L'hypernova

De
Publié par

L’hypernova Le voyage vers Espace n’avait volé à Temps que quelques secondes.

Publié le : jeudi 13 février 2014
Lecture(s) : 186
Licence : Tous droits réservés
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins
Cette publication est accessible gratuitement
L’hypernova
Le voyage vers Espace n’avait volé à Temps que quelques secondes. À notre approche, les
ballons de gaz rompirent le bruit du souffle que leur bavardage orchestrait, rangeant d’une
même haleine les basses et les aigües des échos de chants vibrants au centre de leur noyau et
laissant ainsi Espace dans un silence plus grave encore qu’au commencement.
Terre était une toupie où les tours Pise et Eiffel, géantes et vagabondes, déferlaient l’une sur
l’autre pour se donner la main. En bloc et sans trêve, elles dérobaient les sols de leurs limites
et se désemplissaient sur leur passage de points d'interrogation de la taille d’un surhomme.
C’est drôle, je pensais,parce que tout là-bas, plus loin encore que je ne puisse le voir, des
murailles de plus en plus hautes s’érigent. Des murailles faites d’un marbre d'une blancheur
électrique telle qu'elle raflerait la vue du meilleur des voyants avec la toute-puissance
inaudible d'une étoile mourante.
Alors sous nos combinaisons chaudes comme la fièvre qui avalaient nos visages, nous
n'étions plus "un gros, un homo, un con et un profond", mais de grossières créatures flottant
au cœur de l'air du vide, dressées par celui-ci pendant qu’elles regardaient cet endroit
dissimulé appelé Ailleurs – l’oasis de paradis damné dont le mirage parfumé de quintessence
capturait les songes à distance et les délivrait au toucher – et nous nous retrouvions comme
nus car une pincée de minutes ou un cadran de vie plus tôt,Temps est-il ici tapant, incertain
ou inexistant, les rôles étaient encore inversés.
Heidi Bacquet
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.