Le Sentier des reines

De
Publié par

Depuis une semaine, les cloches de l’église ne font que sonner. Il y aura une messe pour c�lébrer nos morts aujourd’hui encore. Blanca, la veuve Dupraz, dit qu’on n’y va pas. Oui, tu as bien entendu. 3 On part. Je suis en retard. La mort s’en donne à cœur joie depuis que la guerre l’a mise à l’aise. 4 J’espère qu’elle saura convaincre Pauline, la veuve du ils Dupraz, de venir avec nous. Je ne la laisserai pas s’en sortir si facilement. Le mulet devrait déjà être chargé. Si le Seigneur décide de nous rappeler à lui, c’est qu’il a de bonnes raisons. Mais… Tout, Si nous chaque jour, restons, nous nous rappellera deviendrons ce que nous folles. avons perdu. Mais on ne doit pas me voir. Et que vas-tu faire ?Attendre tristement ton heure? Combien de temps ça va prendre? Nous n’avons fait que ça, attendre… Tout. Attendre… Toutes ces années de guerre à attendre. Attendre les lettres. Mais… Pourquoi tout de suite? Pourquoi vous êtes-vous habillée pour la messe, alors ? Blanca dit que si on part maintenant, on arrivera à Bonval avant la nuit. Faut pas tarder. Attendre les permissions. Attendre la triste nouvelle. Je ne veux pas avoir à mʼexpliquer avec tout le monde. Mais… Je ne peux… Je ne suis pas prête… Attendre la Paix. Tu ne possèdes pas beaucoup plus que ce que tu portes sur toi… Je me suis occupée du reste.
Publié le : vendredi 2 octobre 2015
Lecture(s) : 2 836
Nombre de pages : 12
Voir plus Voir moins
Cette publication est accessible gratuitement
DÉpuîs unÉ sÉmaînÉ, lÉs clochÉs dÉ l’glîsÉ nÉ ont quÉ sonnÉr.
Il y aura unÉ mÉssÉ pour clebrÉr nos morts aujourd’huî ÉncorÉ.
Blanca, la vÉuvÉ Dupraz, dît qu’on n’y va pas.
Ouî, tu as bîÉn ÉntÉndu.
3
On part.
JÉ suîs Én rÉtard.
La mort s’Én donnÉ â cœur joîÉ dÉpuîs quÉ la guÉrrÉ l’a mîsÉ â l’aîsÉ.
4
J’ÉspèrÉ qu’ÉllÉ saura convaîncrÉ PaulînÉ, la vÉuvÉ du ils Dupraz, dÉ vÉnîr avÉc nous.
JÉ nÉ la laîssÉraî pas s’Én sortîr sî acîlÉmÉnt.
LÉ mulÉt dÉvraît jâ trÉ chargé.
Sî lÉ SÉîgnÉur décîdÉ dÉ nous rappÉlÉr â luî, c’Ést qu’îl a dÉ bonnÉs raîsons.
Maîs…
Tout, Sî nous chaquÉ jour, rÉstons, nous nous rappÉllÉra dÉvîÉndrons cÉ quÉ nous ollÉs. avons pÉrdu.
Maîs on nÉ doît pas mÉ voîr.
Et quÉ vas-tu aîrÉ ? AttÉndrÉ trîstÉmÉnt ton hÉurÉ ? CombîÉn dÉ tÉmps ça va prÉndrÉ ?
Nous n’avons aît quÉ ça, attÉndrÉ…
Tout.
AttÉndrÉ…
ToutÉs cÉs annéÉs dÉ guÉrrÉ â attÉndrÉ.
AttÉndrÉ lÉs lÉttrÉs.
Maîs… Pourquoî tout dÉ suîtÉ ? Pourquoî vous tÉs-vous habîlléÉ pour la mÉssÉ, alors ?
Blanca dît quÉ sî on part maîntÉnant, on arrîvÉra â Bonval avant la nuît. Faut pas tardÉr.
AttÉndrÉ lÉs pÉrmîssîons.
AttÉndrÉ la trîstÉ nouvÉllÉ.
JÉ nÉ vÉux pas avoîr â mʼÉxplîquÉr avÉc tout lÉ mondÉ.
Maîs… JÉ nÉ pÉux… JÉ nÉ suîs pas prêtÉ…
AttÉndrÉ la Paîx.
Tu nÉ possèdÉs pas bÉaucoup plus quÉ cÉ quÉ tu portÉs sur toî… JÉ mÉ suîs occupéÉ du rÉstÉ.
Nous nÉ prÉnons quÉ lÉ strîct nécÉssaîrÉ…
La tourmÉntÉ rîsquÉ dÉ rÉvÉnîr, ça pourraît nous bloquÉr unÉ sÉmaînÉ ÉncorÉ.
AttÉndrÉ ÉncorÉ qu’on vÉuîllÉ bîÉn lÉs démobîlîsÉr.
nʼattÉnds plus.
Maîs… C’Ést quÉ ça va jasÉr…
Partîr Én plÉînÉ mÉssÉ…
C’Ést la mÉssÉ pour nos marîs… Pour votrÉ ils…
LÉ cousîn dÉ PaulînÉ nÉ va pas trÉ contÉnt.
5
6
QuÉ nous împortÉ dorénavant cÉ qu’îls pÉuvÉnt dîrÉ, PaulînÉ ?
Et FlorÉntîn ?
SÉs afaîrÉs sont prêtÉs, îl vîÉnt avÉc nous.
Pourquoî Ést-cÉ quÉ FlorÉntîn taît au courant Ét pas moî ?
Vous avîÉz pÉur quÉ j’Én parlÉ au cousîn ?
Il aît roîd. Ça va tÉnîr.
Il doît trÉ Én traîn dÉ chargÉr lÉ mulÉt.
La ballÉ dÉ son pèrÉ a dîsparu dans l’avalanchÉ, maîs îl a lÉs tîssus.
Nous, on a Éu la chancÉ dÉ rÉtrouvÉr notrÉ mÉrcÉrîÉ întactÉ. LÉ tout nous aît un bon stock.
On Én tîrÉra un bÉau pÉtît péculÉ sî on sÉ débrouîllÉ bîÉn.
ÈcoutÉ, jÉ nÉ t’oblîgÉ â rîÉn, tu pÉux rÉstÉr sî tu vÉux.
Maîs…
Il y a bÉaucoup dÉ nÉîgÉ au col, îl va nous arrîvÉr la mêmÉ…
JÉ saîs quÉ ma mèrÉ auraît aîmé rÉssÉmblÉr â Blanca Dupraz, ÉllÉ auraît aîmé trÉ aussî ortÉ qu’ÉllÉ.
Ouî…
« S’îl dÉvaît m’arrîvÉr quÉlquÉ chosÉ, rÉstÉ avÉc Blanca, sî ÉllÉ lÉ vÉut bîÉn », dîsaît-ÉllÉ.
«ÈcoutÉ toujours Blanca.»
Tout Ést prêt.
Est-cÉ quÉ PaulînÉ vîÉnt ?
BîÉn sûr.
FlorÉntîn ?
7
8
Blanca a pÉrdu sÉs hommÉs, maîs ÉllÉ nÉ plÉurÉ pas ; pas dÉvant lÉs autrÉs, Én tout cas. J’ÉssaîÉ d’Én aîrÉ autant.
Et la bonnÉ nouvÉllÉ, c’Ést quÉ lÉ cousîn nÉ l’aura pas.
PaulînÉ plÉurÉ plus acîlÉmÉnt, ÉllÉ.
Maîs mêmÉ commÉ ça, ÉllÉ Ést bÉllÉ.
PèrÉ, PaulînÉ Ét Blanca sʼÉn vont…
AvÉc lÉ mulÉt.
JÉ mÉ doutaîs qu’ÉllÉ manîgançaît quÉlquÉ chosÉ… Ah, mon pauvrÉ rèrÉ Én a supporté avÉc cÉttÉ maudîtÉ…
JÉ lÉs rattrapÉ ?
LÉ curé comprÉndra…
Qu’ÉllÉ aîllÉ au dîablÉ !
Et lÉ mulÉt? Il nous rÉvîÉnt. On luî laîssÉ ?
EllÉ n’a pas prîs lÉs vachÉs, non ? Nî la maîson ?
LÉ marché n’Ést pas mauvaîs. JÉ préèrÉ nÉ plus ÉntÉndrÉ parlÉr d’ÉllÉ.
9
10
Maîs… EllÉs partÉnt pour toujours ?
ÔtÉ-toî PaulînÉ dÉ la têtÉ, ils, ÉllÉ Ést dÉ la mêmÉ ÉspècÉ quÉ l’autrÉ.
CÉs ÉmmÉs nÉ sont pas unÉ bonnÉ tÉrrÉ â sÉmÉr. Y a rîÉn quÉ la mort quî poussÉ dans lÉur vÉntrÉ.
Blanca Ét PaulînÉ aîmaîÉnt ma mèrÉ bîÉn plus quÉ sa proprÉ bÉllÉ-amîllÉ.
nÉ supportÉ plus dʼÉntÉndrÉ dîrÉ quÉ cʼÉst â causÉ dʼÉllÉ quÉ mon pèrÉ Ést mort.
CÉ nʼÉst pas vraî.
C’Ést la guÉrrÉ, la coupablÉ.
C’Ést la guÉrrÉ quî nous a rÉndu lÉs hommÉs â moîtîé Éux-mêmÉs.
C’taît commÉ s’îls nÉ �onnaîssaîÉnt plus la montagnÉ.
Ça n’avaît sÉrvî â rîÉn quÉ Blanca lÉs mÉttÉ Én gardÉ.
«DÉ la nÉîgÉ ollÉ ! Ça tîÉnt pas !»
Ils taîÉnt partîs quand mêmÉ.
«Ça dégrîngolÉ, pîrÉ quÉ lÉs obus.»
«Vous avÉz oublîé quÉ dÉs paquÉts dÉ nÉîgÉ, ça pÉut tuÉr aussî ?», lÉur avaît-ÉllÉ dît.
11
Nous partons â notrÉ tour, Ét sans bénédîctîon.
Nous passons où îls sont tombés.
J’avaîs dît â mon pèrÉ quÉ jÉ voulaîs allÉr colportÉr aussî. Dupraz, îl ÉmmÉnaît bîÉn son ils, luî.
12
«C’Ést un hommÉ, son ils, îl a aît la guÉrrÉ commÉ nous» m’avaît-îl dît.
Il doît Én aîrÉ unÉ drôlÉ dÉ têtÉ, lÉ papa, s’îl nous voît dÉ là-haut.
«Faut quÉ tu rÉstÉs avÉc ta mèrÉ, ÉllÉ va pas bîÉn…»
JÉ nÉ l’auraî rÉvu quÉ cînq moîs… LÉs hommÉs taîÉnt rÉntrés Én sÉptÉmbrÉ dîx-nÉu.
« À l’ÉntÉndrÉ, c’Ést ÉllÉ quî s’Ést tapé lÉs tranchéÉs, Ét pas moî. »
Ma mèrÉ a couru dÉrrîèrÉ Éux, ÉllÉ crîaît â mon pèrÉ qu’ÉllÉ nÉ voulaît plus lʼattÉndrÉ, ÉllÉ crîaît qu’ÉllÉ taît â bout, â bout.
L’avalanchÉ lÉur Ést tombéÉ dÉssus.
Ils sont morts tous lÉs quatrÉ.
13
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.