Les bonnes pratiques en droits économiques, sociaux et culturels

De
Publié par

     Un i v ers i t é   d ’ ét é   d es d ro i t s d e   l ’ h o m m e ème , L ES  BO NN ES  PR A T I QU ES  DA NS  L A  MI SE  EN  ŒUVR E  DE S  DR O I T S  ECO N O MIQU ES ,  SOCIAUX ET CULTURELS. Présenté par GNIENHOUN Abdoulaye Nazaire En  vu e  d e  l’o b t e n t i o n d u  Dip l ô me  d e  Sp é c i a l i sa t i o n  en  Dr o i t s   Ec o n o m i q u e s,  Sociaux et Culturels Genève 2010 1 1200 iossnse 16 DEDICACE A SALAMANE YAMEOGO ET ESTELLE AHOU KOFFI P ou r   l ’ i m p re s s i on na nte   p re uv e  d ’ a m i ti é 2                 REMERCIEMENTS Mes sincères et intimes remerciements :  Au Collège Universitaire Henry Dunant pour cette utile formation qui contribue indéniablement à la cause de s dr oi t s d e l ’ h om m e .  Aux amis étudiants de la XVIème promotion du CUHD pour les motivations et encouragements mutuels.  A madame A w a N ’ di ay e , Pr és i de nt e d’ E s pac e A f r i que I n t e r nat i o na l .  Aux amis Nombré Moussa, Ouédraogo Aboubakar, Noémie Dunant, Clarice Tetehi, Maxime Benko, Joël Vuille pour leur amitié et leur disponibilité constante.  Aux amis du Foyer Bergalonne.  A la Famille Colongo. 3     EPIGRAPHE “Tous les droits ...
Publié le : dimanche 18 décembre 2011
Lecture(s) : 208
Nombre de pages : 32
Voir plus Voir moins
      Un i v ers i t é   d ’ ét é   d es d ro i t s d e   l ’ h o m m e ème , L ES  BO NN ES  PR A T I QU ES  DA NS  L A  MI SE  EN  ŒUVR E  DE S  DR O I T S  ECO N O MIQU ES ,   SOCIAUX ET CULTURELS. Présenté par GNIENHOUN Abdoulaye Nazaire En  vu e  d e  l’o b t e n t i o n d u  Dip l ô me  d e  Sp é c i a l i sa t i o n  en  Dr o i t s   Ec o n o m i q u e s,   Sociaux et Culturels Genève 2010 1 1200 iossnse 16 DEDICACE A SALAMANE YAMEOGO ET ESTELLE AHOU KOFFI P ou r   l ’ i m p re s s i on na nte   p re uv e  d ’ a m i ti é 2                 REMERCIEMENTS Mes sincères et intimes remerciements :  Au Collège Universitaire Henry Dunant pour cette utile formation qui contribue indéniablement à la cause de s dr oi t s d e l ’ h om m e .  Aux amis étudiants de la XVIème promotion du CUHD pour les motivations et encouragements mutuels.  A madame A w a N ’ di ay e , Pr és i de nt e d’ E s pac e A f r i que I n t e r nat i o na l .  Aux amis Nombré Moussa, Ouédraogo Aboubakar, Noémie Dunant, Clarice Tetehi, Maxime Benko, Joël Vuille pour leur amitié et leur disponibilité constante.  Aux amis du Foyer Bergalonne.  A la Famille Colongo. 3     EPIGRAPHE “Tous les droits de l'homme sont universels, indissociables, interdépendants et intimement liés. La communauté internationale doit traiter des droits de l'homme globalement, de manière équitable et équilibrée, sur un pied d'égalité et en leur accordant la même importance. ” ( D écl arat i on   etP rogra m m e   d’ act i on   de   V i enne, A rt i cl e   5   ) 4         SIGLES ET ABREVIATIONS DCP : Droits Civils et Politiques. DESC : Droits Economiques Sociaux et Culturels. DUDH : D écl ar a t i o n   U ni ve r s el l e   d es D r o i t s de l ’ H om m e . ONG : Organisation Non Gouvernementale. ONU : Organisation des Nations Unies. PIDESC : Pacte International relatif aux Droits Economiques Sociaux et Culturels. PIDCP : Pacte International relatif aux Droits Civils et Politiques. PF-PIDESC : Protocole Facultatif se rapportant au Pacte International relatif aux Droits Economiques Sociaux et Culturels. SADC : South African Development Community. 5                                                     I INTRODUCTION 1. Le respect des droits de l'homme , de t o us l es dr oi t s d e l ’ h o m m e a toujours été une préoccupation. Depuis leur consécration internationale en 1948 à travers la 1Déclaration Universelle des Droits de l'Homme , la question de savoir comment ces droits qui affirment la dignité et l'égalité en droits de tous les êtres humains peuvent être garantis, respectés pour mieux protéger la personne humaine a toujours été permanente. D u   r es t e , dans l e s y s t èm e d e   pr o t ect i o n d e s d r o i t s d e l ’ h o m m e des Nations Unies , l ’ o n a   t ent é   d e   p l u s i e ur s m ani èr e s d e t r o u ve r l e s m ei l l e ur es voi e s à   2même de relever ce défi, voire cet impératif . 2. Ainsi, sous les auspices des Nations Unies, des instruments internationaux relatifs aux dr o i t s d e   l ’ h o m m e   visant à garantir un meilleur respect et une meilleure protection des droits de l'homme ont été consacrés. A ce jour, on en compte 9 : 1. Le Pacte international relatif aux Droits Civils et Politiques adopté le 16 décembre 1966 et ses deux protocoles facultatifs. 2. Le Pacte international relatif aux Droits Economiques, Sociaux et Culturels adopté le 16 décembre 1966 et son protocole facultatif. 3. La Convention Internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale adoptée en 1965. 4. La Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes, adoptée en 1979, et son protocole facultatif. 5. La Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, adoptée en 1984 et son Protocole facultatif. 1 La DUDH a été adoptée le 10 décembre 1948 au Palais de Chaillot à Paris par l'Assemblée générale à travers la résolution 217 A (III) 2 P o ur  s ’ e n  c o n v a in c r e ,  p e ns e r  pa r e xe m pl e  à  l a  r e f o r m e  qui  a c onduit  a u  r e m pl a c e m e n t   de  l a  C o m m is s io n  d e s  dr o it s  d e  l ’ h o m m e  pa r le Conseil des dr o i ts  de  l ’ h o m m e  l e  1 5 mars 2005 6                                                                                                           6. la Convention relative aux droits de l'enfant de 1989 et ses protocoles facultatifs. 7. La Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille de 1990. 8. La Convention relative aux droits des personnes handicapées adoptée en 2006 et son protocole facultatif. 9. La Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées de 2006 entrée en vigueur depuis le 23 décembre 2010. 3. En outre, il a été établi des mécanismes de suivi des traités dont le rôle est de s ur ve i l l er l a m i s e e n œ uvr e e f f e c t i ve   d e s i ns t r um e n t s i nt er nat i o naux   r at i f i és p ar l es Etats. Appelés « organes conventionnels » ou « organes de traités », ceux-ci sont au 3nombre de 8 : 1. l e   C om i t é   d e s dr oi t s d e l ’ h om m e qui s ur vei l l e   l ’ app l i cat i o n du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, et ses protocoles facultatifs, 2. e Comité des droits économiques, sociaux et culturels qui surveille l ’ app l i cat i o n   du   Pact e i nt e r n at i o n a l r el at i f aux   dr oi t s éc o n om i qu e s , s oci aux   et culturels, et son protocole facultatif quand celui-ci entrera en vigueur. 3. l e   C o m i t é p o ur l ’ é l i m i nat i o n   d e   l a   d i s cr i m i nat i o n   r aci a l e   qui surveille l ’ app l i cat i o n   d e l a   C o n ve nt i o n   i n t e r na t i o na l e   s u r l ’ é l i m i n at i o n d e t out e s l es formes de discrimination raciale, 4. l e C om i t é   p o u r l ’ é l i m i na t i o n   d e l a di s cr i m i na t i o n   à   l ’ é g ar d   d e s f e m m e s qui s ur ve i l l e   l ’ app l i cat i o n   d e l a   C o n vent i o n   s ur l ’ é l i m i nat i o n   d e t o u t e s l es f o rmes de di s c r i m i na t i o n   à   l ’ é g ar d   d e s f e m m e s , 5. le Comité contre la torture qui s u r vei l l e   l ’ app l i cat i o n   d e   l a C o n ve nt i o n c o nt r e   la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, 6. l e   C om i t é   d e s dr oi t s d e l ’ e nf ant qui s ur vei l l e   l ’ app l ication de la Convention relative aux droits de l ’ e nf ant , et de ses protocoles facultatifs; 3 P o ur  pl us  d’ in f or m a ti o ns  s ur  l e s o r ga n e s  de  t r a it é s vo ir http://www2.ohchr.org 7                                                               7. le Comité pour la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille qui s ur vei l l e   l ’ app l i ca t i o n d e l a   C o n ve n t i o n   internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille, 8. le Comité des droits des personnes handicapées qui s ur vei l l e l ’ app l i cat i o n   d e l a   Convention relative aux droits des personnes handicapées et de son protocole facultatif, 9. le Comité des disparitions f or cé e s qui s ur vei l l e   l ’ app l i cat i o n   d e   l a C onve n t i o n internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées. Les membres de ce Comité seront désignés le 31 mai 2011 prochain lors de la première rencontre des Etats parties à cette Convention. 4. A noter que certains de ces Comités sont habilités sous certaines conditions, à r e c evoi r d e s r e quê t e s d’ i ndi v i du s faisant cas de violations par un Etat des droits 4garantis par le traité dont le C om i t é as s ur e l a   s u r ve i l l anc e d e l a   m i s e e n   œ uv r e . 5. Le souci de rendre beaucoup plus efficace et crédible le système de protection des droits de l ’ h o m m e au   s e i n   d e s N at i o ns U nies a conduit à une reforme de celui-ci en mars 2006 avec la mise en place du   C o ns e i l d e s D r o i t s d e l ’ H omme qui remplace 5l ’ anci e nn e Commission des droits de l'homme . 6Selon la résolution 60/251 p o r t ant cr éat i o n   du   C o ns ei l d e s dr o i t s d e   l ’ h om m e , le Conseil a pour but principal d'aborder des situations de violations de droits de l'homme et d'émettre des recommandations à leur encontre et pour responsabilité de renforcer la promotion et la protection des droits de l'homme autour du globe. 6. Dans la résolution 5/1 portant mise en place des institutions du Conseil, il est mis en plac e un   M éc ani s m e d’ E xam en   P ériodique Universel (EPU) dont un des objectifs 4 C ’ e s t   l e  c a s  n o ta m m e nt  du  C o m it é  de s  dr o it s  d e  l ’ h o m m e ,  du   C o m it é  p o ur  l ’ é li m in a ti o n  de la  v i ol e n c e  à  l ’ é ga r d  d e s  f e m m e s ,   du   Comité pour l’ é li m in a ti o n  de  l a  di s c rimination raciale, du Comité contre la torture et enfin du Comité des droits des personnes handicapées. 5 L a  c o m m is s io n  d e s  dr oi ts  de  l ’ h om m e  é ta it  d e  pl us  e n  p lus inefficace, improductive, hautement politisée et donc discréditée, ce qui nécessitait dès lors une reforme. 6 Pour résolution, voir : ttp://www2.ohchr.org/french/bodies/hrcouncil/docs/A.RES.60.251_Fr.pdf 8                                                                                                       clé est la mise en commun des meilleures pratiques entre les États et les autres 7parties prenantes . 7. Les meilleures pratiques : c et t e not i o n   n’ e s t pas ét r an g èr e dans le travail d’ ensemble qui est généralement mené par le système de promotion et de protection de s d r o i t s d e l ’ h om m e d es N at i o ns U ni e s et par tous les acteurs qui gravitent autour. De fait, il est en général fréquent de déterminer, d’ i d e nt i f i e r o u   d ’ écha n ge r des meilleures pratiques ou encore bonnes pratiques dans tel ou tel autre domaine des dr oi t s d e l ’ h om m e . 8. Le but de cette brève contribution est de donner un bref aperçu sur les bonnes pratiques dans le domaine des droits économiques, sociaux et culturels : quel intérêt y a-t-il à mettre un accent particulier sur les bonnes pratiques en droits économiques, sociaux et culturels ? Pourquoi et dans quelles mesures les bonnes pratiques peuvent-elles contribuer à la cause des droits économiques sociaux et culturels ? 9. A u   pr éa l ab l e , i l es t appr o pr i é de   s ’ a t t a r d e r s ur un c o nc e pt au co n t e nu, au   demeurant, aussi « subjectif », aussi complexe. A ce propos, WATTIEZ Rudy prévenait que «Le concept (de bonnes pratiques) m et m al à   l ’ a i s e   pour pl us i eu r s raisons. Ces pratiques sont bonnes pour qui ? Selon quels critères ? Déterminés par 8qui, et sur quelles bases ?» . D ès l o r s , qu’ e s t c e qu’ un e bo nn e pr a t i qu e ? 10. I l f aut t o ut d e s ui t e r app el er qu’ i l n’ y a   pas un e déf i ni t i o n   qui f ai t un i ver s el l em ent unanimité. C om m e o n   p e u t s ’ e n   do ut er, la notion de bonnes pratiques revêt une multitude de significations. 9Dans une intéressante étude sur les bonnes pratiques, Abdoulaye Anne donne 10plusieurs significations possibles du concept . De son point de vue, les bonnes pratiques peuvent être: 7 Voir résolution 5/1 portant mise en place des institutions du Conseil, notamment le point d)  de s  obj e c ti f s  de  l ’ E P U 8 R. Wattiez. Les dessous des « bonnes pratiques », Revue TRACES, n°178 9 A. Abdoulaye, « Conceptualisation et dissémination des bonnes pratiques en éducation : essai d'une approche internationale à partir d'enseignements tirés d'un projet », www.ibe.unesco.org/AIDS/doc/abdoulaye.pdf 10 A. Abdoulaye recueille Les différentes approches que des ONG et des institutions choisies ont de la notion de bonnes pratiques en fonction des objectif s  qu’ e ll e s  po u r s ui ve nt .   P o u r  pl us  d’ in f or m a ti o ns  s ur  c e s  a ppr oc h e s , se référer aux annexes. 9                   1. des exemples de procédés et de conduites ayant débouché sur des réussites. 2. une approche souvent innovatrice qui a été expérimentée et évaluée et dont on peut présumer de la réussite. 3. une façon de faire qui donnerait des résultats probants et qui dans leur mise en œ uvr e peuvent révéler une innovation par rapport à ce qui se faisait jusque-là. 4. « des exemples réussis de changement de méthodes de faire pour améliorer un 11existant donné » . Selon UNAIDS, une bonne pratique implique l ’ acc um u l at i o n   e t l ’ a ppl i cat i o n de connaissances sur ce qui fonctionne ou non dans différentes situations et contextes : « In other words, it is both the lessons learned and the continuing process of learning, feedback, reflection, and analysis (what works, how and why, and so 12forth) » . 11. Ceci étant posé, si les définitions sont ou du moins peuvent varier en fonction de l ’ o bj e c t i f p o ur s u i v i , un certain nombre de critères, en général, permettent de mieux définir, identifier ou jauger une bonne pratique. Une première approche permet de retenir les critères suivant : La pertinence qui implique que la pratique soit relative au domaine donné en particulier (par exemple, droits économiques, sociaux et culturels) L’ ef f i caci t é qui implique que la pratique, lorsque exécutée comme prévue, répon d r a   e f f i cac em e nt à   l ’ o bj e ct i f qui l ui a   ét é   a s s i g né   ( l a   pr at i qu e   d o i t do nc   ê t r e   e n   m e s u r e d’ êt r e é v a l u e r ) L’ or i gi na l i t é   qui implique que la pratique démontre une approche originale aux thèmes relatifs (aux droits économiques, sociaux et culturels par exemple) 11 A. Abdoulaye, op. cit. 12 Voir Summary Booklet of Best Practices, issue 2, UNAIDS, 2000. 10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.