Le livre des montagnes païennes

De
Publié par

Ce livre est le livre d'une pause, d'une dernière parenthèse au milieu des années passablement troublées qui conclurent la vie du poète Valère Méziers, notre ami. Il rapporte les impressions lumineuses que Valère reçut de sa découverte des montagnes et des Vosges. Le texte présenté ici pour la première fois a été établi à partir de carnets retrouvés au dernier domicile connu de Valère, à Givans.
Publié le : lundi 10 novembre 2014
Lecture(s) : 12
Tags :
EAN13 : 9782336362137
Nombre de pages : 94
Prix de location à la page : 0,0064€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

témoignages
poétiquesLe Livre des montagnes païennes
Damien BerdotCarnets retrouvés de Valère Méziers
Le Livre
Ce livre est le livre d’une pause, d’une dernière parenthèse au
milieu des années passablement troublées qui conclurent la vie des montagnes païennes
du poète Valère Méziers – notre ami. Il rapporte les impressions
lumineuses que Valère reçut de sa découverte des montagnes des
Carnets retrouvés de Valère Méziers
Vosges, au cours d’un séjour qui dura près de six mois. C’était
avant la rencontre avec Anna…
Le texte que nous présentons ici pour la première fois a été établi
à partir de carnets retrouvés au dernier domicile connu de Valère,
à Givans.
Titulaire d’une agrégation et d’un master de lettres, Damien Berdot
est enseignant à Héricourt, près de Belfort.
Illustration de couverture :
Lac de la Maix, de Vincent Ganaye © D.R.
ISBN : 978-2-343-04821-5
11,50
témoignages témoignages
poétiques poétiques
Le Livre des montagnes païennes Damien Berdot


















































































Le Livre des
montagnes païennes






















Témoignages poétiques
Collection dirigée par
Philippe Tancelin

Parce que la langue poétique constitue une exploration,
elle revêt parfois son visage de "témoin" des
chamboulements de notre société, des mondes qui nous
entourent, au gré des voyages, des rencontres. Parce
qu'elle explore l'intime, qu'elle épouse une fonction
dénonciatrice ici et ailleurs, elle bouleverse aussi notre
vision du politique. Accueillons ces textes qui nous aident
à cheminer et modifier notre regard...


Déjà parus

Félix MONGET, Les paroles tristes, 2014.
François COUDRAY, une montagne, 2014.
Stavros ZAPHIRIOU, Vers où (une histoire de guerre),
2014.
Georges DE RIVAS, La Poésie au péril de l’Oubli, 2014.
Julien de CORNIERE, Outre-mer, 2014.
Clément COLLIGNON, Slogan, 2014.
Régis ROUX, La terre lointaine, 2013.
Françoise et Sonia DELMAS, Le désordre des jours, 2013.
Denis LEMAÎTRE, La cité restitués, 2013. A, D’errance en Arrée, 2013.
Félix MONGET, Frères ! Extraits des carnets de voyage
d’un passant, 2013.
Marguerite BAUER-BENIDIR, L’attente, 2013.
Alexandre MASSIPE, Geneviève Clancy : son
enseignement, 2013.
Jean-Luc POULIQUEN et Philippe TANCELIN, Paroles
de poètes, poètes sur parole, 2013.
Michel POMMIER LE PARC, La mare aux joncs, suivi de
Aurère, 2013.
François AUGÉ, Hors je, 2013.
Jean-Luc POULIQUEN, Sofia en été, 2012.
Tristan CABRAL, Dernier tango à Salta, 2012.
Damien Berdot








Le Livre des
montagnes païennes

Carnets retrouvés
de Valère Méziers
































Du même auteur,
chez le même éditeur


Le Livre des sacrifices de Valère Méziers,
collection « Poètes des cinq continents », 2013.





















































































© L’Harmattan, 2014
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.harmattan.fr
diffusion.harmattan@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-343-04821-5
EAN : 9782343048215
I

Baerenkopf

Sous moi, la chaume :
Une fourrure d’ours,
Une peluche !

Les sapins et les brumes,
Au sud, rendent invisible
La trouée de Belfort ;
Au nord,
C’est une pente douce (relativement)
Qui conduit la Doller
Jusqu’aux premiers bourgs alsaciens.

L’autre soir, je suivais un chemin familier
– Je poursuivais une expérience :
Voir sans la vue.

Bruits de canidés dans la forêt :
Un taillis vibre, un halètement
M’accueille ;
Je crois bien voir des yeux
Fiévreux, parmi un pelage roux...
« N’aie pas peur !
Nous pouvons passer outre…
– Le passé ! »

Cela dura cinq minutes ;
Puis je coupai court,
Puisque le mal était fait.

Penser pour avancer :
Gagner son refuge,
Entendre s’étourdir…
7
II

Pourquoi ce lieu a peu de semblables ?

C’est un point haut
Sur la ligne de partage
Entre deux des fleuves les plus beaux
– Deux fleuves que la poésie des noms
Rendit parents :
Le Rhin, le Rhône.

Petite Madeleine, toi que voilà
Entre deux ronces,
Tu préfigures l’eau lourde,
L’Allan – du Doubs, de la Haute-Saône,
Du Rhône…

Plus au nord
Paraît – comme source paradoxale –
La Doller
Légère.

Ce lieu est un alpage,
Une assemblée de chaumes
Vide d’hommes quand vient le soir
– Quand l’on s’apaise
Sous le ciel blafard
Et noir.

Des bancs sont sis
Sous les arbres
Pour observer
Les arbres
Qui cachent la vue du sud
– La pente raide vers le plan natal :
Belfort…
8

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.