La Morsure du Soleil

De
Publié par

Expression des maux, de l'amour, de la foi ou hommages aux disparus, les poèmes ici réunis sont une manière pour l'auteur d'apprivoiser les événements, de mettre à distance la peine qu'ils occasionnent. Grâce à la poésie, Liss Kihindou est "insensible désormais à la morsure du soleil". Dans ce vers tiré du poème "U Tam'si à Loango", de Jean-Baptiste Tati-Loutard, ce recueil trouve toute sa résonance.
Publié le : mardi 4 novembre 2014
Lecture(s) : 17
Tags :
EAN13 : 9782336361062
Nombre de pages : 86
Prix de location à la page : 0,0064€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

Liss KihindouLa Morsure du Soleil
Expression des maux, de l’amour, de la foi ou hommages aux
disparus, les poèmes ici réunis sont une manière pour l’auteur La Morsure du Soleild’apprivoiser les événements, de mettre à distance la peine qu’ils
occasionnent.
Grâce à la poésie, Liss Kihindou est « insensible désormais à Poèmes
la morsure du soleil ». Dans ce vers tiré du poème « U Tam’si à
Loango », de Jean-Baptiste Tati-Loutard, ce recueil de poèmes
trouve toute sa résonance.
Liss Kihindou est née à Brazzaville, au Congo. Elle vit et travaille en
France, dans le Loiret. La Morsure du soleil est son cinquième livre.
Illustration de couverture : Anup Shah.
ISBN : 978-2-343-04390-6
9 782343 043906
11,50 €
Liss Kihindou
La Morsure du Soleil









La Morsure du Soleil

























Liss Kihindou







La Morsure du Soleil

Poèmes








































































































































































- Congo
Du même auteur


« Écrivants, écrivains et écrits vains », in Sous mes Paupières,
collectif Palabres autour des Arts, L’Harmattan, Paris, 2014.

Chêne de bambou, roman, Anibwe, Paris, 2013.

L’Expression du métissage dans la littérature africaine, essai,
L’Harmattan, Paris, 2011.

Détonations et folie, Nouvelles, L’Harmattan, Paris, 2007.

J’Espère, Nouvelles, Amalthée, Nantes, 2005.













































































© L’Harmattan, 2014
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.harmattan.fr
diffusion.harmattan@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-343-04390-6
EAN : 9782343043906


AVANT-PROPOS

Mes premiers balbutiements littéraires ont été des poèmes.
J’ai cru pendant longtemps que ce n’était en quelque sorte
qu’une entrée en matière, une sorte de dépucelage, expérience
unique, car après l’avoir perdue, on ne retrouve plus sa
virginité. Alors que trois ou quatre de mes textes poétiques
furent publiés dans la revue congolaise pour jeunes des collèges
et lycées Ngouvou, je n’ai jamais pensé publier un recueil de
poèmes, non parce que l’idée ne m’a jamais effleuré l’esprit,
mais parce que j’estimais que ces textes, écrits pour la plupart
entre 1995 et 1999, faisaient partie de ma jeunesse, c’est-à-dire
qu’ils ne devaient être regardés que comme mes premières
tentatives littéraires, autrement dit mes brouillons ; parce que
jeunesse rime avec manque de maturité.

Ainsi, la première œuvre que je décidai de soumettre au
processus d’édition fut le recueil qui porte le titre de l’une des
nouvelles qui le composent : J’Espère. Il fut suivi d’un second
recueil, Détonations et folie. Puis je choisis de mettre à
disposition des lecteurs le travail de recherche mené pour
l’obtention de mon DEA, ce qui a donné l’essai L’Expression
du métissage dans la littérature africaine. Enfin, tout
récemment, en 2013, j’ai publié mon premier roman, Chêne de
bambou. Oubliée donc, la poésie ?

Durant ces presque dix années où j’ai fait paraître des textes
de différents genres : des nouvelles, des articles littéraires, un
essai et un roman, la poésie, en réalité, ne m’a jamais quittée,
mais je n’en avais pas toujours conscience, cela m’est apparu
nettement seulement lorsque, au moment de revenir sur des
événements douloureux, l’expression poétique s’est imposée à
moi comme le meilleur réceptacle de ma tristesse. Cette page
que je croyais appartenir à mon passé littéraire finalement est
toujours restée ouverte, cette source que je croyais tarie libère
encore sa sève pour me revigorer, me redonner du courage aux
7

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.