Etude sur l'apprentissage

De
Publié par

UNESCO Ministère BREDA - DAKAR de l’Education Nationale POINT FOCAL EQJA Rapport d’étude de trois expériences d'amélioration de l'ap-prentissage dans le secteur de l’artisanat à Dakar, St-Louis et Louga au Sénégal RAPPORT FINAL Dans le cadre de l’EQJA (Education Qualifiante pour les Jeunes et Adultes) Préparation et élaboration : Amadou DIONE (ONG CONCEPT) Dakar, octobre 2004 Rapport d’étude des trois expériences d'amélioration de l'apprentissage 2 SOMMAIRE 1. Introduction..............................................................................................5 1.1 Genèse 5 1.2 Principaux résultats........................................ 5 1.3 Contenus du rapport....... 6 1.4 Déroulement.................... 7 1.5 Contraintes et difficultés ................................................................ 7 1.6 Principaux enseignements et recommandations.......................... 8 2. Rappel des contenus de la mission...........................................................10 2.1 Objectifs et champ de l'étude....................... 10 2.2 Les acteurs ..................................................................................... 11 2.3 Les activités.................... 11 2.4 Les moyens financiers, les coûts et résultats............................... 11 3. L’expérience de PACCAG ......................................................................12 3.1 Brève ...
Publié le : samedi 24 septembre 2011
Lecture(s) : 116
Nombre de pages : 56
Voir plus Voir moins
Ministère de l’Education Nationale POINT FOCAL EQJA 
UNESCO BREDA - DAKAR                 Rapport d’étude de trois expériences d'amélioration de l'ap-rentissa e dans le secteur de l’artisanat à Dakar, St-Louis et Louga au Sénégal   RAPPORT FINAL  Dans le cadre de l’EQJA (Education Qualifiante pour les Jeunes et Adultes)
     
      Dakar, octobre 2004
Préparation et élaboration :  Amadou DIONE (ONG CONCEPT)
Rapport d’étude des trois expériences d 'amélioration de l'apprentissage
2
 SOMMAIRE  1. Introduction..............................................................................................5 1.1 Genèse .............................................................................................................................. 5 1.2 Principaux résultats ........................................................................................................ 5 1.3 Contenus du rapport ....................................................................................................... 6 1.4 Déroulement .................................................................................................................... 7 1.5 Contraintes et difficultés ................................................................................................ 7 1.6 Principaux ens eignements et recommandations .......................................................... 8 2. Rappel des contenus de la mission...........................................................10 2.1 Objectifs et champ de l'étude ....................................................................................... 10 2.2 Les acteurs.....................................................................................................................11 2.3 Les activités....................................................................................................................11 2.4 Les moyens financiers, les coûts et résultats ............................................................... 11 3. Lexpérience de PACCAG......................................................................12 3.1 Brève présentation ........................................................................................................ 12 3.2 Les acteurs.....................................................................................................................12 3.3. La formation................................................................................................................. 13 3.4 Les moyens financiers ................................................................................................... 16 3.5 Les coûts et les résultats ............................................................................................... 16 3.6 Le pré -apprentissage .................................................................................................... 17 3.7 Difficultés et limites....................................................................................................... 18 3.8 Elément d’analyse......................................................................................................... 18 3.9 Enseignements et recommandations ........................................................................... 19 4. Lexpérience de PAFNA..........................................................................20 4.1 Brève présentation ........................................................................................................ 20 4.2 Les acteurs.....................................................................................................................20 4.3. La formation................................................................................................................. 20 4.4 Les moyens financiers ................................................................................................... 23 4.5 Les coûts et les résultats ............................................................................................... 24 4.6 Le pré -apprentissage .................................................................................................... 24 4.7 Difficultés et limites....................................................................................................... 25 4.8 Elément d’analyse......................................................................................................... 25 4.9 Enseignements et recommandations ........................................................................... 26 5. Lexpérience du PAFAF..........................................................................27 5.1 Brève présentation ........................................................................................................ 27 5.2 Les acteurs.....................................................................................................................27 5.3. La formation................................................................................................................. 28 5.4 Les moyens financiers ................................................................................................... 30 5.5 Les coûts et les résultats ............................................................................................... 30 5.6 Le pré -apprentissage .................................................................................................... 30 5.7 Difficultés et limites....................................................................................................... 31 5.8 Elément d’analyse......................................................................................................... 31 5.9 Enseignement et recommanda tions ............................................................................. 32 6. Tableau de synthèse générale..................................................................33 
Amadou DIONE, CONCEPT , novembre 2004
Rapport d’étude des trois expériences d 'amélioration de l'apprentissage
3
7. Conclusion et recommandations.............................................................45 7.1 Principales conclusions ................................................................................................. 45 7.2 Les complémentarités entre projets ............................................................................ 45 7.3 Recommandations générales........................................................................................ 46 8. Annexe.....................................................................................................48 8.1 Termes de références.................................................................................................... 48 8.2 Personnes rencontrées .................................................................................................. 51 8.3 Liste des documentés exploités .................................................................................... 52 8.4 Questionnaire utilisés.................................................................................................... 53
 
Amadou DIONE, CONCEPT , novembre 2004
Rapport d’étude des trois expériences d 'amélioration de l'apprentissage
4
Liste des sigles et acronymes  - ONFP : National pour la Formation Professionnelle Office - EQJA : Education qualifiante des Jeunes et des adultes - PDEF :Programme de Développement de l’Education et de la Formation - AAME/GR : AssociationArtisans et Micro Entrepreneurs de Guinaw Rails des - RAFED : Réseau d’Appui à la Formation pour le Développement - GREF : des Retraités Educateurs sans Frontières Groupement - CFSI : Français pour la Solidarité Internationale Comité - IIPE : International de Planification de l’Education Institut - PAFPNA : d’Appui à la Formation Professionnelle des Néo-Alphabétisés Projet -PACCAG :Projet d’Amélioration des Conditions et Contenus de l’Apprentissage dans les Garages -PAFAF :Projet d’Appui à la Formation des Artisans Formateur - PROMECABILE: Organisation des professionnels de la métallurgie, de la mécanique générale et de l’automobile CNQP :Centre National de Qualification Professionnelle IPEC : pourProgramme International l’abolition du travail des enfants (International Programme for Elimination of Childlabour)  
Amadou DIONE, CONCEPT , novembre 2004
Rapport d’étude des trois expériences d 'amélioration de l'apprentissage
5
 1. Introduction 1.1 Genèse Le présent rapport présente les résultats de l’étude de trois expériences d’amélioration du sys-tème d’apprentissage pour une formation qualifiante des jeunes et des adultes dans les régions de Dakar, St-Louis et Louga au Sénégal. C’est une étude commanditée par l’UNESCO en par-tenariat avec le Ministère de l’Education Nationale et un ensemble de partenaires publics et privés qui sont des acteurs impliqués dans la dynamique de l’EQJA (Education Qualifiante des Jeunes et Adultes) qui en ont ensemble conçu et adopté les termes de référence. L’étude constitue :  une composante d’un ensemble de trois études dont deux autres qui ciblent les enfants des -écoles coraniques et le secteur de l’agro-alimentaire, -  l’atelier de novembre 2003un prolongement d’une série d’activités déjà réalisées dont - et une étape importante dans la quête d’une meilleure prise en compte de l’EQJA dans le PDEF (Programme de Développement de l’Education et de la Formation) et les objectifs de l’EPT (l’Education Pour Tous) au Sénégal.  Elle a bénéficié de l’appui financier de l’IIPE (Institut International de Planification de lEducation) qui soutient léquipement et le fonctionnement du point focal. Lobjectif princi-pal de ces trois études est davoir des données de base en vue dune mobilisation de partenai-res potentiels autour de l’éducation qualifiante des jeunes et des adultes.  1.2 Principaux résultats Beaucoup de similitudes Parmi les principaux résultats obtenus, il y a le constat de plusieurs similitudes entre les trois expériences qui, non seulement améliorent les méthodes traditionnelles et les conditions du système d’apprentissage mais comportent des volets importants et variés de formation et d’appui aux artisans eux- mêmes chargés de la formation technique des apprentis. En effet, tous les trois projets forment et appuient les artisans d’une part pour renforcer la sécurité dans les ateliers et faire respecter certaines normes d’hygiène et de sécurité, et d’autre part, pour améliorer les contenus, outils et méthodes de formation des apprentis.  Ils comprennent des volets d’éducation de base qui se déclinent en alphabétisation ou en re-mise à niveau scolaire, sinon ils recrutent au sein des bénéficiaires des programmes d’alphabétisation au profit des jeunes. Ils comportent des composantes de formations théori-ques et pratiques des apprentis.  Les deux projets de Dakar sont portés par des organisations professionnelles d’artisans (AAME/GR et PROMECABILE) en partenariat avec des Organisations Non Gouvernementa-les (respectivement GREF et CONCEPT) et visent essentiellement les apprentis et dans une mesure limitée, les jeunes issus du milieu du projet. Par contre, le PAFPNA appuie la forma-tion professionnelle des jeunes non apprentis au départ mais qui ont bénéficié des program-mes d’alphabétisation mis en œuvre dans la localité. Ces néo-alphabétisés sélectionnés sont insérés dans le système d’apprentissage dans sa forme informelle (liée essentie llement aux marchés et au système de production du maître artisan).  Ces similitudes et ressemblances confirment et renforcent certains acquis et résultats obtenus. En effet, elles permettent par la diversité des contextes et des acteurs, de fiabiliser certaines démarches et stratégies. Toutefois, ces acquis restent à consolider et à développer considérant le niveau d’exécution et la dimension de ces projets.
Amadou DIONE, CONCEPT , novembre 2004
Rapport d’étude des trois expériences d 'amélioration de l'apprentissage
6
Des différences Malgré ces nombreuses similitudes, l’étude révèle des différences qui sont pour l’essentiel au-tant de complémentarités et de possibilités de renforcement mutuel entre les trois projets. En effet, ces différences représentent des axes de perfectionnements essentiels pour les futures actions d’amélioration de l’apprentissage et de systématisation des fondamentaux de l’EQJA dans le secteur de l’artisanat.  Parmi ces différences qui sont des points de complémentarité et des pistes d’amélioration, on peut notamment citer entre autres les suivants : 1. La conception de modules de formation et de guides de formateurs 2. théoriques et pratiques en compléments aux pratiques dans les ateliersLes apports 3. La mise en place d’atelier pilote bien équipé pour la formation pratique et théorique 4. La valorisation des potentialités produites par les programmes d’alphabétisation 5.  des journées de formations en vue dé-L’apport de matière d’œuvre didactique pour passer les limites des seuls marchés (la logique de production) des artisans formateurs 6. des artisans formateurs afin d’assurer leur disponibilité durantLa rémunération l’exécution des modules de formations 7. L’ouverture de nouvelles filières aux jeunes filles 8. La mobilisation d’enseignants et de chefs d’entreprises pour la conception des modu-les et la supervision de l’apprentissage 9. L’innovation en matière d’évaluation pour s’adapter aux réalités de l’apprentissage 10. Le partenariat triangulaire entre centres de formation, coopération et OP/ONG 11. La stratégie d’autonomisation et de pérennisation par un processus d’autofinancement et d’appropriation du projet par les artisans bénéficiaires organisés OP. 12. La perspective de certification et de création de ponts avec la formation formelle 13. Le large partenariat entre acteurs publics, sociaux et privés en vue d’intégrer le projet dans la dynamique de développement de la région ou de la localité 14. La prise en compte de l’insertion professionnelle des jeunes formés 15. logique de production et la logique pédagogique (déjà très forteL’équilibre entre la dans la confection où certains ateliers sont devenus des centres de formation) pour évi-ter des perturbations préjudiciables au système traditionnel 16.  incontournables pour obtenirLa mobilisation et l’implication des parents d’apprentis des améliorations significatives et durable s du système d’apprentissage 17.  démarche à d’autres secteurs comme l’élevage, l’agriculture, la laL’élargissement de transformation des produits locaux, etc. 18. distinction entre les aspects purement techniques du ressort des spécialistes de ceuxLa essentiellement politiques qui peuvent être l’objet d’une large concertation entre les différents acteurs locaux.  1.3 Contenus du rapport Nous avons fait la présentation des trois expériences suivant le canevas des termes de réfé-rence de l’étude en six chapitres: les acteurs, les moyens financiers, les coûts et résultats, le préapprentissage, les difficultés et limites, les enseignements et recommandations.  Une suggestion a été faite et prise en compte pour regrouper les résultats des trois expériences par thèmes. Ce regroupement permet de faire ressortir les principaux axes sur lesquels pour-raient intervenir les partenaires.  
Amadou DIONE, CONCEPT , novembre 2004
Rapport d’étude des trois expériences d 'amélioration de l'apprentissage
7
Pour intégrer cette suggestion, nous avons élaboré un tableau de synthèse des trois expérien-ces autour des grands axes que constitue nt les acteurs, la formation, les bénéficiaires, le finan-cement, la durabilité et la pérennisation des expériences.  Les éléments d’analyse des expériences ont été déroulés sous les trois angles de la pertinence, de l’efficience et de durabilité. La dernière partie est constituée des principales conclusions et des recommandations du consultant.  Le document de synthèse du rapport devrait faciliter l’exploitation des résultats et leur appro-priation par les différentes parties prenantes du programme, en particulier ceux intéressés par les questions d’amélioration des conditions et contenus de l’apprentissage dans le secteur de l’artisanat et les fondamentaux susceptibles de servir dans l’EQJA.  1.4 Déroulement L’étude s’est déroulée en quatre principales phases : 1°) une phase de collectes de données secondaires pendant laquelle ont été repérés, identifiés, collectés et exploités les documents sur les trois expériences, rencontrées des personnes et ins-titutions en vue de préparer la seconde phase 2°) une phase de collecte de données primaires ou d’enquête qualitative sous forme de ren-contres ou de séances de travail avec un guide d’entretien (cf. annexes) 3°) une phase de systématisation, d’analyse et d’interprétation des différentes données et de rédaction du rapport provisoire 4°) Une de prise en charge des nouveaux éléments issus de l’exploitation du rapport provi-soire et l’élaboration du rapport définitif.  1.5 Contraintes et difficultés Le projet d’appui à la formation des artisans formateurs de Guinaw-Rails est à une étape ma r-quée par l’achèvement du financement et le départ du responsable du projet. Ainsi, malgré les importants efforts fournis par les artisans pour s’autofinancer et développer l’atelier commu-nautaire, assurer la formation des jeunes et des artisans, trouver de nouveaux partenaires tech-niques et financiers, on note les effets handicapants de cette situation.  Le démarrage du programme PAFPNA est récent. En effet, son lancement a eu lieu en mars 2004 tandis que le démarrage des activités de formation n’a été effectif qu’au cours du mois d’août passé seulement. Les résultats obtenus sont déjà très significatifs par la qualité des ac-tivités préparatoires (recrutement des ressources humaines et conception de supports), le grand intérêt et la dimension majeure du programme, toutefois il est encore prématuré d’apprécier le système mis en place.  Le programme de Concept/PROMECABILE, a un connu trois temps forts (l’éducation de base des apprentis et la formation technique des artisans au lycée Maurice Delafosse, l’appui en amélioration des conditions d’apprentissage). Les contraintes et difficultés ont été dues aux marques encore très fortes liées à la genèse de projet dans le cadre du programme de lutte contre le travail des enfants. La tendance à mettre l’accent sur les cond itions d’apprentissage est encore forte. Le nombre important des cibles et la diversité des secteurs d’activités rendent moins visibles les résultats au niveau des apprentis et artisans pris individue llement.  
Amadou DIONE, CONCEPT , novembre 2004
Rapport d’étude des trois expériences d 'amélioration de l'apprentissage
8
1.6 Principaux enseignements et recommandations Il est possible de mettre les acquis des trois expériences sous forme de programme d’éducation qualifiante (éducation de base, formation technique théorique et pratique) avec les bases significatives :  1.  certainsles curricula complets déjà conçus et testés avec des supports didactiques dans secteurs d’activités 2. des modèles d’organisations, de gestion et de contrôle des activités d’éducation for- et de mation des jeunes et des adultes 3. des montages financiers adaptés aux réalités du milieu artisanal tenant compte des besoins d’amélioration des conditions et contenus de l’apprentissage, 4. des stratégies de partenariats susceptibles de mobiliser les acteurs publics et privés sur les priorités de l’EQJA 5. acquis en matière d’alphabétisation et des résultats des écoles commu- des la valorisation nautaires de base 6. le renforcement et la mobilisation des organisations professionnelles d’artisans par filières et zones autour des objectifs de l’EQJA 7. l’amélioration significative des méthodes, conditions, contenus, supports et ressources du système d’apprentissage traditionnel dans le secteur de l’artisanat  Il est d’une portée inconstatable de systématiser, d’élargir dans d’autres secteurs et diffuser l’important travail (de conception par des spécialistes et validation politique par l’ensemble des acteurs de supports de formation) fait par le PAFPNA Cela permettrait de « concevoir des programmes d’EQJA dans chaque région ou localité en fo nction des potentialités locales »1. Une telle démarche faciliterait l’harmonis ation des stratégies d’intervention et une rationalisa-tion de l’utilisation des faibles ressources disponibles.  Nous encourageons aussi la démarche de formations en alternance (AAME/GR) ou en com-plément (PROMEC ABILE) à l’apprentissage sur le tas (avec un apport de matériel didactique et une prise en charge des artisans formateurs). Elle limite les effets négatifs de la restriction aux marchés parfois peu diversifiés et faibles des maîtres artisans. Le choix d’inscrire la fo r-mation dans la seule logique de production comporte des limites. L'apprentissage souffre en effet de manques majeurs dont la dépendance des marchés obtenus par le maître artisan. Celui-ci n'a pas les moyens de se servir de matière d'œuvre uniquement pour réaliser des activités de formation au profit des apprentis. Ainsi, l'apprenti peut manquer de possibilités de s’exercer pendant des années. Cela prolonge souvent le temps de l'appren-tissage ou fait que des jeunes artisans s'installent avec beaucoup de lacunes. A cela s’ajoute la faiblesse des apports théoriques dans le système d’apprentissage traditionnel.  Les deux expériences de Dakar sont riches d’enseignements et porteuses d’espoir en terme de durabilité et de pérennité des réalisations. En effet, leur stratégie de partenariat entre un orga-nisme d’appui et une organisation professionnelle d’artisans capable de porter seule la pour-suite du projet, assure l’appropriation de celui-ci par les bénéficiaires.  La première recommandation serait d’initier des échanges et des partages d’expériences entre acteurs impliqués dans le développement de l’artisanat et surtout entre ceux travaillant dans l’amélioration du système d’apprentissage.
                                                                 1 -LouisMme Diouma Gning, Coordonnatrice du PAFPNA pour la région de St
Amadou DIONE, CONCEPT , novembre 2004
Rapport d’étude des trois expériences d 'amélioration de l'apprentissage
9
Il en est de même des trois ministères chargés de l’éducation nationale, de l’artisanat et de la formation professionnelle qui devraient davantage collaborer, s’entendre et initier des pro-grammes communs surtout dans le contexte actuel où chacun développe des actions sur l’apprentis sage.  Nous recommandons aussi très fortement de faire attention aux changements que ces projets peuvent produire dans le système d’apprentissage à travers : 1. la rémunération des artisans formateurs qui assuraient cette fonction sociale gratuitement (avec une précieusement ouverture aux plus démunis) le plus souvent malgré les évolu-tions dans certains secteurs comme la confection où la formation est payante 2. l’accélération de l’apprentissage qui peut fortement modifier le système de régulation propre au secteur pour l’insertion des jeunes.
Amadou DIONE, CONCEPT , novembre 2004
Rapport d’étude des trois expériences d 'amélioration de l'apprentissage
10
2. Rappel des contenus de la mission  2.1 Objectifs et champ de l'étude L’étude sur l’amélioration de l’apprentissage a pour objectif de repérer, à partir des trois pro-jets, les fondamentaux concernant les contenus, la gestion et les moyens (matériels, humains et financiers) pour pouvoir proposer un guide méthodologique d'actions concertées par un en-semble de partenaires privés et publics.  Les trois projets, choisis en fonction de leurs pertinence et efficacité, ont en commun de : · proposer à la fois des compléments de formation de base et de formation professionnelle ; ·  ;renforcer la relation avec les artisans pour former les jeunes défavorisés · proposer des formations adaptées tant aux apprentis qu'aux jeunes sans emploi ; · artisans en demande d'EQJA et en manque de pédagogie ;former les patrons · offrir des complémentarités qui permettent d'élargir le champ de l'étude.  A.Le Projet d’Amélioration des Conditions et Contenus de l’Apprentissage dans les Garages (PACCAG) à Dakar est conçu au profit de l’organisation professionnelle PROMECABILE (organisation professionnelle du secteur de la mécanique auto). Ce projet a été élaboré et s’exécute avec l’appui de l’ONG Concept. Il a été financé par le BIT dans un premier temps et depuis novembre 2003 par la Coopération française en liaison avec la Direction de la For-mation professionnelle. Il vise l’amélioration de l'apprentissage dans une filière profession-nelle, dans une démarche de cogestion avec une organisation représentative d'artisans.  B.à la Formation Professionnelle des Néo Alphabétisés (PAFPNA) Projet d’Appui  Le est soutenu par la Coopération canadienne (ACDI) et la Fondation Paul Gérin Lajoie en étroite collaboration avec le Ministère de l’Enseignement Technique et de la Formation Profession-nelle. Les bénéficiaires sont des sortants des écoles communautaires de base et des déscolari-sés (élèves en rupture scolaire). Le projet travaille en direction de secteurs professionnels va-riés. C’est ainsi que six secteurs sont ciblés : 1. la construction métallique, 2. la mécanique d’entretien de moteurs (agricoles, hors bords et de transformations de produits locaux), 3. le froid et la climatisation 4. la teinture et la couture 5. la transformation des produits agro-alimentaires 6. l’agro élevage  C. est soutenu par le GREF (ONGLe Projet de Formateurs d’Artisans Formateurs (PAFAF) française travaillant sur fonds de la coopération décentralisée), à Guinaw Rail (Pikine). Il ré-pond aux besoins d'une communauté urbaine très localisée, a concerné uniquement la cons-truction métallique dans un premier temps puis s’est étendu à la menuiserie bois dans un se-cond temps. Comme l’organisation professionnelle porteuse du projet (l’AAME/GR, Associa-tion des Artisans et micro-entrepreneurs de Guinaw Rail) réunit différent s corps de métiers, la cible du projet s'élargit progressivement à tous les métiers du bâtiment. La pluralité de ces acteurs (privés et publics) nécessite, à l'évidence, de trouver des axes d'ap-proche communs permettant par ailleurs de consolider de façon concrète, la stratégie nationale en matière d'EQJA.
Amadou DIONE, CONCEPT , novembre 2004
Rapport d’étude des trois expériences d 'amélioration de l'apprentissage
11
2.2 Les acteurs Dans cet important chapitre, sont regroupés les différentes parties prenantes des projets objets de l’étude. Concernant les acteurs, il s’agit essentiellement de connaître les relations entre ac-teurs à travers les modalités du partenariat entre eux au sein du projet, de connaître les rôles et responsabilités de chacun.  Parmi les acteurs du projet, les formateurs jouent un rôle primordial et c’est pour cela qu’une attention particulière a été accordée à leur choix (origines, niveaux, statuts) en rapport avec les options formatives, les besoins et la réalisation de formation des formateurs, la formation en pédagogie des patrons. Après cela, l’identification des responsables de la mise au point du détail des programmes a constitué un moment important dans la connaissance du rôle et de la place des acteurs.  En dehors des bénéficiaires que sont les apprentis et les artisans formateurs, l’ouverture des projets étudiés à leur milieu est l’objet d’un certain intérêt en termes de possibilité d'offrir une formation qualifiante aux jeunes déscolarisés de leur zone d'action (utilisation des ateliers pi- lotes, stages chez les artisans…) parallèlement à des compléments d'éducation de base éve n-tuellement proposés par d'autres prestataires.  2.3 Les activités La principale activité étant la formation, il était important de connaître la répartition de ses composantes entre les trois volets de l’éducation qualifiante : l’éducation de base, les com- pléments théoriques associés aux métiers et l’apprentissage sur le tas.  Il s’agissait aussi de bien analyser la prise en compte de la demande de formation des patrons eux- mêmes formateurs, l'organisation et la gestion des formations en termes de lieux utilisés (salles de classe, ateliers, ateliers pilotes), le statut et la nature des équipements et leur acces-sibilité pour les artisans.  L’accent a été aussi mis sur les contenus de la formation, les approches pédagogiques adop-tées, les niveaux et pré-requis, les modalités d’évaluation des besoins, les durées totales des différents niveaux de formation, leurs répartitions dans le temps et l'assiduité des formés et le contrôle de celle-ci. Une autre préoccupation a été la position des acteurs et le niveau de prise en compte de la possibilité de certification future de la fo rmation.  2.4 Les moyens financiers, les coûts et résultats Une des contraintes majeures de la formation des jeunes est celle des mo yens financ iers. Il a été important alors de sérier les bailleurs (nationaux et internationaux), de connaître les mon-tants globaux des fonds disponibles, les échéances et la souplesse de leur utilisation.  Comme les besoins et la demande en formation des jeunes se renouvellent régulièrement, une attention toute particulière a été accordée aux possibilités de poursuite et de pérennisation des projets voire même de leur extension. A cet effet, la connaissance des performances et pers-pectives des projets a été essentielle (nombre de jeunes et d'adultes en cours de formation et les prévisions à court terme). Dans le même ordre d’idées, on a pu comparer ces résultats aux besoins locaux dans la zone d'activité des projets. Le coût de la formation complète d'un jeune tenant compte des investissements nécessaires (pour les locaux ou l'équipement des ateliers pilotes) a constitué un des éléments de référence dans la mesure de la durabilité.
Amadou DIONE, CONCEPT , novembre 2004
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.