Couverture du Rouge & Vert du 13/06 - Tout le groupe unioniste de ...

De
Publié par

Couverture du Rouge & Vert du 13/06 - Tout le groupe unioniste de ...

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 777
Nombre de pages : 16
Voir plus Voir moins
L'engagement de la Promesse.
PAR RENNE, DIT FREDERIC RIVAIN.
Fennec, dit Laurent Carle, Louveteau de 1966 à 1967 à Passy II, Eclaireur de 1968 à 1971, Chef de 1972 à 1977, Routier de 1978 à 1980, nous a rappelé l'importance de l'engagement que représente la Promesse aussi bien dans sa vie scoute qu'ultérieure. Nous avons pensé utile de vous préciser à nouveau la profondeur de cet engagement solennel devant la Meute et la Troupe : Tout a commencé aux Louveteaux, devant toute la Meute, tu avais décidé de franchir le pas et de faire ta Promesse : « Je promets de faire de mon mieux pour écouter la parole de Dieu, aider les autres et respecter la Loi de la Meute. » Mais au fond, qu’est-ce que cela représente ? La possibilité de faire un salut dont tu es fier, de porter des insignes sur ta chemise. Et bien sache que la Promesse c’est plus que ça. Petit détail lexical, d’aucuns disent indifféremment ‘passer sa Promesse’ ou ‘faire sa Promesse’ . La Promesse n’est pas un examen à passer. On peut en toute simplicité faire sa Promesse ou bien on prononce sa Promesse, après avoir vécu une vie scoute riche et qu’on se sent prêt à s’engager . Au même titre qu’un prêtre prononce des vœux, qu’un Président prononce son investiture, la Promesse scoute est un engagement personnel. Aux Louveteaux, tu disais: je suis prêt à faire de mon mieux puis, aux Eclaireurs, ta devise fut ‘Sois prêt’ , enfin ton entrée aux Routiers puis tes années en tant que Chef viendront prolonger cet engagement envers des valeurs scoutes et chrétiennes auxquelles tu es attaché. En prononçant ta Promesse une première fois aux Louveteaux, puis aux Eclaireurs, tu réaffirmes ton envie de faire partie de cette grande fraternité des Eclaireurs, de partager cette volonté de faire tout ton possible pour servir, vivre en fonction d’une Loi, et écouter la parole de Dieu. La Promesse est à la fois un engagement, mais aussi un idéal et une force. C’est elle qui doit te venir à l’esprit dans la difficulté ou quand tu n’as plus le goût de faire l’effort nécessaire. Et comme dirait Lézard, un ancien du mouvement, n’hésite pas, ce n’est pas audacieux, ni présomptueux: tu promets seulement de faire tout ton possible, de ton mieux, comme tu peux… La Promesse te suivra toute ta vie pour te conduire jusqu’à l’âge adulte et au-delà vers le but que tu t’es fixé. Tu trouveras dans le Pistes de Jungle  ou dans le Sur les Traces , matière à entamer ou approfondir ta réflexion, et auprès de tes aînés, des témoins de leur Promesse.
Viens près du feu, recueilli, solennel, et lance-toi dans la grande aventure Eclaireur en marquant ce jour de ces quelques phrases : ”Je promets de faire tout mon possible pour écouter la parole de Dieu, me mettre au service des autre et obéir à la Loi de l’Eclaireur.”
(Illustrations de la page de couverture : Livret vert « Pistes de jungle » des Louveteaux et Livret rouge « Sur les Traces » des Eclaireurs).
 Aux Louveteaux PUIS Aux Eclaireurs
Je promets de faire de mon mieux pour :  Ecouter la parole de Dieu  Aider quelqu'un chaque jour  Respecter la Loi de la Meute
Nicolas Odier faisant sa promesse, entouré de Daphné Kressmann (sa Cheftaine) et d'Evrard Fauche (son Parrain), au camp de Saint-Maigrin – Juillet 1998.
Je promets de faire tout mon possible pour :  Ecouter la parole de Dieu  Me mettre au service des autres  Obéir à la Loi de l'Eclaireur
Pierre Monod faisant sa promesse devant les flammes du Clan du Feu, au camp dit des "deux sources perdues" dans le Jura – Août 1998.
ENFIN, AUX ROUTIERS, TA DEVISE SERA : " RENDRE SERVICE ". TOUTE TA VIE DURANT, TU TE SOUVIENDRAS DE TON ENGAGEMENT…
Les photographies des Meutes de Passy I et II du camp d'été 1998 viennent de nous parvenir. GRACE A MUSEAU ARDENT, DIT PIERRE-WILLY DUGAS. Ces clichés complètent le rapport de camp que nous avions publié dans le Rouge et Vert du 18 Octobre 1998.
 2 ème De gauche à droite,  rang :  Nicolas Odier, Jérémy Yulzari, Jean Monod, Evrard Fauche, Guilhem Delteil, Hadrien Fevrier, Tugdual Fauche, Thomas Girodot, Alexia Faure, Jean-Médéric r Bonzon, Géraldine Gaube, Etienne Prévôt. 1 e  rang :  Aurélie Raynaud, Véronique Gusdorf, Louis, Daphné Kressmann, Timothée Monod, Julie Bonnemoy, Antoine Février, Jean-Rémy Dugas, Marion Ranche, Antoine.
De gauche à droite, 3 ème rang : Guillaume Magnan, Nicolas Bonnemoy, Marion Bossan, Yacine Khorsi, Magali Delteil, Juliette Carle, Thomas Lo Negro, Christopher Scrivener, Edouard Lessafre. 2 ème  rang :  Prune Dubrulle, Jean-Baptiste Thebaut, Elie Denfert-Rochereau, Martin d'Allens, Graham, Tanguy Quintard, Elise Baudon, Louise Harle, Paul-Louis Vincenti. 1 er rang : Philippe Rivain, Vincent Ciardi, Louis Dumas, Florence Monod, Diane Kressmann, Camille Prévôt, Timothée Rivet de Sabatier.
Brèves de l'année 1998-1999 des Meutes de Passy I et II
PAR MUSEAU ARDENT, DIT PIERRE-WILLY DUGAS ET ŒIL PONDERE, DIT EVRARD FAUCHE. Camp de Groupe local de Passage des 17 et 18 Octobre 1998. … Aux Eclaireurs : Timothée, Yacine, Thomas, Guillaume, Antoine, Joël, Victor, Sophie, Jérémy, et les autres ont descendu la traditionnelle poulie avec la chair de poule. … Aux responsabilités de Sizeniers : Paul-Louis, Evrard, Thierry, Hugo, Marion, Pierre-Willy… avec la fierté d'être au service des plus jeunes et de l'ensemble de la Meute.
Akéla (dite Magali Delteil), Yacine Khorsi (Louveteau devenu Eclaireur) et Chill (dite Nathalie Angulo) rue de l'Annonciation au moment du départ pour le camp de fin de semaine du 17 Octobre 1998.
Sortie du 15 Novembre 1998. Museau Ardent était EXCEPTIONNELLEMENT absent ! Sortie du 6 Décembre 1998. Les Louveteaux, au parc de Saint-Cloud, préparent le spectacle de Noël. De nombreux pays lointains ou plus proches seront représentés : la Grèce, l'Inde, l'Italie…
Dimanche 13 Décembre 1998 : Spectacle de Noël.
Après un culte et un déjeuner paroissial, les parents se sont régalés du spectacle de leurs charmantes têtes blondes.
Sortie du 14 Février 1999.
Après un entraînement intensif au Bois de Boulogne (gagnerons-nous enfin le concours de tèque ?), les Louveteaux sont partis à la patinoire. Malgré un regrettable accident – un non-Louvetau peu délicat a glissé sur Charles – la Meute s'est beaucoup amusée.
Camp des 27 et 28 Mars 1999 : Concours de Tèque.
Première version de Museau Ardent : Nous sommes partis du local de bonne humeur en espérant remporter le trophée. Arrivés sur le lieu de camp, nous avons commencé à monter les tentes. On a remarqué qu'une tente avait été oubliée. On a quand même bien dormi malgré le froid. Notre construction ressemblait à un château. Le lendemain matin, un grand événement se produisit : le concours de tèque. Notre première partie : le score était égal. La seconde : partie nulle aussi. La troisième : on a pas su. A la quatrième : tout s'est remis dans l'ordre, on a gagné ! Idem pour la cinquième. Mais malheureusement, on a perdu la finale. De retour à Paris, on a fait un rassemblement de 200 Louveteaux – et quelques badauds – au pied de la Tour Montparnasse pour connaître la classement. Nous sommes arrivés au local bien pressés de revoir nos parents. Bref, Passy, c'est nous les meilleurs.
Seconde version de Museau Ardent :  Rendez-vous au local, métro, train, installs… il manque une tente. Les Louveteaux ne se laissent jamais démoraliser. Un double-toit coincé entre deux tentes enrhumera ses courageux occupants. Tant pis, de toutes façons, on reviendra sans notre voix. Et puis, il y a ceux qui avaient des tentes bien montées mais qui ont été dématées… Passy arrive en finale du concours de tèque, mais ne parvient pas à décrocher le précieux trophée. Pourtant, nous le méritions ! La Meute rentre à Paris pleine d'espoir pour l'année prochaine.
Camp des Sizeniers et Sous-Sizeniers des 10 et 11 Avril 1999.
Version selon Museau Ardent : Une cinquantaine de Louveteaux (car les autres Meutes de Paris s'étaient jointes à nous) se sont retrouvées dans la forêt. Nous étions marins pour l'occasion. Une méchante sorcière nous a transformés en cochons. Les groupes répartis par bateaux devaient conjurer le sort. Grâce à un jeu de saute-cochons, les occupants d'un bateau ont retrouvé leur état initial de marin.
Version selon Œil Pondéré :  Le camp s'est déroulé avec tous les Sizeniers et Sous-Sizeniers des Meutes de Paris, les 10 et 11 Avril 1999. Le thème était Ulysse et ses compagnons. Le premier jeu consistait à naviguer d'île en île (de comptoirs en comptoirs) pour rapporter de la nourriture à Ulysse, dans des bateaux fabriqués en attachant les foulards entre eux, tout en évitant les Sirènes (Cheftaines) qui chantaient très fort… Pour le second, une méchante sorcière, Orphée, nous avait tous métamorphosés en cochons. Ulysse ne devait choisir qu'un seul groupe sur les 10 pour leur redonner une apparence humaine et les ramener au port. Le jeu se termina car un groupe fut choisi. Cela nous a fai t réfléchir sur le thème de l'exclusion. Nous avons lu dans l'Evangile selon Saint Luc "l'aveugle de Jéricho" (18,35-43) qui montrait bien l'aveugle exclu de la ville. On a discuté et essayé de donner quelques exemples. Après tout çà, nous avons déjeuné puis nous sommes rentrés.
Brèves de l’année 1998-1999 de la Troupe de Passy - Clan du Feu PAR JERÔME KRASNOPOLSKI, CP des Panthères. Camp de Groupe local de Passage des 17 et 18 Octobre 1998. 14 heures au local. La Patrouille des Panthères organise le transport des tentes avec une rapidité inouïe, certainement en raison du nouveau CP que je suis. Nous voulions faire « tente commune » avec les Wapitis, mais les Chefs ont refusé. A 15 heures, la Troupe se mît en route pour Mériel. Arrivés, nous montons les tentes et allons chercher la bouffe. Un jeu sur le thème des Chevaliers fut lancé. Notre équipe était essentiellement composée de quatre CP Eclaireurs. Le jeu s’est bien passé : On a construit des épées et fait des mimes. Avant de nous coucher, ce fut mon premier CDC. Emotion ! La nuit a été tranquille si ce n’est qu’un piquet de ma tente s’est démoli. J’ai arrangé çà de manière héroïque et sans bavure .
Camp de Troupe des 7 et 8 Novembre 1998. 14h30 à l’angle des avenues Hoche et Wagram et non pas Foch, comme dit dans la chaîne téléphonique. Les Eclaireurs prennent le RER jusqu'à Borne-la-Blanche, où ils établissent leur campement. Les Panthères montent leur tente en un temps record grâce au merveilleux CP qui avait refait la faîtière et trier les piquets de façon organisée et concise. Ensuite, nous vaquons à nos occupations diverses et variées jusqu’au dîner qui fût excellent. Tout le monde soupçonnait le jeu de nuit, mais les Chefs voulurent nous parler de la chemise verte et du camp national : il y eût des opinions pour et contre. Mais j’ai bien peur de vous annoncer le changement prochain de chemise à la Troupe de Passy mais je tiens à vous dire que je serais de tout cœur avec les rebelles de cette infamie. Enfin, nous finissâmes la soirée de bonne humeur avec le légendaire et annuel quitte ou double et le cantique des Patrouilles. Dimanche matin, très tôt, les Chefs nous dématent, puis on fait un jeu sur les vikings marrant qui nous révèle le thème de l’année. Après une sioule, le déjeuner et le tri des tentes qui traînent dans le local depuis trente ans, nous rentrons rejoindre la civilisation de la jungle urbaine.
Typique cliché d'un pliage de tente un dimanche matin après le culte… Dimanche 8 Novembre 1998.
Sortie de Patrouille du Samedi 28 Novembre 1998. NOTE DES CHEFS : Il s’agissait à l’origine d’un camp de Patrouille de fin de semaine. Les CP n’ont pas respecté nos instructions. Nous le déplorons. Il n’est pas admissible que des Patrouilles se rendent au « Bowling » sans en avertir les Chefs. Vente de gâteaux de la Patrouille des Panthères du Dimanche 29 Novembre 1998. Nous avons vendu 12 bons gâteaux et quelques calendriers... A noter que Mathieu Yulzari avait apporté des crêpes sans sucre !
Dîner de Troupe du Samedi 12 Décembre 1998. 17 heures. Le CDC commence... Erreur, je suis le seul CP présent. Renne, dit Frédéric Rivain, s’énerve. Mais pourquoi les autres CP ne sont pas là ? Vers 17h25, la HP est au complet. Le CDC s’éternise alors que j’avais prévu une réunion de Patrouille à 17h30. Lionceau, dit Nicolas Bonnemoy, m’envoie sur les roses avec son élégance naturelle, lui qui nous parlait à propos de notre infidèlité à l’égard du programme des sorties de l’année et du respect des horaires. Rosa, qui a la charge de veiller sur nos locaux au nom de la Paroisse, nous apostrophe car quelqu’un a ouvert la porte de la cuisine sans autorisation. Lionceau envenime la partie au lieu de s’écraser gentiment. Quelle diplomatie pour un Chef ! Après cette discussion, il est 17h45. Je peux enfin rejoindre ma Patrouille pour la réunion qui n’a finalement aboutie qu’à un résumé de la précédente. Cuisson des hachis-parmentier sur des réchauds dans une pièce fermée (à ne jamais reproduire), nous nous apercevons que nous avons plein de hachis, mais pas d’entrées. Le dîner se passe dans une joyeuse ambiance jusqu'à ce que les Chefs abordent le problème de la chemise verte. Evidemment, 98% des Eclaireurs ont subi un lavage de cerveau, voire ont trop peur d’affirmer leurs opinions. Alexis Rivet de Sabatier, Thibaut Dubrulle et moi tentons de mettre fin à cette idée absurde.
Sortie de Troupe d’Olympiades d’hiver du 17 Janvier 1999. C’est un dimanche matin que nous retrouvons nos petits Eclaireurs de Passy qui s’apprêtent à livrer bataille avec la Troupe de l’Oratoire pour prouver sa suprématie dans les disciplines sportives. Ces olympiades étaient très attendues par les Eclaireurs car s’entraîner ne fait jamais de mal. La Troupe de Passy arrive enfin au lieu de rendez-vous légèrement en retard. Et là, stupéfaction : l’autre Troupe n’est pas là. Plus en retard que nous, balèse la Troupe ! Enfin, elle se montre... Les Eclaireurs de Passy ont fièrement mis leurs merveilleux et splendides maillots P.B.B.T. Les différents jeux s’organisent : Les Panthères font de la tèque et gagnent. Mais cette victoire n’est pas glorieuse, car seulement deux d’entre nous y ont contribué : Joël Carle et Frédéric Girodot. Quant à moi, je n’ai plus qu’à m’immoler par le feu après la cérémonie pour effacer la honte de mon incompétence flagrante. J’ai malheureusement l’impression qu’il faudra un miracle pour que nous eussions le moindre espoir qu’il y ait une chance de remporter la victoire aux olympiades cet été. D’ailleurs, l’autre Troupe massacre l’ensemble de Passy à la balle au pied. La sioule fut notre solution de secours pour limiter les dégâts. La Patrouille des Panthères rentre au local avec des projets d’entraînements intensifs pour remédier à ces lacunes.
Camp de Haute-Patrouille des 13 et 14 Février 1999. Nous étions à vélo pour deux jours. Ce fut une ballade organisée par la Région où j’eus plus de problèmes avec mon vélo que toute la Région réunie. Note des Chefs : Un véritable vélo Peugeot t’aurait rendu service... Les autres CP firent honneur à la Troupe en pilotant leurs vélos contre le vent comme des Chefs.
Camp de Patrouille des 13 et 14 Mars 1999. 14 heures : Tout le monde se retrouve et se presse de finir les préparatifs nécessaires à ce camp. Moi-même, un peu dépassé par ces évènements, je me presse d’acheter la bouffe, accompagné de mes deux patrouillards, Joël Carle et Thomas Lo Negro. Nous partons finalement les quatre Patrouilles ensemble à ma demande, car à six, ce n’est pas très amusant. Direction : St Rémy. Il y eut un « quitte ou double » organisé par Dauphin, dit Pierre-André Vaquin, et Antoine Bossan. Nous nous couchons enfin le ventre plein de bonbons.
Camp Trivaux des 10 et 11 Avril 1999. Il ne faut pas rater Trivaux, qui se déroulait cette année à Dourdan. Tout le monde s’est donné le mot : dans ma Patrouille, un est estropié (Mathieu Yulzari), deux sont absents (Joël Carle et Frédéric Girodot). Trivaux commence donc dans un scepticisme général. Chaque Patrouille monte sa tente. Celle des Panthères est très remarquée avec sa superbe panthère dessinée sur le flanc droit qui illumine tout le monde. Le jeu commence dans la soirée. Ce sont des bases aériennes et militaires qu’il faut attaquer en explosant le plus de verres possibles. Une heure après, la base
aérienne de Renne, dit Frédéric Rivain, a décimé les bases ennemies, les bases de défense de Renne attendent une heure qu’un pauvre gland ait l’obligeance de l’attaquer. C’est alors qu’Ecureuil, dit Thomas Girodot, mène une Patrouille à cette base en franchissant les enceintes de sécurité pour la première fois, réjouissant ainsi tous les membres de cette base militaire qui vont enfin pouvoir se dégourdir les jambes. Dimanche. Trivaux commence dans la bonne humeur et chaque Patrouille réussit vaillament les comptoirs que les Chefs leur ont préparés. Vers 14 heures, cette épreuve est enfin finie. Résultats : Chiens avec Tanguy Tosinat et Alexis Rivet de Sabatier (des Castors) sont 4 ème , Wapitis (5 ème ), Panthères avec Eric Hervieux, Thomas Lo Negro et Mathieu Yulzari (9 ème ). Contents d’avoir eu ce classement, vu la piètre force de notre équipe. Camp de Troupe des 8 et 9 Mai 1999. Nous sommes partis avec la Troupe de l’Etoile à St Nom la Bretèche. La Troupe de l’Etoile a la mauvaise idée de passer à la chemise verte au camp national de cet été. Les Chefs séparent les deux Troupes en deux équipes, l’une pour un jeu bizarre appris par les Chefs au B.A.F.A. et l’autre pour une balle au pied traditionnelle. C’était un prétexte pour un autre jeu. Il fallait retrouver la coupe que l’autre équipe avait soi-disant prise. Après avoir fabriqué un fortin sans comparaison avec celui d’Epaulard, dit Alexandre Vialle, en 1995 ; nous prenons un transmission pour chercher de la bouffe et du plâtre pour faire une belle coupe et dîner. J’ai fait science po pour avoir cette information. Dans la soirée, le jeu a dérivé en bataille de foulards (remplacés par des ballons) qu’il fallait crever. But du jeu : Aucune idée. C’est là que Florian Simon et Frédéric Girodot viennent nous dire qu’ils ont trouvé un drôle de truc avec de la poudre. On planque cette précieuse coupe... Les Chefs ne retrouvant plus celle-ci annulent le jeu. Ce beau jeu a foiré. Le lendemain matin, Lionceau, dit Nicolas Bonnemoy, tire toujours la tronche... Camp de Groupe local de fin d’année des 13 et 14 Juin 1999. Rendez-vous en Octobre prochain pour en savoir davantage dans le Rouge et Vert.
Les Chefs vous ont donné un avant-goût du camp d'été 1999, sur le thème des "Vikings" . De gauche à droite : Renne, dit Frédéric Rivain, Ecureuil, dit Thomas Girodot, Lionceau, dit Nicolas Bonnemoy. Dimanche 8 Novembre 1998.
Premières vues sur les camps d'été 1999 des Louveteaux…
PAR AKELA I, DITE HELENE PREVOST, de F.S.A. pour Passy I ET AKELA II, DITE NATHALIE ANGULO de Passy II. PASSY I jumelée avec F.S.A. Le camp d’été se déroulera du 12 au 28 Juillet 1999 à côté de Montmorillon dans la Vendée, à 25 kilomètres au sud de Poitiers, dans le bois d’une ferme. Les Louveteaux de Passy I se joindront à la Meute du Faubourg Saint-Antoine (Paris 12 ème ), soit une trentaine de petits loups. Sachez que leur foulard est noir bordé de rouge. Le thème de camp sera les « Incas ». Akéla I, dite Hélène Prévost, prendra la direction du camp aidée par ses adjoints de F.S.A. : Rashka, dite Julie Balland, Kaa, dit Florian Charier, Frère Gris, dit Arnaud Rémy. Quelques Chefs de Passy s’y adjoindront : Phao, dit Pierre-Edouard Prévôt, Juliette Carle… que vous connaissez déjà depuis le camp d’été 1998 à Saint-Maigrin. Réjouissez-vous de bientôt pouvoir faire la connaissance de vos amis de F.S.A. ! Contact : Akéla I, dite Hélène Prévost (F.S.A.) 6, rue Vulpian 75013 Paris 01 43 36 54 64. PASSY II chez Baloo, dit Bernard Duparchy. Le camp aura lieu dans le Jura du 10 au 27 Juillet 1999 dans la propriété où la Troupe avait royalement campé l’an dernier. Vous découvrirez le magnifique lac, les sources perdues et les ombrages des nombreux sapins qui entourent la « cabane de trappeur » de votre hôte, Baloo. Vous vous dépenserez entre olympiades, grands jeux, exploration dans les villages voisins, concours de cuisine… et surtout vous apprendrez nombre de chants avec notre ami Baloo. Akéla II, dite Nathalie Angulo, supervisera la Meute avec Mang, dite Daphné Kressmann… Contact : Akéla II, dite Nathalie Angulo, 81, rue de la Tour 75016 Paris 01 45 04 65 52 Ci-dessous, clichés pour reconnaître vos hôtes Sous le Rosay :
Baloo, dit Bernard Duparchy, au guidon de son engin 4X4, avec Ibis, dit Alexandre Hemery, sur le porte-bagages. Août 1998.
Robert Sérignat, régisseur de la propriété, préparant le méchoui, aidé par Colvert, dit Egide Brunet. Août 1998.
Premières vues sur le camp d’été 1999 de la Compagnie de Passy – Clan de la Lumière. PAR SOUSLIK, DITE PASCALE RIVAIN.
Les Eclaireuses ont décidé de se rendre cet été au Camp National organisé par notre mouvement pour représenter le Bloc de Passy. Surnommé « Les Clés de l’Avenir », ce camp devrait rassembler nombre d’Eclaireurs et Eclaireuses pour donner un nouvel élan à notre scoutisme d’inspiration protestante avant le grand saut de l’an 2000. Les festivités commenceront le Vendredi 16 Juillet 1999 par une grande cérémonie d’ouverture, après que chaque Troupe ou Compagnie a installé son sous-camp. Pendant les six jours suivants, une exploration dans la région permettra de mieux se connaître et d’approfondir « sa spécialité ». Suivront toutes sortes d’activités surprises, jusqu’à la cérémonie d’adieu le 28 Juillet 1999. Le Clan de la Lumière devra défendre les « couleurs de Passy ». Contact : Souslik, dite Pascale Rivain, Tourtoulou 15250 Naucelles 04 71 48 09 32 Lettre ouverte aux petits loups : « Petit loup deviendra grand ! » N’aimerais-tu pas continuer Tiens ferme ta devise « de notre l’aventure après les Louveteaux ? mieux », cet été, pour progresser, être meilleur pour ta sizaine… Contact :  Renne, dit Frédéric Rivain 01 46 Tes Chefs t’aideront à tenir tes 83 78 44 engagements, ils sont prêts à t’écouter. Fin prêt, tu pourras rejoindre la Troupe des Eclaireurs - Clan du Feu lors du dimanche de passage d’automne. A la Troupe, tu feras partie d’une Patrouille (l’équivalent d’une sizaine), où les plus âgés (le Chef de Patrouille) t apprendront à suivre leur devise « soit prêt ». Tu découvriras qu’à la Troupe, on met ses compétences encore plus au service de l’aventure : Cet été, les Eclaireurs descendront une rivière sur des radeaux fabrication maison en bois pendant plusieurs jours.
Pour en savoir plus, tourne la page :
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.