La Guinée victime des Guinéens

De
Publié par

Après une observation vigilante des agissements qui sont de nature à freiner le développement de son pays, l'auteur tente de dénoncer ces faits et gestes dans un style très simple, d'une forme poétique accessible à tous. Dans ces poèmes, il ne traite pas seulement des comportements néfastes, mais aussi d'autres sujets comme l'amour ou la paix, qui sont à proprement parler fascinants.
Publié le : samedi 4 avril 2015
Lecture(s) : 10
EAN13 : 9782336373393
Nombre de pages : 110
Prix de location à la page : 0,0067€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Souleymane TROBANKEITA
La Guinée victime des Guinéens Poèmes
La Guinée victime des Guinéens
Souleymane TROBANKEITA
La Guinée victime des Guinéens
Poèmes Préface de Lansana Condé
Du même auteur (avec Justin Junior Morel)Bembeya Jazz National. Cinquante ans après, la légende continue, L’Harmattan Guinée, 2011 © L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-03385-3 EAN : 9782343033853
REMERCIEMENTS
QU’ALLAH LE TOUT-PUISSANT SOIT LOUE MES REMERCIEMENTS VONT À TOUS CEUX QUI M’ONT AIDÉ À TRANSFORMER CE RÊVE EN RÉALITÉ. À mon feu père À ma chère mère À mon épouse et tous mes enfants À tous mes frères et sœurs À tous mes amis et collaborateurs À vous tous grand merci !!!
LAPAROLE PLEURE !
Chaque parole pleure quatre fois dans sa vie. Elle pleure pour la première fois, Quand elle n’est pas dite au moment opportun. Elle pleure pour la deuxième fois, Quand elle est dite après le moment opportun. Elle pleure pour la troisième fois, Quand elle est très mal dite ou exprimée. Elle pleure pour la quatrième fois, Quand elle est dite par une personne qui ne doit pas la dire L’auteur
PREFACE
Quand la plume devient un scalpel qui va tout droit à l’abcès, Quand elle sert la cause d’une radioscopie responsable prometteuse de succès, Plus qu’un banal réquisitoire portant sur des pages limitées de l’histoire, le poème qu’elle produit renoue avec son étymologie « poïen ». Ainsi, fait le recueil de maître Souleymane Troban KEITA, juriste confirmé. Il s’est donné le courage en commençant par fois ses refrains par :Quece ci ou que ce , comme dans les conclusions d’un véritable procès de notre société.Bénéficiaire des grandes veillées traditionnelles africaines, sans cesser d’être à l’écoute de son peuple, il plonge sa plume dans sa salive et dans son sang pourson« ouvrir ventre ».Son doigt accusateur n’épargne personne. Chacun est invité plus ou moins explicitement à répondre de nombreux délits et carences qui freinent la machine du développement de notre Guinée si riche, dont les populations continuent paradoxalement à croupir dans une misère inexplicable. Le sombre tableau que ne noircit davantage le refrain« En toute impunité, sans peine, ni moral »pourtant pas n’est présenté comme une fatalité. Le mea-culpa du« Je regrette »ne peut conduire qu’à une prise de conscience qu’illustre le chapitre « la génération consciente », lequel bouscule les frontières en faisant de tous des frères. De l’amour qui conforte la fraternité, le poète nous fait allègrement passer à la page des hommages rendus aux
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.