souffrance

Publié par

je te regarde t'éloigner vers d'autres horizons et contemple se dresser les murs de ma prison je lutte très fort pour ne pas perdre la raison et tente vainement de me bercer d'illusion si

Publié le : jeudi 24 janvier 2013
Lecture(s) : 1 413
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

je te regarde t'éloigner vers d'autres horizons
et contemple se dresser les murs de ma prison
je lutte très fort pour ne pas perdre la raison
et tente vainement de me bercer d'illusion
si une issue fatale devait en être la conclusion
puisque notre bonheur n'est plus ton obligation,
que nos âmes ne vibreront plus jamais à l'unisson!
et que je ne peux dès lors exiger ta compassion.
je pense sérieusement à me faire sauter le caisson.
tu ne liras jamais cela, car ça t'es devenue bien égal
et ne sauras jamais à quel point je peux avoir mal!
tes pas te dirigent à présent vers d'autres rivages
où hélas, je ne ferai plus partie du paysage
mon cœur brisé, sombre et court au naufrage
mais j'essaie de garder un sourire sur mon visage
mes larmes m'étouffent, assaillit par les remords
et me rassure en pensant que bientôt je serai mort!
je souhaite tellement te garder près de moi
je m'évertue à prier, mais je n'ai pas la foi
que peuvent bien valoir ces stupides dieux
s'ils ne nous veulent pas unis et amoureux
aucun doute! de nous, ils devaient être envieux!
notre bonheur devait leurs crever les yeux!
je pourrai très facilement leurs rejeter la faute
ou me convaincre que c'est toi qui est la sotte
mais j'assume pleinement toutes mes erreurs,
toutes ces choses qui nous ont privé du bonheur
je plaide coupable, je suis cruellement responsable
cette réalité me terrifie et ma tristesse m' accable
ce chagrin qui m'écrase mais si incommensurable!
ma détresse insondable, n'es pour toi, plus concevable
lorsque mon regard peut se poser au loin sur l'avenir.
je me concentre et fixe toute mon attention sur la lueur
il me semble y discerner parfois, ton si jolie sourire. et quand je parviens enfin à taire en moi cette douleur
je tend l'oreille et crois entendre la mélodie de ton rire
c'est si subtiles signes arrivent encore à m'émouvoir
et me surprend à voir renaitre en moi, un tout nouvel espoir!

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

L'antagonie

de editions-gallimard

L'antagonie

de editions-gallimard

mon histoire

de benzydante

désormais

de benzydante

page blanche

de benzydante

suivant