LA SOEUR JUMELLE DE JESUS (Le Secret de MARIE-MADELEINE)

Publié par

LA SOEUR JUMELLE DE JESUS ========================== (Le secret de MARIE-MADELEINE) Gérard DAMION INTRODUCTION _______________ Depuis toujours, le personnage de MARIE-MADELEINE n'a cessé de fasciner le monde, faisant d'elle une jeune femme insouciante, une personne de mauvaise vie, une prostituée etc... D'autres cependant faisaient d'elle un tout autre tableau : d'amie de JESUS, elle serait devenue son épouse, alors qu'il y en a pour prétendre qu'elle serait sa mère. Certains ont émis une autre hypothèse : JESUS aurait eu un frère jumeau et c'est ce jumeau qui aurait épousé MARIE-MADELEINE. Restait une autre possibilité pratiquement jamais évoquée et que je vais essayer de développer : JESUS aurait eu une sœur jumelle, et cette sœur jumelle c'est MARIE-MADELEINE. Ce qui expliquerait la tendre complicité qui existait entre eux. Mais comment en arriver à une telle conclusion me direz-vous. Tout simplement en relisant les textes des Ecritures, en glanant de-ci de-là des indices propres à nous aiguiller vers cette vérité que certains refusent de voir... Comme dans toute recherche, il faut un point de départ, et ce point de départ c'est RENNES-le-CHATEAU, ce petit village haut perché de l'Aude, dont le curé découvrit un jour dans son église un formidable secret qu'il a essayé de nous faire partager en laissant une sorte de message codé.
Publié le : lundi 27 octobre 2014
Lecture(s) : 120
Nombre de pages : 26
Voir plus Voir moins
LA SOEUR JUMELLE DE JESUS ==========================
(Le secret de MARIE-MADELEINE)
Gérard DAMION
INTRODUCTION _______________
 Depuis toujours, le personnage de MARIE-MADELEINE n'a cessé de fasciner le monde, faisant d'elle une jeune femme insouciante, une personne de mauvaise vie, une prostituée etc... D'autres cependant faisaient d'elle un tout autre tableau : d'amie de JESUS, elle serait devenue son épouse, alors qu'il y en a pour prétendre qu'elle serait sa mère. Certains ont émis une autre hypothèse : JESUS aurait eu un frère jumeau et c'est ce jumeau qui aurait épousé MARIE-MADELEINE. Restait une autre possibilité pratiquement jamais évoquée et que je vais essayer de développer : JESUS aurait eu une sœur jumelle, et cette sœur jumelle c'est MARIE-MADELEINE. Ce qui expliquerait la tendre complicité qui existait entre eux.
 Mais comment en arriver à une telle conclusion me direz-vous. Tout simplement en relisant les textes des Ecritures, en glanant de-ci de-là des indices propres à nous aiguiller vers cette vérité que certains refusent de voir...
 Comme dans toute recherche, il faut un point de départ, et ce point de départ c'est RENNES-le-CHATEAU, ce petit village haut perché de l'Aude, dont le curé découvrit un jour dans son église un formidable secret qu'il a essayé de nous faire partager en laissant une sorte de message codé.
 Et puis nous partirons sur la piste des Cathares, ceux là même qui furent pourchassés, torturés, exterminés sur les bûchers, le plus célèbre étant celui de MONTSEGUR. Ces Cathares pour qui l'église de ROME était l'église du Diable, détenaient eux-aussi un grand secret, tout comme les Templiers qui connurent la même fin.
1
 Ce secret qu'il ne fallait surtout pas divulguer concernait bien entendu JESUS et MARIE-MADELEINE...
SAUNIERE curé de Rennes le Château Bérenger
2
I
RENNES LE CHATEAU
On a tous entendu parler de l'histoire de ce modeste prêtre de 33 ans, Bérenger SAUNIERE, muté en 1885 dans ce petit village de l'Aude, situé sur une hauteur, peuplé d'à peine 300 âmes, RENNES-LE-CHÂTEAU. La population est pauvre, l'église est dans un état lamentable (on dit même qu'il pleut sur les fidèles lors des offices), et le presbytère est inhabitable.
 Le jeune curé ne se décourage pas pour autant. Il entreprend aussitôt des démarches auprès de la mairie pour obtenir une petite subvention et il fait appel à des familles riches et influentes pour obtenir des dons. Il va finalement bénéficier de sommes non négligeables qui vont lui permettre de commencer les travaux de restauration, à commencer par la toiture. La toiture terminée, c'est maintenant l'intérieur de l'édifice qu'il faut rénover. C'est au cours de ces travaux, et alors qu'il déplace le vieil autel en piteux état, pour le remplacer, qu'il découvre dans un pilier creux un tube scellé contenant des parchemins. Il les emporte pour les étudier, et toujours est-il qu'à partir de là, sa vie va complètement changer.
 C'est sans doute grâce aux indications de ces parchemins qu'il va aller soulever une des dalles du carrelage située à proximité de l'autel. Surprise, la dalle en question est sculptée, mais en dessous, c'est-à-dire face contre terre. Et cette sculpture ressemble curieusement à un sceau templier. Autre surprise, lorsqu'elle est retirée, quelques marches apparaissent , menant à une crypte. SAUNIERE va y descendre seul, mais certains témoins présents, notamment des enfants de choeur disent avoir aperçu des récipients contenant des objets brillants. SAUNIERE prétendra que ce ne sont que des médailles religieuses...
3
 On peut donc dire sans aucun doute que Bérenger SAUNIERE a mis la main sur un trésor non négligeable, et nous verrons plus tard que ce n'est pas tout. En fait, toute la question est de connaître l'origine de ce trésor...
 RENNES-le-CHÂTEAU n'a pas toujours été ce petit village pauvre et endormi tel que l'a connu SAUNIERE à son arrivée. On sait qu'autrefois ce fut une place forte (rien d'étonnant vu sa situation) et les Wisigoths en firent même leur capitale. Les Templiers étaient présents dans la région et les Cathares y étaient bien implantés.
 Pour en revenir à SAUNIERE, plusieurs curés des alentours lui ont prodigué quelques conseils pour son installation, notamment l'abbé BOUDET, de RENNES-les-BAINS, personnage un peu particulier, mais très érudit. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages, le plus mystérieux étant « La vraie langue celtique ou le cromleck de Rennes les Bains », ouvrage dont certains chercheurs pensent qu'il est codé. Un autre prêtre des environs, l'abbé GELIS, officiait lui, à COUSTAUSSA. C'était un personnage discret qui connut une fin tragique puisqu'il a été découvert dans son presbytère sauvagement assassiné, tous ses papiers fouillés. On peut donc penses que ces deux curés qui ont prodigué leurs conseils à leur jeune confrère récemment arrivé connaissaient le secret de l'église de RENNES-LE-CHÂTEAU, ou tout au moins avaient entendu parler d'une crypte renfermant non seulement un trésor, mais des documents d'une importance exceptionnelle.
 SAUNIERE, prudent, va transférer le trésor découvert dans un autre lieu probablement dans le cimetière où il a été surpris à plusieurs reprises en train de creuser. Quant aux parchemins il va les étudier minutieusement et il va parvenir à les déchiffrer, peut-être avec l'aide de BOUDET.
4
 Pour en revenir au trésor lui-même, plusieurs hypothèses vont voir le jour : pour les uns ce serait le trésor de BLANCHE de CASTILLE, pour d'autres, ce serait celui des Wisigoths ou bien encore celui des Templiers,
enfin dernière possibilité, la plus intéressante à mon goût, il s'agirait du trésor des Cathares. A ce dernier il convient d'ajouter un dépôt laissé par un prédécesseur de SAUNIERE, l'abbé BIGOU , prêtre réfractaire contraint à l'exil en Espagne., ce dépôt consistant en objets de culte de grande valeur et autres objets confiés par des nobles partis eux aussi en exil lors de la Révolution.
 Une chose est certaine, BIGOU connaissait le secret de RENNES le-CHÂTEAU, et c'est lui qui a laissé le parchemin dans le pilier de l'autel afin qu'un de ses successeurs puisse un jour accéder à la crypte. BIGOU n'est jamais revenu à RENNES-LE-CHÂTEAU, il est mort en exil, mais ayant envisagé cette possibilité, il avait pris ses dispositions. Il recommandait la plus grande prudence à celui qui prendrait connaissance des documents, leur importance étant considérable et pouvant mettre en cause les fondements même de l'église catholique.
Le village de Rennes-le-Château 5
II
 L'ETRANGE EGLISE DE RENNES LE CHATEAU
A la suite de cette découverte, Bérenger SAUNIERE va entreprendre de gigantesques travaux tant à l'intérieur de l'église qu'à l'extérieur : presbytère, place de l'église, cimetière etc... En outre il va se faire
construire une belle villa, la villa BETHANIE, avec un grande tour gothique surplombant la vallée, la Tour MAGDALA.
 Avec l'aide de sa fidèle servante Marie DENARNAUD, il part souvent dans la campagne environnante, ramenant des sacs de pierres qui vont servir à construire une grotte, non pas celle de LOURDES, mais celle de la SAINTE BAUME où MARIE-MADELEINE aurait fini sa vie. Puisque nous parlons de MARIE-MADELEINE, l'église de RENNES- le CHÂTEAU porte son nom, et il faut bien constater qu'elle est omniprésente à l'intérieur de l'édifice : statues, tableaux, vitrail, sculpture etc...la représente, a tel point que certains sont convaincus que l'église est dédicacée et non dédiée à MARIE MADELEINE. Par conséquent elle contient certainement quelque part une relique de la sainte.
 Ceux qui comme moi sont entrés pour la première fois dans l'église ont ressenti une nette impression de malaise. Mais avant de pousser la porte il convient de regarder le tympan au dessus du porche : MARIE MADELEINE nous accueille. Normal c'est la sainte patronne de RENNES-LE-CHÂTEAU. Un détail retient cependant l'attention : un serpent grimpe le long de sa robe. Or, on sait que les grandes déesses ont le serpent pour attribut. ISIS par exemple porte sur son front le cobra royal, symbole de souveraineté, de connaissance , de vie et de jeunesse divine. En dessous on peut lire une longue citation latine tirée de la 8ème leçon du 3ème nocturne des matines du Propre des Saintes Femmes (dont MARIE-MADELEINE. Parmi toutes ces citations latines, une retient l'attention : « Terribilis est locus iste », autrement dit ce lieu est terrible.
6
 Les surprises ne sont pas finies. La porte poussée, c'est un diable hideux qui vous accueille, un diable courbé qui ploie le genou sous le poids du bénitier qu'il porte sur ses épaules. Un diable dans une église, c'est osé ! Je passe sur toutes les étrangetés que l'on peut constater, pour arriver à l'autel avec dessous une reproduction de MARIE-MADELEINE agenouillée dans la grotte. Cet autel conçu comme tout le reste par SAUNIERE a une particularité intéressante : de part et d'autre, se faisant face, deux statues, une de Saint JOSEPH, l'autre de la Vierge MARIE, portant chacun un enfant dans les bras. La encore il fallait oser. En fait,
SAUNIERE a fait en sorte de laisser une sorte de testament codé. Ce n'est pas tout, en regardant bien les statues, on remarque Sainte GERMAINE de Pibrac, Saint ROCH, Saint ANTOINE Ermite, Saint ANTOINE de Padoue, et au bout, la chaire dédiée à Saint LUC. Il suffit de retirer la première lettre du nom de chaque saint, on obtient …GRAAL !
 La Tour MAGDALA que s'est fait construire SAUNIERE
l'église Sainte MARIE-MADELEINE de Rennes le Château 7
 Le Diable portant le Bénitier
 statue de MARIE MADELEINE avec la Coupe (église de Rennes le Château)
8
 L'autel avec de chaque côté MARIE et JOSEPH portant chacun un  enfant dans les bras.
9
III
 TEMPLIERS ET CATHARES
Dans cette région de Razès, qui ne l'oublions pas est une terre cathare, les templiers avaient également leurs fiefs (ALET, ESPERAZA, LE BEZU, BUGARACH etc...). On sait aussi que ses habitants ont tenté par tous les moyens de soustraire leurs Parfaits à la fureur des troupes royales, lors de la funeste croisade des Albigeois. Les Templiers ne participeront pas à la chasse aux Cathares , n'hésitant pas, dans la plupart des cas, à les cacher et à les protéger. Cathares et Templiers ont connu une fin tragique en étant condamnés à être brûlés vifs.
 En ce qui concerne les Templiers, on sait qu'à l'origine l'Ordre du Temple avait été destiné à l'accompagnement et à la protection des pèlerins partant pour JERUSALEM. Mais les chevaliers de l'Ordre se sont livré également à des fouilles minutieuses sous le Temple d'HERODE. Il est certain qu'ils y ont découvert des documents d'une importance exceptionnelle, documents qui pourraient mettre en péril l'institution de l'Eglise de ROME s'ils étaient révélés. D'où leur arrogance et leur puissance vis à vis du Pape et du Roi de France qui sauront se venger le moment venu. Et ces documents concernaient notamment la vie de MARIE-MADELEINE et son rôle aux côtés de JESUS.
 Les chevaliers de l'Ordre du Temple vénéraient particulièrement MARIE-MADELEINE et bon nombre de commanderies et de chapelles portaient le nom de la sainte. De là à penser qu'ils connaissaient le secret de la véritable histoire de MARIE-MADELEINE et détenaient des documents d'une très grande importance il n'y a qu'un pas.
10
 Mis au courant des intentions du Roi de France et du Pape à leur égard, ils se sont hâtés de mettre les précieux documents en lieu sûr, dans le Midi et plus précisément dans le Razès. Et ce sont les Templiers de cette région qui cacheront ces documents dans une crypte, sous l'église de RENNES-LE-CHÂTEAU, en terre cathare.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.