Rapport terminal - Amélioration de l'environnement politique et ...

De
Publié par

Rapport terminal - Amélioration de l'environnement politique et ...

Publié le : lundi 11 juillet 2011
Lecture(s) : 136
Nombre de pages : 55
Voir plus Voir moins
 
  
     DFID                Programme pour des Moyens d’Existence Durables dans la Pêche (PMEDP)  GCP/INT/735/UK  Sustainable Fisheries Livelihoods Programme (SFLP)    
      PROJET PILOTE «AMÉLIORATION DE L’ENVIRONNEMENT POLITIQUE ET INSTITUTIONNEL POUR LE DÉVELOPPEMENT DE SYSTEMES DE COGESTION EN PÊCHE CONTINENTALE AU BURKINA FASO, AU MALI, EN COTE D’IVOIRE ET AU GHANA »   RAPPORT TERMINAL   Par   Angaman Konan Coordonnateur régional Unité de Support Régional (USR), Cotonou - BENIN
        
 
Mai 2007
  
1  
Projet Pilote 1 – Rapport Terminal
 
TABLE DES MATIÈRES  LISTE DES ABREVIATIONS ................................................................................................. 4 1. INTRODUCTION ............................................................................................................... 5 2. FORMULATION ET STRATEGIES DE MISE EN ŒUVRE DU PROJET ........................... 8 2.1 Formulation .................................................................................................................. 8 2.2 Hypothèses de développement .................................................................................... 8 2.3 Stratégie de mise en œuvre ......................................................................................... 9 2.4 Eléments de compréhension du concept de cogestion des ressources halieutiques .... 9 3. RESULTATS ET IMPACTS DU PROJET......................................................................... 11 3.1 Un plan de cogestion participative et un cadre institutionnel fonctionnel sont mis en place ........................................................................................................................... 11 3.1.1 Plans de cogestion .............................................................................................. 11 3.1.2 Cadre institutionnel de cogestion : les comités de gestion des lacs ..................... 12 3.2 Les politiques publiques et le cadre législatif pour la cogestion sont revus et améliorés15 3.2.1 Politiques des pêches.......................................................................................... 15 3.2.2 Cadre législatif et règlementaire .......................................................................... 16 3.2.3 Instruments juridiques de cogestion au niveau local ............................................ 18 3.2.4 Institutionnalisation de la cogestion ..................................................................... 18 3.2.5 Effets/impacts...................................................................................................... 19 3.3 Les bénéfices économiques et sociaux des communautés de pêche sont accrus tant par leurs activités dans le secteur que par une meilleure intégration dans les processus de développement local............................................................................................... 20 3.3.1 Renforcement des capacités organisationnelles des communautés de pêche..... 20 3.3.2 ahabétisation ....................................................................................................... 21 3.3.3 Accès au crédit .................................................................................................... 22 3.3.4 Les activités de diversification des sources de revenu......................................... 25 3.3.5 Intégration des communautés de pêche dans le développement local ................ 27 3.3.6 Effets/impacts...................................................................................................... 28 3.4 Les capacités des acteurs à contribuer à la cogestion des pêcheries et au développement local sont améliorées à tous les niveaux ............................................ 31 3.4.1 Atténuation des contraintes liées à la participation des communautés de pêche . 32 3.4.2 Réduction de l’asymétrie de l’information ............................................................ 32 3.4.3 Réduction de la vulnérabilité des communautés de pêche .................................. 33 3.4.4 Formation et accompagnement ........................................................................... 33 3.4.5 Effets/impacts...................................................................................................... 34 3.5 Les sources de financement pour supporter de manière durable des systèmes de cogestion et les programmes de développement communautaires sont identifiées et garanties ..................................................................................................................... 34 3.5.1 Résultats ............................................................................................................. 34 3.5.2 Effets/Impacts...................................................................................................... 36 3.6 Les réseaux d’information et les systèmes de communication et de suivi sont établis afin de supporter la gestion des ressources, l’amélioration et la diversification des moyens d’existence ..................................................................................................... 36 3.6.1 Stratégies d’information - communication ............................................................ 36 3.6.2 Système de suivi évaluation participatif ............................................................ 37 -3.6.3 Effets/impacts...................................................................................................... 38 3.7 L’environnement et les ressources du plan d’eau sont protégés et/ou amplifiés......... 38 3.7.1 Protection de l’habitat du poisson ........................................................................ 39 3.7.2 Surveillance du plan d’eau................................................................................... 39 3.7.3 Contrôle de l’effort de pêche................................................................................ 39 3.7.4 Appui au changement de maillage des filets de pêche ........................................ 39
 
2  
Projet Pilote 1 – Rapport Terminal
 4. ACTIVITÉS RÉGIONALES .............................................................................................. 41 4.1 Réseau mis en place................................................................................................... 41 4.2 Etudes menées ........................................................................................................... 41 4.3 Formation.................................................................................................................... 42 5. LEÇONS APPRISES ....................................................................................................... 44 6. RECOMMANDATIONS .................................................................................................... 46 6.1 Activités entièrement achevées ................................................................................... 46 6.2 Activités considérées comme durables mais nécessitant l’appui de l’Etat et des ONG 46 6.3 Activités émergentes à soutenir et à diffuser ............................................................... 47 6.4 Activités nécessitant l’appui de partenaires ................................................................. 47 6.5 Activités non pertinentes à arrêter ............................................................................... 47 6.6 Recommandations ...................................................................................................... 48 6.6.1 Au niveau des Etats............................................................................................ 48 6.6.2 Au niveau des administrations et des gouvernements locaux ............................. 48 6.6.3 Au niveau des ONG et agences d’encadrement ................................................. 48 6.6.4 Au niveau de la FAO .......................................................................................... 49 CONCLUSION ..................................................................................................................... 53 REFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES ................................................................................ 55  
 
3 
Projet Pilote 1 – Rapport Terminal
 LISTE DES ABREVIATIONS  AGR AMED CADIPP CCPR COOPEC DIFD DSRP EGP FAARF FAO FAOREP FONAENF IEC IMF IST ONG PAIE PDL PMEDP PNGT2 PP1 PPTE PNUD SNV UCN UCP USR UTP VIH/SIDA
 
Activités génératrices de revenus Approche des moyens d’existence durables Centre d’approvisionnement et de distribution des produits de pêche Code de conduite pour une pêche responsable Coopérative d’épargne et de crédit Département pour le développement international Document de stratégie de réduction de la pauvreté Equipe de gestion du projet pilote Fonds d’appui aux activités rémunératrices des femmes rganisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture Représentation de la FAO Fonds pour l’alphabétisation et l’éducation non formelle Information - éducation- communication Institutions de micro finance Infection sexuellement transmissible Organisation non gouvernementale Périmètre aquacole d’intérêt économique Projet de développement local Programme pour des moyens d’existence durables dans la pêche Programme national de gestion des terroirs, 2èmephase Premier projet pilote Pays pauvres très endettés Programme des Nations Unies pour le développement Organisation néerlandaise pour le développement Unité nationale de coordination Unité de coordination du programme Unité de support régional Unité technique du périmètre Syndrome immuno déficitaire acquis
 4
Projet Pilote 1 – Rapport Terminal
 1. INTRODUCTION  Les pêches artisanales en eau douce en Afrique de l’Ouest ont connu un développement notable à la suite de la construction de plusieurs barrages hydroélectriques sur les principaux cours d’eau. Le gigantesque barrage d’Akossombo avec le lac Volta de 9.344 km² de superficie (4% du territoire national) est mis en eau au Ghana en 1964. En Côte d’Ivoire, plusieurs barrages hydroélectriques sont érigés ; Kossou en 1971, donne naissance à un lac de 900 km². En 1980, le Mali construit le barrage de Sélingué qui inonde 409 km² de terre. Enfin, le Burkina Faso crée respectivement en 1988 et 1992, deux barrages qui donnent les lacs de Kompienga (210 km²) et Bagré (250 km²). La construction de ces ouvrages a fragilisé le tissu socio-économique des riverains (déplacement massif et réinstallation des populations sur de nouveaux sites, destruction de plantations, de forêts et de biens). L’objectif premier des barrages est de produire de l’électricité. Toutefois, les lacs de Sélingué et de Bagré bénéficient d’un programme de production de riz irrigué et de culture maraîchère. Les activités de pêche qui se sont développées par la suite ont profondément modifié la configuration ethnosociologique des espaces lacustres. Au Mali, les pêcheurs migrants (principalement Bozo) provenant du delta central du fleuve Niger ont supplanté les populations autochtones agricoles riveraines du lac. Au Ghana, les populations Ewe, originellement pêcheurs, ont trouvé une opportunité pour faire prospérer leurs activités. En Côte d’Ivoire et au Burkina Faso, pays d’accueil, les nouveaux plans et les perspectives de productions abondantes de poisson attirent les pêcheurs migrants venus principalement du Mali, du Ghana, du Niger, du Bénin et du Togo. Une pêcherie commerciale active se développe. L’accroissement du flux de poisson des lieux de production aux capitales et villes importantes du pays soutient cette dynamique économie halieutique rurale. Bien que les données sur les pêches continentales soient en général, sous-évaluées, les lacs des quatre pays couvrent plus 11.113 km², fournissent du travail à 112.200 personnes et produisent plus de 74.600 tonnes de poisson par an. Généralement après les dix premières années de bonnes prises, les lacs connaissent rapidement des états de pleine exploitation à surexploitation avec la diminution des tailles des individus capturés et la baisse de la production. Les facteurs environnementaux et humains, responsables de cette dégradation, produisent des effets négatifs sur les moyens d’existence des communautés de pêche. En effet, la baisse de la pluviométrie réduit les surfaces inondées et par conséquent limite la productivité des lacs. Les phénomènes d’ensablement, de pollution chimique et d’eutrophisation menacent la durabilité environnementale des plans d’eau et compromettent le devenir des activités halieutiques et même de production d’électricité. L’augmentation incontrôlée de l’effort de pêche (performance des engins de pêche et accroissement illimitée du nombre de pêcheurs) explique en partie la situation de surexploitation que connaissent toutes les pêcheries. A comparer aux économies rurales en général, la pêche demeure productive avec un haut niveau de monétarisation. Elle continue d’attirer de nouveaux et nombreux pêcheurs provenant d’autres secteurs de l’économie déclarés sinistrés. Toutefois, les conditions de vie des communautés restent précaires. Elles vivent isolées dans des zones parfois difficilement accessibles. Elles accèdent peu aux services de base (éducation, santé, eau potable, etc.) et aux services financiers. Leur taux d’analphabétisme est supérieur à la moyenne nationale. En raison des faibles opportunités économiques, les communautés de pêche n’ont parfois d’autres choix que l’intensification et l’exploitation des ressources naturelles (ressources halieutiques et végétales) pour satisfaire leurs besoins élémentaires immédiats. Dès les mises en eau des barrages, les pouvoirs publics ont apporté aux populations déplacées l’assistance nécessaire à la reconstitution d’un nouveau cadre de vie et les ont accompagnées à développer de nouvelles activités productives. Dans ce cadre, des
 
5
Projet Pilote 1 – Rapport Terminal
initiatives ont été prises pour encadrer les activités de pêche notamment par la reconversion des riverains agriculteurs et pêcheurs (Côte d’Ivoire et Burkina Faso). Mais l’objectif final de cette politique était plutôt d’encourager et d’augmenter la production halieutique nationale. Les aspects de gestion des ressources halieutiques furent si négligés que les taxes ou droits de pêche (licences ou permis de pêche) servaient plus à renflouer les caisses de l’Etat qu’à assurer la régulation de l’effort de pêche. En privilégiant la répression dans leur intervention, les administrations ont instauré un difficile climat de collaboration entre elles et les communautés de pêche. En reprochant aux administrations leur passivité, leur complicité et leur incapacité, les communautés de pêche ont voulu elles-mêmes gérer un ensemble de problèmes dont principalement la limitation de l’accès et le partage des ressources halieutiques. Les conflits intercommunautaires se multiplient et l’absence de d’espace de dialogue entre les administrations et les communautés limitent les opportunités de leur résolution. La déconnexion entre communautés de pêche et administrations s’est accentuée avec les politiques d’ajustement structurel des années 80 qui ont limité les moyens d’intervention des administrations (réduction des budgets et du nombre de fonctionnaires) et par la privatisation des services de vulgarisation. Même les bailleurs de fonds optent pour une intervention directe auprès des populations évitant de passer par l’administration. Les années 1990 vont être déterminantes pour les questions relatives à l’environnement. Au niveau international, la conférence de Rio (1992) sur le développement durable et d’autres rencontres internationales vont attirer l’attention de la communauté internationale sur l’état de l’environnement et des ressources naturelle et leur niveau de dégradation fort inquiétant. En 1995, les pays membres de la FAO, adoptent le Code de conduite pour une pêche responsable (CCPR) pour aider la communauté internationale à s’investir dans le renversement des tendances actuelles des pêches de capture. Le concept de l’Approche pour les moyens d’existence durables (AMED) comme outil et pratique de réduction de la pauvreté est développé et promu par le Département pour le développement international (DIFD) de la Grande Bretagne et d’Irlande du Nord. Et, la Banque Mondiale recommande à ses partenaires des pays en voie de développement d’inscrire leur politique dans la réduction de la pauvreté à travers l’élaboration de document de stratégies de réduction de la pauvreté (DSRP). Au niveau national, la majorité des pays africains connaissent des bouleversements politiques majeurs avec l’introduction de la démocratie. Les concepts de participation, de responsabilisation, de désengagement de l’Etat et de développement à la base commencent à prospérer. Des politiques de décentralisation et de démocratie participative sont encouragées et mises en œuvre. Le Programme pour des moyens d’existence durables dans la pêche (PMEDP) financé par le DIFD et exécuté en partenariat avec la FAO et 25 pays de l’Afrique de l’Ouest et du centre s’inscrit à la fois dans la dynamique de la réduction de la pauvreté particulièrement elle des communautés de pêche et de la promotion de la pêche responsable. Il a soutenu pendant trois ans et demi (de mars 2003 à octobre 2006), quatre pays (Burkina Faso, Mali, Côte d’Ivoire et Ghana) de la sous région ouest africaine pour la mise en œuvre d’un projet pilote de cogestion des pêches continentales : "Amélioration de l’environnement politique et institutionnel pour le développement de systèmes de cogestion en pêche continentale au Burkina Faso, Mali, Cote d’Ivoire et Ghana". Le but du projet pilote est de réduire la pauvreté et d’améliorer les moyens d’existence des communautés de pêche grâce à une gestion durable et participative des plans d’eau et des ressources halieutiques. L’objectif est d’améliorer les moyens d’existence dans la pêche grâce à la mise en place de mécanismes de gestion participative des plans d’eau et à l’intégration des communautés de pêche dans les processus de développement local. Les sept produits attendus du projet sont résumés dans l’encadré 1.   
 
6
Projet Pilote 1 – Rapport Terminal
Encadré 1:Produits attendus du projet pilote 1 Produit 1: Un plan de cogestion participative et un cadre institutionnel fonctionnel sont mis en place; Produit 2: Les politiques publiques et le cadre législatif pour la cogestion sont revus et améliorés; Produit 3: Les bénéfices économiques et sociaux des communautés de pêche sont accrus tant par leurs activités dans le secteur que par une meilleure intégration dans les processus de développement local; Produit 4acteurs à contribuer à la cogestion des pêcheries et au développement: Les capacités des local sont améliorées à tous les niveaux; Produit 5: Les sources de financement pour supporter de manière durable des systèmes de cogestion et les programmes de développement communautaires sont identifiés et garantis ; Produit 6: Les réseaux d’information et les systèmes de communication et de suivi sont établis afin de supporter la gestion des ressources, l’amélioration et la diversification des moyens d’existence; Produit 7: L’environnement et les ressources du plan d’eau sont protégés et/ou amplifiés. Le présent rapport d’achèvement du projet pilote comprend quatre parties. La première partie expose le mécanisme de formulation et de mise en œuvre, la deuxième partie discutera les résultats et impacts pour chacun des sept produits attendus, la troisième partie tirera les leçons de la mise en œuvre du projet et enfin la quatrième partie fera des recommandations et analysera les perspectives.
 
7 
Projet Pilote 1 – Rapport Terminal
 2. FORMULATION ET STRATEGIES DE MISE EN ŒUVRE DU PROJET  La formulation et la mise en œuvre du projet sont fondées sur le principe de la participation. Elles reposent sur le cadre de référence de l’Approche des moyens d’existence durables (AMED) et sur le Code de conduite pour une pêche responsable (CCPR) ainsi que sur des hypothèses de développement.  2.1 Formulation A la suite de l’approbation par le comité directeur du PMEDP de la thématique de la gestion participative ou cogestion en pêche continentale lors de sa session de décembre 2001 (Rome, Italie) sur proposition des 25 coordinateurs nationaux (lors d’une réunion tenue en novembre 2001 à Cotonou, Bénin,), le processus de sélection des pays participants s’est engagé en février 2002 (Ouagadougou, Burkina Faso). Sept pays ont fait acte de candidature (Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, Ghana, Niger et Mali) et 4 pays ont été retenus : le Burkina Faso (lacs de Bagré et Kompienga), le Mali (lac de Sélingué), la Côte d’Ivoire (lac de Kossou) et le Ghana (lac Volta). La formulation du projet a débuté par un atelier de planification (mars 2002, Cotonou, Bénin) qui a réuni les directions des pêches, les UCN, les collectivités locales et les communautés de pêche des 4 pays. Le cadre logique ayant été dégagé, une équipe d’experts externes et des experts du PMEDP, a visité chacun des pays d’avril à mai 2002. Avant son approbation par le comité directeur (juillet 2002), le document de projet a fait l’objet d’échanges avec les autorités des 4 pays au cours d’une mission de terrain du chef d’équipe du PMEDP (juillet 2002). Enfin, l’atelier de lancement qui a rassemblé les parties prenantes provenant des 4 pays s’est tenu à Ouagadougou au Burkina Faso du 23 novembre au 03 décembre 2003, avec la participation des assistants aux Représentants de la FAO et chargés de programme des Représentations de la FAO des 4 pays, des experts du PMEDP et en présence des Ministres Burkinabé et Ghanéen chargés des pêches.  2.2 Hypothèses de développement Le projet s’inscrit dans l’hypothèse de développement selon laquelle les initiatives de réduction de la pauvreté ne peuvent être durables que dans un climat de politique favorable et que l’amélioration des atouts en capital social et humain constitue les meilleures stratégies de garantir une participation effective des communautés de pêche au développement. Le changement de politique et son application pratique constituent les mécanismes les plus efficaces à grande échelle pour un développement plus durable. La pauvreté ne peut se réduire qu’en décrivant et en abordant les besoins familiaux et communautaires de manière globale. Cela ne peut se produire qu’à travers la sensibilisation et la communication croisée. La gestion des ressources naturelles complexes qui reposent traditionnellement sur une propriété commune nécessite des structures dévouées au niveau local et motivées au plan interne. Cela ne peut se faire correctement avec des structures et des processus sectoriels qui recourent à une planification stratégique, technocratique et pyramidale (pensés du haut).
 
8
Projet Pilote 1 – Rapport Terminal
 2.3 Stratégie de mise en œuvre  Dispositions officielles:en raison des situations particulières dans chacun des 4 pays, la signature des protocoles d’accord entre la FAO et les gouvernements s’est étalée sur plusieurs mois : novembre 2002 (Mali et Burkina Faso), décembre 2002 (Ghana) et juillet 2003 (Côte d’Ivoire, suite à la situation de guerre). Les trois premiers pays ont démarré les activités de terrain aux environs du mois de mars 2003 pour les terminer en juillet 2006. Ils ont pu mobiliser l’ensemble des ressources financières qui leur furent allouées. En revanche, la Côte d’Ivoire n’a pu mobiliser les provisions pour fonds non alloués.  Mécanisme institutionnel de mise en œuvre: organisationnelle et l’architecture décisionnelle de la mise en œuvre du projet pilote comprenait: l’Equipe de gestion du projet (EGP), l’Unité de coordination nationale (UCN), la Représentation de la FAO (FAOR), la Coordination régionale (d’abord installée à Ouagadougou puis transférée à Cotonou), l’Unité de support régional (Cotonou) et l’Unité de coordination du programme (Rome). Le document de projet a défini les mandats de chacune des composantes. La bonne compréhension des mandats et la pleine implication de chacune des parties ont contribué à rendre le cadre institutionnel opérationnel et efficace. Le Burkina Faso a mis en place un comité de pilotage comprenant entre autre la FAOR, les services de planification et de programmation du ministère chargé des pêches et la direction des pêches. Le comité de pilotage fut un canal pour faire remonter les informations au niveau des décideurs politiques et pour faire le plaidoyer (éligibilité au programme d’investissement public). Il est un cadre de mise en cohérence des orientations, des stratégies, des activités et des résultats du projet avec les politiques nationales.   Stratégie d’intervention: la taille réduite des équipes de gestion (chef d’équipe, assistant au chef d’équipe, secrétaire-comptable, chauffeur) reflète la volonté du programme de s’appuyer sur les dynamiques, les capacités et les compétences existantes dans les pays par le biais de la promotion du faire-faire et du partenariat. Les équipes de gestion ont rapidement compris que l’intermédiation entre l’ensemble des parties prenantes et la gestion des interfaces entre les partenaires sont des composantes essentielles de leur mandat. Leurs rôles de programmation, de planification, de contrôle et de coordination se sont renforcés et enfin la mobilisation des synergies et l’établissement des liens micro, méso et macro sont devenus des exigences pour la mise en oeuvre d’un projet de cogestion des ressources halieutiques.
 2.4 Eléments de compréhension du concept de cogestion des ressources halieutiques Il n’existe pas une définition unique du concept de cogestion. Plusieurs auteurs ont donné des définitions qui mettent chacune l’accent sur l’une ou l’autre dimension de la pratique de la cogestion. En définitive, toutes les définitions se complètent. arrangement où la responsabilité pour la gestion de la La cogestion se définit comme un ressource est partagée entre le gouvernement et les groupes d’utilisateurs (Sen et Nielson, 1995).  Danspêcheurs devraient avoir un plus grand accès la cogestion, les communautés et les et contrôle sur les décisions affectant les ressources halieutiques locales. Cet accès et ce contrôle doivent se faire en coopération avec les fonctions politique, économique et administrative (Noble, 2000).  La cogestion est décrite comme un espace où presque toutes les fonctions de gestion sont une responsabilité partagée entre les agences gouvernementales et les pêcheurs.
 
9
Projet Pilote 1 – Rapport Terminal
Les pêcheurs sont directement impliqués dans les prises de décision (à l’opposé du rôle consultatif qu’on leur assigne souvent) et ont l’autorité pour prendre et appliquer la réglementation (McCay, 1993). La diversité des définitions suggère qu’il n’existe pas une trajectoire unique pour mettre en œuvre une politique de cogestion. La cogestion fait référence à l’arrangement institutionnel (cadre formel de prise de décisions avec la participation effective des usagers et des parties prenantes), au partage de responsabilités entre les communautés de pêche et les agences gouvernementales, à l’habilitation des communautés de pêche à prendre et appliquer la réglementation relative à la pêche en collaboration avec les agences gouvernementales. En fonction du rôle que jouent les agences gouvernementales, Pomoroy et Goetze (2003) distinguent 5 degrés de cogestion des ressources halieutiques : i - gestion centralisée: le gouvernement a le total contrôle sur toutes les décisions qui sont prises; ii - cogestion consultative: les agences gouvernementales interagissent (information, consultation) avec les parties prenantes mais toutes les décisions sont prises par les agences gouvernementales; iii - cogestion collaborative: les agences gouvernementales et les parties prenantes travaillent intimement ensemble et prennent ensemble les décisions; iv - cogestion déléguée: le gouvernement laisse formellement les organisations des usagers et les parties prenantes prendre les décisions et les appliquent en collaboration avec les agences gouvernementales; v - les partie prenantes ont l’entière contrôle et de la prise et de l’application des décisions. La cogestion et sa mise en œuvre dépendent de l’environnement politique, du cadre administratif, légal et règlementaire, de l’état et de l’environnement social et économique de la pêcherie. Dans tous les cas, les agences gouvernementales ont un rôle déterminant à jouer dans la mise en œuvre d’une politique de cogestion des ressources halieutiques.
 
10
Projet Pilote 1 – Rapport Terminal
 3. RESULTATS ET IMPACTS DU PROJET  3.1 Un plan de cogestion participative et un cadre institutionnel fonctionnel sont mis en place 3.1.1 Plans de cogestion Les 5 plans de cogestion des lacs de Bagré et Kompienga au Burkina Faso, Sélingué au Mali, Kossou en Côte d’Ivoire et Volta au Ghana ont été élaborés et adoptés de façon participative selon les 5 étapes suivantes :  information - sensibilisation: séances d’information, de sensibilisation et plusieurs d’explication avec l’ensemble des parties prenantes (chefs coutumiers, communautés de pêche, administrations techniques et territoriales, gestionnaires des barrages, et autres parties prenantes (ONG, institutions de micro finance, etc.)) ont contribué à la mobilisation et à la compréhension des objectifs du projet et de la cogestion. L’abondance des informations, la complexité des questions soulevées et l’exigence d’établir un climat de confiance et de collaboration entre le projet et les communautés de pêche, et entre les communautés de pêche et les administrations, ont fait multiplier les réunions et le nombre de passages dans les communautés de pêche. Cette phase préparatoire s’est avérée efficace au regard de la dynamique de mobilisation et de disponibilité qu’elle a créée à tous les niveaux. Elle a également permis d’identifier les attentes des communautés de pêche, des administrations et des partenaires.  elaboration du document:sur la base du cadre de référence de l’AMED et du CCPR et des études préliminaires (profil de pauvreté, diagnostic participatif, analyse des parties prenantes, études biologiques, etc.), un projet de plan de cogestion est élaboré par une équipe pluridisciplinaire de consultants nationaux (biologiste, économiste, sociologue, etc.). Les consultants ont essentiellement rempli un mandat de médiation entre les différentes parties (notamment entre les communautés de pêche et les administrations) pour rapprocher les points de vue à travers une démarche de proximité d’analyse et d’échange.  validation du document: le projet de plan de cogestion a été soumis aux différentes parties prenantes pour amendement (commentaires et observations). Au niveau des communautés de pêche, plusieurs séances d’explication, de négociation et d’arbitrage ont été nécessaires pour faciliter la compréhension des objectifs et s’assurer que les avis de tous ont été pris en compte. Leur adhésion future au plan de cogestion dépend de leur niveau de compréhension des enjeux en cours. Puis, un atelier réunissant l’ensemble des parties prenantes a validé le document. L’intérêt des pays a été marqué par la présence à ces ateliers des plus hautes autorités locales ou par le ministre chargé des pêches (Côte d’Ivoire). Les objectifs globaux des plans de cogestion sont résumés dans l’encadré 2.  adoption du document:le plan de cogestion est définitivement adopté par les instances habilitées (comité de gestion).  diffusion des documents:l’initiative des leaders communautaires d’appuyer la diffusion du document dans les communautés de pêche (organisation de tournées d’explication et de sensibilisation dans les campements et villages de pêche) vient compléter les actions entreprises par le projet auprès de toutes les parties prenantes.
 
11  
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.