François-Joseph Talma (1763 - 1826)

De
Publié par

François-Joseph Talma appartient à une famille de dentistes. Prédestiné à une carrière similaire, il embrasse l'art théâtral et abandonne l'art dentaire cher au coeur de son père. Devenu un personnage public impliqué politiquement, il connaît tous les bouleversements gouvernementaux à l'entame du XIX e siècle. En revisitant les plus grands biographes et en s'attachant fidèlement aux archives, Henri Lamendin nous emmène à la rencontre de ce dentiste-acteur qui a brillé sur les planches des plus grands théâtres parisiens.
Publié le : samedi 15 novembre 2014
Lecture(s) : 22
EAN13 : 9782336361789
Nombre de pages : 166
Prix de location à la page : 0,0090€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

François-Joseph Talma Henri Lamendin
(1763-1826)
erDentiste et acteur favori de Napoléon I
François-Joseph Talma appartient à une famille de dentistes. Alors
qqqqqqqqqqquuuuuuuuuuu’’’’’’’’’’’iiiiiiiiiiil l l l l l l l l l l eeeeeeeeeeessssssssssst t t t t t t t t t t ppppppppppprrrrrrrrrrrééééééééééédddddddddddeeeeeeeeeeessssssssssstttttttttttiiiiiiiiiiiné né né né né né né né né né né à à à à à à à à à à à uuuuuuuuuuune ne ne ne ne ne ne ne ne ne ne cccccccccccaaaaaaaaaaarrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrriiiiiiiiiiièèèèèèèèèèèrrrrrrrrrrre e e e e e e e e e e sssssssssssiiiiiiiiiiimmmmmmmmmmmiiiiiiiiiiilllllllllllaaaaaaaaaaaiiiiiiiiiiirrrrrrrrrrre, e, e, e, e, e, e, e, e, e, e, iiiiiiiiiiil l l l l l l l l l l eeeeeeeeeeemmmmmmmmmmmbbbbbbbbbbbrrrrrrrrrrraaaaaaaaaaasssssssssssssssssssssse e e e e e e e e e e lllllllllll’’’’’’’’’’’aaaaaaaaaaarrrrrrrrrrrt t t t t t t t t t t ttttttttttthhhhhhhhhhhéééééééééééâtâtâtâtâtâtâtâtâtâtâtrrrrrrrrrrraaaaaaaaaaal l l l l l l l l l l eeeeeeeeeeet t t t t t t t t t t
aaabbbaaannndddooonnnne lne lne l’’’aaarrrt dt dt deeennntttaaaiiirrre ce ce chhheeer ar ar au cu cu cœœœuuur dr dr de se se sooon pn pn pèèèrrreee...
Sociétaire de la Comédie-Française, Talma joue dans les plus grandes François-Joseph Talma
œuvres, les plus belles tragédies et interprète les auteurs les plus fameux. Il
induit des réformes fondamentales dans les costumes, dans les techniques
(1763-1826)de jeu qui sont encore célébrées aujourd’hui.
DDDDDeveveveveveeeeennnnnu u u u u uuuuun n n n n pppppeeeeerrrrrsssssooooonnnnnnnnnnaaaaaggggge e e e e pppppuuuuubbbbbllllliiiiic c c c c iiiiimmmmmpppppllllliiiiiqqqqquuuuué é é é é pppppooooollllliiiiitttttiiiiiqqqqquuuuueeeeemememememennnnnttttt, , , , , iiiiil l l l l cccccooooonnnnnnnnnnaaaaaîîîîît t t t t tttttooooouuuuus s s s s
les bouleversements gouvernementaux de la société française à l’entame
eredu XIX siècle, à commencer par l’avènement de l’empereur Napoléon qui Dentiste et acteur favori de Napoléon I
ne tarit pas d’éloges à son encontre et lui permet d’acquérir une renommée
iiiiiinnnnnntttttteeeeeerrrrrrnnnnnnatatatatatatiiiiiioooooonnnnnnaaaaaalllllleeeeee. . . . . . MMMMMMeeeeeennnnnnaaaaaaccccccé é é é é é ddddddu u u u u u ccccccoooooouuuuuuppppppeeeeeerrrrrreeeeeet t t t t t rrrrrrévévévévévévoooooolllllluuuuuuttttttiiiiiioooooonnnnnnnnnnnnaaaaaaiiiiiirrrrrre, e, e, e, e, e, dddddde e e e e e ddddddiiiiiissssssggggggrrrrrrââââââcccccce e e e e e llllllorororororors s s s s s dddddde e e e e e lllllla a a a a a
RRRRRReeeeeessssssttttttaaaaaauuuuuurrrrrratatatatatatiiiiiioooooonnnnnn, , , , , , ssssssoooooon n n n n n ttttttaaaaaalllllleeeeeennnnnnt t t t t t lllllluuuuuui i i i i i a a a a a a ppppppeeeeeerrrrrrmmmmmmiiiiiis s s s s s dddddde e e e e e ffffffrrrrrraaaaaannnnnncccccchhhhhhiiiiiir r r r r r ttttttoooooouuuuuus s s s s s lllllleeeeees s s s s s oooooobbbbbbssssssttttttaaaaaacccccclllllleeeeees s s s s s eeeeeet t t t t t dddddde e e e e e
demeurer, envers et contre tous, sur le devant de la scène jusqu’aux ultimes
minutes de sa vie.
En revisitant les plus grands biographes, en s’attachant fi dèlement aux
aaaaaaarrrrrrrccccccchhhhhhhiiiiiiivvvvvvveeeeeees s s s s s s sssssssuuuuuuur r r r r r r ccccccceeeeeeet t t t t t t hhhhhhhomomomomomomomme, me, me, me, me, me, me, HHHHHHHeeeeeeennnnnnnrrrrrrri i i i i i i LLLLLLLaaaaaaamememememememennnnnnndddddddiiiiiiin n n n n n n nnnnnnnooooooouuuuuuus s s s s s s eeeeeeemmmmmmmmèmèmèmèmèmèmène, ne, ne, ne, ne, ne, ne, dddddddaaaaaaannnnnnns s s s s s s ccccccce e e e e e e nnnnnnnooooooouuuuuuuvvvvvvveeeeeeel l l l l l l
ooooopppppuuuuus s s s s rrrrreeeeemmmmmaaaaarrrrrqqqqquuuuuaaaaabbbbbllllle, e, e, e, e, eeeeen n n n n sssss’’’’’eeeeeffffffffffooooorrrrrçççççaaaaannnnnt t t t t ddddde e e e e ne ne ne ne ne rrrrriiiiieeeeen n n n n oooooccccccccccuuuuulllllttttteeeeerrrrr, , , , , à à à à à llllla a a a a rrrrreeeeennnnncccccooooonnnnntttttrrrrre e e e e ddddde e e e e
ce dentiste-acteur qui a brillé sur les planches des plus grands théâtres
parisiens.
XXXXXaaaaavvvvviiiiieeeeer Rr Rr Rr Rr Riaiaiaiaiauuuuuddddd
Henri Lamendin, docteur d’université en odontologie, docteur d’État
èssciences, de l’Académie nationale de chirurgie dentaire, est membre de la Société
fffffffrrrrrrrançançançançançançançaaaaaaaiiiiiiissssssseeeeeee ddddddd’’’’’’’hhhhhhhiiiiiiissssssstttttttoooooooiiiiiiirrrrrrreeeeeee dddddddeeeeeee lllllll’’’’’’’arararararararttttttt dddddddeeeeeeennnnnnntttttttaaaaaaaiiiiiiirrrrrrreeeeeee....... IIIIIIIlllllll eeeeeeesssssssttttttt aaaaaaauuuuuuussssssssssssssiiiiiii ancancancancancancanciiiiiiieeeeeeennnnnnn dddddddiiiiiiirrrrrrreeeeeeecccccccttttttteeeeeeeur-ur-ur-ur-ur-ur-ur-aaaaaaadddddddjjjjjjjoooooooiiiiiiinnnnnnnttttttt dddddddu u u u u u u
dddddddéééééééppppppparararararararttttttteeeeeeemmmmmmmeeeeeeennnnnnnttttttt bbbbbbbiiiiiiiooooooolllllllooooooogggggggiiiiiiieeeeeee dddddddeeeeeee lllllll’’’’’’’IIIIIIInnnnnnnssssssstttttttiiiiiiitttttttuuuuuuuttttttt dddddddeeeeeee rrrrrrreeeeeeeccccccchhhhhhheeeeeeerrrrrrrccccccchhhhhhheeeeeeesssssss aaaaaaappppppppppppppllllllliiiiiiiqqqqqqquuuuuuuéeéeéeéeéeéeéesssssss aaaaaaauuuuuuu dddddddooooooommmmmmmaaaaaaaiiiiiiinnnnnnneeeeeee dddddddeeeeeee llllllla a a a a a a
santé (Université d’Orléans).
Illustration de couverture : Timbre représentant Talma dans le
rôle d’Oreste, émis le 10 juin 1961, retiré le 10 février 1962
(Collection personnelle de l’auteur, 2014).
ISBN : 978-2-343-04511-5 9 782343 045115
16,50 €
er
François-Joseph Talma • (1763-1826) • Dentiste et acteur favori de Napoléon 1 Henri Lamendin










François-Joseph Talma
(1763-1826)

er Dentiste et acteur favori de Napoléon I














Médecine à travers les siècles
Collection dirigée par le Docteur Xavier Riaud

L’objectif de cette collection est de constituer « une histoire
grand public » de la médecine ainsi que de ses acteurs plus ou
moins connus, de l’Antiquité à nos jours.
Si elle se veut un hommage à ceux qui ont contribué au progrès
de l’humanité, elle ne néglige pas pour autant les zones d’ombre
ou les dérives de la science médicale.
C’est en ce sens que – conformément à ce que devrait être
l’enseignement de l’histoire –, elle ambitionne une « vision
globale » et non partielle ou partiale comme cela est trop souvent
le cas.

Dernières parutions

Elsa COMBES FRUITET, Caractéristiques dento-crânio-faciales
des Homininés, 2014.
Vincent BOUTON, De nez à nez. Histoire du nez, 2014.
Xavier RIAUD & Philippe BROUSSEAU, Odontologie
médicolégale et serial killers. La dent qui en savait trop, 2014.
Serge KERNBAUM, Alastrim. L’homme et la variole, 2014.
André Julien FABRE, Les médecins de Venise, 2014.
e eRégis-Nessim SACHS, De médecins juifs du X au XVII siècle,
2014.
Roland BRUNNER, La folie à Rome, 2014.
Apolline TRIOULAIRE, Sainte Apolline, sainte patronne des
dentistes et de ceux qui ont mal aux dents, 2014.
Pauline LEDENT, L’art dentaire en Égypte antique, 2014.
Frédéric DUBRANA, L’expérience chirurgicale. De la
vivisection... à l’expérimentation, 2013.
Henri LAMENDIN, Les de Jussieu, une famille de botanistes aux
e eXVIII et XIX siècles, 2013.
Jean-Jacques TOMASSO, La vie et les écrits de Bernard Nicolas
Lorinet (1749-1814). Un médecin des lumières dans lé
Révolution, 2013.
Jean-Pierre MARTIN, L’instrumentation médico-chirurgicale en
e ecaoutchouc en France (XVIII -XIX ), 2013.
Michel A. GERMAIN, Alexis Carrel, un chirurgien entre ombre et
lumière, 2013.
Henri Lamendin








François-Joseph Talma
(1763-1826)

er Dentiste et acteur favori de Napoléon I














































































































































© L’Harmattan, 2014
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.harmattan.fr
diffusion.harmattan@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-343-04511-5
EAN : 9782343045115
1DU MEME AUTEUR :
Anecdodontes. Lab. Aventis Ed., Paris, 65 p., 2004.
Petites histoires de l’art dentaire d’hier et d’aujourd’hui (Anecdodontes).
L’Harmattan Ed., Paris, 200 p., 2006.
Dictons, propos, slogans bucco-dentaires d’hier et d’aujourd’hui. Musée
Dentaire de Lyon (Faculté d’Odontologie) Ed., Lyon, 64 p., 2006 (avec
collaborateurs).
e e
Praticiens de l’art dentaire du XIV au XX siècle (Recueil d’anecdodontes),
L’Harmattan Ed., Paris, 199 p., 2006.
Soignez votre bouche par les plantes. Remèdes d’hier et d’aujourd’hui. Ed., Paris, 214 p., 2007.
De l’art dentaire à d’autres arts. Anecdodontes biographiques. L’Harmattan
Ed., Paris, 142 p., 2007.
Précurseurs de la phytothérapie bucco-dentaire occidentale. L’Harmattan Ed.,
Paris, 138 p., 2008.
Historique de l’odonto-stomatologie du sport en France. Principaux acquis
techniques et scientifiques. L’Harmattan Ed., Paris, 195 p., 2009.
Investigations et expérimentations en Odontologie. 40 années d’expériences.
L’Harmattan Ed., 244 p., 2009.
Linné (naturaliste) et …? selon plusieurs auteurs. Souvenirs Ed., Guillestre,
119 p., 2011.
Carl von Linné. L’Harmattan Ed. 126 p., 2012.
Spallanzani (naturaliste) et … ? selon plusieurs auteurs. Souvenirs Ed.,
Guillestre, 121 p., 2012.
Evans (dentiste de Napoléon III) et … ? selon plusieurs auteurs. Souvenirs
Ed., Guillestre, 170 p., 2012.
Thomas W. Evans (1823-1897), le dentiste de Napoléon III, L’Harmattan Ed.,
Paris, 166 p., 2012.
Van Leeuwenhoek (naturaliste) et …? selon plusieurs auteurs, Souvenirs Ed.,
Guillestre, 110 p., 2013.
Feldenkrais (judoka) et …? selon plusieurs auteurs, Souvenirs Ed., Guillestre,
139 p., 2013.
Jussieu (botanistes) et …? selon plusieurs auteurs, Souvenirs Ed., Guillestre,
118 p., 2013.
Rostand (biologiste) et … ? selon plusieurs auteur
135 p., 2013.
e eLes de Jussieu, une famille de botanistes aux XVIII et XIX siècles.
L’Harmattan Ed., Paris, 100 p., 2013.
Schweitzer et … ? selon plusieurs écrits, Souvenirs Ed., Guillestre, 134 p.,
2014.




1 En accord avec l’auteur, le nombre de ses ouvrages tenant sur plusieurs
pages, nous nous sommes contentés de ne citer que ses livres relatifs à
l’histoire de la médecine.




























Avant-propos

Comme l’a été Talma, lui seulement un certain temps, j’ai été
un praticien de l’art dentaire. Et c’est très modestement que j’ai
effleuré l’art théâtral que j’ai apprécié et dans lequel il a excellé.
Concernant ces deux sujets, sans savoir qu’un jour je lui
consacrerais ce recueil, j’ai déjà quelque peu écrit à propos de
Talma.
A Paris, vers mes dix-sept ans, j’ai fait un peu de théâtre. J'ai
joué dans deux pièces, Aimer sans savoir qui de Lope de Vega,
pièce présentée à la Salle d'Iéna, et Les jours heureux de
Claude-André Pujet, écrivain de théâtre de boulevard bien
connu… Dans la première pièce, l'une de nos partenaires, bien
qu'inscrite sur les programmes sous un autre nom, celui de
théâtre, était la fille du célèbre compositeur Maurice Jaubert,
blessé mortellement en juin 1940, et de la cantatrice Marthe
Bréga. Dans la seconde, mon rôle avait été créé par François
Perrier, lui-même.
Si je consacre aujourd’hui quelques lignes à cette période de ma
vie, qui ne touche qu'un peu à l'histoire, c'est surtout parce que
je suis convaincu que le théâtre est un bon moyen de formation,
lequel, je le crois, m'a rendu service lorsque, plus tard, j'ai eu à
enseigner, ce que j'ai toujours fait avec le même plaisir que
celui que j'avais connu sur les planches. Ne dit-on pas d’un
enseignant qui fait son cours devant une assemblée qu’il évolue
dans un contexte plus ou moins théâtral ?
Jusqu’à présent, on a plutôt raconté l’histoire de
FrançoisJoseph Talma, d’une façon traditionnelle. Mais, j’ai procédé
comme pour mes précédents recueils sur des personnages qui
risquent aujourd’hui, en particulier en France, d’être des « plus
assez aimés » de l’histoire ou plutôt de devenir des trop « mal
connus », ou trop « oubliés », des plus jeunes notamment.
Négligeant cette notion, j’ai rédigé cet opus avec les mêmes
7 soucis de simplicité et de pédagogie, cherchant à mettre en
évidence certains des principaux thèmes qui ont marqué
l’existence de Talma.
Dans ce recueil, les thèmes sont énumérés sans aucune quête
d’exhaustivité, ni de classification quelconque. Je les ai illustrés
par des citations, tirées de livres ou d’articles de revues,
volontairement très diverses et plus ou moins connues,
témoignant chacune d’un point de vue sur Talma, pour
l’ensemble de sa vie ou de ses particularités. Ceci est très
instructif et démontre comment s’écrit l’histoire, même si elle
demeure populaire, la petite histoire, ou l’anecdotique,
enrichissant souvent la grande.
Puisque cet ouvrage est conçu afin que le lecteur puisse se
fabriquer une idée sur François-Joseph Talma à partir de ce qui
a été écrit à son sujet, j’ai apporté des extraits, parfois longs,
mais indispensables.
Cependant, pour chaque sujet, des choix ont été faits, afin de
demeurer autant que possible dans des brèves (relatives) qui
peuvent être lues dans l’ordre ou le désordre. Il existe, parfois,
des répétitions, pouvant se confirmer ou s’infirmer, voire se
compléter. Volontairement, les mêmes faits sont racontés par
des auteurs différents qui peuvent se chevaucher, mais aussi se
contredire, puisqu’il s’agit de citations, fidèlement reproduites,
avec quelques fautes de grammaire et d’orthographe…
En espérant qu’en confrontant les faits, chacun aura pu porter
son jugement propre sur Talma, avec, bien entendu, le désir de
le découvrir encore plus par la lecture des écrits publiés le
concernant…












8





Talma, les dentistes
par Dr Xavier Riaud

On parle beaucoup de Talma l’acteur qui a été remarquable,
mais que sait-on du dentiste ? Peu de choses finalement. En
effet, il reste peu d’archives et Talma n’a exercé que peu de
temps en définitive.

Son père Michel François Joseph Talma (1733-1806), après
avoir servi 5 ans comme valet de chambre d’un riche baron
anglais, sir Oliver Clinton, devient son homme de confiance. Il
s’élève alors de plusieurs barreaux sur l’échelle sociale. Son
maître, qui s’intéresse à lui, lui fournit les moyens
d’entreprendre les études nécessaires. Il fait des études dentaires
et ouvre rue Mauconseil, à Paris, un cabinet. Mais, très vite, il
quitte Paris avec son épouse pour s’installer à Londres (vers
1768). Son frère et son deuxième fils l’y rejoindront plus tard.
Toutefois, il conserve le cabinet de la rue Mauconseil, laissé à
la garde de son frère qui occupe le cabinet voisin dans le même
immeuble, avec le secret espoir d’y installer plus tard son fils.
François-Joseph, demeuré à Paris sous la tutelle de son oncle,
entre au lycée Louis le Grand.
A Londres, où il s’est définitivement installé comme dentiste, le
père de Talma, projette d’engager son fils dans cette carrière.
C’est aussi le vœu le plus cher de son oncle exerçant à Paris, rue
Mauconseil, et qui lui destine, à son insu, sa maison et sa
clientèle.
Appelé donc en Angleterre, en 1776, pour y travailler dans le
maniement du davier et l’examen des mâchoires, le jeune
homme ne se révolte pas. François-Joseph s’accommode
parfaitement du régime auquel on prétend le soumettre. Le
métier de dentiste n’occupe pas, du reste, tout son temps,
puisque c’est en Grande-Bretagne qu’il se révèle sur les
planches.
9 En accord avec son père, il a résolu de reprendre sa charge de
chirurgien-dentiste du Roi. De 1782 à 1786, il revient
sporadiquement à Paris et vit chez son oncle, Philippe François
Joseph, rue Mauconseil (Baron, 2003, pp. 143-144). Il quitte la
Grande-Bretagne définitivement pour Paris et rouvre, dans la
rue Mauconseil toujours, un cabinet, à partir de 1785, où il
exerce pendant dix-huit mois la même profession que son père.
Jusqu’au moment où il arrête cette pratique et s’inscrit à la
nouvelle école de déclamation qui vient d’ouvrir ses portes en
1786. Il ne sera plus jamais dentiste…

Jean Joseph Armand Talma (1767-1804) est le fils de Michel et
le frère de l’acteur. Il vient vivre en Angleterre, chez son père, à
partir de 1792. Mais, il a exercé également, comme dentiste
chez son oncle, à Paris, de 1786 à 1792. En 1795, alors qu’il est
dentiste à Chester, en Grande-Bretagne, il publie un livre sur la
Révolution française (Baron, 2003, pp. 143-144). Il finit sa vie,
semble-t-il, chez son frère (Lamendin, 2007, p. 169).

Philippe François Joseph Talma (1731 - ?), le frère de Michel,
l’oncle du comédien, exerce la dentisterie rue Mauconseil à
Paris, en 1770. Il le fait jusqu’en 1776. En 1777, il rejoint son
frère à Londres. En 1776, un Talma est inscrit au Tableau de
Paris comme « expert pour les dents ». Il y est toujours présent
en 1777, avec la mention : à Londres (Lamendin, 2007, p. 169).
De 1798 à 1804, il officie au 392, rue Jean-Jacques Rousseau.
De 1805 à 1810, il est « docteur en chirurgie, dentiste » et siège
au 3, rue Jean-Jacques Rousseau à Paris. Il a été admis au
Collège royal de chirurgie de Paris. Ses patients sont pour la
plupart des acteurs de la Comédie italienne. Il est l’auteur d’un
ouvrage intitulé Instructions nécessaires pour l’entretien des
2
dents paru en 1770 (Baron, 2003, pp. 143-144) .


2 La meilleure étude des dentistes dans la famille Talma a été réalisée par le
Dr Pierre Baron (Voir Baron Pierre, « Dental Practice in Paris », in Dental
Practice in Europe at the End of the 18th Century, sous la direction de
Christine Hillam, Rodopi (ed.), Amsterdam, 2003, pp. 143-144).

10

Henri Lamendin (2007, p. 169) signale que Jean a eu un fils
prénommé Amédée qui prend le nom de sa mère (François).
Après avoir été chirurgien dans la Grande Armée, il soutient, à
Paris, en 1819, sa thèse de doctorat en médecine. Par la suite, il
émigre en Belgique. Toujours selon Lamendin (2007, p. 169),
en tant que stomatologiste, il est le premier à entrer à
l’Académie royale de médecine. Il est considéré comme le père
de la stomatologie belge. Il aurait été consultant auprès du roi
Louis-Philippe avant d’exercer à la cour de Belgique
(Lamendin, 2007, p. 169).

Quid de la dentisterie à cette époque ? Quelques données…
Les Edits royaux de mai 1699 promulgués par Louis XIV
distinguent une troisième catégorie de praticiens médicaux
après les médecins et les chirurgiens, celles des « experts ». Les
dentateurs de toutes sortes deviennent des experts pour les
dents. Ils sont soumis à l’autorité du Premier chirurgien et
doivent s’acquitter de droits pour exercer.
11 En 1728, paraît Le Chirurgien Dentiste ou Traité des dents de
Pierre Fauchard (1677/1678-1761).
En 1743, Louis XV, La Peyronie et Mareschal attribuent les
mêmes statuts aux chirurgiens et aux médecins.
Le 9 avril 1755, l'arrêt du Parlement de Paris retire aux femmes
le droit d’exercer la chirurgie dentaire.
En 1768, un extrait des lettres patentes de mai concernant l’art
dentaire en France édicte que pour être habilité à exercer cette
spécialité, il faut avoir été reçu « dentiste-expert » par le
Collège de chirurgie à la suite d’un certain nombre d’épreuves
théoriques et pratiques.
Ainsi, en 1773, la Commission royale de médecine entame un
procès à plusieurs ambulants à la requête de trois dentistes dont
le Sieur Trip de Versailles.

Etienne Bourdet (1722-1789) est alors le dentiste du roi
décapité, de 1763 à 1789. Il a une prédilection pour
l’aurification des dents. « Après avoir nettoyé la cavité, on
la remplit avec de l’étain ou du plomb, mais je préfère des
feuilles de l’or le plus fin, qu’on fait battre exprès et,
chaque fois qu’on les emploie, on les fait chauffer sur une
pelle. Les feuilles d’or dont se servent les doreurs sont
beaucoup trop minces ; il faut que le nôtre ait plus
d’épaisseur. L’or quand il est doux, bien battu et qu’on a
soin de le chauffer, tient aussi bien que l’étain ; il a de
plus l’avantage de ne pas noircir et de ne pas altérer la
couleur des dents… Pour les dents antérieures, il faut
encore préférer l’emploi de l’or. » Il généralise
l’utilisation de l’or aux prothèses dentaires. Il est
vraisemblable que le roi ait eu des obturations en or.
Bourdet luxent de plus les dents et les replacent dans l’alvéole
pour faire cesser les douleurs de dents. En 1750, il préconise
l’emploi du clou de girofle comme calmant et antiseptique. En
1759, il publie ses Soins faciles pour la propreté de la bouche et
la conservation des dents. Dans les Etats de 1770, Bourdet
figure comme chirurgien-dentiste du roi et de feu la reine. En
1771, le même affirme dans un second traité d’hygiène intitulé
Soins faciles pour la propreté de la bouche, que « lorsque
12 l’usage du cure-dent est fini, on doit se bien nettoyer la bouche,
c’est-à-dire les gencives et les dents, également, avec une
éponge fine qu’on a trempée dans l’eau tiède. » Il finit en
ajoutant : « Quand l’émail est rude et inégal, il faut pour l’unir,
utiliser la poudre de corail. » Le nom de Bourdet est cité en tant
qu’opérateur pour les dents dans les Comptes de Louis XVI
publiés par le comte de Beauchamp d’après le manuscrit
autographe du roi conservé aux Archives nationales. Pour
l’année 1775, il a perçu la somme de 600 livres.
Le 25 février 1793, Etienne demande la liquidation de sa charge
et le paiement de Louis-Guillaume Le Monnier (1717-1799) qui
a été d’abord le médecin ordinaire de Louis XV, puis le Premier
médecin de Louis XVI.

Quels sont les soins dentaires effectués ?
Détartrages, extractions, soins de caries avec obturations
adéquates (en or très souvent pour les nobles et les monarques).
Fauchard, dans son livre de 1728, décrit des obturateurs
palatins, des contentions et des réimplantations dentaires. On
sait qu’Henri III avait une prothèse dentaire fixée sur ses dents
avec un fil en or.
Extrêmement procédurier, Dubois-Foucou attaque en justice
Dubois de Chémant, autre dentiste, au sujet de l’invention des
dents minérales. De nombreux échanges dans les journaux, dont
le Journal de Paris de 1789 fait notamment état, ont précédé
cette démarche (numéros du 26 avril 1788, 22 avril 1789, 26
avril 1789, etc.). Le 26 janvier 1792, il est débouté et doit, par
jugement, payer les frais de procès. Plus tard, lorsque Dubois de
Chémant part en Angleterre, Dubois-Foucou poursuit ses
recherches et réalise ses propres dentiers en porcelaine.
En conclusion, une pratique dentaire beaucoup plus éclectique
qu’il n’y paraît…

Références bibliographiques :
Archives nationales, Extrait de la maison du Roy, Paris,
01/07/1776.
Baron Pierre, « Dental Practice in Paris », in Dental Practice in
Europe at the End of the 18th Century, sous la direction de
Christine Hillam, Rodopi (ed.), Amsterdam, 2003, pp. 143-144.
13 Dutemple François, Bulletin de la société historique d'Auteuil et
de Passy, 2010 ; 20 (155).
Journal de Paris de 1789.
Lamendin Henri, Praticiens de l’art dentaire du XIVe au XXe
siècle, L’Harmattan (éd.), Collection Médecine à travers les
siècles, Paris, 2007.
Riaud Xavier, Chroniques odontologiques des rois de France et
de la dynastie napoléonienne, L’Harmattan (éd.), Collection
Médecine à travers les siècles, Paris, 2011.




























14





Talma : de l’art dentaire à l’art théâtral

Selon Wikipédia, François-Joseph Talma est né à Paris, le 15
janvier 1763 et est mort le 19 octobre 1826. Il a été l'acteur
français le plus prestigieux de son époque, suivant en cela
Lekain.
En 1776, il se rend en Angleterre pour retrouver son père,
devenu dentiste à Londres. Mais, son avenir est plus influencé
par la découverte du théâtre élisabéthain que par le métier
paternel. Sur le sol britannique, il joue en amateur. Rentré en
France, en 1785, il s'établit en tant que dentiste.
Talma s'inscrit à l'École royale de déclamation, à sa fondation
en 1786, abandonnant le métier de dentiste. Il débute à la
Comédie-Française en 1787. Il y joue Brutus et La Mort de
César de Voltaire. Il crée Charles IX de Marie-Joseph Chénier.
C'est un immense succès public, mais l'Église fait interdire la
èmepièce à la 33 représentation. Le 21 juillet 1790, la pièce est
jouée malgré l'interdiction. La troupe de la Comédie-Française
se divise alors entre les révolutionnaires et les autres sociétaires
qui refusent de jouer avec Talma. Il s'engage alors de plus en
plus politiquement, n'a pas de grandes affinités avec
Robespierre, mais se lie d'amitié avec un jeune militaire plein
d’avenir, Bonaparte...
Il est exclu de la Comédie-Française en 1791, et se réfugie dans
un nouveau théâtre, rue Richelieu. La salle prend vite le nom de
théâtre de la République et, quand les « comédiens-français »
sont emprisonnés en septembre 1793, on accuse vite Talma
d'avoir comploté contre ses anciens partenaires. Il est réintégré
au sein de la Comédie-Française en 1799 et devient
officiellement le comédien préféré du général Bonaparte,
notamment grâce à son jeu, qu'admire énormément l'Empereur,
dans Cinna, la pièce de Corneille. En 1799, le théâtre de la rue
Richelieu devient la seule salle du Théâtre-Français. Première
15

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.