Recueil Milliet; textes grecs et latins relatifs à l'histoire de la peinture ancienne publiés, traduits et commentés, sous le patronage de l'Association des études grecques. Tome 1. Avant-propos par S. Reinach

De
Publié par

RECUEIL MILLIETTEXTES GRECS ET LATINSRELATIFS A L'HISTOIRE DE LA PEINTURE ANCIENNEPUBLIÉS, TRADUITS ET COMMENTÉSSOUS LE PATRONAGE DE LASSOCIATIOADES ÉTUDES GRECQUESPARADOLPHE REINACHA/VC/i'A MEMBRE DE UÉCOLE D A THÉ\ESTOME IS. REIXAl^H, deAvanl'propos par Ifnstifu/.PARISKLINGKSIEGKLIBRAIRIE C.11, Rue de Lille, 111921tous \v,iy>reproduction réserves pourTous droits .le Irruliiction, d'adaptntion et de.MA(:0>, l'HOlAT FIIUHES, IMl'HIMi;! USlôùAVANT-P1U)P0SL'initiateur du recueil dont on publie aujourd'luii le premiervolume, Paul Milliel (1844-1918), ne fut ni un artiste ni unarchéologue de premier rang; mais, issu d'une famille républi-caine et fouriérisle dont il continua avec austérité la tradition,il eut toujours, avec le respect et l'amour de son art, celui du'.bien public L'étude de l'antiquité l'intéressait d'autant plusque, novateur en politique et en matière sociale, il était sévère-ment traditionaliste en peinture. D'utiles publications, notammentcelles des vases peints du Cabinet des Médailles et du Musée deGenève, rendirent son nom familier aux archéologues; ceux-citrouvaient de l'inexpérience, mais aussi des idées originales,dans sa thèse de l'Ecole du Louvre sur les Premières périodeslade céramique grecque Comme Milliet connaissait peu(1891).les langues anciennes, il pouvoir lireregrettait vivement de nele recueil où Overbeck traductions ni commen-a réuni, sanstaires, presque tous les textes grecs et romains relatifs à ...
Publié le : mardi 31 mai 2011
Lecture(s) : 83
Nombre de pages : 450
Voir plus Voir moins
RECUEIL MILLIET TEXTES GRECS ET LATINS RELATIFS A L'HISTOIRE DE LA PEINTURE ANCIENNE PUBLIÉS, TRADUITS ET COMMENTÉS SOUS LE PATRONAGE DE LASSOCIATIOA DES ÉTUDES GRECQUES PAR ADOLPHE REINACH A/VC/i'A MEMBRE DE UÉCOLE D A THÉ\ES TOME I S. REIXAl^H, deAvanl'propos par Ifnstifu/. PARIS KLINGKSIEGKLIBRAIRIE C. 11, Rue de Lille, 11 1921 tous \v,iy>reproduction réserves pourTous droits .le Irruliiction, d'adaptntion et de .MA(:0>, l'HOlAT FIIUHES, IMl'HIMi;! US lôù AVANT-P1U)P0S L'initiateur du recueil dont on publie aujourd'luii le premier volume, Paul Milliel (1844-1918), ne fut ni un artiste ni un archéologue de premier rang; mais, issu d'une famille républi- caine et fouriérisle dont il continua avec austérité la tradition, il eut toujours, avec le respect et l'amour de son art, celui du '.bien public L'étude de l'antiquité l'intéressait d'autant plus que, novateur en politique et en matière sociale, il était sévère- ment traditionaliste en peinture. D'utiles publications, notamment celles des vases peints du Cabinet des Médailles et du Musée de Genève, rendirent son nom familier aux archéologues; ceux-ci trouvaient de l'inexpérience, mais aussi des idées originales, dans sa thèse de l'Ecole du Louvre sur les Premières périodes lade céramique grecque Comme Milliet connaissait peu(1891). les langues anciennes, il pouvoir lireregrettait vivement de ne le recueil où Overbeck traductions ni commen-a réuni, sans taires, presque tous les textes grecs et romains relatifs à l'art antique. Sa situation de fortune lui permettant quelques sacri- fices, il fit, à la fin de 1905, un don à l'Association des Etudes afin degrecques, dont il était un des membres les plus assidus, publier un traductions et com-nouveau recueil, cette fois avec mentaires, qui pût remplacer celui d'Overbeck. Ce don fut accepté par le Comité le 20 janvier 1906 l'Association accordait ; son patronage à l'entreprise, mais sans engager sa responsabi- -.lité La direction fut assumée par M. Mendel, ancien membre 1. Voir la nécrologie de Milliet par M. E. PoUier, Revue archàoL, lUIS. I, 300.p. 2. 17(i.Revue (les Etudes grecques, t. XIX. p. AVANT-PROPOSIV de rKcole d'Athènes, qui élail alors conservalcur-adjoiiil du Musée impérial de Gonslantinople, don! il a publié beauxles catalogues que Ton connaît (1908-1914). le tort deM. Mendel eut se charger dune Lâche dont il navail le temps de s'acquitter et le tortpas plus grave de ne pas se démelire (juand il eut reconnu sa première erreur. De son côté, l'Association des Etudes grecques toléra trop longtemps des atermoiements et des promesses illusoires si son Comité avait ; procédé éncrgiquement, le Recueil aurait été achevé, sous une autre direction, longtemps avant la guerre dont les suites rendent désormais si diiïicile toute publication de ce genre, et Milliet aurait eu la satisfaction de savoir, avant de mourir, que son initiative et son sacrifice avaient porté des fruits. En novembre 1908, Milliet écrivit au président d'alors de l'Association, M. Homolle, pour demander des renseignements ',sur l'état des travaux préparatoires Le procès-verbal ajoute : « retourLe prochain de M. Mendel en France fait espérer que les travaux pourront »être désormais poussés plus aciivement. Puis, de nouveau, long silence. 1909-,Le 4 mars M. Mendel annonça son prochain retour Paris.à Le 22 mai, le président. M. Omont, fit savoir qu'une réunion des principaux collabora- teurs de la publication projetée venait d'avoir lieu. Lue circu- laire avait été adressée aux autres lescollaborateurs, par soins de M. Mendel, (]ui restait chargé de centraliser leurs travaux. Un Comité de publication, composé de MM. Homolle, P. Çirard, Pottier, Colliguon, Fougères, Mendel et Puech, devait se réunir '.périodiquement en vue de hâter la fin de ces travaux Ici je dois interrompre cet historique pour dire par (|uel motif, désapprouvant l'entreprise, je m'abstenais d'y prendre aucune pari. Je n'ai jamais admis que des ouvrages, autres que ihTur,I. I. xxii, :j3.p. 1. lhi
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.