Termes scientifiques d'origine arabe (extraits de mon livre Introduction à l’histoire des mathématiques maghrébines)

De
Publié par

6.3 Exemples d'influence de la science arabe sur l'Occident: terminologie scientifique et traductions d'oeuvres Driss Lamrabet Extrait de mon livre: INTRODUCTION A L'HISTOIRE DES MATHEMATIQUES MAGHREBINES Deuxième édition ; publié sur le site de LULU: http://www.lulu.com/shop/driss-lamrabet/introduction-%C3%A0-lhistoire-des- math%C3%A9matiques-maghr%C3%A9bines/paperback/product- 21257920.html 6.3.1 Termes scientifiques d'origine arabe L'influence de la science arabe médiévale sur les pays occidentaux se manifeste, entre autres, à travers les emprunts de termes scientifiques arabes par les langues européennes. Nous allons mettre ce fait en évidence en montrant l'origine arabe de termes présents dans certaines langues européennes et concernant les domaines suivants: mathématiques, chimie, médecine et pharmacie. Par commodité, nous nous servons le plus souvent du français, mais la forme des vocables empruntés varie très peu d'une langue européenne à l'autre, puisque généralement le latin fut la langue intermédiaire commune. La liste n'est évidemment pas exhaustive. Nous ne donnons en outre que les termes qui sont d'origine arabe et nous ne mentionnerons pas ceux qui, tout en figurant dans le lexique d'une langue européenne, sont 1une traduction littérale d'un concept introduit par les savants arabo-musulmans . i) Termes de mathématiques Algèbre ربجلا (Anglais, allemand, espagnol, etc.: Algebra): al-Jabr. Algorithme ةيمزراوخ (Ang.
Publié le : samedi 28 juin 2014
Lecture(s) : 48
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
6.3 Exemplesd'influence de la science arabe sur l'Occident: terminologie scientifique et traductions d'oeuvres Driss Lamrabet Extrait de mon livre:INTRODUCTION A L'HISTOIRE DES MATHEMATIQUES MAGHREBINES Deuxième édition ; publié sur le site de LULU:http://www.lulu.com/shop/driss-lamrabet/introduction-%C3%A0-lhistoire-des-math%C3%A9matiques-maghr%C3%A9bines/paperback/product-21257920.html
6.3.1 Termesscientifiques d'origine arabe  L'influencede la science arabe médiévale sur les pays occidentaux se manifeste, entre autres, à travers les emprunts de termes scientifiques arabes par les langues européennes. Nous allons mettre ce fait en évidence en montrant l'origine arabe de termes présents dans certaines langues européennes et concernant les domaines suivants: mathématiques, chimie, médecine et pharmacie. Par commodité, nous nous servons le plus souvent du français, mais la forme des vocables empruntés varie très peu d'une langue européenne à l'autre, puisque généralement le latin fut la langue intermédiaire commune. La liste n'est évidemment pas exhaustive. Nous ne donnons en outre que les termes qui sont d'origine arabe et nous ne mentionnerons pas ceux qui, tout en figurant dans le lexique d'une langue européenne, sont 1 une traduction littérale d'un concept introduit par les savants arabo-musulmans.  i)Termes de mathématiques Algèbreا(Anglais, allemand, espagnol, etc.: Algebra):al-Jabr.Algorithmeزراخ(Ang.: algorithm- all.: algorithmus): dérive du nom du mathématicien al-Khwārizmī. Le terme arabe correspondantزراخest un néologisme. Chiffreص(All.: Ziffer, ang.: cipher, esp.: cifra)):ṣifr.Zéroص:ṣifr,ṣifrunqui donnazephyropuiszéro.  ii)Termes de chimie Alambicا(Ang.: Alembic):al-Inbīq(appareil de distillation). Alcali, alcalin, alcaliniserا, étymologiquement, deى,frire(Ang.: AlkalineEsp.: àlcali): al-Qiliy(= soude). Alcoolلا(Ang. et esp.: Alcohol- All.: Alkohol):al-Kuḥūl. Alizarineرا (Fr.et ang. -Esp.: alizarina)al-Iṣārīnrouge orange tirée du (teinte goudron). Amalgameغاall.: amalgam (Ang.et Esp.:amalgama):al-Mulgham (alliaged'un métal avec le mercure). 1  Parexemple, "sinus "est la traduction dejayb, utilisé par Al-Battānī; "sourd"(fr) et "surd "(ang) traduisent: aṣamm(al-Khwārizmī), désignant un nombre irrationnel, etc. 1
Anilineا(Fr.et ang.- Esp.: Anilina- All.: Anilin):al-Nīl(plante teinturière). Antimoineثاantimony- All.: Antimon (Ang.: Esp.:antimonio):al-Ithmīd (étymologie hypothétique). Azurدروزا(Fr. et all. - Ang.: azure- Esp.: azul):al-Lāzaward(substance minérale bleue). Benjoinيوا نbenzoin et benjamin- All.: Benzoeharz (Ang.:benjamín, benjuí, Esp. benzoína):Luban al-jāwī(résine utilisée comme balsamique et antiseptique). Boraxقر(Fr., ang. et allEsp. Bórax):Bawraq(Borate hydraté de sodium). Camphreرف(Ang.: camphor- Esp.: alcanfor- All.: Kampfer):Kāfūr. Carminي (Ang.carmine- All.: Karmesin, Karmincarmín, carmesí): Esp.:Qirmiziy(teinte rouge extraite d'un type d'insecte). Elixirا(Fr, esp. et ang.- All.: Elixier):al-Iksīr. Goudronناا(Esp.: alquitràn): al-Qaṭrān/al-Qiṭrān /al-Qaṭirān.
 iii)Termes de médecine et de pharmacie Jarde ou Jardonدج(All. et ang.: JardeEsp. jardé):Jard. Julepبج(Fr. et ang.Esp.: julepe):Julāb(potion). Kali(All.: Kalisalzkraut, Kaliumkarbonat):Qaly (type de plante riche en soude). Kermès (Ang.:Kermes et kermesite):Qirmīz (médicamentexpectorant à base d'antimoine). Kétmieخ:Khitmiyya. Laqueك(Ang.: lac- Esp.: laca- All.: Lack):Lakk. Loochق(prononcer louk):Laūq(un breuvage médical). Séné (Ang.:senna- All.: Sennesstrausch, Sennessblaetersena): Esp.:Sanā (plante purgative). Siropبا(Ang.: syrup- Esp.: jarabe- All.: Sirup):Sharāb. Soudeءادا(All., ang. et esp.: soda):al-Sawdā'. Talcط(Fr.et ang.- All.: Talk, Talkum- Esp.: Talco):ṭalq. Tamarinها (Fr. et ang.- All.: Tamarinde, TamariskeEsp.: tamarindo):Tamar al-hindī. Tamaris(Ang. tamarisk- All.: TamariskeEsp. tamarisco):Tamar(datte). Tartreيدرد(Ang.: tartar- Esp.: tàrtaro):Durdī.
 iv)Termes d'astronomie Alidadeةدا(All.: Alhidade):al-Iḍāda(partie de l'astrolabe). Almicantaratتاا(ou Almucantarat):al-Muqanṭarāt; (petit cercle de la sphère céleste qui est parallèle au plan de l'horizon). Azimutتا(Fr. et all.- Ang.: azimuth):al-samt, pl.:al-Sumūt; (angle entre le plan vertical passant par un astre et un vertical origine). Zénithا(Fr.et ang.- All. et esp.: Zenit):Samt.Nadirظا(Fr., ang., all. et esp):Naẓīr. Le ciel est peuplé de dizaines d'étoiles portant des noms arabes. En voici quelques unes (ces noms varient très peu d'une langue européenne à une autre; la plupart ne figurent générale-ment pas dans les dictionnaires courants de taille moyenne, mais dans des lexiques d'astronomie ou sur des cartes du ciel): 2 Achernarها خا:Akhir al-Nahr(étoile de magnitude)de la constellation Fleuve Eridan
2 Une constellation est un groupement d'étoiles. La magnitude d'une étoile mesure sa luminosité. On utilise une échelle: généralementpour l'étoile la plus brillante de la constellation,pour celle de magnitude immédiate-ment inférieure, etc.
2
Acrabبا: ‘Aqrab(étoiledu Scorpion; ce n'est pas la deuxième étoile la plus brillante de cette constellation).Albaldahةا:al-Baldah(du Sagittaire).Aldébaranناا:al-Dabarān(du Taureau).Aldhanabاal-Dhanab(de La Grue).Algolلغا:al-Ghūl(de Persée).Alhenaها:al-Hanaqa(des Gémeaux).Aljuninaا:al-Junayna(étoiledu Grand Chien).Alkaidئا(= Bénétnasch):al-Qā'id(de la Grande Ourse).Alphardدا:al-Fard(Hydre femelle).Alraiاا:al-ī(de Céphée).Arnabرا:Arnab(du Lièvre).Altairئا:al-Ṭā'ir(de la constellation de L'Aigle).Bételgeuseءازا ا:Ibṭ al-Jawzā'(d'Orion).Bénétnaschش ت:Banāt Nash= Alkaid.Diphdaعفا:al-Difḍa(de La Baleine).Denebججا ذ:Dhanab al-Dajāja(du Cygne).Fomalhautتا ف:Fam al-ḥūt(Poisson Austral).Gienahججا حج:Jināḥ al-Dajāja(du Cygne).Hamalا:al-Ḥamal(du Bélier).Markabسا :Markab al-Faras(de Pégasse).Merakرازا قا:Mirāq al-Izār(Grande Ourse).Mirzamمز:Mirzam(du Grand Chien).Mufridدا:al-Mufrid(du Bouvier).Alna'irئا:al-Nā'ir(de La Grue).Nath (El)ا:al-Naṭḥ(du Taureau).Nihalلها:al-Niḥāl(étoiledu Lièvre).Ras Alhagueءاا سأر:Ra's al-Awwā'(d'Ophiucus).Rigelرا جر:Rijl al-Jabbār(d'Orion).Rucbahثار:Rukbat al-Jāthi(de Cassiopée).Sadalmalikكا :Sad al-Malik(du Verseau).Sadalsudدا :Sad al-Suūd(du Verseau).Sadrججا رص:Ṣadr al-Dajāja(du Cygne).Shaulaا:Ash- Shawla(du Scorpion).Shédir (ou Schédar)ا تاذ رصṢadr dhāt al-Kursiyy(de Cassiopée).Thubanنا:al-Thubān(du Dragon).Végaعاا:al-Wāqi(de La Lyre). [Sources:Le Guide des Etoiles, par le Capitaine Pierre Sizaire, Paris 1975 -Ṣuwar al-Kawākibpar al-Rāzī al-Ṣūfī (m. 986), Beyrouth 1981-Tôqān, p. 137].
3
 v)Divers termes Amiralا أ:Amīr al-bahr- Arsenalا راد(fr., ang. et esp)Dar al-ṣināa(repris par l'arabe moderne à partir des langues européennes: "tarsana "!!)- Bocalل:Būqāl -Calibre(fr. et ang):Qālib- Caratطا(fr. et ang.- all.: Karat- esp.: quilate):Qīrāṭ- Cété-rac (h)قا:Shutrāq(plante)Fardeauضف(esp.: fardo):Farḍ- Masticى(fr. et ang.-esp.: almàciga):MusṭakāSalep(fr. et all):Saḥlab(plante) - Sophoraءاص(fr. et all): Ṣufayrā'd'arbre) (type SumacقSumach): (all.:Sumāq (plante)- Tareحط (fr.et ang.-all. et esp.: Tara):Ṭarḥ.  L'influencede la science arabo-musulmane sur l'Occident apparaît également, comme on le verra plus bas, à travers la latinisation des noms des savants arabes dont les oeuvres furent traduites en latin et donc étudiées et exploitées. Voici des exemples (il y a souvent plusieurs orthographes pour un même nom, suivant les traducteurs): Abenragel(Ibn Abī al-Rijāl), Abubacer (Abū Bakr Ibn Ṭufayl), Abulcasis (Abū al-Qāsim al-Zahrāwī), Albategnius (al-Battānī), Albumazar/ Albumasar (Abū Mashar al-Balkhī), Alkindus/ Alchindi (al-Kindī), Alfarabius/ Alpharabius (al-Fārābī), Alfraganus (al-Farghānī), Algazel (al-Ghazzālī), Algorismus/Alchorizmus (al-Khwārizmī), Alhacen/ Alhazen (al-Ḥaṣan b. al-Haytham), Alpetragius (al-Biṭrūjī), Anaritius (al-Nayrizī), Avempace(Ibn Bājja), Avenzoar (Ibn Zohr), Averroes (Ibn Rushd), Avicenna (Ibn Sīnā), Arzachel/ Azarchel (Ibn al-Zarqālluh), Azaragui (al-Zahrāwī), Dreses (al-Idrīsī), Geber (Jābir b.al-Aflaḥ ou Jābir b. Ḥayyān), Haly/Hali/Aly (Alī), Hametus/Ametus (Aḥmed), Razes, (al-Rāzī), Thebit (Thābit b. Qurra).
6.3.2 Principalesoeuvres mathématiques arabes qui furent traduites
Plusieurs foyers de traductions furent actifs durant le moyen âge et contribuèrent à la révélation de la science arabe aux pays européens: Tolède, de loin le plus importante, la Sicile, le Midi de la France (Montpellier, Toulouse), l'Allemagne, etc. On notera que les traductions portèrent tant sur les oeuvres des mathématiciens arabes que sur les traductions arabes des oeuvres grecques. Certains traducteurs se distinguèrent autant par la quantité que
4
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.