Alban, jamais content

De
Publié par

Alban Junon, dit « Boucles d’or » est un garçon de 10 ans qui n’a pas la langue dans sa poche. Il faut dire que c’est un râleur professionnel. Il ne manque pas une occasion pour dire tout haut ce qu’il pense tout bas et ce n’est pas sans conséquences... Alban est-il pour autant un enfant sans cœur ? Rien n’est moins sûr !


Publié le : mardi 3 mars 2015
Lecture(s) : 43
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782365922074
Nombre de pages : 47
Prix de location à la page : 0,0037€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
couv.jpg

 

 

Bruno Bonvalet

 

 

 

 

Alban
jamais content

 

 

 

Roman jeunesse

 

 

Grrrart_clap.jpg

 

 

 

Du même auteur

 

Chez Grrr…Art Éditions :

 

• Devant moi – album illustré – 2009

• La Note – album illustré – 2010

 

Chez d’autres éditeurs :

Vite à lire et facile à jouer

Éditions RETZ – théâtre jeunesse – 2011

 

• Laurence mélodie

Éditions De La Lune – roman jeunesse – 2010

 

• Le revoyant

Pietra Liuzzo Éditions – roman jeunesse et dossier pédagogique – 2008

 

• Abécédaire bienveillant de la pédagogie à l’école, vers le bien-être de l’apprenant

Éditions De La Lune – essai – 2008

 

• Ronamel, juste pour leur dire au revoir…

Pietra Liuzzo Éditions, roman jeunesse et dossier pédagogique – 2007

 

• Les sept vies de William…

Publibook – roman jeunesse et dossier pédagogique – 2006

 

 

Éditions GRRR…ART

3, Résidence Saint-Paul, 78660 Allainville aux Bois

Tél. / Fax : 01 30 41 89 50

Sites Internet : http://grrrart.free.fr

http://leoetlu.free.fr

 

 

ISBN : 978-2-36592-207-4

SEPEC Imprimerie (01960 Péronnas) - Imprimé en France

Tous droits de reproduction, d’adaptation ou de traduction
strictement réservés pour tous pays.

© éditions GRRR…ART

 

 

Loi n°49.956 du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse.

 

 

Coordonnées complètes de l’auteur :

Bruno Bonvalet

Professeur des écoles et auteur jeunesse

Membre de la charte des auteurs et illustrateurs jeunesse

9 rue des Prieurs

80270 Quesnoy-Sur-Airaines

03 22 29 27 38 / 06 81 97 44 52

bruno.bonvalet1@wanadoo.fr

http://pagesperso-orange.fr/bruno.bonvalet

 

 

À Sophie…

car la vie est un joli cadeau

avec autant d’occasions de s’en plaindre.

 

 

J’me présente…

 

La vie n’est pas simple.

 

Pour les grandes personnes, les soucis les envahissent. Elles doivent penser à plein de choses, pas toujours drôles. Même si elles ont des envies, des passions, le temps leur manque.

Elles remettent à plus tard.

Pour les enfants, ce serait chouette de dire que c’est beaucoup plus facile.

Mais ce n’est pas vrai !

Surtout quand on a mauvais caractère et qu’on fait de l’insatisfaction un sport national.

Comme moi.

 

Je me présente, je m’appelle Alban, j’ai dix ans. On dit que j’en aurai toujours dix si je ne grandis pas dans ma tête. Il faudrait déjà qu’on m’explique comment on peut « grandir dans sa tête ». Des pieds qui grandissent, je veux bien, mais la tête ? Mes cheveux sont blonds et bouclés. Très bouclés, ce qui me vaut le charmant surnom de « Boucles d’or ». Croyez-moi, à longueur de journée, c’est barbant. J’ai bien fait d’en mettre une à Bertrand l’autre jour. Celui-là, au lieu de me critiquer, il ferait mieux de s’occuper de ses fesses en commençant par réduire la quantité faramineuse de frites qu’il ingurgite en une semaine. Autant je suis grand et mince, autant il ressemble plus à une bombe à eau qu’à autre chose.

Dans ma famille, on ne peut pas dire que ça rigole tous les jours. Je ne sais pas vraiment pourquoi. Il y a pourtant des tas d’occasions pour rigoler. Il suffit de regarder autour de soi. Tenez, à l’école, je vous jure que voir Adeline sauter à la corde pendant la récréation, ça vous déride un mort. Elle a des guiboles de deux mètres de long genre « sauterelle ». C’est simple , elle est comme un puzzle regroupant des pièces de plusieurs boîtes différentes.

Notre maison n’est pas un palace mais le jardin est sympa. J’y ai toutes sortes de secrets. Je ne peux pas vous en parler car ils n’en seraient plus. Papa râle souvent lorsqu’il découvre un trou qu’a fait Jumbo, notre chien, un basset dénué de toute intelligence. Comment pourrait-il deviner que l’auteur de cet accroc à son gazon anglais n’est autre que son propre fils ? Celui qu’il ne peut plus trop supporter, il faut bien le reconnaître. Sa pelouse de plastique ne m’a jamais plu. Il n’y manque plus qu’un écriteau bien centré avec écrit en gros :

 

Pelouse strictement interdite,

 

surtout à mon fils.

 

Non, sans blague, il faudrait que je sache voler pour ne pas me faire gronder quand je rentre de dehors.

« T’as vu dans quel état t’es ?!! T’as pas honte ?!! Un short tout neuf !… »

Qu’est-ce que j’y peux, moi, si j’aime me rouler dans l’herbe et me cacher à l’abri des haies de troènes dorés ? Ma mère n’est cependant pas quelqu’un de méchant. Au contraire, elle cherche toujours à limiter les dégâts. Elle a bien l’air dépassée par les événements quand je lui sors ma grille de Noël la veille des vacances, ou quand je reconnais avoir renversé une bouteille d’huile d’olive dans le lavabo « pour voir », mais elle reste celle qui m’aime le plus au monde. Pour une maman, c’est normal me direz-vous ? Quand vous me connaîtrez mieux, je pense que vous réaliserez l’exploit que cela représente.

Caroline et Frédéric Junon, mes parents, s’aimaient très fort. Je dis « s’aimaient » parce que je vois bien que ce n’est plus tout à fait le cas aujourd’hui. Nous, les enfants, on nous prend souvent pour des idiots concernant les choses de l’amour mais on n’est pas si bêtes ! Quand papa dit à maman « Qu’est-ce que t’étais belle sur cette photo ! », je sens que c’est plus grave qu’il n’y paraît. Les promesses faites s’étiolent et le mariage part en déconfiture. Mais voilà, il y a moi, moi leur fils unique, le fruit de leur union, la chair de leur sang, la preuve absolue qu’ils se sont aimés.

J’entendrai parler bientôt de séparation, de divorce car on dit ainsi si on est mariés. Je m’attends aussi à payer les pots cassés. Et cela, c’est intolérable. Car, en plus de ceci, il y a beaucoup de trucs qui me révoltent déjà, qui me cassent les pieds, qui m’empêchent d’être heureux en me pourrissant la vie. Laissez-moi vous en causer un peu.

 

Je n’aime pas…

 

 

1. Me coucher trop tôt

 

Trouvez-vous utile de se coucher en même temps que les poules ?

 

J’en ai marre de dormir dix heures alors que huit me suffisent. Je suis quand même bien placé pour le savoir, non ? Bien sûr, bien sûr, les médecins disent qu’il faut le repos, que le corps doit se construire… Mais je ne dis pas le contraire. J’affirme simplement que mon petit être a besoin de huit heures de sommeil. Ainsi, je pourrais regarder la télévision un peu plus tard, je pourrais lire (oui, ça m’arrive ! ) un peu plus tard, je pourrais faire… plein de choses… un peu plus tard.

L’autre soir, c’était comique.

– Maman, est-ce que je peux regarder la télé ce soir ?

– Tu n’y penses pas Alban, tu as école demain !

– Oui, mais il y a Grandeur Nature.

– Non, pas question.

– C’est très chouette comme émission.

– Quelque chose qui te plaît !? Tu as un service à me demander ?

– C’est à dire que Madame Juliard nous a conseillés de la regarder. C’est sur les requins et on en parle en sciences.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Mon frère

de grrr-art-editions

suivant