La bataille

De
Publié par

Un petit essai... J'attend votre avis !

Publié le : samedi 4 mai 2013
Lecture(s) : 158
Licence : Tous droits réservés
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins
Notes : Tir d'un moissonneur Assaut contre une brute Mort par suicide grenade « Tir de Moissonneur ! »
Je pris deux secondes seulement pour réagir. Trop tard. Un rayon rouge m'éblouit et frappa à dix mètres de moi. Je n'entendais plus rien, mes tympans semblaient vouloir exploser. Tant bien que mal, j'essayais de me relever. J'avais mal à mes articulations. Rien de cassé, juste secoué. Je regardais autour de moi. Tout le monde était mort. Je repris mon fusil à particule de 5ème génération qui était posé à quelques mètres de là et me mit en route. La mission de notre unité était de tenir la position jusqu'à ce que le général Shépard détruise l'émetteur. Un cri au lointain à glacer le sang retentit. Une furie. Et pas seule. Ma mission était de tenir la position. Je pris ma Veuve de 3ème génération et inspectai les lieux. Ils étaient à cent mètres. Il ne savaient pas encore que j'étais là. Je me remis à couvert et installa le module silencieux au bout de mon canon. Inspirant un grand coup, je repensai à ma femme. Molly, et ses deux enfants. Tous deux capturés. Tous deux morts. Ma mission était de tenir la position. Et je la tiendrai. Je me relevai et visai. Boum. Un zombie de moins. Encore une dizaine. Je rechargeai. Quatre-vingt mètre. Je me relevai. Boum. Tir sur la furie. Elle commence à paniquer. Soixante mètres. J'attrapai une grenade. Je n'avais jamais lancé aussi loin. Mais c'était la seule solution. Je lançai. Boum. Dix zombies en moins. A couvert. Je recharge, je tire. Boum. Furie éliminée. Je repris mon fusil à particules et éliminai les zombies restants. J'ai réussi ma mission. Je suis en vie. Je m'adosse contre un muret et essaie de me calmer. Jamais je n'avais autant paniqué. Jamais mon cœur n'avait battu aussi vite. A moins que.... Ma vue commençait à se brouiller. Il fallait que je me replie. Non ! Je dois tenir la position. Que l'unité 24 soit honorée pour sa cause ! Mais il n'y avait personne. J'étais le dernier survivant. Et les ennemis sont enfin éliminés. J'entendis un pas lourd., très lourd. Et un autre. Et encore un. Trois brutes. « Pas de repos en temps de guerre ! Notre planète est en danger ! » répétait encore et encore le capitaine Will, lors de notre voyage vers la Terre. Je repris mon sniper Veuve et visait. Dans la tête du premier. À quarante mètres. Boum. Il hurle. Mais continue d'avancer. Les deux autres se mettent à courir, en humant l'ai de droite à gauche. Je me mis à couvert. Je rechargeai. Je tirai. Boum, il s'écroule, et cesse de hurler. Plus que deux. 20 mètres. Non non non ! Je rechargeai. Je tirai, dans la tête. L'un d'entre eux chargeait. Je tire. Il s'écroule. L'autre se met à couvert. 10 mètres. J'entends son souffle. Je me rappelait de l'entraînement : « Les brutes sont faciles à tuer de loin, mais si elles s'approchent de vous, la seule solution est de fuir ». Sauf que je ne pouvais pas fuir. Non. Je devais suivre les ordres. Je regardai mes munitions. Trois grenades. Je les réglai à trente seconde et les remis à leur place. 25 secondes. Molly je t'aime. Vingt secondes. Jonhatan, mon fils, je viens te rejoindre. Quinze seconde. Je me levai et sautai par dessus le muret. Crevez sales machines ! Dix secondes. On se souviendra de moi. Cinq seconde je vis la brute. Trois secondes. Je sautai sur elle comme si j'allais la serrer dans mes bras. Boum. Fin de la mission.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Voie interdite

de editions-actes-sud

Les jumeaux de Pompéi

de adabam-editions