La rue des songes

De
Publié par

Ce livre est le récit d'un rêve récurrent qui se transforme. Il détricote l'enfance de l'auteure qui ne se dérobe pas à ce tête-à-tête. A cinquante ans, de rêve en songe, elle se voit grandir, restaurer le passé, innover le présent. Le lecteur peut s'identifier en percevant la fraîcheur de cette réconciliation intérieure. Très beau texte original, suivi de Flocons d'enfance, son premier livre. Il a réjoui toutes les générations : « Vous m'avez apporté une immense joie avec cette parole sur le bonheur possible..."
Publié le : mercredi 5 novembre 2014
Lecture(s) : 11
EAN13 : 9782336362557
Nombre de pages : 96
Prix de location à la page : 0,0067€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

Qui n’a pas un rêve récurrent dans le registre de ses nuits ?
Un songe qui se faufi le parmi d’autres pour détricoter notre
histoire, nous désarçonner et nous sidérer.
Nelly Laurent nous ouvre ici sa rue des Songes où elle
rencontrait une petite fi lle égarée dans la nuit. Elle l’a prise par
la main pour l’accompagner dans ce lieu où, gamine, elle errait
depuis si longtemps. L’auteure accueille ce tête-à-tête sans
se dérober. De rêve en songe, elle se voit grandir, restaurer,
innover. D’une image à l’autre les mots suggèrent, sans jamais
dévoiler, la surprenante métamorphose. « La fraîcheur de
cette traversée » monte de page en plage vers les lumières de
l’aube.
Depuis près de vingt ans, Nelly Laurent écrit des livres en lien
avec sa vie de femme. Elle aime transmettre ce qui fait vivre. Son
premier récit Flocons d’enfance a réjoui toutes les générations.
« Un véritable enchantement qui nous mène l’air de rien dans de Nelly Laurent
si délicats voyages. » Il trouve une nouvelle naissance en seconde
partie de La rue des Songes. Il ajoute une pincée de lumière au
ciel d’enfance, celui qui tourne tous les regards éblouis vers
l’intérieur. La rue des Songes
ou
les rêves d’une métamorphose
Illustration de couverture :
photo de Jean-Benoît Maréchal
9 782336 308364
ISBN : 978-2-336-30836-4
www.editions-harmattan.fr 12 €
La rue des Songes ou les rêves d’une métamorphose Nelly LaurentNelly_4_11_14.indd 1 04/11/2014 21:45:23© L’Harmattan, 2014
5-7, rue de l’École Polytechnique - 75 005 Paris
http://www.editions-harmattan.fr
difusion.harmattan@wanadoo.fr
Tous droits de reproduction, d’adaptation ou de traduction,
par quelque procédé que ce soit, réservés pour tous pays sans
l’autorisation de l’éditeur ou de ses ayants droit.
ISBN : 978-2-336-30836-4
Nelly_4_11_14.indd 2 04/11/2014 21:45:23La rue des Songes
ou
les rêves d’une métamorphose
Nelly_4_11_14.indd 3 04/11/2014 21:45:23Encres de vie
Collection dirigée par Annemarie Trekker
Cette collection a pour objectif de publier des textes
littéraires à caractère autobiographique sous forme de récit
(de vie), d’autofction ou de roman personnel, ainsi que des
témoignages et des écrits restituant et/ou mettant en scène la
mémoire collective.
Dans la même collection :
1. Agathe Gosse, À la source de mes mots, le feuve Congo,
2014.
2. Marie Fizaine, Le goût de la terre, 2014.
3. Anne Lauwers, Les couleurs de la musique, 2014.
4. Jean-Paul Procureur, Alesia, Lettre ouverte à ma mère,
2014.
5 Nelly Laurent, La rue des Songes ou les rêves d’une
métamorphose, 2014.
Nelly_4_11_14.indd 4 04/11/2014 21:45:23Nelly Laurent
La rue des Songes
ou
les rêves d’une métamorphose
Collection : Encres de vie
Nelly_4_11_14.indd 5 04/11/2014 21:45:23Du même auteur :
Flocons d’enfance, récit, Éole, 1998.
eTout le monde le cherchait ailleurs, roman 1 partie, Bernard
Gilson, 2002.
eEnfants de l’espace, roman 2 partie, Bernard Gilson, 2003.
Jour après soir, récit, Weyrich, 2007.
Je suis toujours en vie. Correspondance et carnet d’un
Chasseur ardennais en 1939-1940, Traces de vie, 2012.
Nelly_4_11_14.indd 6 04/11/2014 21:45:23Itinéraire
À huit ans, mon grand rêve de petite flle était bien défni :
« un jour et pour toujours, j’épouserai mon amoureux. »
Il avait dix ans, habitait le quartier et me regardait comme
son élue. Dans un petit carnet, je notais au crayon la trace
indélébile de son sourire.
Cinquante ans plus tard, j’ai glissé ce sourire dans l’encre
bleue de mon premier livre, Flocons d’enfance, paru en
janvier 1998.
Il me fallait écrire d’abord ce texte pour ouvrir cette
année-là un second manuscrit, La rue des Songes.
J’avais visité et partagé cette plage vécue au soleil de mon
enfance, je me sentais prête à aborder les marées basses sous
la pluie.
J’ai toujours été attentive à mes rêves. Éblouie ou
déconcertée par eux, je les racontais volontiers comme de petites
histoires vécues la nuit, sans chercher à les décrypter
vraiment. Cette année-là, ils se frent plus précis et un rêve
récurrent qui s’était fait oublier depuis vingt ans, réapparut
en force.
Mais cet ancien cauchemar avait changé son mode
d’attaque, il ne me paralysait plus, il m’encourageait. Il
mettait en scène mes avancées sur le chemin de restauration
de l’enfance blessée et sa venue me réjouissait. Une nuit,
7
Nelly_4_11_14.indd 7 04/11/2014 21:45:23il prit la forme d’un grand songe dont je mis trois jours à
m’extraire. La porte était défnitivement ouverte à une série
de rêves très parlants étalés sur quelques mois. Je les notais
fdèlement au réveil, ainsi de nuit en jour s’esquissait une
sorte de bande dessinée dont chaque planche racontait la
suite de l’histoire.
C’est le sujet de La rue des Songes, ma rue des Flocons
d’enfance…
J’ai écrit ce texte d’une traite après avoir relu tous les
épisodes consignés dans un « cahier des rêves ». Les rassembler
en un récit m’a permis d’en extraire le sens profond et le
lien qui tissait les séquences dont le sujet principal était
toujours le retour sur les lieux du « manque », pour constater
la transformation de la maison perdue. Image de ma
métamorphose intérieure.
J’ai laissé ce manuscrit dormir pendant près de quinze ans.
Entre-temps, j’ai écrit d’autres livres, j’ai reçu avec intensité
d’autres songes et surtout, je me suis mise à rêver enfn de
mon père trop tôt disparu.
Aujourd’hui, je me sens prête à ofrir ce texte aux lecteurs,
complété de l’éclairage que donne mon premier livre épuisé
depuis longtemps. Ils s’éclairent l’un l’autre, ne s’agit-il pas
de la même petite flle qui rêvait sa vie côté soleil et la vivait
côté pluie ?
La rue des Songes est le récit des rêves de la nuit, là où une
femme accueille, sans se dérober, ce tête-à-tête avec ombres et
aubes, larmes et espiègleries, cri primal et puissant soufe de
vie. De rêve en songe, elle se voit grandir, restaurer, innover.
8
Nelly_4_11_14.indd 8 04/11/2014 21:45:23

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.