Embrasser le monde

De
Publié par

Embrasser le monde Retrouver le goût. Il y a des jours où je me sens perdu En dehors de tout. Le monde avance vite Trop vite Et je suis derrière Je le regarde. Je le regarde avancer Courir, inventer et je ne le rattrape pas.

Publié le : mardi 29 octobre 2013
Lecture(s) : 35
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, pas de modification
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
Cette publication est accessible gratuitement
Retrouver le goût.
Embrasser le monde
Il y a des jours où je me sens perdu
En dehors de tout.
Le monde avance vite
Trop vite
Et je suis derrière
Je le regarde.
Je le regarde avancer
Courir, inventer
et je ne le rattrape pas.
Il avance vite le monde
Trop vite pour moi.
Je suis dans ma bulle
Loin de tout le tumulte.
Il parait que lorsque l’on est plus dans le monde
Lorsque l’on ne le comprend plus
Que l’on n’y tient pas une place « active »
On est vieux.
Il n’y a pas d’âge pour cela.
On peut être vieux à tout âge
Et jeune
Très vieux.
Je suis vieux.
Ca veut dire quoi « active » ?  
Ca veut dire quoi « vieux » ?
Je veux vivre plus lentement
Je veux une touche slow, rembobinage, retour arrière.
Une possibilité de ne pas s’internetiser.
Je veux regarder le monde comme on regarde un tableau
Un bateau, une fleur qui s’ouvre, un flocon.
Je ne veux plus de bruit assourdissant en achetant ma baguette
Parce que je suis vieux.
Je veux soulever le rideau et regarder
Regarder , émerveillé toujours, et puis refermer.
Je veux pouvoir couper le son quand il y a trop de bruit
Tirer le rideau quand il y a trop de lumières
Appuyer sur lent quand le monde est trop rapide
Lui parler quand il oublie
Changer de langues comme on change de continent
Appuyer sur jour et nuit
Demander au temps de faire trois pas lent
Qu’il arrête de se prendre pour le vent.
Faire revenir les gens que j’aime et qui sont partis.
Si,
Encore une fois, encore un peu
Chaque fois que j’en ai besoin ou envie.
 
On sait qu’on doit tous mourir
On nous a assez répété qu’il fallait grandir
Eh bien c’est chiant
Et pourquoi maintenant ?
Je veux que le monde soit une histoire
Pouvoir le relire et m’endormir entre ses pages
Savoir que demain tout sera toujours là.
Mais je suis vieux
Ce monde là n’existe pas.
Je suis vieux et je nai pas grandis .
Je suis un vieil enfant
Un enfant vieux
Qui en a vu et a vécu
Et parle comme un vieux con
Qui sourit.
La technologie ne m’attire pas
Elle est trop rapide pour moi
Je ne comprends même plus les publicités.
Tout ressemble aux films futuristes de mes 20 ans.
 
Je suis au milieu
C’est tout ce qui a changé.
Où est la caméra ?
Je suis noyé
Et dépassé.
Je suis l’homme immobile
au milieu de la rue grouillante de voitures qui klaxonnent.
Je ne rattraperai pas le temps perdu
Les années passent et bientôt la page se refermera.
Le monde grandira toujours et encore
Je le verrai d’en haut en souriant
En me disant ouf !
Pour tout ce qui va trop vite
Je n’y suis plus
Pourtant je peux me rendre d’un bout à l’autre du monde en un instant.
Je ne suis plus vieux.
Je n’ai plus d’âge
Et j’embrasse le monde.
29 octobre 2013 @Juliasmile1. Tous droits réservés.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Tu me hurles

de juliasmile1

2 avril 2011

de juliasmile1

suivant