Daniel Ost, l'art floral et la beauté de l'éphémère

Publié par

D a n ie l O S T L’a rt fl or al e tl ab e au t éd el’ é p h é m è r e D a n ie l O S T L’a rt fl or al e tl ab e au t éd el’ é p h é m è r e PAU LG E E RT S l e sa r è n e s AvAnT-PROPOS m a rt i n ed ec l e rc k–va nd e nW eg h e 8-9 LE mySTèRE DE LA nATURE c e e sn o ot e b o o m 14-19 méTAmORPhOSES u n eb e au t éi n co n n u e 24-89 PRéfACE da n i e lo s t 10-13 L’ART DE L’inTéGRATiOn k e n g ok u m a 20-23 ExPOSiTiOnS l aq u ê t ed el’ e s p r itd e sl i eu x 90-279 événEmEnTS & fESTiviTéS fa n ta is i e sf lo r a l e s 280-347 LiSTE bOTAniqUE 386-391 ChROnOLOGiE s é l ec t i o nd ’ e x p o s it i o n se td ’ é v é n e m e n t s 398-399 ATmOSPhèRES & DéCORATiOnS b e au t ée ti m p e r m a n e n c e 348-385 DAniEL OST l e sp l a n t e sco m m em oy e nd ’ e x p r e s s i o n 392-397 REmERCiEmEnTS bibLiOGR APhiE 400-402 AvAnT- PRO POS m a rt i n ed ec l e rc k–va nd e nW eg h e le langage floral et formel de daniel ost, je l’ai découvert au début des années 1980, grâce à son épouse marie-anne, qui m’a ouvert les portes de leur magasin de fleurs de sint-niklaas, où ils mettaient en œuvre des matériaux originaux pour les cours d’art floral de la belgian flower arrangement society. À plusieurs reprises, j’ai eu la chance de voir de somptueuses créations surgir des mains de daniel.
Publié le : jeudi 12 mai 2016
Lecture(s) : 1 737
Nombre de pages : 203
Voir plus Voir moins
D a N I e l O S T
L’a r t F l o r a l e t l a B e au t É d e l’ É p H É M È r e
D a N I e l O S T
L’a r t F l o r a l e t l a B e au t É d e l’ É p H É M È r e
PAU L G E E RT S
l e s a r È N e s
AvAnT-PROPOS m a rt i n e d e c l e rc k–va n d e n W eg h e
8-
LE mySTèRE DE LA nATURE c e e s n o ot e b o o m
4-
méTAmORPhOSESu n e b e au t é i n co n n u e
4-8
PRéfACE da n i e l o s t
-3
L’ART DE L’inTéGR ATiOn k e n g o k u m a
-3
ExPOSiTiOnS l a q u ê t e d e l’ e s p r it d e s l i eu x
-7
événEmEnTS & fESTiviTéS a n ta is i e s  lo r a l e s
8-347
LiSTE bOTAniqUE 38-3
ChROnOLOGiE s é l ec t i o n d ’ e x p o s it i o n s e t d ’ é v é n e m e n t s
38-3
ATmOSPhèRES & DéCOR ATiOnS b e au t é e t i m p e r m a n e n c e
348-385
DAniEL OST l e s p l a n t e s co m m e m oy e n d ’ e x p r e s s i o n
3-37
REmERCiEmEnTS bibLiOGR APhiE 4-4
AvAnT- PRO POS
m a rt i n e d e c l e rc k–va n d e n W eg h e
lE LàNGàGE LORàL ET ORMEL DE dàNIEL oST, jE L’àI DÉCOUVERT àU DÉBUT DES àNNÉES 8, GRACE â SON ÉPOUSE màRIE-aNNE, QUI M’à OUVERT LES PORTES DE LEUR MàGàSIN DE LEURS DE sINT-nIKLààS, Où ILS METTàIENT EN œUVRE DES MàTÉRIàUX ORIGINàUX POUR LES COURS D’àRT LORàL DE Là bELGIàN LOwERaRRàNGEMENT sOCIETY. À PLUSIEURS REPRISES, j’àI EU Là CHàNCE DE VOIR DE SOMPTUEUSES CRÉàTIONS SUR-GIR DES MàINS DE dàNIEL. eT, PEU â PEU, L’IDÉE NOUS EST VENUE DE PÉRENNISER CES œUVRES â Là BEàUTÉ ÉPHÉMÈRE PàR LE BIàIS DE Là PHOTOGRàPHIE, àIN QU’ELLES PUISSENT TRE àPPRÉCIÉES PàR D’àUTRES, ET LEUR SERVIR DE SOURCE D’INSPIRàTION. uNE VÉRITàBLE INNOVàTION DàNS L’àRT jUSQU’àLORS TRÈS TRàDITIONNEL DE Là COMPOSITION LORàLE. aINSI NàQUIT LE PREMIER OUVRàGE,Bladeren in Bloemen. uN LIVRE QUI EST DEVENU Là CàRTE DE VISITE DE dàNIEL ET LUI à OUVERT DE NOUVEàUX HORIzONS DàNS LE MONDE DE L’àRT LORàL. iL à PU CONTINUER â DÉPLOYER SON TàLENT, SURTOUT àU JàPON, Où IL à TROUVÉ UNE INSPIRàTION NOUVELLE POUR àTTEINDRE L’àUTHENTICITÉ ET Là PERECTION DàNS Là ORME, LE CONTENU ET L’ENVIRONNEMENT. dES COMPOSITIONS DE EUILLES MàSSÉES ET DES SCULPTURES â BàSE DE RÉSIDUS DE COUPE SE SONT MUÉES EN UNE NOUVELLE ORME DE DÉCORàTION LORàLE. eT dàNIEL EST DEVENU UN LàNCEUR DE TEN-DàNCES. qUàND ON LUI DEMàNDE POURQUOI IL SE LàNCE DE TELS DÉIS, LE MàESTRO, COMME j’àIME L’àPPELER,RÉPOND: « JE COMMENCE Lâ Où LES àUTRES S’àRRTENT ». sON IMàGINàTION ET Sà CRÉàTIVITÉ L’OBLIGENT â EXPÉRIMENTER SàNS CESSE DE NOUVELLES IDÉES, PLUS àUDàCIEUSES LES UNES QUE LES àUTRES. JàMàIS SàTIS-àIT, IL VISE Là NOUVEàUTÉ ET Là PERECTION, STIMULÉ PàR L’HISTOIRE DU DÉCOR, Sà CONNàISSàNCE DES LEURS ET DES PLàNTES, Sà CURIOSITÉ, Sà àSCINàTION ET SON ENTHOUSIàSME POUR LES ORMES, LES MàTIÈRES ET LES COULEURS EN HàRMONIE.
lE PREMIERopusà RàPIDEMENT ÉTÉ SUIVI D’UN DEUXIÈME, PUIS D’àUTRES OUVRàGES ONT COMPLÉ-
TÉ Là SÉRIE, NOTàMMENTEast x West, Où L’œUVRE DE dàNIEL EN VIENT â SYMBOLISER LE PONT ENTRE L’UNIVERS
zEN DE L’oRIENT ET LE MONDE COMPOSITE ET SENTIMENTàL DE L’oCCIDENT. aUjOURD’HUI, àLORS QU’IL EST ENTRÉ DàNS Sà SOIXàNTIÈME àNNÉE, NOUS SOMMES HEUREUX DE PRÉ-SENTERDaniel Ost, UN LORILÈGE DE L’œUVRE DE Sà VIE. cHàQUE CRÉàTION EST MûREMENT PESÉE, CHàQUE MàTÉRIàU SOIGNEUSEMENT SÉLECTIONNÉ. là STRUCTURE ET L’àSSEMBLàGE DE CHàQUE COMPOSITION à NÉ-CESSITÉ PàTIENCE, DISCIPLINE ET RESPECT DES LIMITES TEMPORELLES. lE MàESTRO à jUGÉ PERSONNELLEMENT DU BIEN-ONDÉ DE CHàQUE LEUR, DE CHàQUE BàIE, DE CHàQUE RàMEàU. sON àPPROCHE à ÉTÉ Là MME LORS DE Là COMPOSITION DE CE LIVRE, MàRQUàNT DE SON SCEàU Là MISE EN PàGES ET LES TEXTES D’àCCOM-PàGNEMENT. mà RECONNàISSàNCE Và ÉVIDEMMENT â dàNIEL oST, MàIS àUSSI â TOUS CEUX ET CELLES QUI PàR LEUR INSPIRàTION ET LEUR ÉNERGIE, ONT àPPORTÉ LEUR PIERRE â Là RÉàLISàTION DE CET OUVRàGE. JE VOUS INVITE â PROITER DE CHàQUE PàGE ET â jOUIR DE Là BEàUTÉ NàTURELLE ET RàFINÉE DE L’ENSEMBLE. c’ÉTàIT àUTREOIS
UN RVE… c’EST DÉSORMàIS LE jOYàU DE Là COURONNE !
uNE ORCHIDÉEVandaUNIQUE, DE Là COULEUR DU VàSE, TENUE PàR UNE «MàIN» EN BOIS CàRBONISÉ RàPPELàNT LES ORMES ET LES NUàNCES DU VàSE.
9
10 inleiding
PRéfACE
da n i e l o s t
Si la vie n’est qu’un passage, sur ce passage au moins semons des leurs.  mICHEL DE mONTàIGNE
cET OUVRàGE RàCONTE Mà VIE DE LEURISTE. iL EST LE RUIT DE Là RECHERCHE INCESSàNTE DE NOUVELLES MàNIÈ-RES DE DONNER â Là BEàUTÉ DES LEURS ET DES PLàNTES UNE DIMENSION SUPPLÉMENTàIRE, àU-DELâ DE LEUR CROISSàNCE SPONTàNÉE DàNS LEUR ENVIRONNEMENT NàTUREL. iL RÉSULTE àUSSI D’UNE QUTE D’ÉQUILIBRE ENTRE Là PERECTION DE Là TECHNIQUE LORàLE ET LES àIBLESSES DU CœUR HUMàIN. l’àRT LORàL EST UN DÉI CRÉàTI, QUI CONSISTE â TENTER D’àCCROîTRE ENCORE L’EXPRESSIVITÉ DE Là BEàUTÉ EXISTàNTE, ET DE TOUTES LES MàNIÈRES, TàNT DàNS Là ORME ET Là COULEUR QUE DàNS LES MOYENS UTILISÉS. là BEàUTÉ DES LEURS ET DES PLàNTES EST UN DÉI PERMàNENT, UN àPPEL CONSTàNT â L’àTTENTION. iL àUT LES VOIR, LES TOUCHER ET LES SENTIR. tENTER DE LES PÉNÉTRER àVàNT DE POUVOIR TRàVàILLER EN SYMBIOSE àVEC ELLES. pRÉCISÉMENT, POUR CETTE RàISON, LES LEURS EXIGENT UNE MàîTRISE ET UNE DISCIPLINE àBSOLUES. cE SONT DES TRES VIVàNTS QUI NE RÉPONDENT PàS TOUjOURS àUX àTTENTES DU CRÉàTEUR, QUELLES QUE SOIENT SES COMPÉTENCES PROESSIONNELLES. eN OUTRE, IL àUT COMPTER àVEC UN àDVERSàIRE DE TàILLE: LE TEMPS. l’àRT LORàL ILLUSTRE COMME PEU D’àUTRES DISCIPLINES L’ÉPHÉMÈRE, Là UGàCITÉ. lE LEURISTE NE DISPOSE QUE D’UN DÉLàI ORT RESTREINT POUR TRàNSORMER DES MàTÉRIàUX VÉGÉTàUX RàIS EN ENTITÉS NOUVELLES. aU COURS DE CE PROCESSUS, NOUS DEVONS NOUS EfORCER D’àMENER Là NàTURE â SE PLIER â NOS INTENTIONS ET DE CONVERTIR LES CONTINGENCES ET LES OBSTàCLES TECHNIQUES EN NÉCESSITÉS. eN OUTRE, CHàQUE INSTàNT DOIT TRE MàîTRISÉ PàR Là VOLONTÉ ET L’ESPRIT DE L’àUTEUR. cETTE VOLONTÉ DOIT ÉGàLEMENT S’àFIRMER DàNS LE CHOIX DES CONTENàNTS, QUI DOIVENT S’HàRMONISER PàRàITEMENT àVEC LE MàTÉRIàU, àIN D’àTTEINDRE L’ULTIME SYMBIOSE ENTRE Là PLàNTE ET LE VàSE. lES VàSES REMPLàCENT Là TERRE, SOUTIEN NàTUREL DES LEURS ET DES PLàNTES, QUI ELLES-MMES NOUENT DES RELàTIONS INTENSES àVEC L’ESPàCE Où ELLES S’IMPLàNTENT, CàR CET ESPàCE EST LE LIEU Où L’œUVRE EXISTE, UN LIEU QUE Là COMPOSITION MODIIE â SON TOUR. iL M’EST àRRIVÉ D’TRE EN ROID àVEC LE MONDE ENTIER, Y COMPRIS MOI-MME, MàIS jàMàIS àVEC MES LEURS. lES LEURS SONT MON MODE D’EXPRESSION. eLLES TRàDUISENT CE QUI VIT EN MOI ET QU’IL M’EST IMPOSSIBLE D’EXPRIMER PàR D’àUTRES MOYENS, MES HUMEURS, MES SENTIMENTS. tRàVàILLER àVEC ELLES M’àIDE â RECHERCHER LE POURQUOI DES CHOSES, L’ESSENCE DE MON TRE. gRACE â MES LEURS, j’àI L’IMPRES-SION D’TRE UNE PETITE PàRTIE D’UN GRàND TOUT. nOUS CONSàCRER ENTIÈREMENT àUX CHOSES QUE NOUS àIMONS, â Là jOIE DE CRÉER, PROCURE UNE SENSàTION DE LIBERTÉ ET DE PLÉNITUDE. cET OUVRàGE TÉMOIGNE àUSSI DE MON àUTRE PàSSION: L’eXTRME-oRIENT, EN PàRTICULIER LE JàPON. lORSQUE jE M’Y SUIS RENDU POUR Là PREMIÈRE OIS, IL Y à PLUS DE TRENTE àNS, j’àI EU LE COUP DE OUDRE. pOUR LES GENS, POUR LES LEURS ET LES PLàNTES, POUR Là NàTURE ET Là CULTURE. dEPUIS LORS, CET àMOUR NE S’EST PàS SEULEMENT àCCRU, IL S’EST àPPROONDI. JE SUIS ET jE RESTE ÉVIDEMMENT UN oCCIDENTàL,
iMàGE ICONIQUE D’UN DUO DE ROSES DàNS UN VàSE HÉRISSÉ D’ÉPINES, UNE œUVRE QUI à VàLU â dàNIEL oST Sà PREMIÈRE INVITàTION àU JàPON EN .
11
UN ENàNT DE bRUEGHEL. màIS Mà RENCONTRE àVEC LE JàPON M’à PROONDÉMENT INLUENCÉ, COMMECOMPOSITEUR LORàL ET COMME TRE HUMàIN. cHàQUE CULTURE à UNE àPPROCHE DIfÉRENTE DE CE QUE NOUS DISENT OU NOUS RàCONTENT LES LEURS. J’àI GRàNDI DàNS UN MONDE ET DàNS UNE CULTURE Où L’àRT LORàL àVàIT SURTOUT UNE ONCTION UTI-LITàIRE ET DÉCORàTIVE. iL SERVàIT â EMBELLIR LES BATIMENTS OU â MàRQUER SYMBOLIQUEMENT LES GRàNDS ÉVÉNEMENTS DE Là VIE, COMME Là NàISSàNCE, LE MàRIàGE ET Là MORT. dàNS UN CàS COMME DàNS L’àUTRE, CE SONT SURTOUT Là ORME ET Là COULEUR DE Là LEUR QUI ONT LEUR MOT â DIRE. eN oRIENT, j’àI DÉCOUVERT UNE CULTURE Où LES LEURS ET LES EUILLES SONT UTILISÉES POUR TRàNSMETTRE DES PENSÉES, UNE CULTURE QUI TRàVàILLE àVEC L’AME DE Là LEUR. cOMME LE DIT LE POÈTE jàPONàIS uEjIMà oNITSURà: Les leurs silencieuses
parlent aussi à cette oreille intérieure docile. dàNS L’àRT LORàL jàPONàIS, Là CONTEMPLàTION EST PLUS IMPORTàNTE QUE L’OBSERVàTION: LES CHOSES DE Là NàTURE PEUVENT TRE LES RELETS SUBjECTIS DE NOTRE PROPRE ESPRIT. cE N’EST PàS SEULEMENT L’àS-PECT EXTÉRIEUR DE Là LEUR QUI COMPTE, C’EST SURTOUT Là NàTURE ET Là SENSàTION. l’àSPIRàTION â àIRE PàRTIE INTÉGRàNTE DE Là NàTURE. cONTRàIREMENT â Là CULTURE OCCIDENTàLE, Où PRIME L’àNTHROPOCENTRISME, TOUS LES àUTRES TRES VIVàNTS ÉTàNT SUBORDONNÉS â L’àCTIVITÉ HUMàINE, LES CULTURES TRàDITIONNELLES D’eXTRME-oRIENT PLàCENT L’TRE HUMàIN DàNS UNE POSITION D’HUMILITÉ. iL EST àU CœUR DE Là NàTURE ET EN HàRMONIE àVEC ELLE, SàNS Là DOMINER NI Là CONTRôLER. dàNS LEUR àRT, LES oRIENTàUX ONT PREUVE D’UNE COURTOISIE Rà-INÉE â L’ÉGàRD DES CHOSES NàTURELLES, SàNS DÉENSE. iLS CHÉRISSENT Là BEàUTÉ QUE NOUS NE POUVONS DISTINGUER QU’àVEC BEàUCOUP DE PàTIENCE ET UN REGàRD PÉNÉTRàNT, ILS PRàTIQUENT L’àMOUR DE L’IMPàR-àIT, DU NàTUREL ET DE L’ESSENTIEL, PàROIS SI PEU PRISÉS DàNS Là SOCIÉTÉ OCCIDENTàLE. eN oRIENT, LES LEURS ET LES PLàNTES ONT àUSSI DES SIGNIICàTIONS àSSOCIÉES: LES LEURS DE CERISIER MàRQUENT Là IN DE L’HIVER ET EXPRIMENT Là CONTINUITÉ DE Là VIE. qUàNT àU LOTUS, DONT LES LEURS PURES ET BRILLàNTES SURGISSENT DE Là BOUE, IL àIT SONGER â Là DOCTRINE DU bOUDDHà, NÉE DàNS TOUTE Sà PURETÉ D’UN MONDE IMPàRàIT. lE LOTUS EST SOUVENT UTILISÉ TOUT ENTIER DàNS UN MME àRRàNGEMENT — CàPSULE, LEUR, EUILLE ET BOUTON LORàL COMBINÉS — POUR SYMBOLISER EN MME TEMPS LE PàSSÉ, LE PRÉSENT ET L’àVENIR. pOUR CONCLURE, jE TIENS â REMERCIER ICI TOUS CEUX QUI ONT CONTRIBUÉ â CET OUVRàGE. À COMMEN-CER PàR Mà IDÈLE ÉQUIPE EN bELGIQUE, QUI M’àSSISTE PàRTOUT ET EN TOUTES CIRCONSTàNCES àVEC UNE PàTIENCE ININIE ET RÉSOUT LES PROBLÈMES LES PLUS COMPLEXES àUX MOMENTS LES PLUS IMPROBàBLES GRACE â UN SàVOIR-àIRE HORS DU COMMUN. màIS àUSSI MES NOMBREUX COLLàBORàTEURS ET ÉLÈVES, àU JàPON, EN rUSSIE ET DàNS D’àUTRES PàYS. JE PEUX TOUjOURS àIRE àPPEL â EUX POUR M’àIDER â RÉàLISER MES RVES LES PLUS OUS. mà ILLE nELE, Mà LUEUR D’ESPOIR DàNS LES jOURS D’àNGOISSE, QUI, àVEC SON ÉPOUX yàNN, MàIN-TIENT jOUR àPRÈS jOUR LE NàVIRE â LOT, CONTRE VENTS ET MàRÉES, ET GRACE â QUI MON àVENIR EST EN DE BONNES MàINS. iL N’EST PàS UNE LEUR QUI ÉGàLE Là BEàUTÉ DE CELLE QUI ÉCLOT ET S’ÉPàNOUIT jOUR àPRÈS jOUR SOUS MES YEUX. eNIN, jE VEUX RENDRE HOMMàGE â màRIE-aNNE, MON PILIER, SàNS QUI RIEN DE TOUT CECI N’àURàIT ÉTÉ
POSSIBLE. lES MOTS — ET LES LEURS ELLES-MMES — SONT BIEN TROP àIBLES POUR LUI EXPRIMER Mà GRàTITUDE.
uN BOUQUET TRÈS MàîTRISÉ DES àNNÉES QUàTRE-VINGT-DIX, COMBINàNT, DàNS UN ÉTRàNGE VàSE EN BRONzE, LES TONS TERRE àMORTIS DE L’Iris germanica‘bEIGE BUTTERLY’ ET DE Là MàSSETTE…
d’ENTRÉE DE jEU, oST à RECHERCHÉ LE MàRIàGE ORMEL ET CHROMàTIQUE PàRàIT ENTRE LEUR ET SUPPORT.
préace12
L e M Y s t È r e d e l a N at u r e
C e e s n o o t e B o o M
là DIFICULTÉ COMMENCE àVEC LE TERME LUI-MME. qUEL NOM DONNER â UNE CRÉàTION DE dàNIEL oST? uN àRRàNGEMENT LORàL ? cERTàINEMENT PàS. eT POURTàNT, IL SEMBLE QU’EN SUPPRIMàNT LE MOT «LEUR» VOUS SUPPRIMEz L’ESSENTIEL. uNE SCULPTURE? là SCULPTURE NE VIT PàS DE CETTE MàNIÈRE. uNE œUVRE D’àRT? c’EST ÉVIDENT. c’EST DE L’àRT, ET C’EST CERTàINEMENT UNE œUVRE. cOMME DE COUTUME, CE SONT LES gRECS àNCIENS QUI NOUS LIVRENT Là RÉPONSE. lEUR MOT «TEKHNÈ» ENGLOBE L’ENSEMBLE DES SIGNIICàTIONS QUI S’àPPLIQUENT â CES CRÉàTIONS: PERECTION DU TRàVàIL, àRT, SYSTÈME, MÉTHODE, TECH-NIQUE, MàIS àUSSI — DàNS L’USàGE QU’EN àIT hOMÈRE — RUSE. «dàNS UN SENS NÉGàTI» àjOUTE MON DICTIONNàIRE GREC, MàIS jE N’EN CROIS RIEN. pUIS-jE DIRE D’oST QU’IL EST RUSÉ? lORS DE NOTRE ENTRETIEN, jE NE LE LUI àI PàS POSÉ Là QUESTION, ET PEUT-TRE EST-CE àUSSI BIEN — MME EN EXPLIQUàNT QU’hOMÈRE QUàLIIE uLYSSE DE RUSÉ, ET QU’IL EST POUR MOI L’UN DES PERSONNàGES LES PLUS àBULEUX DE Là LITTÉRàTURE UNIVERSELLE. c’EST PEUT-TRE CET àRT MME DE Là RUSE QUI LE SORT DE TOUS LES MàUVàIS PàS, ET SOUVENT LUI SàUVE Là VIE. màIS QUEL RàPPORT ONT CES DIGRESSIONS àVEC LE bELGE dàNIEL oST? qU’Y à-T-IL DE TELLEMENT RUSÉ CHEz LUI ? eXISTE-T-IL VRàIMENT UN LIEN ENTRE Là RUSE ET L’àRT? À MON àVIS, OUI. tOUT àRT, S’IL EST BON, RUSE àVEC Là MORT. uNE COMPOSITION LORàLE DE CET àUTRE àRTISTE LàMàND — ET àUTRE dàNIEL — sEGHERS,
uNE COMPOSITION SOBRE DE CORNOUILLER VERT ET DE BàIES ITàLIENNES DàNS LE tō-jI, LE SàNCTUàIRE DU BOUDDHISME sHINGON LE PLUS àNCIEN ET LE PLUS IMPORTàNT DU JàPON.
15
E BRILLE TOUjOURS DES MMES COULEURS ET DE Là MME CLàRTÉ QUE LE jOUR Où ELLE UT PEINTE àU17SIÈCLE. màIS C’EST UNE œUVRE QUI à ÉTÉ RÉàLISÉE àVEC DE L’HUILE ET DONT Là NàTURE MME EST DE DURER DES SIÈ-CLES. oST, POUR Sà PàRT, TRàVàILLE DES MàTÉRIàUX PÉRISSàBLES: DES LEURS, DE L’HERBE, DES BRINDILLES, DES EUILLES, DES ROSEàUX, DES RUITS, DES LÉGUMES... éPHÉMÈRES, PRIVÉS DE LEUR SÈVE ET DONC CONDàMNÉS â MOURIR, ILS BàIGNENT DàNS L’ÉTRàNGE BEàUTÉ DE L’ULTIME INSTàNT. oST RUSE àVEC Là MORT EN S’àLLIàNT àVEC ELLE. iL DONNE â CE QUI ÉTàIT CONDàMNÉ L’OCCàSION DE REVIVRE DàNS L’àRT. iL PREND UNE ORME QUE Là NàTURE CRÉE ET MULTIPLIE — UNE BRàNCHE DE BOULEàU, UNE àzàLÉE, UNE TULIPE, UNE àIGRETTE DE ROSEàU, UN GINKGO, UNE ROSE, UNE EUILLE D’àUTOMNE — ET EN àIT QUELQUE CHOSE D’ENTIÈREMENT NOUVEàU. cE QUI àPPàRàîT àLORS — QU’IL S’àGISSE DE Là TRàNSORMàTION D’UNE PLàNTE UNIQUE OU DE L’àSSEM-BLàGE MàGISTRàL D’ÉLÉMENTS MULTIPLES — NE SàURàIT TRE RECRÉÉ PàR UN àUTRE àRTISTE SOUS Là MME ORME. sINON, IL S’àGIRàIT DE PLàGIàT, COMME Là COPIE D’UN POÈME OU D’UN TàBLEàU. màIS S’IL EST VRàI QUE CES œUVRES SONT â CE POINT PÉRISSàBLES, COMMENT SE àIT-IL QUE jE LES CONNàISSE SI BIEN? sIMPLEMENT PàRCE QUE dàNIEL oST EST DOUBLEMENT RUSÉ. iL SàIT QUE SES CRÉàTIONS DISPàRàîTRONT TôT OU TàRD MàIS QUE SI UN MàîTRE DE Là PHOTOGRàPHIE LES IXE SUR Sà PELLICULE, ELLES PEUVENT DURER ÉTERNELLEMENT. iL à DONC TROUVÉ UNE AME SœUR EN Là PERSONNE DE rOBERT dEwILDE — ET jE CONTEMPLE EN CE MOMENT Là MYSTÉRIEUSE SCULPTURE D’UN àSPIDISTRà. c’EST MàLGRÉ MOI QUE j’àI UTILISÉ LE MOT «SCULPTURE», MàIS jE NE TROUVE PàS D’àUTRE MOT. cOMMENT DÉCRIRE CETTE COMPOSITION D’UN VERT ÉCLàTàNT, DÉLICàTEMENT ÉCLàIRÉE, CETTE CONSTRUCTION ORMÉE DE EUILLES D’àSPIDISTRà QUI SE DRESSENT PUIS RETOMBENT, S’ENROULENT EN UNE SPIRàLE UNIQUE? ERMÉE â Sà BàSE, ELLE S’OUVRE MODÉ-RÉMENT EN ÉVENTàIL, àVàNT DE SE REERMER ET DE CONTINUER SON àSCENSION, àVEC Là SIMPLICITÉ PàISIBLE ET VERTICàLE DE SES SEULES TIGES. lORSQUE lUCIO ONTàNà END OU PERCE Là SURàCE PLàNE D’UNE PEINTURE MONOCHROME, IL CRÉE UNE œUVRE D’àRT UNIQUE QUI NE PEUT TRE QU’UN ONTàNà. c’EST TOUT àUSSI VRàI DE dàNIEL oST. aINSI N’EST-IL PàS NÉCESSàIRE DE DÉCRIRE CHàCUNE DE SES COMPOSITIONS àVEC DES MOTS. là RECHERCHE zEN DE Là SIMPLICITÉ, TRàDUISàNT L’ESSENCE D’UNE SEULE PLàNTE, àLTERNE àVEC LES EXCÈS DE Là LàNDRE BOUR-GUIGNONNE, RÉVÉLàNT LE RESPECT QUàSI RELIGIEUX DE L’àRTISTE POUR SES MàTÉRIàUX. À UN MOMENT PRÉCIS SON TRàVàIL PREND UN TOUR BàROQUE, L’INSTàNT D’àPRÈS IL NOUS ÉTONNE PàR Sà RECHERCHE OBSTINÉE DE CONTRàDICTIONS ÉLÉMENTàIRES. uNE EUILLE PLIÉE EN ORME DE CUBE, DES POUSSES DE BàMBOU PàR CENTàINES — TOUT, àPPàREMMENT, EST POSSIBLE. oST PEUT UTILISER Là NàTURE â SES INS, SàNS LUI àIRE VIO-LENCE. eT PLUS VOUS REGàRDEz, PLUS VOUS OUBLIEz QUE CHàQUE œUVRE EST UN COMBàT VICTORIEUX CONTRE LE TEMPS, QUE LE CRÉàTEUR DE CETTE DIVERSITÉ DOIT â CHàQUE MINUTE SE SOUVENIR QUE LES MàTÉRIàUX DONT IL SE SERT SONT PÉRISSàBLES. eT COMBIEN DIVERSE EST CETTE DIVERSITÉ ! uNE COMPOSITION ÉVOQUE UN TEMPLE jàPONàIS, Là SUIVàNTE UNE PEINTURE CONSTRUCTIVISTE OU UNE LàMPE aRT NOUVEàU. lES MàINS DE CET HOMME CRÉENT TOUT CE QUI LUI PàSSE PàR L’ESPRIT. pOUR àPPROONDIR CE MYSTÉRIEUX TRàVàIL, j’àI-MERàIS POSER UNE OULE DE QUESTIONS â oST, MàIS ON L’àTTEND àU JàPON, ET jE SUIS EN eSPàGNE D’Où jE LUI PàRLE àU TÉLÉPHONE. JE L’àI VU SUR UNE PHOTO — UN HOMME â L’àLLURE jUVÉNILE QUI POURRàIT SORTIR D’UN ROMàN D’hERMàNN hESSE. sON LÉGER àCCENT LàMàND POSSÈDE UNE DOUCEUR QUE L’ON RENCONTRE RàREMENT DàNS LE nORD. iL ME DIT QUE Sà àMILLE COMPTàIT DE NOMBREUX MILITàIRES ET QUE LUI-MME à ÉTUDIÉ DàNS UNE ÉCOLE MILITàIRE. iL Y à àCQUIS UNE DISCIPLINE DONT IL RECONNàîT QU’ELLE LUI EST TRÈS UTILE DàNS CE QU’IL àIT.
ORMES àRCHÉTYPàLES DE CORNOUILLER QUI àPPàRàISSENT SOUVENT, SOUS DIfÉRENTES VàRIàNTES, DàNS L’œUVRE DE dàNIEL oST. pHOTOGRàPHIÉS ICI SUR DES PàVÉS DES LàNDRES.
16 le mystère de l a nature
c’EST â VINGT àNS QU’IL à COMMENCÉ â TRàVàILLER CHEz UN LEURISTE. hEUREUSEMENT POUR LUI, UN nÉERLàNDàIS ÉTàIT VENU S’INSTàLLER DàNS Sà VILLE NàTàLE DE sINT-nIKLààS, NON LOIN D’aNVERS. pETER cURS àVàIT TENU UNE CÉLÈBRE BOUTIQUE —Sheherazade— â là hàYE. oST DIT QU’IL à BEàUCOUP àPPRIS DE cURS. màIS DÉSIREUX DE SE PERECTIONNER, IL à RàPIDEMENT PRIS LE CHEMIN DE Là hOLLàNDE, LE PàYS DES LEURS. eT IL NE MIT PàS LONGTEMPS â OBTENIR SON PREMIER PRIX DàNS UN CONCOURS LORàL EUROPÉEN, EN 83, PUIS EN 85 DàNS UNE COMPÉTITION MONDIàLE â dÉTROIT. tOUS LES REGàRDS SE PORTÈRENT àLORS SUR LUI — â hONG kONG, â tàïwàN ET àU JàPON. dEPUIS, L’aSIE, ET NOTàMMENT LE JàPON, àIT PàRTIE DE Là VIE D’oST; IL S’Y EST RENDU PLUS DE CENT-SOIXàNTE-DIX OIS. nOUS ÉVOQUONS ENSEMBLE Là OLIE QUI S’EMPàRE DU JàPON àU MOMENT DE Là LORàISON DES IRIS, ET jE MENTIONNE LES OULES QUE j’àI VUES DàNS LES jàRDINS BOTàNIQUES DE kYōTO, EN TRàIN DE PEINDRE â L’àQUàRELLE, VOIRE DE RàMPER LITTÉRàLEMENT DàNS LES LEURS, àVEC TRÉPIED ET ÉQUIPEMENT COMPLET, POUR PRENDRE UNE PHOTO. nOUS DISCUTONS D’IKEBàNà ET D’IKENOBō, DE L’àRT LORàL jàPONàIS QUI EST RESTÉ IGÉ PENDàNT DES SIÈCLES SOUS Là DOMINàTION DES MMES àMILLES, IMPOSàNT DES RÈGLES IMMUàBLES ET LE MàINTIEN PERPÉTUEL DE ORMES STYLISÉES ET IDENTIQUES, CONTRàIREMENT â L’àRT TEL QU’IL LE CONçOIT, Où RIEN NE SE RÉPÈTE jàMàIS. uN CONCEPT DONT Sà RÉPUTàTION LÉGENDàIRE àU JàPON NE SOUfRE PàS, àU CONTRàIRE. iL àjOUTE QU’EN aSIE IL à LE MàL DU PàYS. JE LUI DIS QUE j’àIMERàIS M’àRRTER â MON RETOUR D’eSPàGNE DàNS Sà BOUTIQUE-àTELIER MàIS IL HÉSITE, ME PRÉVIENT QUE jE N’Y VERRàI RIEN QUI RESSEMBLE àUX PHOTOS ET àUX OUVRàGES CONSàCRÉS â SON TRàVàIL. c’EST â Là OIS EXàCT ET àUX. sà EMME màRIE-aNNE TIENT LE MàGàSIN, QUI NE RESSEMBLE àSSU-RÉMENT PàS â UNE BOUTIQUE DE LEURISTE. iL EST SITUÉ SUR Là PLàCE D’UNE PETITE VILLE DE PROVINCE, MàIS UNE OIS QUE VOUS TES â L’INTÉRIEUR, VOUS VOUS COUPEz DU QUOTIDIEN. tOUT àUTOUR DE VOUS EST SOU-DàIN RàRE ET PRÉCIEUX, VOUS CHEMINEz DàNS UN ROYàUME ENCHàNTÉ QUI LENTEMENT VOUS PÉNÈTRE ET DONT Là MàGIE SE RENORCE DÈS VOTRE PREMIER PàS DàNS L’àTELIER. uNE jEUNE JàPONàISE TRESSE DES RàMEàUX DE BOULEàU EN UNE ORME COMPLEXE; àU-DEHORS, DE PETITES EUILLES D’àUTOMNE ÉCLàBOUSSENT DE TàCHES ROUGES LE MIROITEMENT DES LENTILLES D’EàU DàNS Là MàRE; UN àNON DE BàLEINE COUVERT DE MOUSSE SE DÉPLOIE VERS L’EXTÉRIEUR; jE DEMàNDE ET RÉPÈTE DES NOMS DE LEURS QUE jE N’àI jàMàIS VUES àUPàRàVàNT; ET QUàND, UNE HEURE PLUS TàRD, jE ME RETROUVE DàNS Là RUE, j’àI â Là MàIN LE PLUS BEàU BOUQUET D’àUTOMNE jàMàIS OfERT â Mà MÈRE. bIEN SûR, IL NE PEUT SE COMPàRER àUX CRÉàTIONS UNIQUES DE dàNIEL oST, MàIS IL EST VRàI àUSSI QUE, DàNS UN LIEU MàGIQUE, L’INSPIRàTION PEUT àTTEINDRE DE NOUVEàUX SOMMETS, Lâ Où LES PLàNTES ET LES LEURS CONNàISSENT, ENTRE LES MàINS D’UN àRTISTE, DES MÉTàMORPHOSES jUSQU’ICI INCONNUES.
dàNS LE tō-jI, LES TàBLETTES D’àRGILE TRàVàILLÉES àVEC DE Là CENDRE RàPPELLENT LES ÉCRITS TRÈS àNCIENS CONSERVÉS DàNS CE SàNCTUàIRE. là SPIRàLE TOURBILLONNàNTE DE L’àRRIÈRE-PLàN — QUI à NÉCESSITÉ QUELQUE 4. BàIES — SYMBOLISE Là VOIE VERS L’àU-DELâ.
le mystère de l a nature 19
L’a rt d e l’ I N t É g r at I o N
k e N g o K u M a
J’àI LE SENTIMENT QUE dàNIEL oST S’àVENTURE, SEUL, DàNS UN LIEU QUE PERSONNE N’àVàIT jUSQU’ICI TENTÉ DE PÉNÉTRER. cE TERRITOIRE INEXPLORÉ N’àPPàRTIENT NI â L’IKEBàNà, NI àUX jàRDINS, NI â Là SCULPTURE, NI â L’àRCHI-TECTURE. eT POURTàNT, LORSQUE jE LES VOIS, LES œUVRES NOUVELLES QUI Y PRENNENT ORME M’EMPLIS-SENT D’UNE PUISSàNTE NOSTàLGIE. eLLES RàPPELLENT â MON SOUVENIR L’IMàGE D’UN NID. uN ENDROIT QUE LES TRES VIVàNTS CONSTRUISENT, POUSSÉS PàR UN BESOIN IMPÉRIEUX, UNE NÉCESSITÉ QUI LES ENjOINT âRàSSEMBLER BRàNCHàGES ET CàILLOUX. cETTE NÉCESSITÉ DE PROTÉGER Là VIE LES ORCE â METTRE LEUR DES-CENDàNCE â L’àBRI, ET Là NÉCESSITÉ DE L’ÉLEVER, LEUR àIT CONSTRUIRE CE NID. lES àNIMàUX N’ONT CERTàINEMENT jàMàIS RÉLÉCHI â UNE NOTION àUSSI àBSTRàITE QUE Là BEàUTÉ. oR, UN NID EST UNE CHOSE ÉTONNàMMENT BELLE. lES œUVRES D’oST SONT àUSSI SIMPLES QU’UN NID, àUSSI COMPLEXES, àUSSI SUBLIMES. lE NID, CETTE CRÉàTION D’UNE GRàNDE SIMPLICITÉ, L’HOMME L’à UN jOUR DÉMONTÉE POUR Là DIVISER EN PLUSIEURS MONDES, DONNàNT àINSI NàISSàNCE â L’IKEBàNà, àU PàYSàGISME, â L’àRCHITECTURE. l’HOMME àIME CLOISONNER ET ÉTàBLIR UN ORDRE D’IMPORTàNCE. iL CONSTRUIT àINSI, ET POUR CHàQUE DOMàINE, DES
cE «TàBLEàU» TRIDIMENSIONNEL DE EUILLES D’EUCàLYPTUS EN VOIE DE DÉCOLORàTION à ÉTÉ RÉàLISÉ â DES TEMPÉRàTURES DE CONGÉLàTION, DàNS UNE CHàMBRE ROIDE â sINT-nIKLààS, àIN D’EN CONTRôLER LE PROCESSUS.
21
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.