivante, 2009.
Khadija El Achir











Transgression
et identité autofictionnelle
dans l’œuvre de Rachid O.
L’Enfant Ébloui, Plusieurs vies,
Chocolat chaud et Ce qui reste








































































































































































































































































© L’Harmattan, 2014
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.harmattan.fr
diffusion.harmattan@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-343-04071-4
EAN : 9782343040714























À Sfiya,
sans qui, cet ouvrage n'aurait jamais vu le jour.

/D WXUH OLWWpUD QH RFD ODQJ IF rX
REMHW V G?LQWpUrW HW V G
pWXGH Q SHX W SDUWRX GDQV H H PR O VX
LHU
HU HV WX
VVHQ V?LQWpUH X[ OLWWpUDWXUH IpPLQLQH HW RVH[XHOOH KRP OLWWpU
V GSOPG
XWUH
G VO ? X VXMHW U SRX UHSUHQGUH XQ
URF0D O LW ID WXGH GH UH WXOLWWpUD VH Qo UD QLYH ?8 VLWp
YDj3 Dp
OXVLHXUV V LH WURL
?DXWR LFWLR Q VVDL VXU OD WLRQ VD WLRQQDO LF VRL HQ LW WpU

OHXWLGpWVVLDQVFKOLVRXHDDXLIF1UDUHUHO(YVLSUUWUIHWPWK/UVXWGV9I&HGUWHRVHVIWQoUHIVKLXWROGHLVVII?XJ?HUQRGD,HVXGIGHLQK,OXHWDQHVHVURWDjLpLHMYGXFHVjL3OW/UFGGQXDpWDU5pOFSLFUUVDX?UO,OXQGLUGIDSU9NUKDRPRVDH[QXWHGOXOH5M,VOW?LDUJOL,W5GFHPRQWGUVHpUVQ?XQHDRDjUOWUXHX0UUHDH
pHSDU*pUD LULJ (+(66LWHG*HQHWWHLQpG UG
qVH DW FHQW LQ RORQQD

HW EORL /?HQIDQW pFLWV GHX[
OLYUHV LQT
DX DEDW j Q Qp DQFRSKRQH DXWHX U Q 2 FKLG
p? FRPSHQVWULFHG?XQPDQTXH SRXUFR XLUHXQH QRXYHOO HLGHQWLW
DFWLYLWp FRPP H &RORQQD LQFHQW DU RUJp QpRORJLVPH
ILFWL QQDOLVDWLR
?D HW G?2 ?pFUL XUH GDQV UDQ JUHVRQ OD H IRQFWLRQ QHPHQW
H
pUDW OLWW D RUWH 2 DFKLG GH O??X YUH H ?pWX GH LGHQWLWDLUHV
XUDW
/HV KRPR H[XHOOH ?pFULWXUH HW H FDUFpUDO O?pFULWXUH
LQL HV pP pFULWX OHV RPDLQH URL GDQV OLWWp UDLUH HQRXYHDX XQ
SDUWLFXO Q RQ VWDWH 2Q QJODLVHV DQDGLHQQHV DPpULFDLQHV
V LWpQLYHUV HV GDQV FLWH XV TX?H OOH G?LQWpUrW HJDLQ OH RLU GH
7,2 2'8& ,175URPD TXL WH HV
UGWD
V O
H
VHV RLUHVW KL VWD VH WUp ? JX )X UVV
V 0H IHPHV
RXUV$P DFRQWH VHV UHV SUHPLq RLUHV KLVW
QV 'D 0XVX ? UPH IIL VRQ QWLWp LGH
PXVXO V ?
TX?LO pSURXYH U SRX VRQ SqUH XQ G
H VRQ?XY
?
V/SpVHT F
V UHQFRQWUH V HXURSpHQQH WHV DL 0DURF W GXUDQW LVLWH
QV 'D H Q URPD RO&K QRXV UHWURXYRQ QRXYHDX
WH RU
G V XIS RX
RLU
PSVWH V UQLHUGH OLYUH KLG 2 Q QW WD TXH
URPDQFLHU URJH WHU V?L VXU W DSSRU j OD OLWWpUDWXUH HW ?p FULWXUH
UHpQWXGHXYUDRJHGD

LPHQDXHWOH/QDW/VHHrFRLOVWD$QHGF?RQIHYLHHOQW5DXVUQORDV5S(UDHDPQL?qLUPHQQDVGHV5?QHVWH&PKDI?XLG2VOUUHUVILUQLUHQ?OQVWQRGVqJWUOQjq?FHV3OW?VQUHDQ5DPPGQSHFGVGHjWDFWDXTUOGFHDVGXPVXjDQDIGOHGR,G3OXVLHXUV0YHLXHEV0Q*XSHL?GWXOPDIQVLXOIFDHFH,DVHORTUPDXQLHRHVWGUGDRQPXUHQ0RRFGHHDOWQjDHWUHRVVLT?QGLHHHYIU((DVVIQDXGVDOVWYWVKqPHUVpFXUUHQWVGDUQHVRO?HQWVHPEOHFQDHGHVUjYRHLGWORGQDM3RVHWYDLHVVGQFOVHVWLHWLGXWUFVHQPVEHQUGVWVVUSQVOHLP?RLTRHQ&FFORHXOUYHVOH)HOpQ5VFFHQWpWVDQGLHD5VVODOW/IHFLUQ
VWLRQ V SD D HU QH O DOOLPDUG ULV DEqSK FKLG

XUO?DFWHPrPHG?pFULUHLWV RQK PR [XDOLWpHWLOUpIOp FK
HW DQFHQI RQ OLpHV IDL HV D pYpODWLX?LO RQV HV WRXWH U UHYLHQW
FRQ RP XQ HXQH1RXkPDQHLGHH SDWULRWHTXLHYLHQW?XQ QW
HQ SDULV pWUR OH DQ UHQFRQWUH pYRTXH ,O RQFOH RQ GH
W SqUH RQ H SDUOHU H HQWH O?DXWHXU TXL &H URPDQFpH PRLQV
OHWKpjODPHQSOXV KHPDUR FDLQ
SS H TXL DFKLG FKH] DQFH D GH U GpV H UHSUpVHQWH FKDXG
DW KRFRO /H HVSp UDLW ?LO FH TXH SOXV LHQ DS SRUWH UD OXL <RXVVU
DYHF ODWLRQ D ILQDOHPHQ DLV ?HQID FH FRSDLQ <RXVVU
MDORX[ HQG TXL FH 0DURF X YDFDQFHV IUDQoDLV MHX H Q 1Rp
GH PRXUHX[ RPEH TXL HW FHQWGROHV GHYHQ FKLG H RQ SHUV QDJH
HWHQ 6XLV )UDQFH
HQ
OHV XURSH HQ HFWXpVHI YR\DJHV OH pFULYHQW UpFLWV DXWUHV
O?DPL F YH HQWUH LHQW TX?LO H DPRXUHXV UHODWLRQ D XU SDUWLFXOLqUHPHQW
?DWWDU DFKLG GH ?HQIDQFH XU HYLHQW ? 0RQ
DUDOOqOHV ?KLVWRLUH HQV OH Q RQ XH OXVLHXU pFLW
O?DPRXU DQDO H \V W GpFULW LO Kp QPR SqU Q
H LQ OD
SOH FRX Q HQFRUH YLW LO TXL YHF $QWRLQH YHF FHOOH RQW ?XU GH
HW DQGL D LO HTXHO GDQV
pPLQL ?HQYL RQQHP QW pFULW [XHOOH H[SpULHQFH
DG FHQFHROHV RQ LXVV HW FKLG QDUUDWHXU X DURF DX O?HQIDQFH
UDFRQWHQW ,O PDJKUpELQH LWWpUDWXUH OD GH DXWRELRJUDSKL TXH
EOR /?H QW H pFLWV FLQT
$QDOSKDEq WH
OXV QV L[ HW

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.