POLY GF DAEU 2010 2011 - HISTOIRE

De
Publié par

POLY GF DAEU 2010 2011 - HISTOIRE

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 907
Nombre de pages : 20
Voir plus Voir moins
 Université de Paris III Formation continue Préparation au DAEU  
HISTOIRE  BROCHURE N°2  Thème n°2 :  LES RELATIONS INTERNATIONALES DE 1945 A 1991.  Problématiques du cours :  1) Comment comprendre que ces tensions entre les deux Grands n'aient pas dégénéré en conflit généralisé ?  2) Comment expliquer que les EUA l'aient emporté ?    I - La Guerre froide divise le monde en deux camps opposés et ce pendant presque 40 ans. A) Les prémices de la Guerre froide. B) Les doctrines Truman et Jdanov déclarent le début de la Guerre froide. C) La guerre froide naît en Europe. D) Après 1948, la Guerre Froide se mondialise. II - La Guerre froide : une guerre totale d'un nouveau type. A) La Guerre froide est une guerre entre deux grandes puissances qui rivalisent et s'opposent. B) Une guerre idéologique C) Une guerre économique et technologique. .III - La victoire américaine/la fin de la Guerre froide . A) L'expansion soviétique (années 70) puis la crise de l'URSS (début années 80). B) "America is back" (années 80). C) URSS : le dernier sursaut (85-91). D) Une guerre à mort : l'effrondrement du bloc de l'Est (89-91).  Le blog du cours d histoire : http://daeuhistoireparis3.over-blog.com/  Cours du jeudi de 8h00 à 10h 00  salle 216 G.Hoibian  guillaume.hoibian@ac-creteil.fr   Année universitaire 2010 - 2011  
 
René Rémond, Le XXe siècle de 1914 à nos jours , p. 170-171
Cours histoire La Guerre froide 2010 2011 FCP3 DAEU M.Hoibian Le blog : http://daeuhistoireparis3.over-blog.com/  2 POLY 1 : la fin de la Grande Alliance (1945-1947)  Document 1 : De 1945 à 1947 . « (En 1945) Toutes les conditions semblent réunies, institutionnelles, politiques, psychologiques, pour préserver la liberté et la paix. Or, moins de deux ans après, les vainqueurs sont désunis; le terme "désunis" est même faible pour caractériser la situation de 1947. Deux blocs hostiles se dressent l'un contre l'autre dans une forme de guerre inédite pour laquelle on a été obligé d'in venter un nom, plus exactement une image, celle de la guerre froide. La situation de 1947 est aussi différente que possible de ce que le monde espérait en 1945. »  Document 2 : La fille de la Seconde Guerre mondiale. « 1. La guerre froide est née de l'affaiblissement dramatique de l'Europe. Elle est la fille de la Deuxième guerre mondiale. C'est qu'en 1945, à l'exception des Etats-Unis et de l'Union soviétique qui ont souffert inégalement du conflit, il n'y a que des vaincus. L'Allemagne et l'Italie, d'un côté, la Grande -Bretagne et la France, de l'autre, ont perdu l'essentiel de leur influence. (...) Les deux supergrands sont face à face. L'Europe, principal champ clos des rivalités entre les Etats-Unis et l'Union soviétique, est entrée dans la bipolarisation. 2. Les Etats-Unis et l'Union soviétique sont deux puissances messianiques , encore que leurs messianismes soient contradictoires. Chacune des sociétés propose un modèle, non point seulement un modèle politique ou économique, mais un modèle de civilisation, un choix fondamental. Chacune considère qu'il est de son devoir, de sa mission, voire de son essence de se faire le champion de cette civilisation, de se porter à la tête d'un camp. (...) 3. De toute évidence, chacun des supergrands perçoit mal les intentions de l'autre . Ou bien les exagère. Les Américains ont tendance à imaginer le pire, qu'il s'agisse de la Roumanie, de la Pologne, de la Hongrie, qu'il s'agisse de la Grèce et de la Turquie, qu'il s'agisse de l'Europe occidentale. Ils constatent que, partout où elle est présente, l'Armée rouge donne à l'Union soviétique l'occasion de grignoter l'influence des Occidentaux, qu'un empire se crée à l'est de l'Elbe, qu'il pourrait bien s'étendre à l'ouest, voire au sud, que les Soviétiques ont des intentions expansionnistes qui ne laissent pas d'inquiéter. » KASPI André. Débat sur la guerre froide
 
Cours histoire La Guerre froide 2010 2011 FCP3 DAEU M.Hoibian Le blog : http://daeuhistoireparis3.over-blog.com/  3 Poly 2 : La naissance de la « guerre froide »  Docume nt 1 : « Pourquoi raconter l'histoire de la guerre froide?  Parce que, bien souvent sans que nous nous en rendions compte, elle nous a tous façonnés. Elle a affecté nos croyances et nos habitudes, la façon dont on vit à San Francisco et à Pékin, à La Havane et à Kinshasa; elle a coupé des villes et des pays en deux, détruit et créé des nations, fait porter les armes à des dizaines de millions d'hommes, tué des centaines de milliers d'entre eux, rempli les bagnes politiques, suscité l'enthousiasme, la souffrance et la peur et, comme toutes les grandes épreuves, le meilleur et le pire. Il est vain de se demander ce qui se serait passé si elle avait été évitée - sans doute d'ailleurs ne pouvait-elle pas l'être. En revanche, il n'est peut-être pas inutile d'en rappeler l'évolution quand ce ne serait que pour nous persuader, devant les certitudes en apparence les plus assurées, -que le monde est en perpétuel devenir et que les renversements qui se sont produits hier peuvent très bien se reproduire demain. Qu'on songe seulement que la Russie soviétique, en un demi-siècle, aura été successivement l'alliée, ou l'associée, de l' Allemagne contre les signataires du traité de Versailles, de la France contre Hitler, de Hitler contre la France, l'Angleterre et la Pologne, de l' Angleterre et des États-Unis contre Hitler, de la Chine contre les États-Unis avant que ceux-ci à partir de 1971 deviennent les alliés de fait de celle-là. » André Fontaine , Histoire de la guerre froide , tome 1, Paris, Seuil, Coll. « Point histoire ». Ed. de 1983  Questions : 1) Présentez le document 2) Proposez une définition de la « guerre froide » (aidez vous du manuel). 3) Expliquez pourquoi l’auteur considère qu’il est utile de « raconter la guerre froide » ? (Attention à ne paraphraser le texte !). Définitions de GF et de bloc 4) Cette affirmation vous semble-t-elle toujours d’actualité ? à mettre en fiche  Docume nt 2 : Qu'est-ce que le système des blocs? « Cette période est dominée par la notion de bloc , c'est-à-dire l'existence d'ensembles, en fait deux, s'opposant l'un à l'autre dans tous les domaines. Tout pays, toute situation se trouvent en quelque sorte contraints de se définir par rapport à cette notion, de se lier à l'un-au- l'autre des blocs. C'est l'ère de l'exclusive et du manichéisme. Cette logique de la guerre froide, selon laquelle celui qui n’est pas un allié ne peut être qu'un enne mi, implique l'organisation de blocs . Le bloc a deux caractères : a/ Il exige une union globale, qui touche les armées, les économies, les régimes et, bien sûr, la politique internationale. Le concept de guerre froide suggérant un conflit total et permanent, l'alliance classique ne saurait convenir : le dispositif doit, lui aussi, être total et permanent. Le caractère quasi -religieux de l'affrontement idéologique efface toute frontière entre politique intérieure et politique extérieure. Enfin, le bloc tend à imposer une manière de vivre à l'Ouest, l'« American way of life »; à l'Est, les lendemains qui chantent. […].  b/  Le bloc s'appuie sur une puissance directrice. Celle-ci est à la fois le protecteur incontesté - même s'il est parfois pesant - et la synthèse presque parfaite des valeurs, qui assurent et justifient la solidarité du bloc. Le bloc résulte bien d'un monde où se déploient des idéologies détentrices de vérités absolues et de promesses d'un bonheur terrestre » P. MOREAU DEFARGES, Les relations internationales dans le monde d'aujourd'hui. Les dérives de puissance, Éditions S.T.H., 1981.  1) A l’aide de ce document, définissez la notion de bloc.   TRAVAIL URGENT : R éaliser une fiche chronologique sur la formation d’un monde bipolaire (46 -47) une fiche chronologique sur la mise en place des blocs (48-62) une fiche chronologique sur la détente (1962-1975). une fiche chronologique sur le retour des tensions et le démantèlement du bloc communiste (1975-1991).
rel octn iarqrou Pouotrih'sil  a eedre fguere? roid
Cartographie du site du Monde diplomatique
Cours histoire La Guerre froide 2010 2011 FCP3 DAEU M.Hoibian Le blog : http://daeuhistoireparis3.over-blog.com/  4 Poly 3 : La fracture de l’Europe au milieu des années 50  Docume nt 1 : les blocs en Europe.  « Au lendemain de la seconde guerre mondiale et jusqu'à la disparition de l'URSS en 1991, l'Europe a été scindée en deux blocs géographiques, politiques et stratégiques : l'Ouest, sous l'aile américaine et rattaché à l'OTAN, alliance défensive constituée en 1949 contre la « menace » soviétique, et l'Est sous l'aile de Moscou, au sein du Pacte de Varsovie. » Complétez la légende suivante : - Nommez (avec un feutre fin et en majuscule) les Etats d ‘Europe.  - Tracez le rideau de fer  I - Le bloc occidental : Etat membre de l’OTAN en 1955   Etat membre de l’OECE (et donc aidés par le plan Marshall)   Etat militairement neutre
II - Le bloc communiste : Etat signataire du pacte de Varsovie.  Etat communiste neutre.  Les crises de la première décennie   
Cours histoire La Guerre froide 2010 2011 FCP3 DAEU M.Hoibian Le blog : http://daeuhistoireparis3.over-blog.com/  5
Poly 4 : Les grandes alliances militaires au milieu des années 50
 
 
Cours histoire La Guerre froide 2010 2011 FCP3 DAEU M.Hoibian Le blog : http://daeuhistoireparis3.over-blog.com/  6
Poly 5 : Mythes et réalités du modèle soviétique.  Docume nt 1 : La propagande pro-soviétique. « J'avais moi-même été frappé de voir à Moscou des paysans acheter des flacons de parfum, des savonnettes de prix dans les luxueuses parfumeries de la capita le. […]  Bien-être matériel mais aussi essor de la culture. J'ai vu bien des choses émouvantes en URSS mais j'avoue que les isbas d'anciens koulaks transformées en salles de lecture ou en lieux de réunion de la chorale ou de l'orchestre du village m'ont fait une impression au moins égale à celle des magnifiques palais de la Culture de Moscou, de Leningrad ou de Bakou [...] Nous venons de séjourner trois semaines au milieu de peuples forts, calmes, heureux, sûrs de l'avenir, en marche allégrement vers le communisme. A Moscou nous avons ressenti une inoubliable impression de grandeur, une sorte de noblesse des temps nouveaux -tant l’atmosphère qu'on y respire est tonique, d'une pureté de cristal, tant les visages qu'on y rencontre rayonnent d'humanité. Dans un village géorgien nous avons vu des familles kolkhoziennes dont vingt et une venaient de s'acheter un piano et dix une automobile. Nous devons opposer aux menteurs qui sont payés pour préparer la guerre contre l’Union soviétique une véritable croisade de la vérité. » Fernand GRENIER, Au pays de Staline , Éditions sociales, 1950 Docume nt 2 : vers le goulag. Page 11: « Je ne veux pas employer d'expression grandiloquente mais à dire vrai, si cette nuit -là, en cette aube d'hiver enneigée, on m'avait ordonné de mourir pour le parti, et de mourir non pas une, mais trois fois, je l'aurais fait sans la moindre hésitation. Je n'avais pas l'ombre d'un doute sur la justesse de la ligne du parti. Simplement, je ne pouvais pas - par instinct dirais-je - vénérer Staline, chose qui à cette époque devenait la mode. Si j'éprouvais de la méfiance à son égard, je le dissimulais avec soin : je me le dissimulais à moi-même. »  Page 48 : « - Camarade Biktaguirov, on vous réclame à côté. - Pendant une réunion... voyons... dites que je suis occupé. Mais la secrétaire reparut. - Ils insistent. Il sortit. Ils le prièrent de mettre son pardessus et de les suivre. Cette arrestation bouleversa mon mari encore plus que mon expulsion du parti. Le secrétaire du Comité urbain ! Lui aussi, « coupable »... - Non vraiment, nos tchékistes commencent à exagérer. Ils devront en relâcher beaucoup. Il voulait se convaincre lui-même qu'il s'agissait d'un contrôle, d'un malentendu passager, ridicule même, et que probablement nous reverrions Bikta guirov dès le dimanche suivant à la « Livadia », assis à table, racontant, amusé, comment on avait failli le prendre pour un ennemi du peuple. Nous vivions des nuits affreuses. Que de voitures passaient sous les fenêtres de notre chambre à coucher. ! Il nous semblait que chacune ralentissait aux abords de la maison. Un frisson nous prenait. Pendant la nuit l'optimisme de mon mari cédait le pas à la peur, cette grande peur qui avait saisi tout le pays à la gorge. - Pavel ! Une voiture ! - Et alors, Jénia ? La ville est grande, il y a beaucoup de voitures... - Elle s'est arrêtée. Je t'assure, elle s'est arrêtée... Mon mari, les pieds nus, court à la fenêtre. Il est pâle. D'une voix trop calme il dît . - Tu vois ? C'est un camion, - Ils arrivent toujours en voiture, n'est-ce pas ? Nous ne nous endormions qu'après six heures du matin. Et au réveil, nous apprenions qu'on avait identifié de nouveaux « coupables ». - Vous avez entendu ? Petrov aussi est un ennemi du peuple. Il avait bien caché son jeu ! Cela signifiait que pendant la nuit, on avait arrêté Petrov. » Extrait de l’ouvrage d’Evguenia S. Guinzbourg, Le Vertige, Seuil, collection "Points" P362 .  « Le livre d'Evguénia Guinzbourg est un des grands témoignages qui corroborent et précisent les travaux d e Soljenitsyne sur le Goulag. La mécanique de l'horreur y est décrite avec autant de véracité que de sensibilité: les procès de Moscou, la prison, l'isolement, la déportation jusqu'à l'enfer glacé de la Kolyma, les millions de morts, les centaines de milli ons d'années de souffrance. Mais l'intérêt particulier de cet ouvrage écrit par une militante du Parti est de mettre en évidence la différenc e entre nazisme et communisme. Avec Hitler, les choses sont claires. Avec Staline, la frontière est floue entre vic times et bourreaux, entre espoir et désespoir. » http://www. lire.fr/
Cours histoire La Guerre froide 2010 2011 FCP3 DAEU M.Hoibian Le blog : http://daeuhistoireparis3.over-blog.com/  7  Docume nt 3 :  Le pari économique de Nikita Khrouchtchev   « Si l’on  compte par habitant, il faudra probablement encore cinq ans environ après l'exécutio n du plan septennal (1)  pour rattraper et dépasser les États-Unis dans la production industrielle. Donc, vers cette époque; et peut-être même avant, l’Union soviétique occupera la première place au monde tant pour le volume absolu de la production que pour la production par habitant. Ce sera une victoire historique du socialisme dans la compétition pacifique avec le capitalisme dans l'arène internationale. » N. Khrouchtchev, rapport au XX ème congrès du PCUS, 1956. (1) C'est-à-dire en 1971  Docume nt 4 : Un modèle stalinien imposé en Europe de l’Est.  « Les Etats communistes apparus après la Seconde Guerre mondiale, c’est -à-dire tous sauf l’URSS, furent placés sous la coupe de partis communistes formés ou façonnés dans le moule soviétique, c’est -à-dire stalinien. […] nous trouvons des systèmes politiques de parti unique avec des structures d'autorité hautement centralisées ; une vérité intellectuelle et culturelle officiellement promulguée et déterminée par l'autorité politique ; une économie planifiée et centralisée ; et même, la relique la plus évidente de l'héritage stalinien, des dirigeants suprêmes « fortement profilés ». En fait, dans les États directement occupés par l'armée et les services secrets soviétiques, les gouvernements locaux se virent contraints de suivre le modèle de l'URSS, en organisant par exemple de grands procès et des purges de communistes sur le modèle stalinien - affaire dans laquelle les partis locaux ne montrèrent aucun  enthousiasme spontané. En Pologne et en Allemagne de l'Est, ils réussirent même à éviter ces parodies de justice, et aucun dirigeant communiste n'y fut exécuté ou livré aux services secrets soviétiques. En revanche, à la suite de la rupture avec Tito, des dirigeants locaux furent exécutés en Bulgarie (Traicho Kostov) et en Hongrie (Laszlo Rajk), tandis que la dernière année de Staline vit l'organisation d'un procès massif particulièrement invraisemblable, avec un caractère antisémite prononcé, qui décima les rangs des dirigeants communistes tchèques. Peut-être ce procès n'était-il pas sans lien avec la paranoïa croissante de Staline lui-même, qui, dans un état physique et mental dégradé, envisagea d'éliminer jusqu'aux plus loyaux de ses partisans. En Europe, tous les nouveaux régimes des années 1940 furent rendus possibl es par la victoire de l'Armée rouge, mais dans quatre cas seulement ils furent exclusivement imposés par la force : en Pologne ; dans la partie de l'Allemagne occupée ; en Roumanie, où le mouvement communiste local comptait tout au plus quelques centaines de personnes, pour la plupart issues de minorités ethniques ; et, au fond, en Hongrie. En Yougoslavie et en Albanie, l'avènement du nouveau régime demeura très largement un phénomène intérieur; en Tchécoslovaquie, les 40 % qu'obtint le Parti communiste aux élections de 1947 reflétaient certainement sa force à cette époque ; et en Bulgarie, l'influence communiste profita d'une russophilie de tous ses habitants. […] »  Hobsbawm, Eric J., L’âge des extrêmes – Histoire du Court XX ème siècle , éditions Complexe, 1994, page 510.  
Cours histoire La Guerre froide 2010 2011 FCP3 DAEU M.Hoibian Le blog : http://daeuhistoireparis3.over-blog.com/  8
Cours histoire La Guerre froide 2010 2011 FCP3 DAEU M.Hoibian Le blog : http://daeuhistoireparis3.over-blog.com/  9 Poly 6 : Le modèle américain.  Docume nt 1 : Charlie Chaplin quitte les Etats-Unis. « M. JAMES MAC GRANERY, attorney général (ministre de la justice) des Etats-Unis, a annoncé hier vendredi à la presse qu' il avait ordonné l'ouverture d'une enquête sur l'acteur Charlie Chaplin, parti pour l'Europe accompagné de sa femme et de ses trois enfants. Il a précisé qu' il avait donné des instructions aux services d' immigration et de naturalisation en vue de détenir le célèbre acteur à son retour aux Etats-Unis, en attendant le résultat de l'enquête qui doit établir si M. Chaplin, qui est resté citoyen britannique, ne tombe pas sous le coup des lois qui interdisent l'entrée aux Etats -unis de personnes accusées de « turpitude morale » ou de certaines affiliations politiques. Charlie Chaplin a été fréquemment attaqué ces dernières années par la presse pour avoir eu des sympathies pour le Parti communiste, ainsi que pour sa vie privée orageuse. En 1944, Charlie Chaplin s'attira l'inimitié des clubs féminins à la suite de ses démêlés retentissants devant la justice avec la jeune actrice Joan Barry, âgée de 21 ans (Chaplin a maintenant 63 ans), qui le poursuivait en instance de paternité. Hier encore, les journaux de la presse Hearst l'accusaient de « dégrader depuis près d'un demi -siècle dans le divertissement les fondements de notre morale ». Le Monde, 21-22 septembre 1952  Docume nt 2 : Une publicité pour la Pontiac parue dans les années 1955-56. Docume nt 3 : Marylin Monroe chante devant les GI’S durant l a guerre de Corée.  
 
         Docume nt 4 : La crise des fusées de Cuba (1962) U un site internet récent www.cubacrisis.net   Questions : Quelle était la nature du régime Cubain avant 1959 et après ? Quel a été l ob jectif des soviétiques dans cette affaire ? Et l’attitude des Etats -Unis ? En quoi est-ce une crise majeure de la Guerre froide ?
 
Cours histoire La Guerre froide 2010 2011 FCP3 DAEU M.Hoibian Le blog : http://daeuhistoireparis3.over-blog.com/  10 Poly 7 - Réussir ses révisions :  Attention ! Le temps de la guerre froide (1946-1975) Cette proposition  de travail  concerne le cours -Lisez et entraînez vous en faisant les exercices du manuel  (cela fera sur la Guerre d’excellentes fiches de révision).  froide mais aussi -Réalisez des fiches de révision : celui sur la 1 ère étape : lire le cours puis le manuel. décolonisation et celui sur les 2 nde  étape : Rédigez une fiche en tentant de résumer l’essentiel et ce, de tête, relations s è a m n e s   é d t o a c p u e m : e  nVt.é rifiez et complétez ensuite vos fiches avec internationales 3 le manuel et le cours. après 1970 . 1 ère partie :  1946-1962  l) Connaître le sens et la date de certains événements : Discours de Fulton - Plan Marshall - Création du Kominform - Coup de Prague - Blocus de Berlin - Pacte Atlantique -Création de la R.F.A. et de la R.D.A. - Rupture soviéto-yougoslave - Bombe A soviétique - Victoire communiste en Chine - Guerre de Corée - Mort de Staline - Conférence de Genève - Pacte de Varsovie - Conférence de Bandoeng -XXème Congrès du P.C.U.S. Crise de Suez - Budapest - Traité de Rome - Spoutnik - Deuxième crise de Berlin -Crise des fusées de Cuba.  2) Maîtriser certains concepts en élaborant des définitions avec vos propres mots : Doctrine Truman Doctrine Jdanov -∙ Démocratie populaire - Guerre froide - Maccarthysme - Course aux armements -- Représailles massives - Dissuasion - Coexistence pacifique - Monde bipolaire - Tiers Monde - Non-alignement  Détente condominium.   3) Connaître la fonction et le rôle des hommes politiques suivants : J. Foster Dulles - Truman - Eisenhower  Mac Arthur - Kennedy - Staline - Khrouchtchev - Tito - Nehru - Nasser -Mao Zedong Castro.  4) Connaître le sens des sigles suivants (en définissant ce dont il s 'agit ) :  ONU, OTAN, OTASE, ANZUS, CAEM, OECE, CECA, CED, OEA, CIA, KGB.  5) Pouvoir localiser sur un planisphère :  - les blocs en 1955 - les lieux des grandes crises de la guerre froide. 2 ème partie : Lire et réfléchir sur la guerre froide au sens large (1947-1991)  Extrait de l’introduction de l’artic le « guerre froide » de l’Encyclopédia Universalis   « L’expression « guerre froide » a été employée pour la première fois par le prince Juan Manuel d’Espagne, au XIVe siècle, pour désigner l’interminable conflit qui opposait alors les Rois  Catholiques aux Maures d’Andalousie. Non certes qu’il ne fît pas couler le sang. Mais il présentait cette double originalité de n’avoir pas été précédé d’une déclaration de guerre et d’être voué à s’achever sans traité de paix.  L’usage contemporain, réserve en général, à la suite du financier américain Bernard Baruch et du grand journaliste Walter Lippmann , le nom de guerre froide à la longue épreuve de force qui s’est engagée entre les Etats -Unis et l’Union soviétique après la dissolution, au lendemain de la capitulatio n du Reich, de la coalition anti-hitlérienne. Pour cette guerre froide-là, non plus,  il n’y a pas eu de « déclaration », et elle s’est achevée, elle aussi, sans traité de paix. Mais ce qui a popularisé cette appellation, c’est que les belligérants , tout en employant toutes les ressources de l’intimidation, de la propagande, de la subversion, voire de la guerre locale, les Etats -Unis participant massivement quant à eux aux deux guerres de Corée et du Vietnam, ont réussi à éviter de se trouver directement aux prises . La présence des armes nucléaires  y est évidemment pour beaucoup, qui a conduit plus d’une fois les superpuissances à reculer au seuil de l’apocalypse et à s’engager sur la route d’une détente marquée par d’importants accords, les uns de nature pol itique, les autres portant sur la limitation des armements. Mais la détente ne pouvait être qu’un ersatz de paix , dont de nouvelles tensions devaient prendre immanquablement le
 
Cours histoire La Guerre froide 2010 2011 FCP3 DAEU M.Hoibian Le blog : http://daeuhistoireparis3.over-blog.com/  11 relais, et il aura fallu attendre l’effondrement des régimes communistes en Eur ope de l’Est pour qu’on puisse enfin, en 1990, considérer la guerre froide comme terminée. Les bolcheviks, en 1917 , croyaient que la révolution s’étendrait comme une traînée de poudre. Leur déconvenue, comme l’échec des tentatives des Etats capitalistes pour détruire dans l’œuf le régime soviétique, conduit à une première période de coexistence marquée par une coopération étroite entre les deux « réprouvés » du moment : l’U.R.S.S. qui bâtit L’URSS le « socialisme dans un seul pays » et l’Allemagne de Weimar.  de 1917 L’av ènement du nazisme [1933] renverse la situation. Staline, pour protéger son pays contre un homme qui à 1945 ambitionne de le coloniser, s’allie à la France, jusqu’alors considérée comme le champion de l’impérialisme, et oblige les Partis communistes du monde enti er à s’entendre avec les formations « bourgeoises » désireuses de faire échec au fascisme. En 1938, nouveau renversement : écartée de l’accord de Munich, l’U.R.S.S. interprète celui -ci comme dirigé contre elle et se retourne vers l’Allemagne. À la veille de la guerre, les deux pays se partagent l’Europe orientale. Pendant près de deux ans, le Kremlin pratique une politique de collaboration active avec le Reich. L’agression nazie (1941 ), qui prend Staline par surprise, fait de lui l’allié de la Grande -Bretagne et des États-Unis. Des plans d’organisation du monde d’après guerre sont arrêtés de concert. Mais l’alliance, déjà agitée en temps de guerre, ne survit pas longtemps au péril qui l’a suscitée.  À la différence de Franklin D. Roosevelt, Harry Truman se méfie de Staline.  La possession de l’arme nucléaire le convainc qu’il est possible de dresser un barrage contre ses ambitions. L’aide à la Grèce et à la Turquie, le plan Marshall, le pacte atlantique, le réarmement de l’Allemagne occidentale, entre autres, m arquent les étapes de cette politique dite de l’endiguement, encouragée par le durcissement continuel de l’U.R.S.S., l’asservissement rapide de ses voisins européens, le blocus de Berlin, l’invasion de la Corée du Sud, etc.  La mort de Staline (1953) change l’atmosphère. Des accords mettent fin aux guerres de Corée et d’Indochine et à l’occupation de l’Autriche. Mais le choc en retour de la «  déstalinisation » entraîne l’intervention de l’U.R.S.S. en Hongrie (oct. 1956) au moment même où la crise de Suez bat son plein. La guerre froide rebondit partout pour aboutir, en 1961, à la construction du Mur de Berlin et, l’année suivante, à la dramatique crise des fusées de Cuba, dont l’heureux dénouement a engendré entre les deux « Super Grands » une longue période de détente.  Des accords négociés mettent fin à la guerre du Vietnam, consolident le statu quo en Europe centrale, établissent entre les deux grands la parité des arsenaux nucléaires stratégiques. Enfin, le conflit sino -soviétique, né à l’origine d’une divergence d’appréciation sur la force de l’«  impérialisme », fait pour un temps de Pékin l’allié de fait de Washington. En 1973 , les relations soviéto-américaines paraissaient suffisamment détendues pour que Leonid Brejnev envisage un « condominium ». Mais le scandale du Watergate, conduisant à l’éviction de son partenaire Richard Nixon, et la guerre d’octobre au Proche -Orient, avec le « choc pétrolier » qui en est résulté, ont rapidement mis fin à ce rêve. L’« équilibre de la terreur » réalisé entre les États-Unis et l’U.R.S.S. ouvre à celle -ci des possibilités d’intervention dans le Tiers Monde, soit directement, soit par Cubains interposés, qui ne peuvent que recréer un climat de guerre froide. L’occupation de la Tchécoslovaquie, en 1968 , en réplique au Printemps de Prague a déjà montré que Moscou ne tolérerait aucune dissidence dans sa zone d’influence. Le coup d’État du général Jaruzelski en Pologne, en 1981 , le confirme. Entre-temps, le passage dans cette zone de la totalité de l’Indochine, du Yémen du Sud , de l’Éthiopie, des anciennes colonies portugaises d’Afrique, du Nicaragua et, pour finir, en 1979, l’invasion de l’Afghanistan  montrent que Moscou n’a en rien renoncé à faire progresser ses pions. Il était sans doute fatal que dans ces conditions s’insta lle à la tête des États-Unis, avec Ronald Reagan , un pouvoir déterminé à bloquer cette avance, au prix d’une relance spectaculaire de la course aux armements. Il était beaucoup moins probable qu’arrivât au pouvoir à Moscou, en la personne de Mikhaïl  Gorbatchev , un homme qui allait si vite mesurer l’incroyable délabrement de l’économie et en conclure à la nécessité impérieuse de réduire massivement les dépenses militaires.  Se doutait-il que le prix de ce revirement et de la glasnost , de la transparence du d iscours sans laquelle il eût été impossible, serait (avec l’abandon du glacis est -européen, la réunification de l’Allemagne dans le cadre de l’O.T.A.N., la renonciation du Parti communiste à son rôle dirigeant et enfin l’éclatement de l’Etat soviétique) de  concéder à l’Occident la victoire dans la guerre froide ? »  1) A partir de ce texte, essayez de situer les différentes périodes de la guerre froide, au sens où l’entend André Fontaine. 2) Etabli a s it s e e s z   u C n f e   1 f è ic e h p e a  r b t i i o e) g . r  aphique sur l’ensemble des personnages c ités dans le texte (autres que celles déjà f r  3) Faites une fiche sur les événements évoqués dans le texte après 1962.  Un site intéressant avec des schémas : http://www.cpod.com/monoweb/atari/atari/5SCHEMAS.html   
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.