Journal (1939-1945)

De
Publié par

17 mars Je suîs avocat depuîs un peu pus de vîngt-uît ans, j’aîme passîonnément ma proessîon et j’aî cru ongtemps en ee. ï y a cînq ou sîx ans, pubîant un ouvrage sur a 1 justîce , j’aî écrît en concusîon que e pays pouvaît être Ier de a sîenne. Je ne ’écrîraîs pus aujourd’uî. À a vérîté, î aut ongtemps pour comprendre et approondîr. Tant qu’on est jeune, on paîde des procès sans împortance et ’on ne voît pas d’întrîgues. ï aut ongtemps pour que vîennent à ’avocat es afaîres graves où des întérêts capîtaux sont en jeu. Quand ces dossîers-à sont venus, î ne reste pus que du méprîs pour ceux quî jugent. Les poîtîcîens sont abjects. Leurs întérêts éectoraux ou d’argent eur ont aîre des îgnomînîes. Pour es magîstrats, c’est autre cose. La décoratîon ou ’avancement en ont des vaets. ïs sont âces, trembeurs et pusîanîmes. ïs ont peur de eur ombre dès que se manîeste une înterventîon un peu puîssante. Toutes es paînodîes eur sont bonnes orsqu’î s’agît de latter e pouvoîr. Leur prétendue îndépendance dont îs parent est une paîsanterîe. Pus îs gravîssent es éceons des onneurs, pus îs sont servîes. On en trouve de reatîvement onnêtes et à peu près îndépendants dans es petîtes vîes orsqu’îs ont vîeîî sur pace et ne nourrîssent pas d’ambîtîon.
Publié le : mardi 28 juillet 2015
Lecture(s) : 1 040
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins
Cette publication est accessible gratuitement
17 mars
Je suîs avocat depuîs un peu pus de vîngt-uît ans, j’aîme passîonnément ma proessîon et j’aî cru ongtemps en ee. ï y a cînq ou sîx ans, pubîant un ouvrage sur a 1 justîce , j’aî écrît en concusîon que e pays pouvaît être Ier de a sîenne. Je ne ’écrîraîs pus aujourd’uî. À a vérîté, î aut ongtemps pour comprendre et approondîr. Tant qu’on est jeune, on paîde des procès sans împortance et ’on ne voît pas d’întrîgues. ï aut ongtemps pour que vîennent à ’avocat es afaîres graves où des întérêts capîtaux sont en jeu. Quand ces dossîers-à sont venus, î ne reste pus que du méprîs pour ceux quî jugent. Les poîtîcîens sont abjects. Leurs întérêts éectoraux ou d’argent eur ont aîre des îgnomînîes. Pour es magîstrats, c’est autre cose. La décoratîon ou ’avancement en ont des vaets. ïs sont âces, trembeurs et pusîanîmes. ïs ont peur de eur ombre dès que se manîeste une înterventîon un peu puîssante. Toutes es paînodîes eur sont bonnes orsqu’î s’agît de latter e pouvoîr. Leur prétendue îndépendance dont îs parent est une paîsanterîe. Pus îs gravîssent es éceons des onneurs, pus îs sont servîes. On en trouve de reatîvement onnêtes et à peu près îndépendants dans es petîtes vîes orsqu’îs ont vîeîî sur pace et ne nourrîssent pas d’ambîtîon. Maîs pour aîre a grande carrîère, î aut avoîr accumué tant de patîtudes qu’on peut dîre que eur bassesse est proportîonnee à eur éévatîon. Voîà pourquoî Parîs est pîre que tout. Pour arrîver à, î aut avoîr tant de oîs courbé ’écîne et servî des matres dîvers que toute moraîté est absente. ïs sont mécants d’aîeurs et passabement jaoux. ïs n’aîment pas es avocats et se passent a angue sur es èvres orsque ’un d’eux déaîe. Longtemps j’aî cru à eur sympatîe et je me suîs eforcé de eur évîter des erreurs. Cet état d’esprît m’est passé. Je es aî vus trop îndîférents aux maeurs înjustîIés de queques-uns que je connaîs pour avoîr pîtîé d’eux sî eur destînée devîent mauvaîse. Tant pîs pour eux, îs ont de trop vîaîns caractères.
1.La Justice contemporaine,1870-1932, Grasset, 1933.
21
JOURNAL (19391945)
1 Pour s’évîter un ennuî, îs jetteraîent un amî en prîson. Quand Prînce ut assassîné, îs ont évîté de venîr voîr a veuve du coègue mort. Une vîsîte eur paraîssaît compromettante et e vîde s’est aît autour de a pauvre emme dans e moment même 2 où ee avaît e pus besoîn de réconort. Du temps où Dreyus étaît premîer présîdent, 3 on ne pouvaît paîder contre Bader , dîrecteur des Gaerîes Laayette, parce que es Is de ce aut magîstrat étaîent empoyés dans a maîson de commerce. Hîer, une banque aîsaît ’objet d’un cantage. On a gravement ouvert une înstructîon et porté atteînte au crédît de ’étabîssement Inancîer pour se mettre à ’abrî de toute crîaîerîe des maaîteurs paîgnants quî pourraîent ameuter des oîcuaîres méprîsabes. 4 Maîs orsque – comme dans ’afaîre des rères Levî [sic] – on a eu soîn de mettre dans e conseî d’admînîstratîon e ce de cabînet ou e rère d’un mînîstre en exercîce, on aîssera compaîsamment pîer ’épargne sans poursuîtes. ïs sont d’aîeurs îngrats. Sî e gouvernement cange, îs se mettront au servîce de ceuî quî tîent présentement e pouvoîr et jetteront împîtoyabement en prîson ceux dont quînze jours avant îs écaîent encore es bottes et auxques îs doîvent ce qu’îs sont. C’est une consîdératîon méancoîeuse que cee à aquee j’aboutîs. Vîvre quotîdîennement avec des gens qu’on méprîse, passer ses jours dans une maîson sae et respîrer un aîr peîn de mîasmes, voîà pourtant ma destînée. Quequeoîs, î m’est revenu qu’on me trouve au Paaîs un peu dîstant. N’y a-t-î pas de quoî être réservé ? Quand on vît parmî des voeurs, on boutonne ses poces, quand on réquente obîgatoîrement a canaîe, e moîns qu’on puîsse aîre est de se méIer et se taîre.
19 mars
L’angoîsse de septembre recommence. Hîter, sans coup érîr, a annexé ce quî restaît de a Tcécosovaquîe. Nous avons apprîs son entreprîse dans e moment que déjà ee 5 étaît réaîsée. L’Europe est en état d’aarme. Daadîer demande es peîns pouvoîrs pour aîre ace au pérî îmmînent. Dans quînze jours peut-être, nous serons en guerre ! On rémît en songeant aux oîes quî se préparent. 6 Jeudî matîn, c’étaît e 16, j’aî reçu a vîsîte de Grîmm . Grîmm venaît m’entretenîr 7 du dossîer Grynszpan que je paîderaî peut-être… un jour ! Je uî aî exprîmé ma
1. Abert Prînce (conseîer à a cour d’appe de Parîs, ce de a sectîon Inancîère du parquet) quî dîrîgeaît ’enquête ouverte sur ’afaîre Stavîsky, scandae poîtîco-Inancîer, ut retrouvé mort sur une voîe errée e 20 évrîer 1934. Maurîce Garçon accepta de déendre es întérêts de sa amîe. 2. Eugène Dreyus, nommé premîer présîdent de a cour d’appe de Parîs en 1925. 3. héopîe Bader, ondateur des Gaerîes Laayette avec son cousîn Aponse Kan. 4. ï peut s’agîr d’Armand et Bernard Lévy, déendus par Maurîce Garçon en évrîer 1937, à ’occasîon d’une afaîre de prud’ommes. 5. Édouard Daadîer, aors présîdent du Conseî. 6. Frîedrîc Grîmm, jurîste aemand, agent de propagande du régîme nazî en France. 7. Maurîce Garçon représentaît a partîe cîvîe dans e procès d’Hersce Grynszpan, jeune juî poonaîs quî avaît assassîné à Parîs, e 7 novembre 1938, e dîpomate aemand vom Rat. Attentat quî servît de prétexte à a « Nuît de crîsta » (voîr întroductîon, p. 10).
22
1939
trîstesse des événements. Son Fürer ne se contente pus maîntenant de réunîr sous sa protectîon des Aemands, î annexe des Tcèques. ï sort de a îgne qu’î prétendaît être a sîenne, î baaîe ses prétendues doctrînes ondamentaes. Grîmm étaît atterré. – Je n’aî rîen à vous répondre, me dît-î, je ne comprends pas. ï doît y avoîr une expîcatîon, je ne a voîs pas… Laîssez-moî retourner en Aemagne et nu doute qu’à mon procaîn voyage, je vous donneraî de bonnes raîsons ! Pauvre peupe quî va cercer ses mots d’ordre et quî ne s’însurge pas contre ce qu’î ne comprend pas. ïs sont aveugés par ’entousîasme qu’îs ont pour un omme et cet aveugement est terrîbe. ï peut es conduîre et conduîre e monde aux pîres catastropes. Tout ’unîvers s’arme. Les usînes de guerre travaîent de jour et de nuît. On abrîque avec rénésîe des engîns de mort. On aît es jeux. On va abattre es cartes. Lesques d’entre nous se retrouveront après a tourmente îmmînente ?
23 mars
Je sors de a maîrîe. Avec es mîens, je suîs aé cercer es masques que a munîcîpaîté met à a dîsposîtîon des Parîsîens pour es protéger contre e gaz. ï n’y avaît nî bouscuade, nî ongue et vaîne attente. Le servîce étaît aît par des pompîers corrects et courtoîs. Ce quî est sînguîer, c’est a égèreté avec aquee on accueîe ’éventuaîté d’une menace d’aspyxîe. ï y avaît à des ommes et des emmes. On rîaît, on paîsantaît. Personne ne paraîssaît îmagîner que ’usage de ces afreux înstruments suppose une panîque mortee.
12 ou 13 avrî
1 [Ligugé.] Je ne saîs pus es dates îcî. C’est déporabe. Les gouvernements angaîs et rançaîs vîennent de procamer qu’îs ne supporteront pus de modîIcatîon dans a Médîterranée et qu’îs soutîendront a Grèce et a Roumanîe en cas d’attaque. Nous voîà e dos au mur. ï n’y a pus à recuer.
14 avrî
2 Paue , ma secrétaîre, me téépone de Parîs. La vîe prend un vîsage de guerre. ï parat qu’on a creusé des trancées dans ’avenue de ’Observatoîre et qu’on a peînt en 3 beu es vîtres des gares. On pense à ’évacuatîon. Une aice coée sur notre maîson
1. Commune du département de a Vîenne où Maurîce Garçon avaît aceté, en 1931, e petît câteau de Montpaîsîr et son domaîne. Orîgînaîre d’une amîe poîtevîne, son père, Émîe Garçon, proesseur renommé de droît péna à Parîs, avaît uî-même été proprîétaîre d’une maîson à Lîgugé, depuîs 1895. 2. Paue Coîn, quî travaîera aux côtés de Maurîce Garçon jusqu’à a mort de ceuî-cî. e 3. Maurîce Garçon abîtaît et exerçaît, depuîs 1928, au 10, rue de ’Éperon, dans e Vï arrondîs-sement de Parîs.
23
JOURNAL (19391945)
avertît que e quartîer sera évacué dans ’Orne. Ee me dît que ’exaspératîon est à son combe. Les gens en sont presque à désîrer a guerre pour qu’on en Inîsse. On ne peut pus vîvre dans cette expectatîve. ïcî, j’aî recueîî a même opînîon autour de moî. Les aboureurs paîsîbes envîsagent ’ouverture des ostîîtés comme une déîvrance de ’angoîsse quî es étreînt.
L’Amérîque peut-être nous sortîra de à. Roosevet a prononcé aujourd’uî un dîscours remarquabe. Peut-être a grande voîx des peupes de à-bas era-t-ee recuer Hîter. ï est évîdent que sî ’Amérîque s’en mêe, et ee parat ’envîsager, e probème cangera de ace. Maîs recuer ’écéance, est-ce une soutîon ? Les dîctateurs n’ont-îs pas besoîn d’une guerre pour maîntenîr eur prestîge ?
9 heures du soir. Je vîens de tééponer à ’agence Radîo. Dîeu soît oué, î parat que e danger est écarté pour un moîs ou deux. Roosevet, en envoyant son message, obîge à atermoyer. Sî es dîctateurs passaîent outre, îs rîsqueraîent de voîr ’Amérîque entrer dans a danse, ce quî pourraît gêner eurs projets. Maîs ques utopîques que ces Amérîcaîns. [Roosevet] propose une trêve de dîx ou vîngt-cînq ans et a réunîon d’une conérence économîque. Au moment où agonîse a Socîété des Natîons, î pense à en reconstîtuer une autre. héorîquement, c’est e seu moyen d’aboutîr à une paîx durabe, maîs a réaîsatîon parat à peu près împossîbe. Trop d’întérêts contradîctoîres sont en jeu. La sanctîon d’un pareî système, c’est a guerre îmmédîate aîte par tout e monde à ceuî quî vîoe e pacte, et comme c’est précîsément pour évîter a guerre qu’on s’assembe et qu’on dîscute et que ce sont es peupes quî assent a guerre quî organîsent e mouvement, ceux quî voudront vîoer e pacte auront beau jeu. Ce quî écarte aussî un peu e danger îmmédîat, c’est que a Russîe vîent, parat-î, de décarer qu’ee se joîndraît à a France et à ’Angeterre pour déendre estatu quo. Là, c’est un autre danger. Les Russes sont d’autres ous, apôtres de doctrînes quî veuent des proséytes. Écapper aux dîctatures pour tomber dans e communîsme seraît courîr une aussî pîtoyabe aventure. Ces gens-à mettraîent e eu à ’Europe sans scrupues pour a réduîre en un autre servage. ï aut se réjouîr de voîr s’apaîser ’orage, maîs e cîe reste noîr. Que nous réservent es moîs quî vîennent ?
19 avrî
[Paris.] L’espoîr succède au désespoîr, d’eure en eure on cange d’avîs. Sans grande raîson pour ou contre tee ou tee opînîon. Depuîs îer on subît une détente, Hîter a annoncé qu’î répondraît à Roosevet e 28, nous voîà tranquîes pour une semaîne. On recommencera seuement à rémîr e 29. La vîe devîent împossîbe. On ne peut respîrer îbrement dans cette încertîtude. Pourquoî e 28 ? Faut-î voîr à un répît, précurseur de paîx ? Je ne e croîs pas. ï m’apparat putôt que Hîter veut avoîr e temps d’envoyer sa lotte en Médîterranée pour pîrater, à ’abrî des ports îtaîens. Sî ee reste à Hambourg et à Kîe, a lotte aemande, en cas de guerre, sera évîdemment boquée comme en
24
1939
1915 et ne servîra de rîen. En Médîterranée, au contraîre, ee peut nous causer de grands ravages et gêner terrîbement nos communîcatîons avec ’Agérîe. Maîs î aut évîdemment pour cea qu’ee aît passé Gîbratar avant ’ouverture des ostîîtés. Ee est partîe de Kîe îer. Pour arrîver en Médîterranée sans paratre se presser, î uî aut évîdemment une semaîne. Cecî peut expîquer e déaî Ixé au 28. Au Paaîs, a vîe a reprîs, assez came après es vacances de Pâques. On se taît par extraordînaîre. Vîsîbement, tout e monde est înquîet, très, maîs on ne veut pas e aîsser paratre. On est prudent, on ne veut pas avoîr ’aîr déaîtîste. Cacun a cercé et adopté une ormue vague et personnee qu’î répète. 1 Pîerre Masse m’a dît comme je uî exprîmaîs mes appréensîons : – J’aî prîs ’abîtude maîntenant de vîvre comme un cîen crevé quî suît e I de ’eau… On a rî autour de uî et î en a proIté pour tourner es taons. ï ne s’étaît pas compromîs. Un autre m’a répété deux oîs à une eure d’întervae, oubîant qu’î me ’avaît déjà dît : – Moî, j’aî cessé de îre es journaux, comme ça je ne connaîs que des nouvees vraîes… Je ne saîs rîen. Tout de même, on sent que tout e monde est aetant. ï parat qu’à a rontîère nous avons déjà accumué des troupes en masse. D’une manîère comme de ’autre, a sîtuatîon ne peut pas durer tee qu’ee est. Et pendant ce temps, je reçoîs de Grîmm quî est à Berîn des ettres presque quotîdîennes. Ceuî-à, quî est e jurîsconsute téorîcîen du régîme, m’écrît au sujet du procès de vom Rat que nous suîvons ensembe comme sî rîen ne se passaît dans e vaste monde.
21 avrî
Grîmm est arrîvé à Parîs pour me parer du procès. Nous venons de passer deux eures cez moî, seus, à bavarder. ï est entré dans mon cabînet, grassouîet et sourîant : – Comment va ? Je uî aî dît : – Trîstement… Nous vîvons une vîaîne époque. ï a prîs un aîr surprîs. – Maîs qu’avez-vous en France ? Cez nous, tout est tranquîe… ï m’a un peu agacé. Je n’avaîs pas ’întentîon de me aîsser bufer avec sa téorîe de ’espace vîta quî est a dernîère înventîon de Hîter et dont je sentaîs venîr a démonstratîon. J’aî coupé court en uî dîsant que cette doctrîne pouvaît servîr à justîIer tous es voeurs. C’est e droît des peupes pauvres d’occuper es terres des pays rîces. C’est une manîère coectîve d’appîquer a reprîse îndîvîduee des îbertaîres. Comme î est In, î a comprîs qu’î ne aaît pas însîster et î a reprîs ce qu’î vouaît me dîre par un autre bout.
1. Avocat, ancîen député et sénateur, secrétaîre d’État à a Guerre en 1917.
25
JOURNAL (19391945)
ï est îngénîeux. Pour uî, toute a aute en est à Rîceîeu, quî, dans son testament, a procamé que a suprématîe de a France seraît toujours onctîon de ce que ’Aemagne seraît 1 entretenue dans a dîvîsîon de poussîères d’États . – Vous vîvez encore aujourd’uî sur cette îdée quî nous domîne. Lorsque vous ’aurez abandonnée, a paîx sera aîte. ï aut comprendre que ’unîon natîonae de ’Aemagne est aîte. Nous sommes deux puîssances égaes et vous ne pouvez nous traîter comme vous e aîsîez au temps de a guerre de Trente Ans… Partant de à, î m’a expîqué que ’Aemagne en étaît à sa troîsîème guerre de Trente Ans, savoîr a premîère – a vraîe –, a seconde, quî s’est îvrée de 1789 à 1815, et a troîsîème, quî est en traîn depuîs 1914. – Car nous n’avons pas été en paîx depuîs 1914. Cez vous, pour Ixer une date, on dît dans e peupe : « Avant a guerre »… Cez nous, on dît : « Au temps de a paîx »… Ee n’est pas Inîe, a dernîère guerre, parce que e traîté de Versaîes ut unîatéra. ï a donné a paîx à a France et à ’Angeterre, maîs pas à ’Aemagne, quî a toujours eu un revover sur a gorge. Le traîté de Versaîes nous a ruînés, î étaît înjuste parce qu’î créaît des États artîIcîes – toujours e testament de Rîceîeu –, î tentaît de nous réduîre en servîtude, î ne tenaît pas compte de ’exîstence de a Natîon. Aussî, partant de à, î m’a démontré que sî es ostîîtés mîîtaîres ont été arrêtées, es ostîîtés économîques ont contînué. Le traîté permettaît une révîsîon. ï a aaît. Nous ’avons reusée. Et voîà que ’întérêt vîta apparat. Cette révîsîon que ’on ne pouvaît avoîr de bon gré s’est împérîeusement împosée à ’esprît natîona, quî ’a împosée par a orce. Pour Grîmm, Hîter est ’încarnatîon de a voonté natîonae tee que ’a aîte e traîté de Versaîes. – Hîter, c’est e Is du traîté… ï est né à Versaîes. Je uî aî demandé : – Et e bout de tout ça ? – Le bout, c’est que orsque ’Aemagne aura révîsé entîèrement ’înjustîce du traîté, opéré encore queques petîts redressements de rontîère sans împortance – Eupen, Mamedy, Dantzîg… –, ce sera Inî et nous serons amîs. Cacun aura reprîs sa pace et son rang… Et remarquez que nous aîsons des sacrîIces, nous renonçons à ’Asace avec trîstesse ! À ’écouter, î eût au uî dîre grand mercî. Je uî aî aît observer qu’en tout cas ’état de tensîon du monde nous met à a mercî d’un încîdent de rontîère. ï a reusé d’y croîre. Est-î ou non sîncère ? Je e croîs renseîgné, maîs que veut-î ou que peut-î dîre ? – Hîter ne veut pas de a guerre… ï ne a era pas. Pour un peu, î auraît proposé un parî. Sa certîtude en a paîx est absoue, compète, înébranabe. Je n’aî pas aît de parî. Le marcé eût été de dupes. S’î perdaît, î ne paîeraît pas.
1. Frîedrîc Grîmm est ’auteur d’un ouvrage traduît cez Fammarîon en 1941,Le Testament politique de Richelieu, préacé par Fernand de Brînon. ï a, pour a cîrconstance, rancîsé son prénom en e sîgnant Frédérîc Grîmm.
26
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Pat Burns

de editions-hurtubise

Pat Burns

de editions-hurtubise