L'euthanasie admise en soins palliatifs

De
Publié par

Face aux euthanasies admises en Soins palliatifs, quels sont les défis humains auxquels est confronté le médecin qui accepte de les pratiquer ? L'auteur, spécialiste en éthique clinique, dévoile ces défis par l'intermédiaire de nombreux échanges épistolaires et verbaux qu'il a entretenus avec le docteur Karl, médecin belge qui accepte de pratiquer ces euthanasies dans le service des Soins palliatifs de l'hôpital où il travaille.
Publié le : jeudi 1 janvier 2015
Lecture(s) : 13
Tags :
EAN13 : 9782336365121
Nombre de pages : 126
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Olivier Nkulu Kabamba
L’EUTHANASIEadmise en Soins palliatifs
Défis humains pour les médecins
L’euthanasie admise en Soins palliatifs
© L’HARMATTAN, 2014 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-04798-0 EAN : 9782343047980
Olivier Nkulu KabambaL’euthanasie admise en Soins palliatifs Défis humains pour les médecins
Hommage et remerciements à Madame L. qui m’a laissé en souvenir cette image très significative qu’elle avait choisie pour elle-même dans son accompagnement à l’euthanasie dans l’unité des Soins palliatifs du docteur Karl.
Très cher Olivier,
Vous m’écrivez très justement pour obtenir mon autorisation an de faire apparaître l’intégralité de toutes mes coordonnées dans votre livre. Lors de nos innombrables échanges tant épistolaires que verbaux, je savais que tôt ou tard se poserait bien cette question concernant la mention de mon nom dans votre livre. Je considère cela comme une honorable publicité de ma personne en tant que médecin et vous en remercie. Mais très sincèrement, sur le plan humain, laissez-moi vous avouer que cet honneur, certes mérité, que vous voulez me faire, me gène un peu pour deux raisons : la première, je considère que sortir de l’anonymat et de l’ombre me fera manquer de respect vis-à-vis de la conance et de l’humanité de mes patients qui font le choix pour que leur euthanasie se déroule dans notre service hospitalier de Soins palliatifs. Je préfère de loin la discrétion qui garantira non seulement la condentialité professionnelle à laquelle vous et moi sommes tenus et que vous respecterez, mais aussi et surtout qui protégera la dignité et l’humanité de nos patients ainsi que le cheminement de leurs familles. La deuxième raison, je considère que me sortir de l’ombre et de l’anonymat me fera manquer de respect et de loyauté vis-à-vis de tous les membres de notre équipe pluridisciplinaire en Soins palliatifs qui, avec beaucoup de professionnalisme et de cœur, accompagnent les malades dans leur choix. Si importante que soit ma place de médecin dans cette équipe, je ne suis qu’un maillon de la chaîne de
7
solidarité et de compassion envers les personnes en n de vie qui ont choisi notre Service pour terminer paisiblement leur vie. L’honneur échoit donc à toute l’extraordinaire équipe pluridisciplinaire dont fait partie le médecin que je suis. D’aucuns ne se doutent de l’extraordinaire travail d’équipe qui nous porte pour répondre aux demandes parfois désespérées qui nous parviennent. En accueillant et en accompagnant ces demandes, non seulement c’est la vulnérabilité de ces personnes en n de vie que nous découvrons, mais à travers elles, nous découvrons nous-mêmes notre propre vulnérabilité. Dès lors, la puissance supposée de la science médicale que nous sommes censés détenir s’appuie fortement sur le réalisme du savoir-faire et du savoir-être que nous avons appris dans d’autres circonstances ; et la prétention de la connaissance médicale maîtrisée se ressource davantage dans le meilleur de l’humain que nous possédons tous et chacun.Ainsi petit à petit, au contact du rythme de la personne en n de vie qui a fait le choix de l’euthanasie pour mourir, nous découvrons intimement les dés humains auxquels nous sommes confrontés en tant que professionnels en Soins palliatifs. Certains jours, forts et sûrs de nos théories et de nos connaissances, nous avançons, alors les gens sont satisfaits ; d’autres jours, surpris par des imprévus, des situations complexes et acculés par les perplexités, nous reculons ou nous faisons du sur place, alors les gens ne sont pas contents. Ainsi découvrons-nous nalement dans toute sa richesse et sa vulnérabilité l’humanité que nous partageons avec nos patients.
Je vous suis reconnaissant de m’avoir assuré de votre présence ô combien appréciable lors de l’accompagnement palliatif de Madame L. qui vous a coné comme un trésor cette image. Grâce à votre tact, elle a su « défaire les nœuds » disait-elle. Comme vous le savez, elle est décédée par euthanasie selon son choix, et je me réjouis de l’avoir accompagné jusqu’au bout. Je reste conant que votre
8
bienveillance et dévouement à l’égard de nos patients vous feront trouver les mots justes pour parler de l’intimité des dés humains auxquels chaque membre de notre équipe en Soins palliatifs est confronté lorsqu’un patient a fait le choix de l’euthanasie au sein de notre service.C’est l’intelligence de votre écriture qui fera découvrir ces innombrables dés aux lecteurs qui souhaiteront prendre connaissance de votre livre. Je suis certain que votre propre expérience en soins et en accompagnement des malades en n de vie, ainsi que votre riche formation universitaire vous permettront de mieux exploiter nos innombrables échanges an de faire découvrir à vos lecteurs l’intimité de nos dés humains lorsqu’une personne en n de vie fait le choix de l’euthanasie en Soins palliatifs. Répondre à une demande d’euthanasie formulée dans le cadre des soins de n de vie restera toujours un grand dé pour les soignants, car répondre à une telle demande est tout sauf facile.Alors, comme vous aimez à le dire vous-même, se pose la question éthique par excellence : « comment faire pour bien faire ? »
C’est avec tous mes encouragements que je souhaite plein succès à votre livre. Toutes mes amitiés.
Docteur Karl, Soins Palliatifs
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.