Corrige BACPRO Histoire - géographie 2016

De
Publié par

Selon quels critères le correcteur va-t-il noter votre copie ?
 Chaque partie est évaluée globalement ; cela signifie qu’il n’y a pas de barème entre les sous-questions. Telle réponse solide permet de compenser des lacunes constatées ailleurs.
 le barème n’est pas dégressif -on ne soustrait pas des points par rapport à une production idéale-, mais cumulatif.
 l’ensemble de l’échelle de notation est utilisé ; même pour un devoir qui n’approche pas de la perfection, la note maximale (20/20 !) est donc envisageable.
 Eléments à même de valoriser une copie :
- bonne compréhension du sujet, de la problématique, du contexte (en histoire : importance des repères chronologiques, des noms propres, des notions, à définit).
- Approche critique, ou au moins nuancée, face à un document.
- Maîtrise du vocabulaire spécifique à la discipline
- Maîtrise de l’expression écrite (syntaxe, orthographe, lisibilité).
Publié le : mercredi 15 juin 2016
Lecture(s) : 64 505
Nombre de pages : 5
Voir plus Voir moins
BACCALAURÉAT
Série PROFESSIONNELLE
Épreuve :HISTOIRE-GEOGRAPHIE-EMC
Session de juin 2016
Durée de l’épreuve: 2 heures
Coefficient : 1 ou 2
PROPOSITION DE CORRIGÉ
1 Propriété exclusive de Studyrama. Toute reproduction ou diffusion interdite sans autorisation
Selon quels critères le correcteur va-t-il noter votre copie ?
Chaque partie est évaluée globalement ;cela signifie qu’iln’y a pas de barème entre les sous-questions. Telle réponse solide permet de compenser des lacunes constatées ailleurs. le barème n’est pasdégressif -on ne soustrait pas des points par rapport à une production idéale-, mais cumulatif. l’ensemble de l’échelle de notationest utilisé ; même pour un devoir quin’approche pas de la perfection, la note maximale (20/20 !) est donc envisageable. Eléments à même de valoriser une copie : - bonne compréhension du sujet, de la problématique, du contexte (en histoire : importance des repères chronologiques, des noms propres, des notions, à définit). - Approche critique, ou au moins nuancée, face à un document. - Maîtrise du vocabulaire spécifique à la discipline -Maîtrise de l’expression écrite (syntaxe, orthographe,lisibilité).
Première partie (HISTOIRE) - 9 points.
SUJET 1 : LES ETATS-UNIS ET LE MONDE (1917-1989)
1)
Evènement et dates correspondantes (les dates exactes sont indiquées, mais ne sont pas attendues par le correcteur).
Plan Marshall : (5) juin 1947 Chute du mur de Berlin : (9) novembre 1989 Attaque de Pearl Harbor : (7) décembre 1941 Fin de la Seconde Guerre mondiale : mai (8) / septembre (2) 1945 Crise de Cuba : octobre 1962 Entrée en guerre des Etats-Unis dans le premier conflit mondial : (4) avril 1917
2) Eléments de base de la réponse : Les Etats-Unis disposent d’uneconstitution démocratique, adoptée en 1787, et issue de la philosophie des Lumières. Celle-ci instaure un régime fédéral et présidentiel. Au niveau de l’Union, les électeurs désignent démocratiquement le Président (pour quatre ans), ainsi que les titulaires du pouvoir législatif : représentants (pour deux ans) etsénateurs (pour 6 mois). L’exercice de la démocratie se retrouve au niveau de chaque Etat fédéré : les électeurs élisent un gouverneur et des parlementaires. La nature libérale de la démocratie américaine est issue des principes proclamésdès 1776 dans la déclaration d’indépendance, et repris par la constitution (Déclaration des droits : les 10 premiers amendements). La Cour suprême, par ses décisions, s’assure que les lois et les décisions de justice respectent bien les grands principes libéraux, notamment la liberté d’expression (presse)et l’égalité des citoyens.
Eléments supplémentaires possibles :
Le pluralisme de la vie politique repose sur l’existence de deux partis eux-mêmes pluralistes : le Parti démocrate et le parti républicains.
La nature démocratique du pays est associée au mythe duself-made man, autrement dit de la promotion sociale par le travail et le talent.
La politique étrangère américaine repose sur la mise en valeur de la nature démocratique et libérale du pays (soft power), tant au cours des deux guerres mondiales, que durant la Guerre froide, ou aujourd’hui face à l’islamisme radical. Les flux migratoires vers le territoire américain semblent confirmer l’attraction de modèle, même si celui-ci présente deslimites [dont l’énumération n’est pas attendue du candidat]
2)
La puissance mondiale des Etats-Unis. Plusieurs exemples sont évidemment possibles :
Propriété exclusive de Studyrama. Toute reproduction ou diffusion interdite sans autorisation
2
1944 : les Etats-Unis réunissent sur leur sol la conférence de Bretton-Woods, qui fait du dollar la monnaie de base du Système monétaire international, sur le même plan que l’or(33 dollar pour une once d’or). Du fait des prêts octroyés aux alliés durant la Guerre, la Réserve fédérale dispose alors de 70 % du stock d’or mondial.
1964-1973: engagement de l’arméeaméricaine dans la guerre du Vietnam, dans le cadre de la politique d’endiguement définie par le président Truman en 1947. Du fait de la puissance de leur armement et de leur logistique, les Etats-Unis sont la seule puissance à même de s’opposer à l’expansionnisme soviétique. Ils sont un des deux Grands de la Guerre froide, dans le cadre d’un ordre bipolaire.autres exemples peuvent Plusieurs illustrer cette idée (crise et guerres de la Guerre froide, de Berlin à Cuba, de la Corée à l’Afghanistan).
1969 : alunissage de la capsule Apollo. Cet événement est à la fois une réussite technologique majeure, montant la suprématie économique américaine, mais aussi le trait le plus marquant de la fascination que suscitent les Etats-Unis (soft power).
4) La formule sert à désigner la situation conflictuelle entre les Etats-Uniset l’URSS, chacun à la tête de deux blocs antagonistes entre 1947 et1989. On parle de Guerre froide car il n’y a pas affrontement direct entre les deux Grands, notamment du fait de la dissuasion nucléaire. Mais la Guerre froide englobe cependant des conflits meurtriers (Corée, Vietnam), au cours desquelsindirect et périphérique.l’affrontement est
SUJET 2: L’IDEE d’EUROPE AU XXe SIECLE
1)
Tableau à compléter.
Signature du Traité de Rome : 1957 Mise en circulation de l’euro! 2002 Signature du traité de Maastricht : 1992 Signature des accords de Schengen : 1985 Premier élargissement de l’Europe: 1973 Première élection du parlement européen au suffrage universel : 1979 2) Le 9 mai 1950, le ministre français Robert Schuman propose une première forme concrète et réaliste de construction européenne supranationale : la CECA, ou Communauté européenne du charbon etde l’Acier. La CECA doit être le cadre de la réconciliation entre la France etl’Allemagne (RFA).est officiellement créée Elle l’année suivante.
3) La construction a sans cesse progressé, tant par son approfondissement (passage de la CEE à l’UE en 1992, puis traité de Lisbonne en 2007) qu’à travers lélargissementde l’Europe unie(de l’Europe des 6 de 1951,à l’Europe actuelle à 28). Mais cet approfondissement a suscité des oppositions. Dès 1954, la France fait échouer la propositiond’une Communauté européenne de Défense. Le 29 mai 2005, 55 % des électeurs rejettent le traité constitutionnel européen. L’Europe a traversé une crise grave en 2010-2011, lors de la crise des dettes souveraines, qui a menacé l’existence de l’euro. Par ailleurs, le 16 juin prochain, les sujets britanniques voteront sur le maintien de leur pays au sein de l’Union. UnBrexit devrait entraîner une crise majeure.
4) « Supranational » signifie littéralement au-dessus des Etats-Nations. Le parlement européen est supranational par sa composition : il rassemble en un même lieu (Strasbourg et Bruxelles) des élus désignés le même jour par l’ensemble des électeurs,pour incarner une sorte de patriotisme européen. Lorsqu’ils siègent, les députés sont groupés en partis eux-mêmes supranationaux. Par ailleurs, le parlement est aussi supranational du fait des pouvoirs qui sont les siens: dans le cadre de l’UE, il est titulaire (conjointement avec le conseil de l’Union (ministres)), d’un pouvoir législatif supérieur à celui des parlements nationaux.
Propriété exclusive de Studyrama. Toute reproduction ou diffusion interdite sans autorisation
3
Deuxième partie (ECJS)4 points-La laïcité à l’école
1) Quelle interdiction propre à la laïcité scolaire le document 1 illustre-t-il ?
[Il faut faire l’effort de s’appuyer sur le document en décryptant son sens]
L’interdiction est celle de porter, de façon ostensible [visible]des signes d’appartenance religieuse au sein des établissements scolaires. Ici sont représentés symboliquement une croix (christianisme), une étoile de David (judaïsme) et un croissant (islam). L’élèvereprésenté se délaisse des symboles religieux avant d’entrer en classe. Cette interdiction, fondement historique de la laïcité, est rappelée par la charte de la laïcité à l’école, adoptée en 2013, et affichée dans tous les établissements scolaires.
2) La séparation concerne l’Etat d’une part, qui ne se réclame d’aucune religion particulière, les différentes communautés religieuses d’autre part. La séparation remonte à laloi fondatrice de 1905 (9 décembre), portant séparation des Eglises et de l’Etat. Elle est historiquement dirigée, au début du XXe siècle, contre l’Eglise catholique qui représente, pour les hommes de laIIIème République, une entrave à l’émancipation des individus. C’est particulièrement au sein de l’école (dès les années 1880) que l’Etat impose la laïcité. Depuis 1905, l’Etat ne rétribue plus les représentants des cultes. La question de la laïcité refait surface dans les années 1990, face aux manifestations de communautarisme islamique (port du voile à l’école). Suite au rapport Stasi de 2003,la loi du 15 mars 2004 règlemente strictement le port de signes ou tenues manifestant une appartenance religieuse dans les écoles, collèges et lycées publics.
3) La laïcité insiste sur ce qui nous unit, l’appartenance à une communauté nationale et scolaire; sans nier l’existence de la liberté de religion, qu’elle garantit d’ailleurs, elle évite qu’elle ne prenne trop d’importance, avec le risque de voir se créer ou se renforcer des communautés qui n’auraient plus l’impression de partager une identité commune forte.
Troisième partie (GEOGRAPHIE)7 points.
SUJET 1: LES FRONTIERES DE L’UE
1)Les deux documents, quoique de natures très différentes, ont un même objet : la traversée, plus ou facile en fonction de la nationalité de chacun, des frontières de l’Union Européenne. 2)Le voyage présente plusieurs étapes : -De Bordeaux à la frontière slovène: la figure du douanier est absente, la circulation est libre. -La frontière Slovénie-Italie : la figure du douanier apparaît, les passagers de nationalités européennes peuvent la franchir, Marco, de nationalité béninoise, ne le peux pas. -L’ensemble du groupe se retrouve à Istanbul (Turquie), bien qu’ayant emprunté des itinéraires différents.
La phrase souligne indique que la première véritable frontière, celle où il y a contrôle des voyageurs, est en fait la seconde, la première ne suscitant aucun contrôle.
3)Marco ne peut suivre l’itinéraire terrestre, comme les autres, car il ne possède pas la nationalité d’un Etat membre de l’Espace Shengen.4)L’Espace Shengen (convention signée en 1985) est un espace de libre-circulation des hommes en son sein. Les contrôles frontaliers sont reportés aux frontières extérieures de l’Espace. Cet espace ne correspondant pas exactement à l’Union européenne: il ne concerne pas certains Etats membres de l’UE (notamment le Royaume-Uni), mais englobe certains Etats non
Propriété exclusive de Studyrama. Toute reproduction ou diffusion interdite sans autorisation
4
membres de l’Union. A Roissy, les citoyens ressortissants d’un Etat de l’espace Schengen sont dispensés d’un contrôle de nationalité, puisque Roissy se trouve au sein de l’Espace Schengen. Par contre, les citoyensnon ressortissants et choisissant une destination situé hors de l’espace Shengen ne sont pas automatiquement autorisé à embarquer.
SUJET 2.
1)Plusieurs Etats européens participent au projet, chaque prenant en charge tel élément de l’ensemble: la France, l’Allemagne et l’Italie sont les premiers concernés, mais on trouve également la Suisse, la Belgique et la Suisse. Suisse exceptée, tous ces Etats sont membres de l’Union européenne, même si le projet Ariane n’est pas un projet de l’Union.2)La production de la fusée Ariane illustre le principe de Division internationale du processus productif àl’échelle européenne: les différents éléments constitutifs de la fusée sont produits de manière géographiquement éclaté. Plusieurs territoires et bassins d’emplois sont donc concernés par cette construction. 3)L’intérêt est double: économiquement, le projet permet à l’Europe d’être une puissance spatiale, à l’origine de nombreux emploi et de profits importants.C’est aussigage un d’indépendance stratégique. Par ailleurs, il s’agit d’un élément concret d’approfondissement de la construction européenne. La France occupe une place majeure, à travers les sites des Mureaux et de Vernon, mais aussi à travers le site d’assemblage et de lancement, en Guyane: Kourou. 4)Le Royaume-Uni, comme les PECO d’Europe centrale, ne sont pas impliqués dans le projet, dont lagéographie est centrée sur le noyau fondateur de l’Europe de 6. On retrouve un contraste entre des pays engagés dans la construction d’une Europe puissance globale, et ceux qui privilégient les partenariats atlantiques avec les Etats-Unis.
Propriété exclusive de Studyrama. Toute reproduction ou diffusion interdite sans autorisation
5
Les commentaires (2)
Écrire un nouveau message

17/1000 caractères maximum.

taanlidineabdou

hummmm

mercredi 15 juin 2016 - 14:38
malakoff126

Le corrigé c'est pour quand svp ???

mercredi 15 juin 2016 - 13:03